Montagnes

Le Tour du Refuge du Couvercle

Le Tour du Refuge du Couvercle (0 m)

Posté le mardi 12 octobre 2010 à 21:55:06

Massif: Massif du Mont-Blanc (France)

Activité: Randonnée

Difficulté: Difficile

Altitude: 0 m

Dénivelé: 0 m

Horaire: 15 h

Description: La montée au refuge du Couvercle par la rive droite de la mer de Glace est presque une course, même si cela reste de la randonnée acrobatique. Seule la longueur de la randonnée et l'exposition dans les murs de granit fait que l'on est proche de l'atmosphère de l'alpinisme. Pas question de rigoler ici, la concentration doit être permanente vu la profondeur des abîmes qui règnent ici ! L'ambiance commence dès la gare du Montenvers, de laquelle part le sentier. Après quelques lacets sans importance au milieu des touristes émerveillés par splendeur des lieux, on arrive au bout du chemin duquel part les marches et les échelles pour rejoindre la mer de Glace deux cents mètres plus bas. Si l'on ne passe pas ici à cause du vide, pas la peine d'aller plus loin, la randonnée est encore plus vertigineuse. Après une descente parfois bien aérienne au milieu de dalles lissées par le glacier lors de la dernière petite glaciation qui s'est achevée en 1850, au arrive sur la mer de Glace elle-même, recouverte de gros blocs gris parfois instables. Après avoir traversé toute la langue glaciaire, on rejoint l'autre rive sous les Drus. Une petite montée dans des blocs instables permet d'atteindre les premières échelles très raides dès le départ. Après quelques mètres on atteint des petites vires entre-coupées de barres plus ou moins raides. De longues échelles permettent de les franchir. Après avoir atteint un sapin magnifique, le sentier bifurque vers les Grandes Jorasses, et se met à monter régulièrement en écharpe. On rejoint alors de beaux alpages, que les vaches atteignaient en 1820 en traversant la mer de Glace. On a du mal à y croire aujourd'hui. Après une longue montée en écharpe, on croise la première moraine du galcier de la Charpoua sous l'arête des Flammes de Pierre. De belles et raides parois rouges parcourues par de longues fissures ou de beaux dièdres dominent le chemin qui traverse des dalles lissent avant de rejoindre l'autre rive. De-là part le chemin pour le refuge de la Charpoua, et celui acrobatique pour le refuge du Couvercle. Si le début est débonnaire, on croise très rapidement des petites parois lisses qu'il faut franchir à coup d'échelles souvent acrobatiques. Descentes, montées, re-descentes, c'est une succession de très coupe-jambe, mais bon le cadre est tellement beau qu'on ne se lasse pas malgré l'effort constant qu'il faut fournir. Après une succession de remontée de vallons étroites, on arrive finalement à un col duquel on voit le refuge sous son couvercle, donc bien nommé. Là repos, dîner et coucher dans le vieux refuge sous le rocher. Lendemain, descente par le chemin normal, lui-même très raide par endroits, avec une suite spectaculaire d'échelles verticales, surtout la dernière amenant sur le glacier. Puis c'est le retour sur la mer de Glace, marquée de ses stries de Forbes résultant de l'alternance été-hiver. Après avoir longé la bédière (rivière coulant sur la glace au centre de la mer de Glace), puis admiré le moulin dans lequel elle se jette, on rejoint par des passages caillouteux la fameuse grotte de glace remplie de touristes. Le coin est sympathique malgré le monde, et on peut admirer les stries dans la glace presque translucide parfois. Remontée à la gare en une petite demi-heure. Deux journée bien remplies, avec des vues sublimes. A déconseiller totalement pour personne sujette au vertige et avec des enfants. Excellente expérience du terrain alpin nécessaire.

Précautions: Parcours très vertigineux, à la limite de la via ferrata ou même de l'escalade. La descente sur le glacier est particulièrement raide. Déconseillée aux enfants.

  Téléchargez le fichier GPS (format *.gpx)

Carte IGN® avec le tracé (format *.jpg)


Carte Googlemap® avec le tracé

Retour

[+758]     [+4]     Partager: