Etre dans l'échange...

Des montagnes aux sciences en passant par les voyages, ces passions complémentaires alimentées par une insatiable curiosité rythment mon quotidien. Les arts prolongent ces moments d'exception dans une symbiose improbable entre réel et imaginaire. Cette démarche personnelle n'a de sens que si elle est animée par un désir de partage. C'est un art de vivre, une petite vanité peut-être, mais surtout, une immense source de bonheur comme l'a souligné Mme de Genlis. Ces quelques pages sont ainsi la matérialisation de ce souhait. Qu'elles soient également, à ce titre, une source d'inspiration.


Etude et simulation du COVID-19



Whymper masqué !
Merci Yves !



J'ai développé fin février un modèle mathématiques très simple sur la base de principes épidémiques élémentaires pour mieux comprendre les enjeux de l'épidémie COVID-19 (nouveau coronavirus SARS-CoV-2) qui a débuté fin décembre 2019 à Wuhan en Chine et s'est ensuite disséminée à travers le monde très rapidement, en devenant officiellement une pandémie mi-mars.

Face à la multitude d'informations peu précises dans les journaux, à la radio ou à la télévision, aux discours incohérents, j'ai été chercher moi-même les informations auprès des principaux organismes internationaux (OMS, CDC, etc) et déterminer les paramètres de simulation reproduisant les observations. A partir de là, il est possible de prévoir les évolutions si rien ne change (les paramètres de simulations restent alors identiques d'un calcul à l'autre), de voir si la réalité est en cohérence avec les discours gouvernementaux, et quelles sont les perspectives à court et moyen terme. La fiabilité des données, objet de beaucoup de controverses est aussi abordée. Enfin, c'est aussi un outil prospectif pour mes propres collaborations internationales en Asie, en Europe ou aux Etats-Unis.

Les pays, régions ou villes étudiés sont par ordre alphabétique Allemagne, Arizona (USA), Belgique, Brésil, Californie (USA), Chine, Corée du Sud, Espagne, Etats-Unis, Floride (USA), Fortaleza (Brésil), France, Inde, Iran, Italie, Liban, Mexique, Québec (Canada), Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Suède et Suisse. Les données sont mises à jour quotidiennement.

ATTENTION: quand on lit que l'on s'achemine vers une "immunité collective", cela signifie qu'on laisse filer l'épidémie, sans précautions particulières, et effectivement entre 50 et 75% de la population sera immunisée (cet effet est calculé par le modèle), mais il y aura une nombre considérable de morts comme indiqué ci-dessous. Est-ce politiquement correct de laisser filer les choses ainsi plutôt que de se battre pour une quarantaine forte comme l'on fait les chinois et sauver de nombreuses vies ? Le détail est donné dans la note de travail.

Pour accéder aux résultats et au code de calcul (Matlab®), veuillez cliquer ici (anglais, ou toute langue avec le moteur de traduction de Google).

Veuillez cliquer ici pour télécharger les résultats directement dans le format pdf (anglais seulement ou utiliser le lien suivant pour traduire le fichier en n'importe quelle langue en cliquant ici).


Les dernières simulations (prenant en compte les chiffres officiels de la veille, sauf Chine et Corée du Sud, en raison du décalage horaire) et la note actualisée sont mises en ligne en principe chaque matin. Les nouvelles générales peuvent cependant être mises à jour dans la journée. Voir ci-dessous les résultats des dernières simulations.


Analyses statistiques & Simulations numériques


- Analyses statistiques globales

Analyses statistiques globales

Tous les détails de calcul sont dans la note technique qui est téléchargeable ici (format pdf) ou ici (format html). Les paramètres simulations sont accessibles ici.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.


Fermer

Les simulations des différents pays étudiés ont été menées avec un taux de létalité calculé à partir de la pyramide des âges propre à chaque pays (Source ONU). En effet, la létalité dépend fortement de l'âge, comme cela a été identifié par les chinois, et confirmés par de nombreuses études. A titre d'exemple sur le paquebot Diamond-Princess, où l'âge médian des passagers est de 69 ans, il y eut 14 décès, et pour le personnel de bord dont l'âge médian est de 36 ans, aucun décès n'a été constaté. La calibration absolue a été obtenue en comparant le taux de létalité compatible avec la dynamique de la COVID-19 sur le Diamond-Princess et celui calculé à partir de la pyramide des âges sur le bateau.

Le modèle développé possède un taux de reproduction de base R0 qui est le produit du taux d'amplification quotiden qc0 avec le temps moyen d'incubation pendant lequel les personnes infectées par la COVID-19 sont contagieuses sans savoir qu'elles sont malades. C'est une des spécificités de la COVID-19. Le temps moyen d'incubation est déterminé pour que la phase initiale et finale (immunité collective f = 1-1/R0) soit cohérente entre elles. Il est constant est vaut 13 jours. Le temps de guérison est pris à 12 jours (proche de la quatorzaine), et le temps entre une infection et un décès est de 30 jours. Ces chiffres, justifiés par des observations, sont valables pour tous les pays. A noter que les calculs s'arrêtent lorsque l'immunité collective est atteinte. C'est le cas de la ville Fortaleza au Brésil.

Enfin, le R0 en début d'épidémie est très grand, mais baisse rapidement. Contrairement à son apparente simplicité, ce taux est très compliqué et dépend de nombreux facteurs, dont la densité de population, mais aussi des habitudes sociales, etc... Ce qui est remarquable est la très grande contagiosité initiale, qui permettrait d'expliquer les démarrages foudroyants de l'épidémie en cluster si rien n'est fait.

Alors que l'épidémie baissait de partout en Europe, depuis début juillet 2020, des signes de redémarrage sont très visibles. Le R0 qui était en dessous de 1 (épidémie sur le déclin) est presque partout repassé au-dessus de 1. Comme les décès arrivent trente jours après, les premiers signes de cette seconde vague vont donc apparaitre. A noter que la définition de la seconde vague est ici une nouvelle augmentation des décès, ceux-ci dans les hôpitaux étant le proxy de l'épidémie.

Enfin, la date de début de l'épidémie est estimée à partir de la chronologie exacte des données fournies par l'OMS et éventuellement les services nationaux de santé.

- Simulations Allemagne

Allemagne, taux de létalité 0.35%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Arizona (USA)

Arizona (USA), taux de létalité 0.28%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Belgique

Belgique, taux de létalité 0.31%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Brésil

Brésil, taux de létalité 0.19%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Californie (USA)

Californie (USA), taux de létalité 0.28%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Chine

Chine, taux de létalité 0.22%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Corée du Sud

Corée du Sud, taux de létalité 0.29%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation



Fermer
- Simulations Espagne

Espagne, taux de létalité 0.33%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Etats-Unis

Etats-Unis, taux de létalité 0.28%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Floride (USA)

Floride (USA), taux de létalité 0.28%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Fortaleza (Brésil)

Fortaleza (Brésil), taux de létalité 0.19%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations France

France, taux de létalité 0.33%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Inde

Inde, taux de létalité 0.14%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Iran

Iran, taux de létalité 0.14%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Italie

Italie, taux de létalité 0.37%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Liban

Liban, taux de létalité 0.15%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Mexique

Mexique, taux de létalité 0.15%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Pays-Bas

Pays-Bas, taux de létalité 0.32%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Pologne

Pologne, taux de létalité 0.30%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Québec (Canada)

Québec (Canada), taux de létalité 0.30%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Royaume-Uni

Royaume-Uni, taux de létalité 0.3%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations de l'état de Sao Paulo (Brésil)

Etat de Sao Paulo (Brésil), taux de létalité 0.19%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations de la ville de Sao Paulo (Brésil)

Ville de Sao Paulo (Brésil), taux de létalité 0.19%

La ville de Sao Paulo fut un des épicentres de l'épidémie au Brésil, représentant preque un tiers des cas et des décès. Après un confinement très strict instauré dès le mois de février par le gouverneur qui seul a l'autorité administrative pour cela, les brésiliens ont rejeté celui-ci et continué une vie "normale". Bilan, une épidémie dramatique se propageant notamment dans les nombreuses favelas de la ville. Alors pourquoi Sao Paulo ville est-elle intéressante pour comprendre la COVID-19 ? Et bien, avec une telle flambée, la ville doit s'approcher de l'immunité de groupe, au même titre que Fortaleza, l'épidémie faisant maintenant rage dans l'état éponyme. Une telle limite permet de valider la calibration du code, et de confirmer que le R0 est bien très élevé. Je tiens à remercier la personne qui m'a apporté l'aide précieuse pour obtenir les données et comprendre la situation sanitaire sur place !


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Suède

Suède, taux de létalité 0.32%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer
- Simulations Suisse

Suisse, taux de létalité 0.32%


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Fermer

- Simulations paquebot Diamond-Princess

Epidémie dans le paquebot Diamond-Princess, avec 3711 personnes à bord (passagers + personnel)

Le Diamond-Princess est le premier paquebot à avoir été touché par l'épidémie de COVID-19. La croisière partie le 20 janvier 2020 a rapidement été interrompue et le bateau est resté isolé de longues semaines dans la rade du port de Yokohama au Japon avant le débarquement des passagers et du personnel de bord. C'est un cas particulièrement intéressant pour calibrer le taux de létalité, à partir de la dynamique des décès (14 au total) et des cas d'infection mesurés (705 au total), car on est certain que tout le monde a été testé. Pour comprendre la dynamique des deux séries temporelles, le taux de létalité doit être de 0.6 à 0.7%. A partir de la pyramide des âges des personnes infectées, la pyramide des âges sur le bateau a été reconstituée.

En convoluant la pyramide des âges sur le bateau avec la létalité par tranche d'âge publiée par les chinois, puis les anglais (Russel et al, Mars 2020), la létalité spécifique à chaque pays a été calculée de façon absolue. Elle est de 0.33% pour le France, 0.41% pour le Japon, et 0.061% pour l'Ouganda, les deux extrêmes. Un exemple est donné pour la France, l'Inde et le Sénégal

La calibration absolue permet alors de remonter au nombre de personnes ayant rencontré le virus à partir de la connaissance des décès, ceux-ci étant le proxy de l'épidémie. C'est un calcul clé, car il permet d'estimer le niveau d'immunité collective, et ainsi le risque de vagues épidémiques secondaires. Les calculs ont montré que sur tous les bateaux (Diamond-Princess, Ernest Shackleton et Charles-de-Gaulle), l'immunité collective avait atteint l'immunité de groupe, 1-1/R0, ce qui n'est pas surprenant vu la densité très forte de population. D'ailleurs, les villes denses sont très touchées, alors qu'hors des zones urbaines, l'épidémie reste très modérée.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.


Fermer
- Simulations épidémie du virus Ebola au Liberia (2014-2015)

Epidémie du virus Ebola au Liberia, Afrique de l'Ouest (2014-2015)


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.


Fermer


Nouvelles générales


- Nouvelles du 24 mars

- (24 mars 2020) Sur la base des pentes initiales du nombre de cas cumulés, le taux de reproduction de base R0 moyen (10 pays) de l'épidémie est estimé à 3.0 environ (en prenant 4 jours d'incubation, voir la note de calcul). C'est à peut près 2 fois celui de la grippe saisonnière ou de la grippe espagnole de 1918, et trois à quatre fois moins que la rougeole. L'Italie semble avoir taux de reproduction de base R0 proche de la rougeole, une anomalie qui expliquerait la virulence initiale de l'épidémie. A noter que la détermination de R0 est délicate, et sujette à de nombreuses discussions. Voir références à ce sujet dans la note. Du facteur R0, il est possible de calculer la fraction de la population qui doit être immunisée (par infection ou par vaccin) pour que l'épidémie ne puisse plus repartir.

- (24 mars 2020) L'épidémie en Corée du Sud n'est toujours pas contenue. Cela fait maintenant 8 jours que c'est le cas. C'est faible mais visible sur le nombre cas et le nombre de décès (voir la note). Cela illustre la fragilité de la rémission de l'épidémie. Les Chinois font fassent également à un retour de cas venant de l'étranger. Cela limite la chute du taux de cas certifiés, et souligne la nécessité d'une quarantaine aux frontières.

- (24 mars 2020) L'épidémie en Italie continue toujours à montrer des signes significatifs d'amélioration, même si le nombre de cas est et restera très élevé pendant trois semaines environ. Selon la variation temporelle du nombre de décès, le pic de l'épidémie serait vers le 31 mars (jour 39), l'épidémie durera plus de 120 jours (limites de la simulation pour l'instant) et fera plus de 53000 décès. Le délai entre le début de la quarantaine et le pic serait de 17 jours, soit un peu plus de deux semaines. Pour réduire la durée de l'épidémie et le nombre de décès, le facteur résiduel de contamination doit être encore diminué au moins d'un facteur 2, donc un confinement plus strict, comme les chinois l'ont fait.

- (24 mars 2020) En Iran, les chifres sont difficiles à interpréter, mais il semble effectivement qu'il y ait comme en Italie des signes nets d'amélioration même si le nombre de cas est et restera très élevé pendant trois semaines environ. Selon la variation temporelle du nombre de décès, le pic de l'épidémie serait là, vers le 25 mars (jour 34). Si c'est bien effectif, il n'y aura que 3500 décès à déplorer en fin d'épidémie.

- (24 mars 2020) L'épidémie continuer de flamber en Allemagne, Québec, Royaume-Uni (montée très forte), Espagne (montée toujours très forte), Suisse, et aux Etats-Unis (montée très forte) et ailleurs, sauf au Japon et Taiwan.

- (24 mars 2020) Le conseil scientifique français recommande un confinement de 6 semaines minimum !!! Ce n'est pas une surprise : plus de deux mois à Wuhan.... Donc il faut se préparer à sortir du confinement fin mai... C'est indiqué depuis plusieurs jours dans la note de calculs.

- (24 mars 2020) Le conseil scientifique français recommande désormais plus de tests, c'est bien. Ce sera surtout utile pour tenir le retour à la normale en fin de confinement. Là phase de sortie va être très délicate, et se fera nécessairement par région. Certaines resteront confinées, d'autres en sortiront. Cela nécessitera un bouclage du pays très efficace.


Fermer
- Nouvelles du 25 mars

- (25 mars 2020) Premiers signes positives pour l'Espagne. Le pic de l'épidémie serait vers le 10 avril. Grosse incertitide encore.


Fermer
- Nouvelles du 26 mars

- (26 mars 2020) Mauvaise nouvelle pour l'Espagne. Les chiffres ont été actualisés sur les bases de données et plus aucune signe d'un pic épidémique proche. Patience !

- (26 mars 2020) Confirmation de l'approche du pic épidémique pour l'Italie. D'ici la fin du mois ! On est heureux pour eux même si chaque jour est toujours terrible.

- (26 mars 2020) Evolution très étrange pour le Royaume-Uni. A confirmer.

- (26 mars 2020) Tracé des évolutions des taux de létalité des pays étudiés. Une variation d'un facteur 100 d'un pays à l'autre et avec le temps pour un même pays qui montre combien ce nombre est incertain. Seul le cas du paquebot Diamond-Princess est valable (0.7%) même si la statistique est faible (voit note). C'est la base du scenario "bas taux de létalité"

- (26 mars 2020) La Chine et la Corée du Sud, les plus avancés dans le contrôle de l'épidémie font face à un vrai problème : le nombre de cas de contamination reste depuis presque une semaine à 100/jour... Autant que la vigilance absolue est de base. Car l'épidémie peut redémarrer à tout instant sans action forte. La sortie de notre confinement sera très délicate et nécessitera de la faire par région, avec un verrouillage complet des régions où il reste des cas afin que les régions libérées puissent redémarrer sur le plan économique, et un suivi avec les smartphones comme en Corée du Sud pour les personnes touchées et les proches. Pas simple...

- (26 mars 2020) Pour que vous puissiez faire votre jugement vous-même sur le travail de l'équipe du Pr. Raoult de l'IHU de Marseille concernant la fameuse hydroxy-chloroquine. Cliquez ici pour télécharger la publication dans la revue scientifique avec referee : International Journal of Antimicrobial Agents.

- (26 mars 2020) Les chiffres sont toujours aussi mauvais pour la France. Pas de signes annonciateurs de la prochaine arrivée du pic épidémique lié au confinement. Il faut encore attendre...


Fermer
- Nouvelles du 27 mars

- (27 mars 2020) La Chine et la Coréee du Sud font toujours face à un taux de contamination qui ne baisse pas. Pour lutter contre cette difficulté, la Chine décide de fermer ses frontières le 28 mars.

- (27 mars 2020) Stabilisation confirmée pour l'Iran. Aucun changement notable d'un jour à l'autre concernant l'évolution de l'épidémie pour les pays suivants : Allemagne, Espagne, Etats-Unis, Québec (Canada), Royaume-Uni et Suisse

- (27 mars 2020) La Suède fait partie des pays dont l'épidémie est suivie. Evolution très bizarre du nombre de cas certifiés, qui ontre la fragilité de ce nombre....

- (27 mars 2020) Saut brutal du nombre de cas au Québec entre les 23 et 24 mars.

- (27 mars 2020) Lien vers un site intéressant sur l'efficacité du filtrage dans les aéroports. Publication accessible sur le sujet.

- (27 mars 2020) Lien vers la carte interactive du nombre d'hospitalisations en France.

- (27 mars 2020) Lien vers l'article de BFMTV sur le fait que le pic épidémique en Italie est maintenant proche, comme annoncé par les autorités. Pour info, le modèle ici présenté avait alerté sur l'arrivée prochaine du pic le 20 mars dernier ! Le 21 mars, il était prévu pour le 4 avril, puis au fur et à mesure des nouveaux résultats, les estimations ont été affinées, et il est désormais estimé vers début avril. Evidemment ce ne sont que des estimations, mais elles montrent la bonne qualité prévisionnelle du modèle sur la base de la variation temporelle. Si cette tendance est bien confirmée, et qu'il n'y a pas de rechute, l'épidémie devrait provoquer au total entre 20000 et 25000 décès.

- (27 mars 2020) Les résultats pour l'Italie sont très encourageants et totalement en ligne avec les prévisions. On est presque sur le pic de l'épidémie. Encore deux ou trois jours, et puis la décrue va commencer. Mais l'effort devoir être poursuivi sans faille. Pas de signe encore probant pour l'Espagne, malheureusement.


Fermer
- Nouvelles du 28 mars

- (28 mars 2020) Comparaison des évolutions des nombres cumulés de décès (seul chiffre dont l'évolution temporelle est assez fiable). Deux pays ont passé le pic de l'épidémie (Chine, Corée du Sud), deux s'en approchent (Italie, Iran). Tous les autres pays étudiés (Allemagne, Espagne, Etats-Unis, France, Québec (Canada), Royaume-Uni, Suède, Suisse) sont actuellement en phase ascendante rapide de l'épidémie. Chose intéressante, la loi exponentielle en puissance de 2 est proche pour tous les pays : doublement des cas tous les 2.74 ± 0.52 jour. Cela montre la cohérence des données d'un pays à l'autre, même si les procédures statistiques diffèrent et que les taux de létalité sont donc extrêmement distincts. Cela valide l'approche méthodologique dans la note quant à l'emploi du nombre de dècès pour analyser les données et identifier l'arrivée d'un possible pic épidémique (par confinement ou immunité collective). Les courbes correspondantes sont indiquées ci-dessous et discutée dans la note. A noter que même si l'épidémie en Italie semble avoir été foudroyante, le temps de doublement des décès est comparable à ceux des autres pays, aux barres d'erreur près (seul les 8 premiers jours sont considérés, comme pour la Chine, la Corée du Sud, et l'Iran, afin de ne pas prendre en compte le ralentissement de l'épidémie par des mesures de confinement, tout en ayant une bonne statistique).

- (28 mars 2020) Toujours des cas de contamination qui ne baissent pas en Chine et Coréee du Sud. Un vrai problème pour sortir du confinement. Le risque de redémarrage de l'épidémie reste très élevé.

- (28 mars 2020) Précision qui m'a été fournie ce matin par un québecois, que je remercie ici chaleureusement, sur le saut observé sur les données des cas certifiés (voir la courbe plus vas) : le bon du 23-24 mars est principalement dû au fait que le taux de tests a énormément évolué dans les jours qui ont précédé avec notamment un centre de dépistage gratuit et accessible en plein centre de Montréal, de fait le principal foyer de la maladie ce jour. Ce centre ambulant permet de tester environ 2000 personnes quotidiennement. En outre, il semble que la capacité journalière de tests est désormais (28 mars) d'environ 5000-10000 pour l'ensemble de la province avec un nombre d'environ 30 000 personnes testées en date du 25 mars. En ramenant ce chiffre à la population de la province, le taux de tests est élevé par rapport à beaucoup de pays (entre autres en Europe), ainsi que le taux de détection. Concernant les vacances, il semble erroné de penser qu'elles soient le seul facteur à l'origine de cette hausse observée car celles-ci se sont déroulées du 2 au 6 mars pour la grande majorité des écoles : on est donc loin de la période d'incubation constatée généralement pour un impact aussi tardif sur les chiffres. À contrario, la mesure de rapatriement des canadiens a pu par contre jouer un rôle car les "snow birds", (retraités qui passent l'hiver en Floride ou dans d'autres états du sud), rentrent depuis 2 semaines au compte goutte, suite à l'injonction du pouvoir fédéral. Cette population nombreuse (plusieurs centaines de milliers) est depuis peu contrainte légalement au confinement de 14 jours mais il y a de nombreux cas constatés d'indiscipline et de non-respect des consignes de la part de cette population très à risques et qui ne subit aucun test à la frontière. Des foyers ont été localisés dans plusieurs quartiers de Montréal et font l'objet d'enquêtes minutieuses et, depuis leurs découvertes, les tests sont plus nombreux dans ces secteurs. La majorité des personnes décédées le sont dans quelques lieux touchés et sensibles (centre d'hébergement de personnes âgées). Les victimes sont sous réserve de vérification plus âgées que 70 ans. Par ailleurs, le premier ministre F. Legault a parlé aussi le matin du 23 mars d'un changement de méthodologie puisque désormais sont comptabilisés dans les cas déclarés, ceux qui sont fortement soupçonnés d'être infectés et pour lesquels les résultats de tests ne sont pas encore connus. À priori le délai de traitement est géré en fonction de l'urgence et peut atteindre 48h. Il s'agit de la limite de capacité de traitement des données et de réalisation des tests à grande ampleur. Commentaire : cela souligne la complexité de la mesure des cas mesurés de contamination, et le nombre de décès est donc certainement bien plus robuste !

- (28 mars 2020) Un médecin américain aurait traité avec succès plus de 500 patients avec l’hydroxychloroquine. Voir le lien ici. Il faut prendre cette information avec grande précaution, mais si celle-ci est avérée, il s'agirait certainement d'un tournant majeur pour le gestion du COVID-19.

- (28 mars 2020) Nouvelle publication (brouillon) de l'équipe du Pr. Raoult, de l'IHU de Marseille. Celle-ci n'a pas encore été publiée, et il n'y a pas de groupe test. A prendre donc avec les réserves d'usage, compte-tenu du contexte polémique de l'affaire. Cliquez ici.

- (28 mars 2020) L'Italie a très probablement atteint le pic de l'épidémie, même un peu plus tôy que prévu depuis 7j ce qui est une bonne nouvelle. Evidemment, le nombre journalier de décès est terrible, mais c'est justement le pic ! Il faut s'attendre à une lente amélioration dans les prochains jours, et le nombre total de décès pourrait même être encore plus bas que prévu.

- (28 mars 2020) L'Iran est en plein pic de l'épidémie. Difficile de savoir si le pays est déj dans la phase descendante. Si c'est le cas, celle-ci semble très lente, ce qui est une mauvaise nouvelle, car le nombre quotidien de décès va rester très élevé pendant de nombreux jours.

- (28 mars 2020) Pour l'Espagne, aucun signe tangible que le pic de l'épidémie se rapproche. Encore des moments très difficiles en vue.

- (28 mars 2020) Sauts anormaux du nombre de décès pour les Etats-Unis et la Suisse. Comptage ou accélération de l'épidémie, difficile de conclure avant plusieurs jours.

- (28 mars 2020) Angleterre, Allemagne, Québec, évolutions conformes aux tendances des jours précédents.

- (28 mars 2020) Le gouvernement français annonce ce soir par la voix du Ministre de la Snaté que les effets du confinement devraient être visibles fin de semaine prochaine pour la France. C'est probable en se basant sur l'expérience italienne, mais aucune code de peut prévoir quoique ce soit sur la date du pic épidémique tant qu'il n'y a pas une inflexion progressive et récurrente du nombre de décès journaliers.

- (28 mars 2020) Toujours rien en vue pour l'épidémie en France ! Si rien ne change, le seuil des 10000 morts vers le 4 avril... et c'est sans compter les personnes en réanimation et la charge des hôpitaux. C'est terrible. Les explications gentilles-gentilles sur le lissage du pic..., certes, mais les spécialistes savaient que le pic serait bien pointu !!!


Fermer
- Nouvelles du 29 mars

- (29 mars 2020) Le nombre de cas de décès semble augmenter très fortement en Suisse depuis deux jours. Comptage ou réalité ?

- (29 mars 2020) Le pic de l'épidémie semble bel et bien passé en Iran, mais la descente apparait très lente. Si cette tendance est confirmée, il faudra des mois pour que le pays sorte de l'épidémie, et on déplorera beaucoup de décès.

- (29 mars 2020) Etats-Unis, Suède, Allemagne, Royaume-Uni, Québec: évolutions du nombre de décès dans la ligne attendue. Pas de ralentissement de l'épidémie en vue.

- (29 mars 2020) Premiers signaux probables de ralentissement de l'épidémie en Espagne. A valider.

- (29 mars 2020) Lien officiel mis à jour à 13h lors de la conférence de presse quotidienne du premier ministre du Québec François Legault, du directeur de la santé publique Horacio Arruda et la ministre de la santé Danielle McCann

- (29 mars 2020) L'Italie est bien sur le pic !! Prévu 7522 décès, observé 7503 décès avec les paramètres du 24 mars !! 0.2% d'erreur ! Donc les chiffres sont toujours terribles, mais le pic est là. Maintenant, l va falloir suivre la descente vers l'arrêt de l'épidémie.

- (29 mars 2020) Premiers prémisses favorables pour l'épidémie de COVID-19 en France. Les données sont trop imprécises pour estimer sa date qui serait actuellement pour le 20 avril, mais elle interviendra plus tôt probablement. Chaque jour permettra d'affiner cette date clé.


Fermer
- Nouvelles du 30 mars

- (30 mars 2020) Carte interactive de l'épidémie de COVID-19 en France à partir des données de Santé Publique France. Très instructif pour suivre l'évolution locale de l'épidémie.

- (30 mars 2020) Le taux résiduel de cas reste toujours très élevé pour la Chine et la Corée du Sud, de l'ordre de 100/jour. Fait intéressant, le nombre de cas de contamination et le nombre de décès sont stationnaires depuis 15 jours environ en Corée du Sud, et le taux de létalité quotidien est constant, de l'ordre de 7% environ ! On peut s'interroger sur ce chiffre très élevé, 10 fois celui observé auparavant, même si ce chiffre est à prendre avec beaucoup de précaution. Dans tous les cas, cela indique que la sortie de l'épidémie va être très compliquée.

- (30 mars 2020) Etats-Unis, Suède, Allemagne, Royaume-Uni : évolutions du nombre de décès dans la ligne attendue.

- (30 mars 2020) Les chiffres de la Suisse on été complètement repris, car les données sur le site de l'OMS sont parfois très bizarres par rapport à d'autres sources. Ils sont en fait bien plus élevés que ceux indiqués sur le site de l'OMS (parfois avec retard). Ils sont désormais tirés quotidiennement de la base mondiale Git, indiquée en référence dans la note. La tendance est analogue à celle des autres pays, avec un taux de létalité estimé de 2% et non plus de 0.7% comme initialement montré. L'épidémie n'est pas contrôlée en l'état par les mesures gouvernementales.

- (30 mars 2020) Le pic épidémique en Iran semble bel et bien passé, quelque soit le scénario (fort ou faible taux de létalité). La baisse du nombre de décès journalier est très lente, et suivant les deux limites considérées, le nombre total de décès varie encore d'un facteur x2 entre 4500 et 9000 décès. Ce nombre est donc très incertain. L'épidémie durera bien au-delà de juin 2020 avec la dépendence temporelle observée.

- (30 mars 2020) Le pic épidémique en Italie est passé, et les nouveaux chiffres sont parfaitement en ligne par rapport aux prévisions. La phase de descente est désormais engagée.

- (30 mars 2020) Les chiffres de la France ne sont pas bons, et on ne voit pas clairement se dessiner une approche du pic. A noter que dans la presse, le nombre total de cas testés n'est pas diffusé... pas grave car c'est le nombre de décès qui est pris en compte... Il faut espérer que ce n'est pas pour adoucir une réalité plus dure... On verra dans les deux prochains jours la tournure du décompte macabre des décès, et quand une lueur d'espoir pointera.

- (30 mars 2020) Les choses bougent un peu dans le bon sens pour l'Espagne, même s'il est difficile d'estimer quand le pic épidémique va apparaître.


Fermer
- Nouvelles du 31 mars

- (31 mars 2020) Sur le site NextStrain.org, il est possble de suivre l'évolution génétique du virus SARS-Cov-2 responsable de l'épidémie de COVID-19. Plusieurs souches circulent, mais aucune n'est plus contagieuse ou dangereuse apparemment. Le virus évolue lentement. L'arbre philogénétique permet de tracer le cheminement du virus. Une chose est certaine: le virus est d'origine naturelle. Merci de m'avoir transmis ce lien !

- (31 mars 2020) Chine et Corée du Sud: toujours des cas résiduels au même niveau qu'auparavant. Il y a plus de décès avec ces cas résiduels que lors du pic de l'épidémie en Corée du Sud !

- (31 mars 2020) Etats-Unis: évolution conforme aux prédictions avec les paramètres de simulation choisis voici quelques jours. La tendance reste sur une augmentation exponentielle du nombre de décès (et du cas de contaminations)

- (31 mars 2020) Suède : la tendance est confirmée pour les décès et le nombre journalier de décès est sur la courbe de prédiction. Problème de comptage probablement. A suivre

- (31 mars 2020) Royaume-Uni : Le nombre journalier de décès est constant depuis trois jours. A suivre quant à la tendance qui pourrait annoncer un certain ralentissement. Les paramètres de simulation restent encore inchangés.

- (31 mars 2020) Québec : aucun nouveau décès depuis 3 jours. Difficile de prédire l'évolution, même si le nombre de cas continue d'augmenter et suit une pente très forte.

- (31 mars 2020) Allemagne : situation inchangée. Les prédictions en accord avec les observations

- (31 mars 2020) Sur le site de la Radio-Télévision-Suisse, toutes les infos et cartes concernant le COVID-19 en Suisse. Un autre lien ici également très utile. Merci de m'avoir transmis ce lien !

- (31 mars 2020) Des nouvelles de l'épidémie au Québec en cliquant ici. Merci de m'avoir transmis ce lien !

- (31 mars 2020) Pour récupérer les données sur l'épidémie de COVID-19 en France, deux liens: le site de santé publique France et celui de data.gouv.fr.

- (31 mars 2020) La France teste beaucoup moins que les autres pays. Cette statistique comparative accessible ici ici avait déjà été mentionnée voici plus de 10j (dans la note). Donc, avec la méthodologie employée, il n'est pas certain du tout que le chiffre cumulé de cas positifs au COVID-19 soit représentatif de la réalité en France. Le nombre de décès (s'ils sont tous testés), est bien plus significatif.

- (31 mars 2020) Une analyse comparée des systèmes de santé européens, au moment où ceux-ci sont très sollicités par le COVID-19, et celui de a France en particulier. Certains préjugés sont à revoir... Cliquez ici.

- (31 mars 2020) Une étude chinoise très intéressante sur l'efficacité de la fameuse hydroxychloroquine, avec un groupe test (enfin !). Certes le nombre de participans reste faible, mais le potentiel de ce médicament dans le traitement de COVID-19 a été partiellement confirmé, selon les dires des chercheurs eux-mêmes. Des études cliniques à grande échelle seront nécessaires pour clarifier les mécanismes spécifiques à cette molécule et optimiser le traitement. Mais les résultats sont encourageants. Pour télécharger le papier qui n'a pas été encore validé à ce jour pour publication dans un journal médical, cliquez ici.

- (31 mars 2020) Espagne : une analyse plus fine sur les derniers résultats définitifs montre que l'on s'oriente effectivement vers un pic épidémique provoqué par le confinement. Il est encore trop tôt pour conclure de la tournure de la situation puisque le pic est prévu pour le ... 2 juin (scenario fort taux de létalité) !!! Mais il interviendra plus tôt, c'est certain. D'ailleurs le scenario faible taux de létalité (0.7%) donne un pic vers le 2 avril !! Cette forte disparité montre combien la prédiction est senseible à ce stade de l'évolution épidémique. On en saura plus demain.

- (31 mars 2020) Coronavirus: quand le système immunitaire s'emballe et aggrave la maladie. A lire ici et ici.

- (31 mars 2020) Des infos circulent sur le nombre réel de décès en Chine, et à Wuhan en particulier. Si l'on prend la létalité brute annuelle en Chine pour 1000 personnes qui est de 7 personnes en 2020, le nombre de décès en deux mois pour une ville de 11 millions d'habitants est donc de 7*65*11e6/1000/365 = 13712 décès en temps normal. Si l'on prend la province de Hubei, 58 millions d'habitants, cela représente au total 72301 décès. Donc, l'épidémie de SARS-cov-2 a fait relativement peu de décès 3200/72301 = 0.04, soit 4% environ. Alors, les chinois mentent-ils sur l'ampleur de l'épidémie ? Pas vraiment, d'autant que le temps de doublement du nombre de décès en début d'épidémie est le même que ceux observés bien après pour tous les autres pays ! (voir figures ci-dessous).

- (31 mars 2020) Italie : le pic est maintenant bel et bien passé et les résultats ne nécessitent pas de modifier les paramètres de simulations. Donc la fin de l'épidémie est estimée au 21 Mai 2020 (90 jours d'épidémie, et le nombre total de décès est toujours estimé à 20000 environ suivant les scénarii.

- (31 mars 2020) France : toujours une forte croissance mais cela ralentit un peu. C'est observable. Il est difficile de prévoir précisement la date du pic actuellement mais elle serait comprise entre le 20 avril et le 4 mai, selon le scénario. Mais les choses vont se préciser avec les jours, et il arrivera certainement bien plus tôt. Bref, il faut tenir et être prêt à avoir des chiffres encore plus dramatiques qu'aujourd'hui malheureusement.


Fermer
- Nouvelles du 1er avril

- (1er avril 2020) Chine : le nombre de personnes contaminées reste toujours élevé, et le nombre de décès de baisse pas. Le niveau résiduel de cas est faible mais significatif quant au risque de redémarrage de l'épidémie dans le pays.

- (1er avril 2020) Corée du Sud : le nombre de personnes contaminées reste toujours élevé, mais le nombre de décès semble baisser. A suivre. Le niveau résiduel de cas est faible mais significatif quant au risque de redémarrage de l'épidémie dans le pays.

- (1er avril 2020) Allemagne : tendance inchangée par rapport à la veille.

- (1er avril 2020) Royaume-Uni : tendance inchangée par rapport à la veille, mais un meilleur ajustement sera à envisager selon la tendance des prochains jours.

- (1er avril 2020) Québec : le taux de létalité (scenario haut taux de létalité) a été ajusté à la valeur de 2% pour être sur le bon nveau. Avant, il y avait trop peu de cas pour l'estimer correctement. L'évolution temporelle reste inchangée par rapport à la veille.

- (1er avril 2020) Etats-Unis : tendance inchangée par rapport à la veille.

- (1er avril 2020) Suisse : tendance inchangée par rapport à la veille.

- (1er avril 2020) Suède : après le décrochement sur deux jours, le nombre cumulé de décès repart à la hausse aevc la même tendance que les jours auparavant, mais avec un décalage. A suivre donc. Les paramètres de simulation restent inchangés.

- (1er avril 2020) IMPORTANT: les données des pays suivants : Allemagne, Royaume-Uni, Etats-Unis, Québec, Suisse, Suède, sont obtenues de la base accessible ici, et qui donne les informations du jour J-1. Les informations consolidées du jour J sont obtenues depuis le site worldometers.info pour la Chine et la Corée du Sud, et l'Iran en milieu de journée, grâce au décalage horaire. Les informations sur l'Italie, l'Espagne et la France sont obtenues le jour J, mais après 20h en général. A noter que les données de l'Espagne sont en général corrigées dans la nuit, ce qui ne peut être est pris en compte que le lendemain !! Toutes les données sont croisées et testées avec celles de l'OMS et des sources de certains pays. Elles sont cohérentes entre elles.

- (1er avril 2020) Une analyse intéressante et argumentée sur la question brûlante de l'impréparation de la France face à cette épidémie. Cliquez ici pour y accéder. Une autre analyse ici sur la crise économique qui se profile provoquée par le coronavirus. Et la vacuité des méthodes interventionnistes de tout bord...

- (1er avril 2020) Une vidéo intéressante sur l'équipe de l'IHU de Marseille. Il n'y a pas que le Pr. D. Raoult, et c'est bien de voir les personnes engagées, mais habituellement invisibles. Cliquez ici pour y accéder.

- (1er avril 2020) Transmis par un collègue chinois, le manuel de prévention et de traitement du COVID-19 du Prof. Tingbo LIANG. En français ! Le document est remarquablement précis et très utile pour se faire une idée de l'organisation chinoise pour lutter contre l'épidémie de COVID-19.

- (1er avril 2020) Iran : le nombre journalier de décès fluctue beaucoup. Il reste globalement stable. Cela confirme que l'Iran a bien atteint un pic, mais que la descente est très difficile.

- (1er avril 2020) Italie : le modèle est parfaitement en accord avec les observations. Le nombre de décès journaliers continue bien de baisser comme attendu. Les paramètres de simulations voici quelques jours décrivent très bien la dynamique italienne et le pic qui est bien passé. On observe un léger retard entre le pic des décès et celui des cas de contamination confirmée, mais il est faible, de l'ordre de 3 jours ! Avec les fluctuations des données, difficile de faire mieux actuellement. La pente descendante donnera des indications précieuses à ce sujet. La comparaison avec la Chine aussi. Car pour cette dernière, la décroissance des décès est bien plus lente que celle des cas de contamination confirmée, après le pic. Le nombre total de décès reste toujours dans la fourchette des 18000-20000 actuellement.

- (1er avril 2020) France : très légère amélioration, le paramètre qc_inf qui donne la dynamique finale de l'épidémie passant de 0.2 à 0.17. Il est loin de la valeur en Italie qui est de 0.01 ! Donc rien de nouveau. La tendance est bonne mais extrêmement faible. A noter que les chiffres fournis par l'état sont depuis quelques jours systématiquement tronqués. Il est alord difficile de s'y retrouver. Est-ce intentionnel ? C'est très étrange, et justifie encore un peu plus l'intérêt de suivre au quotidien la série temporelle.

- (1er avril 2020) Espagne : Les derniers résultats feraient apparaitre finalement un pic épidémique très pointu, avec aucun précurseur ! Une dynamique très différente de celle de l'Italie, à confirmer avec le temps. Mais en l'état, le pic serait passé depuis 3 jours ! Cela montre la difficulté à prédire d'avance la dynamique d'une épidémie. Avec les paramètres reproduisant le mieux la dynamique des décès observés, on aurait la fin de l'épidémie entre les 6 et 9 Mai 2020, et au total 11000 décès environ, quelque soit le scénario. A valider demain, car vu la décroissance très rapide qui est observée, on verra très vite si cette analyse est confirmée.


Fermer
- Nouvelles du 2 avril

- (2 avril 2020) Espagne : chiffres réactualisés dans la nuit, donc, désormais, seuls les chiffres stabilisés seront pris en compte et les simulations présentées concerneront J-1.

- (2 avril 2020) France : depuis quelques jours, les annonces officielles des chiffres sont nettement plus complexes, avec des chiffres manquants, comme le nombre cumulé certifié de contaminations. Il est obtenu en général le lendemain. Est-ce intentionnel ?

- (2 avril 2020) Corée du Sud : cas certifiés de contamination toujours stationnaire (100/jour), et décès en baisse. Le second pic de décès est-il associé au pic de cas 20 jours plus tôt ? Il sera intéressant de comparer ce résultat avec d'autres pays.

- (2 avril 2020) Allemagne, Suisse, Etats-Unis, Royaume-Uni, Québec, Suède : évolutions inchangées par rapport aux jours précédents.

- (2 avril 2020) Une analyse intéressante pour comprendre l'écart du taux de létalité entre la France et l'Allemagne.

- (2 avril 2020) Les physiciens s'intéressent à l'épidémie de COVID-19 ! Sur Facebook, de nombreux collègues sortent leurs modèles "maison", comme le mien, et fournissent des résultats comparables. Une épidémie est une affaire de chiffres plus que de médecine en l'absence de traitement ou de vaccin !

- (2 avril 2020) Une très belle vidéo de Lyon en plein COVID-19. Merci pour le lien !

- (2 avril 2020) Un rapport de stage instructif et technique sur la modélisation des épidémies. On retrouve de nombreux concepts courants en physique statistique, ce qui n'est pas une surprise. A vos calculettes ! Merci pour le lien !

- (2 avril 2020) Alors que la question du nombre de décès par région fait l'objet d'analyses minutieuses, il existe une anomalie dans les Bouches-du-Rhône, qui semblent avoir un taux de décès bien plus bas qu'ailleurs. Effet de la chloroquine ? Pas vraiment à en croire cet article dans la Provence, plutôt l'indisponibilité des services municipaux suite à un piratage massif des ordinateurs de la mairie. Wait and see!

- (2 avril 2020) Iran: le nombre de décès semble bien descendre, mais il y a des sauts de comptage de toute évidence. La pente est bonne, donc pour l'instant, les paramètres de simulation restent inchangés. On semble retrouver aussi une cohérence entre le nombre de cas contaminés et le nombre de décès. Le pic de décès et de cas contaminés seraient presque synchrones.

- (2 avril 2020) Un article intéressant dans le Dauphiné Libéré, décrivant l'utilisation des outils de calcul des physiciens pour aider à résoudre le COVID-19. Merci pour le lien !

- (2 avril 2020) Deux pays supplémentaires sont suivis : les Pays-Bas pour le choix de suivre plutôt l'immunité collective (avec cependant quelques restrictions) et le Liban, qui a fermé ses frontières très tôt et imposé une quarataine stricte. Prochainement un troisième pays sera rajouté, pour estimer d'effet du climat sur la contagiosité du virus.

- (2 avril 2020) Un article démontrant la fragilité de la fin du confinement qui est bien mis en évidence quotidiennement avec les courbes diffusées sur le site. 600000 chinois en quarantaine dans la province de Henan ! On n'a pas fini de rire (jaune) avec ce satané virus !

- (2 avril 2020) Italie : les chiffres viennent de tomber, et ils sont en parfait accord avec le modèle ! La décroissance continue donc comme prévue, et les chiffres annoncés préalablement restent totalement valables (délai pour atteindre la fin de l'épidémie, nombre de décès)

- (2 avril 2020) Espagne : le pic annoncé était bien réel, après avoir détecté une erreur dans les données mesurées (deux chiffres intervertis !). Donc l'Espagne a bien passé son pic épidémique, et la descente encore difficile à estimer semble encore assez lente. Les données des prochains jours seront déterminantes. A noter que le pic espagnol est bien plus pointu que celui de l'Italie. Peut-être la sévérité des mesures de confinement dès le départ a joué un rôle clé dans la dynamique de contrôle de l'épidémie.

- (2 avril 2020) France : les derniers résultats sont en ligne avec les paramètres du modèle. Evolution toujours très lente pour l'instant. A noter le nombre considérable de décès en EHPAD non-comptabilisés, 886 décès.


Fermer
- Nouvelles du 3 avril

- (3 avril 2020) Chine : Le nombre de cas certifiés (50/j) et le nombre de décès (10/j) repartent à la hausse.

- (3 avril 2020) Corée du Sud : Situation stationnaire, idem à la veille. Aucune amélioration.

- (3 avril 2020) Suisse, Etats-Unis, Royaume-Uni, Suède : aucun changement dans l'évolution de l'épidémie. Croissance exponentielle soutenue.

- (3 avril 2020) Allemagne, Pays-Bas, Liban: aucun changement notable dans l'évolution de l'épidémie.

- (3 avril 2020) Québec: L'épidémie semble ralentir un peu. Le faible nombre de décès rend difficile de choisir des paramètres de simulation plus adaptés avant quelques jours.

- (3 avril 2020) France: les organismes internationaux comptabilisent les décès en EHPAD dûs au SARS-cov-2. Il en résulte un bond dans le nombre journalier de décès, puisque ce chiffre intègre les décès sur de nombreux jours. Cela peut conduire à masquer la tendance très lente au ralentissement observée les trois derniers jours. Pour l'instant les paramètres de simulation restent donc inchangés.

- (3 avril 2020) Un article très complet dans la célèbre revue Nature.

- (3 avril 2020) Iran : Le nombre de décès remonte par petits sauts. Toujours un problème de comptage. Le pic épidémique est bien là, mais très large. A ce stade, ce n'est plus un pic, mais un palier. Impossible dans ces conditions d'avoir des prévisions réalistes à court et moyen terme.

- (3 avril 2020) France - Allemagne, le match perdu de la bonne gestion hospitalière. Demander encore plus de moyens, c'est aller vers un désastre encore plus grand par plus de bureaucratie... Quand est-ce que les français vont ouvrir les yeux sur les ravages d'une politique étatiste qui ne les protègent pas, comme l'atteste la situation dramatique révélée par le COVID-19...

- (3 avril 2020) Italie : la descente du pic est lente, mais conforme aux prévisions à 0.6% près sans avoir changé les paraètres de simulation depuis 6 jours! et encore ils avaient très peu variés par rapport à avant (voir la note). Cela montre la difficulté et le temps qu'il sera nécessaire pour revenir à une situation normale. Fin de l'épidémie vers le 20 mai, et ... 20000 décès environ, quelque soit le scenario.

- (3 avril 2020) France : croissance attendue du nombre de décès dans les hôpitaux. Le nombre de personnes en réanimation semble se stabiliser depuis quelques jours, ce qui est bon signe, et viendrait essentiellement de la région grand Est qui a été en confinement plus tôt. Pas de pic proche en vue d'ici quelques jours en principe. Le décès en EHPAD et domiciles sont désormais comptés dans le dcompte total, de sorte qu'une discontinuité apparaitra si ceux passés ne sont pas replacés aux bonnes dates. Déjà vu dans d'autres pays. Le seuil des 10000 décès est prévu pour lundi soir...


Fermer
- Nouvelles du 4 avril

- (4 avril 2020)Une réflexion éthique très intéressante de la part du Pr. Raoult de l'IHU de Marseille: L'éthique du traintement contre l'éthique de la recherche.

- (4 avril 2020) La question du port généralisé d'un masque revient sur le devant de la scène à la faveur d'études montrant que le coronavirus pourrait être diffusé par les personnes lorsqu'elles parlent par exemple et persister dans un volume bien plus important qu'initialement envisagé. Voici quelques références à ce sujet. Cliquez ici, ici et ici.

- (4 avril 2020) Chine : Le nombre de cas certifiés de contamination chute à une vingtaine et le nombre de décès à 4. Est-ce le résultat du verrouillage des frontières du pays ?

- (4 avril 2020) Corée du Sud : Situation stationnaire, idem à la veille pour le nombre de cas de contaminations. Aucune amélioration. Le nombre de décès semble baisser progressivement.

- (4 avril 2020) Suisse, Allemagne, Pays-bas: premiers tendances à un ralentissement du nombre de décès.

- (4 avril 2020) Etats-Unis, Royaume-Uni, Suède, Québec: aucun changement notable dans l'évolution de l'épidémie. Croissance exponentielle encore soutenue.

- (4 avril 2020) Liban : le nombre de décès croit selon la tendance des jours passés. Pas de changement dans la dynamique épidémique

- (4 avril 2020) Espagne : le pic de l'épidémie est atteint, mais il est assez large au vu des chiffres officiels arrêtés.

- (4 avril 2020) Relation entre le groupe sanguin ABO et la sensibilité au COVID-19 d'après une étude chinoise non encore validée pour publication, mais intéressante malgré tout, car cet effet aurait été vu pour le SARS-cov-1.

- (4 avril 2020) Une nouvelle et très grave épidémie menace actuellement le monde, après le COVID-19, le CONVID-20... Attention aucun traitement, et la propagation est très rapide. Voir les explications du Pr. Didier Rajoult, en cliquant ici.

- (4 avril 2020) Iran: l'épidémie n'est pas stabilisée. Compte-tenu des fluctuations du nombre de décès, il est difficile de dire si celle-ci repart ou il s'agit juste d'une mauvaise journée... A suivre donc.

- (4 avril 2020) Italie : lente descente après le pic. Ajustement du taux de contamination résiduel à 0.015 à lieu de 0.01, ce qui repousse à fin mai la fin de l'épidémie et un nombre total de décès de 21000 environ quelque soit le scenario.

- (4 avril 2020) France : la dynamique observée les jours précédents est inchangée, et le pic de l'épidémie n'est toujours pas clairement en vue. La nouvelle comptabilité des décès avec celle des EHPAD et les EMS à partir du 1er avril est prise en compte dans les calculs avec un offset journalier dans les calculs. Les données détaillées pour la France peuvent obtenues depuis le site officiel. A noter qu'on suit les standard de l’OMS, et ces nouveaux chiffres doivent être intégrés, le jour de l’annonce (comme ce fut le cas le 12 février pour la Chine) et les autorités doivent ensuite corriger les chiffres précédents.


Fermer
- Nouvelles du 5 avril

- (5 avril 2020) Chine : Baisse progressive du nombre de cas certifiés et du nombre de décès.

- (5 avril 2020) Corée du Sud : Le nombre résiduel de cas certifiés reste toujours stationnaire. Le nombre de décès repart à la hausse. Fluctuation ou tendance ? Pas clair vu le faible niveau.

- (5 avril 2020) Espagne : tendance inchangée par rapport à la veille. Stabilisation du nombre de décès sur le pic qui chaque jour est plus large.

- (5 avril 2020) Suisse, Allemagne : croissance toujours élevée du nombre de décès.

- (5 avril 2020) Etats-Unis, Royaume-Uni : léger ralentissement observé depuis deux jours sur le nombre de décès. Les paramètres de simulations ont été optimisés.

- (5 avril 2020) Suède : ralentissement marqué sur le nombre de décès. Est-ce le signe d'un pic épidémique proche ? Trop peu de données pour conclure sur un changement aussi rapide. Cela peut résulter d'un effet statistique.

- (5 avril 2020) Pays-Bas : poursuite de la dynamique observée les jours précédents. Les paramètres du modèle sont inchangés.

- (5 avril 2020) Québec : absence de nouvelles données pouraujourd'hui.

- (5 avril 2020) Pour valider le modèle épidémique que j'ai développé, j'ai étudié le cas de l'épidémie du virus Ebola en Afrique de l'Ouest, entre 2014 et 2015, qui a pu être pleinement contrôlée et stoppée après une année de lutte acharnée de l'OMS et des autorités locales. Le cas étudiés est le Liberia, qui offre une statistique importante et un suivi très régulier des données. Comme indiqué plus bas, l'épidémie peut être pleinement décrite, cas de contamination certifiés, et nombre de décès, avec 50 % de létalité. Aspect intéressant, le taux de létalité constant explique bien la dynamique générale, ce qui n'est pas le cas pour le SARS-cov-2, puisque le taux de létalité augmente avec le temps dans tous les pays. A la différence du SARS-cov-2, la contamination par le virus Ebola se fait par contact physique ou avec les fluides de malades, et non par voie aérienne. Il est donc possible de pister beaucoup plus facilement qui a pu être contaminé à partir d'un malade. En effet, pendant la période d'incubation, le malade n'est pas contaminant. Il le devient par contre violemment aux premiers symptômes qui peuvent suggérer aussi une autre pathologie. Sur la base du temps d'incubation fluctuant entre 2 et 20 jours, la valeur moyenne de 10 jours a été choisie. Avec les paramètres reproduisant la dynamique temporelle observée, le R0 vaut 1.5 environ, proche des calculs effectués par d'autres méthodes. On constate une traine résiduelle importante sur le nombre de cas, qui provient peut-être à un temps très long pour obtenir l'arrêt complet de l'épidémie (2x le temps d'incubation en théorie). Une certaine analogie avec ce qui se passe actuellement en Corée du Sud et en Chine. L'arrêt complet d'une épidémie peut donc être très long, même si on semble proche de sa fin après le passage du pic.

- (5 avril 2020) Une possible anomalie du nombre de décès dans les bouches-du-Rhône a été analysée en détail par un collègue de travail, Roland Sabot, collègue physicien du CEA. Cette étude sera actualisée plusieurs fois par semaine. Pour accéder aux résultats, veuillez cliquer ici.

- (5 avril 2020) Iran : rien de neuf sous le soleil ! mais le pic devient chaque un peu plus une montagne... avec des sommets secondaires... l'épidémie a-t-elle atteint un sommet, rien n'est moins certain de jour en jour.

- (5 avril 2020) Italie : la pente descendante s'accélère, et c'est normal. Tout est conforme au modèle et aucun paramètres de simulation n'est à changer. Les perspectives sur la fin de l'épidémie et le nombre de décès restent donc inchangés (voir les jours prcédents).


Fermer
- Nouvelles du 6 avril

- (6 avril 2020) Un très bel essai "Contagion" en accès libre du physicien italien Paolo Giordano, édité par les Editions du Seuil.

- (6 avril 2020) Chine : une analyse basée sur ce qui est fait pour les autres pays (on prend en compte le nombre de décès) montre que l'épidémie est peut-être moins contrôlée que prévue. En effet, la décroissance du nombre de cas certifiés est bien plus rapide que celle des décès. Même si un décalage temporel est probable, au-delà du pic, on pourra s'attendre à une loi similaire de décroissance. En se basant sur cette approche, on constate que le nombre de cas certifiés aurait été très sous-estimé pendant une longue période, avant de retrouver un niveau cohérent avec le nombre de décès depuis une vingtaine de jours. Est-ce parce que les cas sont "importés" et mieux détectés ? Selon cette approche, la fin de l'épidémie serait vers début mai. Par ailleurs, le scenario à faible taux de létalité a été également appliqué. Les paramètres sont très voisins du cas précédents, puisque c'est également la dépendence temporelle des décès qui est prise en compte. Dans ce cas de figure, le nombre de cas certifié est toujours très largement sous-évalué.

- (6 avril 2020) Corée du Sud : baisse du nombre de cas certifiés et de décès.

- (6 avril 2020) Suisse : ralentissement pris en compte dans les simulations. Pic estimé vers fin mai actuellement, mais il va se rapprocher certainement.

- (6 avril 2020) Etats-Unis, Royaume-Uni : petit ralentissement observable de l'épidémie. On changera les paramètres prochainement

- (6 avril 2020) Suède : changement des paramètres pour mieux prendre en compte la dynamique générale de l'épidémie depuis le début. Le pic est prévu vers le 9 mai.

- (6 avril 2020) Pays-Bas : tendance inchangée.

- (6 avril 2020) Liban : tendance inchangée, mais les paramètres de simulation ont été changés pour avoir une meilleurs description de l'évolution temporelle des décès. Le taux de létalité doit être plus bas et vaut 0.7% comme la Corée du Sud dans sa phase initiale.

- (6 avril 2020) Espagne : le pic est passé, mais descente peut-être assez rapide. Dynamique assez différente de celle de l'Italie. Si c'est confirmé, fin de l'épidémie après mi-juin avec 20000 décès au total quelque soit le scénario. Les prochains jours permettront de confirmer la tendance.

- (6 avril 2020) France : avec les résultats d'hier soir, et malgré la complication apportée par les chiffres des EHPAD et EMS, l'épidémie serait finalement proche du pic. Les paramètres de simulation ont été revisités en conséquence pour les deux scenario. Les deux, avec les évolutions temporelles donnent un pic pour aujourd'hui, mais avec une grande erreur sur le nombre total de décès entre 25000 et 30000 personnes. La fin de l'épidémie est encore lointaine, après le 13 juin. La descente après le pic apportera plus de précision. Ces chiffres sont évidemment le résultat de calculs qui seront affinés les jours prochains.

- (6 avril 2020) Iran : Encore des datas de létalité en escalier qui semblent indiquer que des données manquantes sont ajoutées, avec une tendance à la baisse générale. Difficile de conclure que l'épidémie est contrôlée.

- (6 avril 2020) Québec : avec les derniers chiffres de la journée : tendance inchangée, pente raide ! Merci pour les données venant de la Belle Province !

- (6 avril 2020) France : confirmation que l'épidémie est sur le pic mais celui-ci peut-être large. Chute des personnes en réanimation, et ce chiffre n'est pas modélisé en l'état (fraction du nombre de cas certifiés de personne contaminées. Il faut un modèle plus élaboré. Mais c'est un bon indicateur que l'épidémie est en train de ralentir. Beaucoup de décès en EHPAD... terrible !

Fermer


- Nouvelles du 7 avril

- (7 avril 2020) Mise à jour de l'étude de l'anomalie du nombre de décès dans les Bouches du Rhône.

- (7 avril 2020) Chine : Poursuite de la baisse du nombre de cas certifiés. Pas de nouveau décès.

- (7 avril 2020) Coréee du Sud : Nombre de cas certifiés toujours élevé bien qu'un peu en baisse. Même niveau de décès. Un point très intéressant: pendant les 20 derniers jours, le nombre de cas certifié de contamination est faible mais constant (aux fluctuations près assez importantes) et le nombre de décès également. Comme cela dépasse le temps de quarataine de 14 jours, on peut estimer que le taux de létalité est alors bien calculé, d'autant que le faible nombre de cas ne conduit pas le système de santé à être saturé. Surtout en Corée qui a mené une politique très poussée des tests, comme recommandé par l'OMS. Et quand on fait ce rapport entre les moyennes, on trouve alors un taux de létalité moyen de ... 7% !! 10 fois le taux initial estimé !! Où se trouve alors la vérité sur ce chiffre somple en apparence et bien complexe en réalité ? Est-ce pour cela que les taux de létalité dans tous les pays tendent à monter au fil du temps ? Si c'est la raison, on devrait saturer vers cette valeur très élevée. Un sujet loin d'être clos.

- (7 avril 2020) Espagne : Le pic est passé et la descente amorcée. Elle semble plus rapide que celle de l'Italie.

- (7 avril 2020) Suisse : Tendance au ralentissement inchangée.

- (7 avril 2020) Etats-Unis : Le nombre journalier de décès atteint un plateau. La courbe du nombre cumulé de décès commence à s'incurver. Les premiers effets déjà observés hier d'un ralentissement. Les paramètres de simulation seront adaptés vu cette tendance.

- (7 avril 2020) Royaume-Uni : Le nombre journalier de décès décroit. La courbe du nombre cumulé de décès commence à s'incurver. Les premiers effets déjà observés hier d'un ralentissement. Les paramètres de simulation seront adaptés vu cette tendance.

- (7 avril 2020) Pays-Bas : Le nombre journalier de décès commence à décroitre. La courbe du nombre cumulé de décès commence à s'incurver nettement. Les premiers effets déjà observés hier d'un ralentissement plus marqué.

- (7 avril 2020) Suède : Tendance au ralentissement inchangée.

- (7 avril 2020) Liban : Tendance au ralentissement inchangée.

- (7 avril 2020) Allemagne : Tendance au ralentissement inchangée.

- (7 avril 2020) Québec : Montée toujours forte du nombre de décès. Le nombre de personnes en soins intensifs monte également très fort (1% des malades environ, plutôt bas).

- (7 avril 2020) Iran : toujours des sauts dans la comptabilité des décès, mais mis-à-part ces discontuités, la tendance semble à une très lente baisse.

- (7 avril 2020) Italie : les observations sont exactement sur les pédictions. Les estimations précédentes sont ainsi confortées, quelque soit le modèle : fin de l'épidémie (sauf scénario à la coréenne) après la mi-juin, et 19-22,000 décès dus au SARS-Cov-2. La sortie du confinement sera compliquée et nécessairement par région, pour en sortir plus tôt.

- (7 avril 2020) Cette vidéo restera une anthologie pour le COVID-19. A voir et revoir sans limite... Raoult de Bergerac, une merveille d'intelligence ! L’humour est la politesse du désespoir comme me l'a si bien écrit un ami.

- (7 avril 2020) Plus de 3237 décès en EHPAD... un carnage... et ce n'est pas terminé.

- (7 avril 2020) France : évolution de l'épidémie conforme au modèle. On est sur le pic, dont le nombre de décès quotidiens est le plus élevé. Le pic est pour le 9 avril quelque soit le scenario), la fin de l'épidémie après le 19 juin (120 jours de simulations) et entre 22-34,000 décès en tout. L'évolution est assez lente, proche de celle de l'Italie.

Fermer


- Nouvelles du 8 avril

- (8 avril 2020) Les citoyens du Québec ont la chance d'avoir un gouvernement qui fournit, avec l'aide des scientifiques, des analyses chiffrées et compréhensibles de scenarii crédibles concernant l'épidémie COVID-19. Un exemple à suivre. Deux scenarii sont discutés, l'un optimiste basé sur l'Allemagne et le Portugal (A), l'autre pessimiste basé sur l'Italie (B). En l'état, personne ne peut prédire quand le pic de l'épidémie arrivera effectivement. Selon le scenario A, le pic arriverait le 18 avril (A ou B), il y aurait 29000 cas de contaminations, 1300 morts vers le 30 avril. Selon le scenario B, il y aurait 60000 personnes infectées et 8860 morts vers le 30 avril. En analysant les dynamiques avec le modèle "maison", on constate que la dynamique la plus proche du Québec est celle de l'Allemagne (temps de doublement voisins). En prenant les paramètres de fin d'épidémie de l'Allemagne, qui donnent un pic encore lointain, le pic épidémique au Québec serait le 29 avril, avec 1100 décès. La fin de l'épidémie serait après mi-juin. Mais avec ces paramètres, on sous-estime déjà largement les cas de décès actuels. En prenant une courbure analogue à celle d'autres pays, le pic estimé serait le 7 mai et avec 7000 décès environ. C'est certainement trop, mais le pic vers le 18 avril semble très improbable. Donc très grosse incertitude, ce qui n'est pas une surprise quand on est encore loin du pic épidémique. Aucun modèle n'est fiable !

- (8 avril 2020) Chine, Corée du Sud : situation inchangée.

- (8 avril 2020) Espagne : situation inchangée, le pic est passé, et les paramètres de simulation semblent bons. Le pic a été passé vers le 2 avril, et la fin de l'épidémie sera après mi-juin, avec 20000 décès au total.

- (8 avril 2020) Suisse : ralentissement un peu plus marqué. Difficile encore d'esquisser la tendance. D'ici un jour ou deux, la situation devrait être plus claire.

- (8 avril 2020) Etats-Unis : hausse toujours importante du nombre de décès, mais on reste dans la dynamique générale sans changer les paramètres. Les deux prochains jours vont être importants pour apprécier la tournure de la situation.

- (8 avril 2020) Allemagne : dynamique inchangée. Pic prévu vers le 21 avril et 13,855 décès au total, mais l'épidémie se prolongerait au-delà de mi-juin.

- (8 avril 2020) Royaume-Uni : dynamique inchangée. Pic prévu vers le 11 avril et 20,000 décès au total, mais l'épidémie se prolongerait au-delà de mi-juin. Une pensée pour le 1er ministre, en lui souhaitant un prompt rétablissement !

- (8 avril 2020) Suède : dynamique inchangée. Pic prévu vers le 7 mai et 9,000 décès au total, mais l'épidémie se prolongerait au-delà de mi-juin.

- (8 avril 2020) Pays-Bas : dynamique inchangée. Pic prévu vers le 4 mai et 22,000 décès au total, mais l'épidémie se prolongerait au-delà de mi-juin.

- (8 avril 2020) Liban : dynamique inchangée. Le pays s'approche d'un contrôle complet de l'épidémie.

- (8 avril 2020) Sur la carte des décès par département du site officiel du gouvernement français concernant le COVID-19, on contaste que le nombre de décès au jour d'aujourd'hui se superpose relativement bien à la carte de la densité de population accessible ici (elle est de 2009 mais reste pertinente). Il sera intéressant de faire le rapport de la létalité à la densité de population, qui probablement sera un chiffre assez constant, avec certes des fluctuations. Si ceci est avéré au niveau français, cela expliquerait aussi pourquoi l'épidémie se développe peu dans les pays à faible densité de population. Ce ne serait pas qu'un problème de système sanitaire. Une façon d'éloigner les gens dans les zones denses sans les déplacer est le ... confinement. Rien de surprenant à tout cela.

- (8 avril 2020) Iran : le pic est bien passé et la tendance est à la baisse, et celle-ci est bien reproduite par les paramètres de simulation.

- (8 avril 2020) Fin de partie pour.... personne ! Un post FaceBook tout récent du Pr. Axel Kahn semble indiquer que le protocole HXQ (Hydroxy-Chloroquine) avec ou sans antibiotique, au début des symptômes ou dans un stade plus avancé de la maladie n'ait aucun effet favorable sur le cours de la pathologie. Dommage. Une leçon de tout cela : la science ne se fait pas dans les médias, mais dans les labos et les infos ne doivent sortir dans les médias qu'après publication validée. Même dans l'urgence malheureusement. Et on peut comprendre que les attentes aient été fortes dans le contexte actuel de l'épidémie. Croire aux miracles ne fait pas gagner du temps. Ceci-dit, il reste 1000 choses à élucider, et un jour peut-être, je l'espère, le protocole HXQ avec ou sans antibiotique sera validé.

- (8 avril 2020) Les autorités américaines s'attendent au pic épidémique dimanche prochain, soit le 12 avril, avec 60000 décès (bien révisé à la baisse par rapport aux prévisions précédentes). D'après les calculs du modèle que j'ai développé, en prenant en compte l'évolution temporelle actuelle des décès, confirmée par les derniers résultats, l'épidémie aurait devrait atteindre son pic aux Etats-Unis, le ... 13 avril (à un jour des prévisions des professionnels), mais le nombre total de décès estimé est bien moindre, de l'ordre de 24,000, soit presque trois fois moins. Les jours porchains permettront de confirmer ou non la tendance. Mais la concordance des dates et des ordres de grandeur souligne bien combien la modélisation simple apporte déjà beaucoup d'information pertinente !

- (8 avril 2020) Italie: les nouvelles données confirment parfaitement la descente et le rythme actuel visible depuis plus de 15j maintenant. L'épidémie durera au moins jusqu'à mi-juin, et fera entre 19,000 et 22,000 morts selon le scenario. Donc rien de changé.

- (8 avril 2020) Les premiers tests de l'immunité collective dans l'Oise et le grand Est montre un taux de 10-15%, bien plus bas qu'attendu par les spécialistes. C'est une mauvaise nouvelle, car cela signifie que l'épidémie peut reprendre à tout instant, si on relache les efforts du confinement. Pour rappel, la fraction de population qui doit être immunisée vaut approximativement 1-1/R0 et avec R0 = 3 , elle doit atteindre 60% ! On est loin du compte, et seule la vaccination massive de la population permettra de résoudre cette grosse difficulté pour que le monde puisse reprendre une vie normale après le confinement, France comprise. C'était prévisible (le confinement a justement limité la contagion), mais peut-être pas à ce niveau. Si le confinement est relaché sans précaution, si les frontières ne sont pas fermées entre les pays, il faut alors s'attendre à des vagues épidémiques successives, très meurtrières, qui conduiront à bloquer de nouveau les personnes et paralyser l'économie (comme pour la grippe espagnole, qui est passée en trois vagues de plus en plus dramatiques). La mise au point d'un vaccin est donc une priorité absolue.

- (8 avril 2020) France : le ralentissement se poursuit et s'accélère même un peu. On est sur le pic aujourd'hui, et la fin de l'épidémie ne sera pas avant mi-juin, avec à cette date entre 18,000et 23,000 décès seront à constater. La chute du nombre de nouvelles personnes en réanimation est spectaculaire. La dynamique des décès suivra peut-être.
p> - (8 avril 2020) Québec : un très léger ralentissement du nombre de décès est perceptible, mais il est encore difficile de conclure entre une vraie tendance et une fluctuation des données. Les prochains jours vont apporter bien plus de précision.

Fermer


- Nouvelles du 9 avril

- (9 avril 2020) Québec: le ralentissement du nombre de décès conduit à modifier les paramètres de simulation (voir notes pour les détails). Un meilleur ajustement est obtenu, avec un taux de létalité plus bas de 1%, et avec ces nouveaux paramètres,le pic serait autour du 17 avril, l'épidémie causant 1100 décès. A ce stade de la dynamique, il est très difficile d'avoir une estimation fiable comme pour l'Italie ou l'Espagne. Encore merci pour le soutien du Québec en me fournissant des chiffres très complets le jour J.

- (9 avril 2020) Chine : tendance inchangée, baisse du nombre résiduel de décès qui fluctue entre 0 et 1-3 environ, et du nombre journalier de personnes contaminées

- (9 avril 2020) Corée du Sud : situation inchangée. Toujours un fond résiduel incompressible de nouvelles personnes contaminées et de décès. Cette situation commence même à se voir clairement sur les chiffres cumulés.

- (9 avril 2020) Etats-Unis : le nombre journalier de décès est plus élevé qu'attendu, et donc les paramètres ont été révisés légèrement pour mieux suivre l'évolution temporelle (voir notes pour les détails). Il en résulte que le pic épidémique serait vers le 16 avril, et qu'au final, elle causerait environ 33000 décès. Malgré les apparences, il y a bien ralentissement de l'épidémie aux Etats-Unis, qui restent très touchés par la pandémie, mais la situation évolue favorablement, contrairement à ce que de nombreux médias diffusent en boucle actuellement.

- (9 avril 2020) Suisse : le ralentissement devient plus marqué. Les paramètres de simulation (voir notes pour les détails) ont été légèrement adaptés pour mieux suivre la dynamique observée. Le nombre journalier de décès est toujours très fluctuant, donc grosse incertitude sur les projections.le pic épidémique serait vers le 14 avril, et l'épidémie causerait 2800 décès au total.

- (9 avril 2020) Espagne : tendance inchangée à la baisse, bien reproduite par le modèle. Environ 19,000 décès au total, quelque soit le scenario

- (9 avril 2020) Liban : tendance inchangée. L'épidémie est en voie d'être contrôlée.

- (9 avril 2020) Allemagne : tendance inchangée. Pic épidémique vers le 21 avril, et l'épidémie causerait 14000 décès au total.

- (9 avril 2020) Royaume-Uni : tendance inchangée. Pic épidémique vers le 13 avril, et l'épidémie causerait 25000 décès au total.

- (9 avril 2020) Suède : tendance globalement inchangée même si les prévisions étaient un peu optimistes. Avec une très légère modification des paramètres l'accord est bien meiller. Pic épidémique vers le 6 mai, et l'épidémie causerait 11,000 décès au total, ce qui est élevé, rapporté à la population du pays. Le nombre de cas certifiés est complètement décalé par rapport au nombre de décès. Les dynamiques sont très différentes, ce qui en fait un pays singulier pour le nombre de cas, et standard pour le nombre de décès. En conséquence, le taux de létalité grimpe chaque jour, ce qui est le signe d'un vrai problème de comptage.

- (9 avril 2020) Pays-Bas : Le pays approche du pic prévu pour le 12 avril, et compterait au total 6000 décès.

- (9 avril 2020) Le confinement parti pour durer ! Ce n'est pas une surprise, et les calculs menés avec le modèle simple donne la pleine mesure du temps nécessaire à une reprise d'une vie quasi-normale. Pourquoi quasi ? Car comme expliqué depuis le début dans la note et le blog, le confinement réduit le nombre de contaminations, de décès et surtout d'hospitalisations dans un état grave, mais au prix d'une faible immunité collective en l'absence de vaccin. L'arithmétique des nombres est sans appel à ce sujet. Et comme il faut que 60% environ de la population soit immunisée en raison du R0 élevé du COVID-19, il y a un fossé considérable à combler, car l'immunité collective serait entre 10 et 15% seulement dans les zones qui ont été les plus contaminées comme indiqué hier... Donc la vie normale n'est pas pour demain, tant que le vaccin ne sera pas trouvé, et que les personnes les plus à risque ne pourront être vaccinée...

- (9 avril 2020) Iran : toujours la tendance à la baisse. Une baisse lente mais réelle si les chiffres fournis à l'OMS sont avérés. Le nombre total de décès ne devrait pas excéder 5-6000 environ. Et la fin de l'épidémie sera après mi-juin.

- (9 avril 2020) Dans un article de MG France (médecins généralistes), des chercheurs estiment qu'au total 1.5 millions de personnes seraient infectées par le virus. A partir du scenario "bas taux de létalité" basé sur la seule estimation fiable du taux de létalité (paquebot Diamond-Princess), mais certainement entachée d'erreur car la cohorte de malades était faible, le modèle ici utilisé estime ce nombre à ... 1.06 millions de personnes 😊 !!! Donc le modèle simple marche très bien, et en plus on sait d'où vient ce nombre. Dans le scenario "haut taux de létalité", 370,000 personnes seraient contaminées. Mais il n'est pas certain que le taux de létalité utilisé soit le bon. En tous cas, cela donne une fourchette et ramené à la population française, cela ne représente qu'entre 0.5 et 2% de celle-ci. On est loin du compte de 60% de personnes immunisées pour être débarassé du SARS-Cov-2.

- (9 avril 2020) Italie : une légère augmentation des décès, mais c'est rien qui ne change la dynamique générale à la baisse qui mènera vers 20-22,000 décès.

- (9 avril 2020) Québec : tendance globalement inchangée. Pic épidémique prévu vers le 17 avril, et l'épidémie causerait 1000 décès au total. L'inflexion observée étant encore modeste à ce jour, et les valeurs journalières plutôt fluctuantes, les estimations données sont susceptibles d'augmenter un peu. Mais la tendance est encourageante.

- (9 avril 2020) France : les données sont conformes au modèle, le pic est bien atteint.

- (9 avril 2020) Les données sur les personnes en réanimation seront temporairement retirées, car il y avait eu confusion entre nombre journalier et nombre cumulé ! j'ai eu un doute hier sur des données italiennes qui m'ont mis la puce à l'oreille et les données françaises de ce soir sont sans équivoque. Il sera donc rétablit demain ou après-demain selon ma disponibilité. Désolé. Mais la bonne nouvelle, c'est qu'il n'y a plus aucune anomalie du nombre de personnes en réanimation, il suit bien la tendance du nombre journalier des décès ! Je reviendrai dessus quand les données seront affichées.

Fermer


- Nouvelles du 10 avril

- (10 avril 2020) Une vidéo explicative très claire sur la méthodologie concernant l'Hydroxy-Chlroquine. Au moins, c'est précis et pertinent.

- (10 avril 2020) Une conférence du Pr .Philippe Sansonetti du Collège de France. Remarquable sur l'épidémie et aussi le virus SARS-Cov-2 lui-même et son action dans le corps humain.

- (10 avril 2020) Royaume-Uni, Allemagne, Suède, Suisse, Espagne, Pays-Bas, Liban, Etats-Unis: tendance inchangée, les prévisions sont toutes conformes aux observations. Il suffit de lire les courbes pour comprendre ou d'aller voir les commanetaires de la veille !

- (10 avril 2020) Chine : tendance inchangée. Toujours un niveau non nul de cas de contamination, mais en baisse.

- (10 avril 2020) Coréee du Sud : tendance inchangée. Toujours un niveau élevé de cas de contamination, mais en baisse également. Le nombre de décès est constant.

- (10 avril 2020) Les taux de létalité augmentent partout et fortement (données statistiques globales). Cela montre que l'on court après l'identification des cas de contamination, mais que le virus va certainement plus vite !

- (10 avril 2020) Nouveauté dans la présentation des données sur les courbes. Par défaut, les résultats font la distinction entre les données hospitalières (Deaths) et les données hospitalières + celles d'autres sources (EHPAD, EMS,...) qui auraient été comptabilisée avec retard (Deaths + offset). La dynamique épidémique est suivie sur la base des données hospitalières, tout en tenant compte dans la somme totale des contributions non-hospitalières. Plus facile à lire, et certainement plus juste finalement. Cela ne change rien pour les conclusions concernant l'épidémie en France, qui est le pays concerné (mais c'est général).

- (10 avril 2020) Les simulations de l'Imperial College. Très intéressant à comparer avec le modèle simple. A noter que le R0 inital est un peu plus élevé, mais cela dépend du teps d'incubation considéré. J'ai pris 4 jours, mais il semble que cela soit 5 jours... Si on prend 5 jours, on est totalement en accord. Avec le modèle ici développé on va un peut plus loin dans la projection, mais les tendances sont identiques et les niveaux aussi. Merci de la communication du lien !

- (10 avril 2020) Iran : toujours une tendance globale à la décroissance, avec des sauts de comptage qui transforment le pic en un plateau... Pas simple !

- (10 avril 2020) COVID-19 : les tests sérologiques arrivent, qu'allons-nous en faire ? Cliquez ici pour en savoir plus.

- (10 avril 2020) Lancement du 1er test rapide de dépistage du COVID-19 sur le marché Suisse. Cliquez ici pour en savoir plus.

- (10 avril 2020) Italie : poursuite de la lente descente, tendance inchangée. Il y aura au total 25000 décès environ.

- (10 avril 2020) France : poursuite de la lente descente, tendance inchangée. Il y aura au total 18-19000 décès environ et le seuil des 10,000 décès en hôpitaux sera atteint le 15 avril. Le pic étant passé, les deux scenarios donnent des prédictions voisines.

- (10 avril 2020) Québec : tendance inchangée. Pic vers le 17 avril et au total plus de 1000 décès seront à déplorer

Fermer


- Nouvelles du 11 avril

- (11 avril 2020)Un article sur le fameux coefficient R0 qui détermine la contagiosité d'une maladie (virus, bactérie). Il serait compris entre 3.8 et 8.9, autant dire que la précision n'est pas de ce monde pour un coefficient déterminant pour la croissance exponentielle d'une épidémie... Dans le modèle ici présent, r0 = qc0*ti où ti est le temps d'incubation durant lequel le malade est asymptomatique mais contagieux, et qc0, la taux de contamination par jour, qui entre directement dans le calcul de l'évolution temporelle. qc0 est déterminé par l'ajustement de la dynamique de l'épidémie, du temps initial, au temps actuel. Ce coefficient ne varie presque plus une fois connu les premiers moments de l'épidémie. Il est assez élevé pour la Chine et la Corée du Sud, de l'ordre de 1, alors qu'il vaut 0.6-0.8 pour la plupart des autres pays étudiés. EN prenant ti = 4j (ce qui était relativement consensuel), on trouve alors que R0 vaut de l'ordre de 3. Si maintenant, on pense que ti = 5j ou même 6j, le R0 peut grimper à 3.75 ou 4.5. Cela montre bien la difficulté à déterminer ce paramètre multifactoriel. Voir la référence scientifique ici

- (11 avril 2020) Coréee du Sud : pas de nouvelles données

- (11 avril 2020) Chine : tendance inchangée.

- (11 avril 2020) Royaume-Uni, Suède, Suisse, Espagne, Pays-Bas, Liban : tendance inchangée, les prévisions sont toutes conformes aux observations.

- (11 avril 2020) Allemagne : très léger ralentissement. Mais la tendance de fond reste inchangée.

- (11 avril 2020) Etats-Unis : très légère accélération. Mais la tendance de fond reste inchangée.

- (11 avril 2020) Un témoignage éclairant d'une française expatriée sur la bonne gestion de l'épidémie de COVID-19 à Taïwan, qui n'est pourtant pas membre de l'OMS...

- (11 avril 2020) Selon le KCDC (Corée du Sud), le SARS-Cov-2 pourrait se réactiver chez certains patient guéris, ce qui constitue une très mauvaise nouvelle, tant pour les patients que pour le contrôle de l'épidémie (certains sont même décédés). Ce phénomène qui a été observé sur 51 personnes et a été également noté en Chine, fait l'objet d'études approfondies selon l'article de Bloomberg à ce sujet. Espérons que le SARS-Cov-2 ne se niche pas dans des zones du corps difficilement accessibles aux médicaments, comme c'est le cas avec le virus HIV. A ce sujet, le degré d'immunité des personnes asymptômatiques sera à n'en pas douter une question centrale dans les prochaines semaines. Si celui-ci est faible, l'immunité collective naturelle serait alors une chimère et seul un vaccin pourrait apporter une réponse. A suivre donc

- (11 avril 2020) Le calcul prédictif des cas de COVID-19 en réanimation est achevé, et a été testé pour les quatres pays pour lesquels je dispose de données : France, Italie, Québec, Suisse. Pour les deux pays qui ont passé le pic épidémique (France et Italie) la position du maximum de personnes en réanimation est retrouvée correctement. Le niveau et la dépendance temporelle sont particulièrement bien reproduit pour la France, moins bien pour l'Italie, et très raisonnablement pour la Suisse et le Québec. Mis à part l'Italie, le nombre de cas prédits en réanimation est inférieur au nombre maximum de lits disponibles. Est-ce pour cela que la dynamique en Italie est différente.

- (11 avril 2020) Iran : toujours sur un plateau qui n'en finit pas de durer...

- (11 avril 2020) Italie : fluctuation significative à la hausse du nombre de décès, mais si ce n'est qu'une mauvaise journée, cela ne remet pas en cause la tendance générale à la baisse. Cependant, cela illustre combien le retour à la normale sera lent.

- (11 avril 2020) France : toujours la tendance à la baisse conforme aux paramètres du modèle

Fermer


- Nouvelles du 12 avril

- (12 avril 2020) Coréee du Sud : tendance à la baisse du niveau résiduel.

- (12 avril 2020) Chine : tendance inchangée. Les données fluctuent mais c'est normal à ce niveau proche de la fin de l'épidémie.

- (12 avril 2020) Etats-Unis, Royaume-Uni, Suède, Suisse, Espagne, Pays-Bas, Liban : tendance inchangée, les prévisions sont toutes conformes aux observations.

- (12 avril 2020) Allemagne : très léger ralentissement qui semble s'accentuer encore un peu. Mais la tendance de fond reste inchangée.

- (12 avril 2020) Suède : ralentissement peut-être plus marqué. Mais la tendance de fond reste inchangée.

- (12 avril 2020) Un récit (ou ici) intéressant d'une femme médecin, Dr. Sabine Paliard-Franco, sur le terrain, près de Voiron en Isère. Loin du tumulte marseillais et des ambigüités statistiques des résultats, une observation simple mais riche en enseignement. Et si c'était cela la vraie piste d'un traitement curatif ? Un preprint complémentaire sur le sujet.

- (12 avril 2020) Iran : pour l'instant et depuis 28 jours, l'épidémie est sur un plateau. Environ 150 décès quotidiens. L'épidémie n'est donc pas contenue, mais entre dans un régime stationnaire

- (12 avril 2020) Un article intéressant évoquant le fait que ce serait les récepteurs de l'hémoglobine, transportant l'oxygène, qui serait détruite par le SARS-Cov-2. Les patients manqueront donc d'oxygène, comme un syndrome d'hypoxie en haute altitude. Si c'est le cas, ce serait intéressant de voir les effets d'un caisson hyperbare sur les symptômes. Mais bon, cela reste hypothétique. Sur Wikipedia®, les interations du virus avec les récepteurs ACE2 (enzyme de conversion de l'angiotensine 2) sont bien expliqués, avec les conséquences qui en résultent.

- (12 avril 2020) Italie : tendance à la baisse inchangée. Le passage à 20000 morts est prévu pour demain. Au total 26000 décès.

- (12 avril 2020) France : tendance à la baisse inchangée. Le passage à 10000 morts dans les hôpitaux est prévu pour le 14 avril. Au total 19-20,000 décès.

Fermer


- Nouvelles du 13 avril

- (13 avril 2020) Chine : le nombre de cas de contaminations repart la hausse et repasse la barre des 100 personnes contaminées par jour sur deux jours déjà... Les décès baissent.

- (13 avril 2020) Corée du Sud : Décès et cas de contaminations à la baisse. On retrouve la même dépendance temporelle que celle observée après le pic épidémique. Mêmes méthodes, mêmes effets ?

- (13 avril 2020) Iran : tendance à la baisse.

- (13 avril 2020) Etats-Unis, Royaume-Uni, Suisse, Espagne, Pays-Bas, Liban : tendance inchangée, les prévisions sont toutes conformes aux observations.

- (13 avril 2020) Suède : stabilisation notable du nombre de décès. Les paramètres de simulations sont légèrement modifiés pour décrire cette amélioration.

- (13 avril 2020) Liban : le nombre de décès est inchangé depuis trois jours. Stabilisation de l'épidémie bien marquée.

- (13 avril 2020) Dans la lignée des travaux du Dr. Sabine Paliard-Franco, un nouveau témoignage intéressant d'un autre médecin en Moselle. Les antibiotiques de type macrolide comme l'azithromycine et d'autres seraient-il une voie thérapeutique pour soigner le COVID-19 ?

- (13 avril 2020) Chloroquine: pourquoi le passé de Didier Raoult joue contre lui... un article au vitriol de Mediapart® contre le Pr. Raoult et ses méthodes scientifiques très particulières...

- (13 avril 2020) Un très bel article sur l'analyse de la gestion du COVID-19 en Asie. Merci pour le lien.

- (13 avril 2020) Un article de l'INSERM indiquant un R0 entre 2.8 et 3 (exacteent ce qui est calculé par le modèle !) et aussi un R de 0.68 actuellement en Ile-de-france. Le calcul global actuel pour la France calculé par le modèle donne un R de 0.35, deux fois moindre, ce qui n'est pas une surprise, car l'épidémie ne s'est pas propagée de la même manière de partout. Mais l'ordre de grandeur est là. Nénamoins cette différence indique clairement que le déconfinement devra se faire par région (au sens large) et non globalement. A suivre...

- (13 avril 2020) Italie : le reflux continue, lentement, mais selon la dépendence temporelle générale prévue avec les paramètres de la simulation établis depuis de très nombreux jours. Dans 20 jours, donc vers début mai, il ne devrait y avoir que 100 décès quotidiens. C'est bien moins qu'au paroxysme de la crise, mais bien trop pour commencer un déconfinement global.

- (13 avril 2020) France : même situation d'en Italie, avec un peu de retard. Demain, la barre des 10000 décès en hôpitaux prévue depuis de nombreux jours sera dépassée. Avec le bilan tragique des EHPAD, on ne sera pas loin des valeurs italiennes...

- (13 avril 2020) France : le Président de la République a annoncé le début du déconfinement le 11 mai. Dont acte. Selon les deux scenarios, à cette date, il y aura 10 décès et 630 contaminations quotidiennes (scenario haut taux de létalité) ou 40 décès et 5300 contaminations quotidiennes (scenario bas taux de létalité). Dans le premier scenario, on sera proche de la situation actuelle de la Corée du Sud (mais moins que la Chine actuellement). Si le scenario bas taux de létalité est avéré, il est impensable d'envisager un déconfinement à cette date, mais plutôt ver mi-juin. Des indications spécifiques actualisées seront données pour cette date de référence dans le compte-rendu quotidien des simulations pour la France.

- (13 avril 2020) Québec : les résultats sont en ligne avec les prédictions du modèle sans rien changer aux paramètres. Merci au Québec pour l'envoi régulier des données ! C'est formidable cette solidarité transatlantique.

Fermer


- Nouvelles du 14 avril

- (14 avril 2020) Chine : le nombre de cas de contaminations est toujours élevé mais le nombre de décès baisse.

- (14 avril 2020) Corée du Sud : Décès et cas de contaminations à la baisse.

- (14 avril 2020) Etats-Unis, Royaume-Uni, Espagne : tendance inchangée, les prévisions sont toutes conformes aux observations.

- (14 avril 2020) Suisse, Suède, Pay-Bas: tendance globalement inchangée, les prévisions sont toutes conformes aux observations. Très léger ralentissement observé.

- (14 avril 2020) Liban : La fin de l'épidémie approche. Remarquable stabilisation du nombre de cas et de décès.

- (14 avril 2020) Le Ministère du Tourisme et des Antiquités d'Égypte presente une merveilleuse initiative, tous les jours à 19h, et le lien restera sur sa page pour une visite virtuelle à l'intérieur d'un des monuments égyptiens = Le tombeau de Kheti , Synagogue Ben Ezra dans le vieux Caire, Mosquée Sultan Barquq, Le monastère rouge, Le tombeau de la reine Meresankh III, Le tombeau de Menna (TT69). Merci pour les liens !

- (14 avril 2020) Une évolution inquiétante en Chine qui entraverait probablement d'importantes recherches scientifiques. Cliquez ici pour lire l'article.

- (14 avril 2020) Un tableau de bord très clair de l'épidémie au niveau mondial sur le Financial Times. A noter les évolutions inquiétantes de l'épidémie au Bresil et en Inde. Si la tendance est confirmée, cela indiquerait que le virus n'est pas si sensible que cela au climat. Merci pour le lien !

- (14 avril 2020) Iran : la décroissance générale se poursuit.

- (14 avril 2020) La détermination des 4 coefficients du modèle de distanciation sociale utilisé peut être déterminée désormais en maximisant le R2 ou coefficient de détermination statistique qui est compris entre 0 et 1. Plus R2 est proche de 1, meilleur est l'ajustement qui pour rappel est basé sur les décès. Si R2 = 0.94, cela signifie que 94% des points sont en accord avec le modèle.

- (14 avril 2020) Une interview du jour donnée par le Pr. D. Raoult de l'IHU de Marseille. Un point intéressant est le taux de létalité affiché de 0.5% sur les tests effectués. C'est très proche, au bruit statistique vu l'échantillon, du niveau observé pour les passagers du paquebot Diamond-Princess (0.7%) qui sert ici de référence pour le scenario bas taux de létalité. De là à dire que le traitement proposé par l'IHU est efficace, on est en droit de s'interroger ! Comme on simule parfaitement les évolutions temporelles des décès (quelque soit le scenario), on sait que de nombreux cas de contamination ne sont pas détectés. C'est même une des caractéristiques du COVID-19. Donc, les tests très utiles de l'IHU, sur une population plus large (pas uniquement les personnes ouvertement malades), donne probablement une meilleure image de la réalité. Enfin, même si l'impact sur la létalité française (et l'espérance de vie) est pour l'instant négligeable (on meurt plus d'autres pathologies), ce fait n'a été rendu possible que par un strict confinement de la population ! Sans confinement, aucun doute, la létalité aurait été considérablement alourdie, vu le R0 des premiers jours. Pour terminer, le Pr. Raoult évoque, sur la foi d'autres virus s'attaquant aux poumons, que celui-ci pourrait disparaitre avec l'arrivée de l'été et du printemps. Certes, c'est possible, mais quand on suit les évolutions au Brésil et en Inde, où il fait bien plus chaud qu'en France, il n'est pas du tout cerrain que cette affirmation soit crédible. Et puis, si on avait laisser filer l'épidémie pour une immunité collective, la situation aurait été totalement dramatique bien avant l'arrivée des beaux jours et de la chaleur.

- (14 avril 2020) Italie : tendance analogue à la baisse, même si le nombre de décès est sur une fluctuation haute. Pas une bonne journée. Tendance inchangée pour les perspectives

- (14 avril 2020) France : Idem Italie

- (14 avril 2020) Québec : fluctuation haute aujourd'hui du nombre de décès, pouvant conduire à estimer que le pic de l'épidémie est bien plus éloigné qu'on ne le croit. Un exemple typique d'une situation où la prédiction du pic reste encore très incertaine : pas assez de données et celles-ci sont trop bruitées (car bas niveau)

- (14 avril 2020) Les médias rapportent qu'entre 5 et 10% de la population serait déjà immunisée. Ce chiffre est calculé chaque jour par le modèle, est compris entre 1.2 et 4.7% actuellement pour la population entière, proche de l'évaluation de l'INSERM pour le scenario bas taux de létalité. Cela soulignerait effectivement qu'un nombre considérable de personnes contaminées n'ont pas été détéctées. Il y aurait 13 fois plus de personnes contaminées que comptées réellement ! Ce chiffre rejoint l'estimation de l'IHU, leur taux de létalité étant proche du scenario bas taux de létalité.
Fermer


- Nouvelles du 15 avril

- (15 avril 2020) Trump suspend le financement américain de l’OMS, une alarme importante sur le fonctionnement de cette organisation mondiale qui est pilotée par des politiques et non des médecins ou épidémiologistes.

- (15 avril 2020) L'évolution du nombre de reproduction de base (R0) au cours de l'épidémie sera désormais fourni pour tous les pays.

- (15 avril 2020) Est-il vrai qu'on meurt moins dans les Bouches-du-Rhône ? Un article sur ce sujet trs "chaud" dans Libération. J'en profite pour indiquer que le travail de mon collègue Roland Sabot sur cette question a été mis à jour (voir autres modèles).

- (15 avril 2020) Un modèle de référence pour de nombreux pays dont ceux étudiés ici. La comparaison avec les résultats du modèle est très intéressante.

- (15 avril 2020) Une vidéo intéressante d'un médecin parisien sur la question du traitement des malades. A titre informatif mais qui vient en écho aux infos des jours précédents sur le rôle majeur des antibiotiques pour traiter la maladie.

- (15 avril 2020) Chine : contaminations et décès à la baisse.

- (15 avril 2020) Corée du Sud : Situation stationnaire.

- (15 avril 2020) Espagne, Allemagne : décès à la baisse, mais tendance conservée.

- (15 avril 2020) Suisse, Etats-Unis, Royaume-Uni, Québec, Suède, Pays-Bas, Liban, Iran : Tendance inchangée.

- (15 avril 2020) Un article très intéressant sur la gestion du COVID-19 au Vietnam, avec 0 décès et pourtant placé aux premières loges...

- (15 avril 2020) Au fil des jours, les médecins constatent que le tableau clinique du COVID-19 est d'une très grande complexité. Alors que l'on sait que le virus SARS-Cov-2 s'attaque aux cellules du poumon, de plus en plus de d'observations montrent que de très nombreux organes sont parfois très gravement touchés : reins, coeur, système nerveux, foie, intestin,... mais aussi les cellules du sang, la liste semble donc très longue. Vu cette variété, il n'en est que plus difficile de trouver un chemin thérapeutique adapté. Lire l'article du Washington Post sur le sujet. Merci pour le lien !

- (15 avril 2020) France : une terrible journée avec plus de 1490 décès dont 960 en EHPAD. Malgré tout, dans le milieu hospitalier, la tendance est à une légère baisse. Le pic de l'épidémie semble s'élargir jour après jour.

- (15 avril 2020) Italie : mauvaise journée également, avec une remontée depuis 3 jours du nombre de décès journaliers. Un peu comme en ... Iran !! La descente vers un retour à la normale n'est pas un processus régulier et rapide.

- (15 avril 2020) Québec : nombre journalier de décès sur la ligne plutôt haute des prévisions (le R0 remonte un peu). Le pic approche mais semble très large. Bonne nouvelle : le nombre de malades en réanimation baisse. Vu l'évolution des décès, on ne peut pas en conclure que le pic est encore arrivé.

Fermer


- Nouvelles du 16 avril

- (16 avril 2020) Chine : décroissance lente sur la tendance de fond prévue par le code depuis longtemps à partir de l'évolution temporelle des décès. Ce qui est étonnant dans le scenario haute létalité, c'est que le nombre de cas détectés revient sur la courbe, comme s'il y avait une une période où les données de cas certifiés étaient fantaisistes (ce qui est possible voir probable). Plus que la valeur absolue, c'est la tendance qui est importante. L'épidémie n'est donc pas terminée en Chine, contrairement à ce que l'on pourrait croire, mais reste à un très bas niveau

- (16 avril 2020) Espagne : grosses fluctuations sur les chiffres espagnols en ce moment... mais la tendance reste à la baisse

- (16 avril 2020) Suisse, Royaume-Uni, Suède, Pays-Bas : tendance inchangée. Le pic semble atteint. Les prédictions du modèle sont conformes aux observations.

- (16 avril 2020) Etats-Unis : Situation compliquée. A-t-on atteint le pic de l'épidémie ? Probable, mais le pic est plus large est qu'initialement imaginé.

- (16 avril 2020) Allemagne : très grosses fluctuations sur les chiffres allemands en ce moment... On seble avoir atteint le pic épidémique, mais sa largeur est très incertaine.

- (16 avril 2020) Liban : pas loin de la situation chinoise, donc épidémie proche d'être circonscrite.

- (16 avril 2020) Corée du Sud : lente décroissance des cas de contamination et des décès. De toute évidence, l'épidémie n'est pas terminée là-bas, mais les efforts pour la contrôler sont visibles.

- (16 avril 2020) Une étude chinoise sur l'efficacité de la fameuse hydroxy-chloroquine. Elle est effectuée avec un échantillon randomisé, mais très faible de patients, comme pour l'IHU de Marseille, et souligne les limites d'une telle étude, vu la taille de l'échantillon :Une plus grande étude de taille d'échantillon est nécessaire pour étudier les effets du HCQ dans le traitement de COVID-19. Les recherches ultérieures devraient déterminer un meilleur critère d'évaluation et tenir pleinement compte de la faisabilité d'expériences telles que la taille de l'échantillon. Cliquez ici pour la version pdf traduite en français de la page.

- (16 avril 2020) Un article très intéressant sur le tableau clinique du COVID-19 dans la revue Nature. Une affaire bien compliquée qui montre combien le virus s'attaque à de nombreux organes, et pas que les poumons.

- (16 avril 2020) Iran : tendance à la baisse confirmée depuis 5 jours maintenant.

- (16 avril 2020) Italie : tendance à la baisse confirmée mais sur un niveau plus haut qu'attendu. Bon accord encore le nombre observé de personnes en réanimation et celui prédit par le calcul. Plutôt meilleur avec le scénario basse létalité.

- (16 avril 2020) France : les chiffres sont tombés, et en très bon accord avec les prédictions qui s'affinent de jour en jour. Bon accord encore le nombre observé de personnes en réanimation et celui prédit par le calcul. Plutôt meilleur avec le scénario basse létalité comme pour l'Italie. A suivre, car cela pourrait permettre de séparer les deux scénarios

- (16 avril 2020) Québec : un saut considérable de décès, qui semble être lié à un rattrapage de comptabilité des décès (estimé mais pas prouvé à 90 personnes), comme ppur les EHPAD en France. En attendant d'y voir plus clair à ce sujet, si l'on en reste aux valeurs indiquées, le pic épidémique file au 17 mai... Pas une bonne nouvelle. La bonne nouvelle est la baisse du nombre de personnes en réanimation qui ne colle plus évidemment avec les prédictions du modèle avec le saut des décès. Demain permettra peut-être d'y voir plus clair. Merci pour les valeurs et les infos.

- (16 avril 2020) Iran : le nombre de décès décroit régulièrement. Bonne nouvelle

Fermer


- Nouvelles du 17 avril

- (17 avril 2020) Chine : une correction du nombre de décès et de cas oubliés à Wuhan, 1290 décès + 325 cas. Sinon, pas de nouveaux décès, et 29 cas officiels de contaminations. Le contrôle complet de l'épidémie est proche mais encore incomplet.

- (17 avril 2020) Espagne, Pays-Bas : décroissance post-pic, mais sur un niveau élevé.

- (17 avril 2020) Suisse : le pays approche de la fin du pic, et du début de la décroissance du nombre de décès.

- (17 avril 2020) Etats-Unis : l'épidémie semble repartir de plus belle.... Difficile de prévoir l'avenir dans ces conditions. Le R0 global du pays remonte à 0.57... (0.9 annoncé à New-York seulement, et ils souhaitent déconfiner maintenant... très risqué).

- (17 avril 2020) Allemagne : le pays a atteint le pic, prévisions conformes aux observation.

- (17 avril 2020) Allemagne : le pays a atteint le pic, prévisions conformes aux observations.

- (17 avril 2020) Royaume-Uni : le pays a dépassé le pic, prévisions conformes aux observations.

- (17 avril 2020) Suède : le pays approche du pic, prévisions conformes aux observations.

- (17 avril 2020) Liban : l'épidémie est proche d'être jugulée.

- (17 avril 2020) Corée du Sud : lent et progressif contrôle de l'épidémie. Une vingtaine de nouveaux cas et 4 décès en plus. La dynamique cumulée montre bien le décalage entre le nombre de cas détectés et le nombre de décès. Quand ceux-ci repartent, c'est mauvais signe.

- (17 avril 2020) Un coup de gueule intéressant d'Eric Brunet sur l'excellence française en terme de gestion médicale....

- (17 avril 2020) En analysant l'épidémie pour la France, avec deux taux de létalité différents (2.5 et 0.7%), on constate que si l'on peut dans les deux cas reproduire très bien la phase ascendante de l'épidémie et le pic (date et amplitude), la dynamique post-pic est très différente. Bien plus lente avec un bas taux de létalité. Suivre cette évolution sera très indicatif sur la valeur inconnue (sauf de rares cas comme le paquebot Diamond-Princess) du taux de létalité. Cette phase de l'épidémie permet aussi de se projeter sur le nombre total de décès, et la durée pendant laquelle il faudra être d'une grande vigilance pour éviter le redémarrage de celle-ci.

- (17 avril 2020) Voilà comment nos responsables politiques devraient nous parler !! Le maire de New-York est un exemple dans ce domaine, en prenant ses administrés pour des gens responsables et intelligents, capables de comprendre la réalité des chiffres, les incertitudes des calculs, et les précises de décisions qui en résultent. Merci pour le lien !

- (17 avril 2020) Un lien intéressant qui pose la question : de quoi meure-t-on quand on est décédé officiellement du COVID-19 ? Directement du virus, des co-morbidités ? Doit-on compter toute personne décédée et positive au virus SARS-Cov-2 comme morte du COVID-19 ? C'est un vrai problème de définition, qui pourrait aussi expliquer une part de la dispersion du taux de létalité d'u pays à l'autre. EN attendant, le temps de doublement des décès est le même dans tous les pays (dans la phase initiale, de l'ordre d'une dizaine de jours), ce qui montre bien une certaine informité dans la dynamique et la comptabilité. Ce sont les études post-épidémie qui trancheront. Mais de toute façon, cela n'empêche pas, quelque soit la définition, de suivre l'épidémie, pour détecter ses principales phases, et avoir quelques projections comme c'est ici abordé. La seule contrainte: que la méthode ne change pas au cours du temps.

- (17 avril 2020) Depuis ce matin, le bruit circule rapidement que le SARS-Cov-2 contiendrait des "pièces" du VIH, et que cela expliquerait pourquoi les patients atteint du COVID-19 présenterait des lymphocytopénies sévères, ce qui a intrigué les médecins depuis le début de l'épidémie, chinois compris ! L'hypothèse que le virus SARS-Cov-2 résulterait d'un bricolage malheureux danas le fameux laboratoire P4 de Wuhan est donc relancée de plus belle, d'autant que le Pr. Montagnier, prix Nobel de médecine pour la découverte du VIH, évoque ouvertement cette option. Je vous donne un lien intéressant de France-Culture sur le sujet, et aussi l'article publié des chercheurs chinois sur le sujet. Deux autres preprints sont accesibles ici et ici. Même si les propos du Pr. Montagnier sont à prendre au sérieux, il ne faut pas oublier qu'il a été mêlé récemment à des controverses intriguantes pour un tel chercheur... Donc la méfiance est de mise, plus que jamais !

- (17 avril 2020) France : Tout est conforme avec la modélisation. Baisse des décès et baisses des personnes en réanimation.

- (17 avril 2020) Iran : baisse marquée et régulière. Le modèle est en accord avec les observations.

- (17 avril 2020) Italie : Le nombre de décès ne baisse pas franchement, et tend à stagner comme en Iran... C'est pas bon signe. La diminution du nombre de personnes en réanimation est conforme en revanche aux prédictions. A suivre donc, car cela fait 5 jours que les résultats sont médiocres.

- (17 avril 2020) Québec : Les chiffres reviennent sur des niveaux plus conformes. Ce qui est intéressant, c'est que le nombre de cas en réanimation est en baisse et c'est globalement bien reproduit par le modèle. Donc l'écart d'hier relève plus d'un anomalie estimée à 90 personnes.

Fermer


- Nouvelles du 18 avril

- (18 avril 2020) Le CEA à la pointe pour le développement rapide de respirateurs hautes performances. Plus de détails ici.

- (18 avril 2020) Etats-Unis : l'épidémie est bien repartie, et le confinement partiel ne marche pas de toute évidence. Alors arrêter celui-ci serait une tragédie

- (18 avril 2020) Espagne : pas de bonnes nouvelles de l'autre côté des Pyrénées. Le nombre de décès repart à la hausse...

- (18 avril 2020) Suisse : évolution conforme aux prédictions. Le pic est maintenant passé.

- (18 avril 2020) Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni : évolution conforme aux prédictions. L'épidémie atteint son pic.

- (18 avril 2020) Suède : évolution conforme aux prédictions. L'épidémie est proche de son pic.

- (18 avril 2020) Chine : retour à des valeurs conformes aux tendances des jour précédents, avant l'accident de comptage.

- (18 avril 2020) Corée du Sud : très lente et régulière descente vers une stabilisation de l'épidémie.

- (18 avril 2020) Décès d'un grand mathématicien, John Horton Conway, à cause du COVID-19. Triste.

- (18 avril 2020) Fin de l'histoire pour l'hydoxy-chloroquine comme traitement ? Les détails d'une étude suisse sur le sujet. Tout semble à croire que le HXQ est un feu de paille, et le résultat d'un nombre trop faible de cas dans les études préalables, donc de biais statistiques.

- (18 avril 2020) L'analyse statistique des simulations, et la capacité prédictive sont analysés pour la France. Voir courbes en cliquant ici

- (18 avril 2020) Italie : baisse du nombre de décès. A noter que la baisse du nombre de personnes en réanimation est plus conforme au scenario bas taux de létalité. A suivre

Fermer


- Nouvelles du 19 avril

- (19 avril 2020) Chine : retour à des valeurs conformes aux tendances des jour précédents, avant l'accident de comptage.

- (19 avril 2020) Espagne : brutalement, seulement 41 décès annoncés, et 681 la veille... des problèmes de comptage évident... On ne peut rien dire en l'état.

- (19 avril 2020) Suisse, Royaume-Uni, Pays-Bas, Iran : évolution conforme aux prédictions. Le pic est maintenant passé.

- (19 avril 2020) Etats-Unis : Une baisse du nombre des décès. Pas suffisant pour conclure encore sur la tendance. Bruit statistique trop élevé.

- (19 avril 2020) Allemagne : évolution conforme aux prédictions. Le pic est maintenant passé. Mais le nombre de décès varie beaucoup d'un jour à l'autre

- (19 avril 2020) Suède : évolution conforme aux prédictions. L'épidémie est proche de son pic.

- (19 avril 2020) : l'épidémie est proche d'être jugulée.

- (19 avril 2020) Corée du Sud : poursuite de la très lente et régulière descente vers une stabilisation de l'épidémie.

- (19 avril 2020) Une analyse très précise de la propagation du SRAS-CoV-2 dans la population islandaise. Extrêmemnt utile pour comprendre la dynamique du COVID-19. Les enfants en bas âge ne sont pas un problème, comme les tests effectués par l'IHU de Marseille l'avait remarqué. Un point important pour la politique de déconfinement. Cliquez ici pour la télécharger.

- (19 avril 2020) ATTENTION: A partir de demain, je ne commenterai plus systématiquement les simulations pays par pays. En effet, les évolutions sont désormais lentes, et la plupart du temps conformes aux prédictions du modèle avec des paramètres de simulation n'évoluant que très peu d'un jour à l'autre. Les simulations seront mises à jour quotidiennement, et il suffira de lire les figures et les compte-rendus de simulations pour avoir tous les détails. Seuls les évolutions hors normes seront discutées, comme pour les Etats-Unis actuellement. Je continuerai à mettre des liens utiles pour les personnes intéressées par le COVID-19. Je viens de terminer par ailleurs un calcul important permettant de justifier l'approche du modèle sur la base des fonctions de corrélations qui ne résoud qu'une seule équation pour les contaminations, et considère des retards temporels pour les autres données (décès, hospitalisations en soins intensifs,...). Je me concentre désormais sur la rédaction d'une publication scientifique. Je mettrai le preprint en ligne quand il sera prêt !

- (19 avril 2020) France, Italie : évolution conforme aux prédictions. Le pic est maintenant passé. Pour la diminution des cas en soins intensifs et réanimation, celle-ci semble en meilleur accord avec un bas taux de létalité.

- (19 avril 2020) Québec : bon accord global avec les simulations. Les valeurs journalières restent entachées d'un bruit important, rendant la prédiction fragile cependant

Fermer


- Nouvelles du 20 avril

- (20 avril 2020) Le CERN se mobilise pour le COVID-19 à tous les niveaux ! Bonne nouvelle de voir les physiciens se bouger un peu, car leurs connaissances sont potentiellement très utiles.

- (20 avril 2020) Etats-Unis : l'épidémie est semble un peu se calmer de nouveau. Espérons que les prochains jours apporterons une éclaircie...

- (20 avril 2020) Allemagne, Chine, Espagne, France, Italie, Iran, Liban, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède, Suisse : Simulations et observations en bon accord.

- (20 avril 2020) Coréee du Sud : l'épidémie en passe d'être jugulée après plusieurs semaines de lutte

- (20 avril 2020) Une analyse philogénétique du virus SARS-Cov-2, permettant de tracer ses caratéristiques au cours de l'épidémie. Très instructif.

- (20 avril 2020) France, Italie : La décroissance du nombre de cas en réanimation semble plutôt suivre le scenario du faible taux de létalité. Important pour les projections au moment du déconfinement.

- (20 avril 2020) Ajout de la Pologne à la liste des pays suivis

Fermer


- Nouvelles du 21 avril

- (21 avril 2020) La stratégie de gestion du COVID-19 est plus controversée qu'on ne le croit en Suède, pourtant montrée en exemple... Lire ici l'article.

- (21 avril 2020) Un article sur des simulations détallées concernant la France, et leurs résultats (pages 16-18) et ceux du modèle présenté ici sont en bon accord, malgré la simplicité de ce dernier.

Fermer


- Nouvelles du 22 avril

- (22 avril 2020) Un site très interactif permettant de comparer les données sous toutes leurs formes. Très intéressant.

- (22 avril 2020) Une vidéo sympa pour se détendre un peu !!!

- (22 avril 2020) Pour rappel, toutes les simulations sont à jour. Ne sont commentés que les anomalies. Allez visiter les cas des différents pays qui vous intéressent

- (22 avril 2020) C'est la journée détente ! Une vidéo désopilante sur un thème bien connu !!! Merci pour le lien !

- (22 avril 2020) Et une autre perle ici du même groupe d'artistes.

- (22 avril 2020) France : l'analyse des résultats jour après jour tend à montrer que le scenario basse létalité qui donne 6.4 % de la population immunisée est le plus probable (même valeur que celle donnée par l'INSERM avec d'autres codes de calcul). C'est ce scenario qui colle aussi le mieux avec la décroissance des personnes en réanimation. Conséquence, c'est le plus mauvais scenario pour la sortie du confinement le 11 mai prochain, car le nombre quotidien de décès sera assez élevé de l'ordre de 70, de même que le cas de nouvelles contaminations estimées 10000 (pas celles mesurées qui seront bien plus faibles, un facteur x10 en moins environ). D'ici là les choses peuvent toujours évoluer, mais ce sont les résultats les plus probables actuellement à partir des données, donc les plus pessimistes malheureusement...

- (22 avril 2020) Québec : difficile de simuler la période, car les hôpitaux et les CHSLD (équivalents des EHPAD en France) sont comptabilisés (ce qui est bien), mais leur dynamique semble différentes. A noter que selon les infos du Québec, sur les 2600 CHSLD, 80 sont des points chauds, soit plus de 15% de contamination. On constate ainsi le nombre de décès augmenter, et le nombre de personnes en réanimation baisser en même temps ! La situation devrait probablement se clarifier avec le temps.

- (22 avril 2020) Il est frappant de constater que tous les pays ont eu et ont actuellement la même cinétique épidémique. Aucune simulation actuellement n'indique un ralentissement lié à une potentielle "saisonnalité" du virus, comme d'autres coronavirus ou la grippe. Bien au contraire, la dynamique lente observée, et le fait que dans les pays chauds, l'épidémie se poursuit, sont autant d'indices défavorables. Le fait qu'il y ait peu de cas en Afrique, Amérique du Sud et Inde est expliqué ici et ne vient pas d'une sensibilité du virus à la température ou aux UV

- (22 avril 2020) Est-ce le COVID-19 aura un impact positif sur le relachement anthropique du dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère, vu que lemonde entier est à l'arrêt depuis mi-mars. Pour suivre en direct les données de l'observatoire du Mauna Loa à Hawaï, cliquez ici et ici.

- (22 avril 2020) Le cas de la Belgique a été introduit dans la liste des pays étudiés. Il semble en effet que ce soit le pays le plus touché par le COVID-19, ramené à la population. Selon la tendance actuelle, il y aura environ 7000 décès au total, et l'épidémie durera après la mi-juin. Le pic de l'épidémie semble passé. La fraction de la population immunisée est estimée à 11.5%, soit plus d'un million de personnes alors que 41,000 ont été détectées comme contaminées. Ces chiffres obtenus avec le taux de létalité de 0.7% (comme celui du paquebot Diamond-Princess, servant de référence au scenario bas taux de létalité qui est le plus probable et le plus fiable à ce jour) sont totalement cohérents avec ceux obtenus par les chercheurs de l'Imperial College (UK) selon les informations accessibles ici. cela démontre une fois de plus la capacité prédictive du modèle très simple qui a été développé. A noter que le R0 initial est de 2.9.

Fermer


- Nouvelles du 23 avril

- (23 avril 2020) À Toulon, un hôpital teste le caisson hyperbare pour éviter la réanimation aux patients touchés par le COVID-19. Une expérience très logique, suite à de nombreux témoignages suggérant que les malades en détresse respiratoire très grave semblait plus souffrir d'hypoxie que d'une pneumonie, le SARS-Cov-2 attaquant les globules rouges. Une analogie avec le MAM, le fameux mal des montagnes qui est traité ainsi quand c'est possible ! Merci pour le lien.

- (23 avril 2020) Avec un nombre décès très bas, la Grèce se distingue des autres pays européens. Pourtant Athènes a une densité de population de 17,500 hab/km2, et une pyramide des âges pas très bonne également (moin défavorable néanmoins que la France, l'Italie ou l'Espagne par exemple). Mais les autorités ont agi très vite pour isoler le pays, et les résultats sont là. Voir l'article à ce sujet.

- (23 avril 2020) Un autre article sur le taux de mortalité en France (qui n'est pas le taux de létalité !). Pour l'analyse de la dynamique épidémique, il n'est pas nécessaire d'avoir les nombres exacts, mais leur évolutions temporelles, dans la mesure où l'on peut considérer ceux-ci comme un échantillon représentatif (au même titre que les sondages). Oublier des décès n'ont donc pas d'importance en tant que tel actuellement. Mais il est certain que lors du bilan complet en fin d'épidémie, il faudra faire les comptes complets. Comme pour la canicule de 2003, on trouvera certainement à partir des registres, une mortalité bien plus importante que celle estimée actuellement. Et il faudra aussi tenir compte des autres décès dans la même période.

- (23 avril 2020) Une étude sérologique intéressante sur le premier cluster de COVID-19 en France près de Paris, par l'Institut Pasteur.

- (23 avril 2020) Une analyse américaine de la gestion du COVID-19 en France. Cliquez ici pour la version française.

- (23 avril 2020) La qualité des données servant de base aux simulations est évaluée à partir du calcul des corrélations croisées entre cas de contaminatios et décès, et si les données sont disponibles, décès et personnes en réanimation, ainsi que cas de contamination et personnes en réanimation. Ce calcul, actualisé chaque jour, est fourni pour tous les pays étudiés.

- (23 avril 2020) Suite à un échange fructueux, voici une petite analyse concernant la situation du COVID-19 en Belgique. Hier, je rapportais une information dans les médias comme quoi la Belgique était le pire pays européen, avec le taux de mortalité les plus élevé d'Europe (Ndécès/100,000 habitants), à ne pas confondre avec le taux de létalité. En regardant les chiffres (voir les simulations), je constatais deux choses : la Belgique a décidé un confinement 2 jours après la France, soit le 18 mars, et quand on regarde les évolutions, il faut attendre deux semaines avant d'avoir des résultats sur le nombre de décès. Dans les Pays-Bas voisins, il n'y a pas eu de confinement, mais les gens ont malgré tout appliqué des mesures de distanciation sociale très marquées. Pays-Bas et Belgique suivent la même trajectoire, et au final, le nombre de décès prédit par le code est très voisin entre la Belgique et les Pays-Bas ! Alors deux questions: la Belgique est-elle le pire pays d'Europe pour le COVID-19 ? Et le confinement sert-il à quelque chose ? Pour la première question la réponse est non ! En effet, il faut comparer les clusters et non les pays !! L'épidémie à Bruxelles et celle à Amsterdam où tout se déroule principalement. Densité de population à Amsterdam : 3,600 habitants/km2 et à Bruxelles 7,500 habitants/km2. La pyramide des âges est très voisine. Donc selon le paramètre Fcovid defini plus bas, Fcovid(Amsterdam) = 1,300 et Fcovid(Bruxelles) = 2,300. Le risque est donc 75% plus élevé à Bruxelles qu'à Amsterdam d'avoir une grave épidémie. En conclusion, les dynamiques initiales dans les deux pays sont voisines, mais le risque augmente fort en Belgique car la densité de population de Bruxelles est très élevée. Si la Belgique n'avait pas pris la décision d'un confinement, elle aurait eu beaucoup plus de décès... Donc le confinement a bien été utile et la Belgique n'est pas le pire pays d'Europe ! Au total, 8000 décès prédits pour la Belgique et 6000 pour les Pays-Bas ! En regardant les chiffres aujourd'hui, 6000 pour la Belgique, et 4000 pour les Pays-Bas, on est dans le même rapport, et c'est logique, car pour les deux pays, le pic épidémique est passé. Pas de la même manière, certes, mais il est passé ! Amsterdam et Bruxelles ont des populations voisines, donc la mortalité par ville est comparable, mais la population des Pays-Bas est de 17 millions d'habitants et celle de Belgique 11 millions. Donc ramener le nombre de décès à la population totale du pays n'a AUCUN SENS quand la dynamique d'une épidemie est par cluster ! Les effets d'inhomogénéité de densité de population jouent un rôle majeur... Les journalistes devraient tourner leur langue 7 fois dans leur bouche avant de raconter des âneries. Et ce travail valide pleinement le fait que le COVID-19 est une maladie des populations âgées et denses, donc les villes, et non les pays ! Comparer des taux de mortalité entre pays n'a aucun sens pour le COVID-19, pas plus que les taux de létalité !!! Mais les raisons sont différentes. Cette analyse vaut pour le reste de l'Europe, car les pyramides des âges sont très voisines. En conséquence, seules les villes avec une forte densité de population supérieure à 5000 habitants/km2 présentent un risque sanitaire important. Par ordre décroissant : Athènes (17,000 h/km2) cas à part car confinement très précoce, Barcelone (16,000 h/km2), Paris (12,000 h/km2), Genève (12,000 h/km2), Lyon (10,000 h/km2), Milan (7650 h/km2), Bruxelles (7500 h/km2), Londres (5600 h/km2), Madrid (5300 h/km2), Stockholm (5100 h/km2). A titre de comparaison, pour les autres grandes villes européennes, le risque est très faible Dublin (4600 h/km2), Münich (4500 h/km2), Berlin (3840 h/km2), Amsterdam (3600 h/km2), Marseille (3500 h/km2), Pragues (2600 h/km2), Rome (2200 h/km2), Oslo (1200 h/km2), Varsovie (734 h/km2), Copenhague (712 h/km2), Vienne (62 h/km2), Reykjavik (3.1 h/km2). Il n'est donc pas surprenant de constater que la France, le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Italie soient les pays les plus touchés car c'est dans ces pays qu'on trouve les villes les plus denses. Les pays de l'Europe du Nord n'ont donc aucun mérite particulier, et l'Allemagne est entre les deux groupes, comme la Suisse. Il ne s'agit pas d'un problème hospitalier, mais épidémique. Les quatres pays très touchés souffrent de leur répartition de population. Une affaire de territoire. Pour le déconfinement, il faut ne faudra pas déconfiner toute de suite deux villes : Paris et Lyon. Marseille est comme une ville de l'Europe du Nord. Densité faible, épidémie faible... Pas la chloroquine... On pourra déconfiner presque toute la France assez vite, et évidemment suivre attentivement les cas de COVID-19 pour éviter qu'ils se propagent. Mais le risque épidémique reste modéré donc potentiellement gérable.

Fermer


- Nouvelles du 24 avril

- (24 avril 2020) Confinée à Wuhan: un journal intime fait hurler les nationalistes. A lire ici.

- (24 avril 2020) Espagne : l'épidémie repart à la hausse nettement depuis 8 jours... Le déconfinement est peut-être prématuré...

- (24 avril 2020) Etats-Unis : entre 100,000 et 130,000 décès en vue selon les scenario si l'épidémie continue sur cette lancée. Le confinement n'est pas bien géré, et il y a peut-être un problème plus grave concernant la population, avec la sensibilité métabolique du COVID-19 : diabète, hyper-tension, surpoids. Pour l'instant cependant, rien n'indique une anomalie marquée par rapport à l'Europe, sauf une mauvaise gestion du confinement.

- (24 avril 2020) Un site très bien fait.

- (24 avril 2020) Lasituation officielle du COVID-19 au Sénégal qui corrobore pleinement le rôle du facteur densité x âge dans l'ampleur du risque épidémique. Ce qui est intéressant c'est de voir la classe d'âge touchée, plutôt jeune. Et donc principalement la population active. Donc à Dakar. Le pays n'est donc presque pas touché, comme attendu.

Fermer


- Nouvelles du 25 avril

- (25 avril 2020) Le calcul exact du facteur de risque de létalité par le COVID-19 été calculé à partir de la pyramide des âges de tous les pays et de la probabilité de décès en fonction de l'âge. On constate bien que l'Afrique, l'Inde ont des risques bien moindres. Le risque pour l'Amérique du Sud est moindre que celui de l'Europe, l'Asie et l'Amérique du Nord. Après localement, le risque de létalité doit être multiplié par la densité de population, bateau, salle de sport ou lieu de culte, ville, par pays ou région du monde, selon l'échelle à laquelle on souhaite étudier la dynamique du COVID-19. Le problème est donc bien européen, vu la moyenne d'âge. Les Etats-Unis ne sont pas en principe le pays ayant le facteur le plus élevé, mais comme l'application du confinement n'a pas été très bonne, l'épidémie s'est propagée dramatiquement dans les villes denses.

- (25 avril 2020) Le étude dans une grande revue de médecine britannique donnant l'estimation du taux de létalitédu COVID-19 : 0.66%. C'est presque le scenarion taux bas de létalité utilisé depuis le début des études ici, sur la base des observations du paquebot Diamond-Princess.

- (25 avril 2020) Un lien très utile pour comparer les politiques de tests entre pays. Merci pour lelien !

Fermer


- Nouvelles du 26 avril

- (26 avril 2020) Bibliovid, une belle initiative dans le cadre d'un échange inter-CHU, pour rassembler les publications au sujet du COVID-19. Merci pour le lien !

- (26 avril 2020) Dans tous les pays étudiés, l'épidémie de COVID-19 tend à faiblir grâce aux mesures de confinement. Pour l'instant, seuls les Etats-Unis font face à une évolution toujours préoccupante, avec à la clé entre 120,000 et 145,000 décès. Cela démontre la force du confinement pour réduire l'impact de la contagion. A ceux qui doutaient début mars de la possible catastrophe sanitaire quand on observait l'évolution des chiffres des personnes contaminées et des décès, et parlaient de petite grippe, je pense qu'ils devraient revoir leurs connaissances de maths ! Car derrière les chiffres, ce sont des vies...

- (26 avril 2020) Une image rare du virus SARS-Cov-2 infectant une cellule pulmonaire (en bleu) (source INSERM)

Fermer


- Nouvelles du 27 avril

- (27 avril 2020) Les simulations de tous les pays étudiés restent montrent que les paramètres du modèle de distanciation évoluent peu, et que l'évolution du nombre de décès est conforme à ce qui avait été prédit voici plusieurs jours. Le processus est lent, pour pratiquement tous les pays dont la décroissance est amorcée, et pour les Etats-Unis, il y a juste un ralentissement, mais pas un contrôle de l'épidémie. La raison est simple : 30-40% de la population ne croit pas à la réalité du COVID-19, et refuse le confinement ainsi que les geste barrière. Les conséquences sont là ! A noter que dans certains pays, le nombre de décès est très fluctuant d'un jour à l'autre.

- (27 avril 2020) Un lien donnant les statistiques mises à jour quotidiennement du COVID-19 dans Paris intra-muros

- (27 avril 2020) Une analyse pertinente sur la problématique du déconfinement.Le risque est grand de repartir à zéro, car l'imunité est trop faible. Un autre analyse du même auteur.

- (27 avril 2020) Une lucarne vers un traitement des orages cytokiniques provoqués par le COVID-19 ? En tous cas, la situation progresse.

Fermer


- Nouvelles du 28 avril

- (28 avril 2020) Une analyse de la soit-disante singularité suédoise. La plupart des gens ont, sur les conseils du gouvernement, appliqués les règles de distanciation sociale naturellement. Ca c’est un bon point. Mais la clé de leur succès qui n’en n’est pas un en fait, tient en deux aspects : le pays est vide, densité de population très faible, donc propagation du virus très difficile hors des trois grandes villes. D’ailleurs tous les cas sont concentrés à Stockholm pratiquement. Et la densité de la ville de Stockholm est plutôt basse, 5,118 h/km2 (20,000 h/km2 à Paris, 17,000 h/km2 à Barcelone,…, un peu moindre qu’à Wuhan, l’épicentre de l’épidémie, et qui pourtant est loin d’être la ville la plus touchée à confinement égal par rapport à d’autres pays ! En supposant que les règles suédoises d’auto-confinement ont des effets voisins à celles d’un confinement plus strict ce qui ne serait pas une surprise, et bien les nombre totaux de décès à Stockholm et à Wuhan sont voisins : entre 2500 et 3000 décès, loin des autres pays les plus touchés. Tout est affaire de densité de population et de pyramide des âges (voisines pour l’exemple discuté) ! Donc les suédois ont été bien aidé par la distribution spatiale de la population. Affaire d’aménagement du territoire.

- (28 avril 2020) Les gouvernants doivent toujours se fier au scenario le pus grave possible ? Est-ce exact ? Voici une réflextion à ce sujet. Merci pour l'info.

- (28 avril 2020) La question de la diffusion du virus SARS-Cov-2 par les systèmes de climatisation est au centre de nombreuses préoccupations. De l'analyse faite à propos de la propagation du virus dans le paquebot Diamond-Princess, où la quarantaine avait permis de contrôler l'épidémie, on en avait déduit que la climatisation sur le bateau n'avait pas eu un impact majeur. Mais le détail du fonctionnement de celle-ci n'est pas connu (filtres, ...). Un problème de climatisation avait été suspecté dans un restaurant chinois. Ici une étude sur l'impact de la climatisation sur la diffusion du SARS-Cov-1 montre l'impact de ce système. Est-il extrapolable au SARS-Cov-2 responsable du COVID-19 ?. Merci pour l'info.

Fermer


- Nouvelles du 29 avril

- (29 avril 2020) Le site officiel du Québec pour suivre en détail l'évolution du COVID-19. Merci pour le lien !

- (29 avril 2020) Un lien sur les reportages amateurs à travers le monde et sur comment différents pays réagissent face au COVID-19. C’est plutôt sympa et dépaysant. Pas à l’image de la bande annonce qui est un peu anxiogène. Merci pour le lien !

- (29 avril 2020) Un article très intéressant sur le taux de létalité du COVID-19. Depuis le début, ce problème était au coeur des préoccupations dans les simaultions, et j'ai montré qu'on pouvait aussi comprendre l'épidémie COVID-19 avec une létalité proche de celle de la grippe saisonnière. Dans ce cas, la contagiosité augemente d'autant dans le rapport des taux de létalité. On ne saura jamais vraiement quelle est la valeur pour le COVID-19, mais le cas du paquebot Diamond-Princess, avec 0.7% est certainement un des plus précis pour estimer une valeur crédible. C'est d'ailleur le scenario considéré systématiquement qui donne d'excellent résultats. A noter que c'est certainement ce chiffre qui est pris pour les calculs dans les labos de recherches, car on trouve ainsi la même fraction de personnes immunisées, 6-7% en France actuellemet. Merci pour le lien !

- (29 avril 2020) Le déconfinement arrive, et il sera bientôt obigatoire d'avoir son petit bout de tissu sur le groin... ! Sinon amende dans les transports ! On ne rigole pas en France, chaque citoyen étent manifestement pris pour un benêt. Lisez cet article désopilant sur la norme AFNOR pour créer un masque pour le public, condensée en ... 36 pages ! Non ce n'est pas une faute de frappe ! Vous avez bien lu, 36 pages... Au Québec, une page web et 4 dessins pour faire la même chose... de là à dire que notre pays est bien embourbé dans la bureaucratie, et que le SARS-Cov-2 court bien plus vite qu'elle, il n'y a qu'un pas que je vous laisserai faire ! Pour moi, le diagnostic est déjà posé depuis longtemps...

- (29 avril 2020) Situation inédite pour la France: le décompte des personnes infectées a diminué de 1417 cas. Cela démontre la fragilité de cette quantité pour l'analyse de la dynamique de l'épidémie.

Fermer


- Nouvelles du 30 avril

- (30 avril 2020) Un article très instructif sur les différentes pistes pour obtenir un vaccin performant.

- (30 avril 2020) Une publication récente démontrant comment les flux de population déterminent la distribution spatio-temporelle de COVID-19 en Chine.

- (30 avril 2020) Des cartes bien faites pour observer la dynamique spatiale du COVID-19.

- (30 avril 2020) Une analyse intéressante qui m'a été fournie sur les causes de décès des patients atteint du COVID-19 en date du 23 avril, en Ile-de-France (Source). Sur un nombre cumulé de 174, décès, la répartition des co-morbidtés est la suivante :

  • aucune co-morbidité : 22
  • diabète types 1 et 2 : 27
  • hypertension artérielle : 26 (mais sous-estimé)
  • pulmonaire : 16
  • cardiaque : 15
  • neuromusculaire : 14
  • rénale : 6
  • imunodéficience : 5
  • hépatique : 4
  • obésite : 0.6
L'influence du sexe sur le décès est aussi marquée qu'en Chine, dans le rapport homme/femme de 75%/25%. Merci pour l'analyse !

- (30 avril 2020) Le Royaume-Uni a pris en compte les décès dans les résidences médicalisées pour senior (équivalents aux EHPAD en France), ce qui induit un bond de 4000 personnes dans la comptabilité des décès. Avec 26,097 décès le 29 avril 2020, le pays devient le second le plus touché d'Europe derrière l'Italie et devant l'Espagne. La France est rétrogradée à la quatrième position. Il est intéressant de noter que le Royaum-Uni a beaucoup tardé à mettre en place un confinement de sa population, tenté un temps par la solution risquée de l'immunité collective. Au final, il a été contraint au confinement, mais le temps perdu ne peut être rattrapé, et le nombre de décès est alors très élevé.

- (30 avril 2020) Une synthèse très utile pour observer la dynamique du COVID-19 en France et région par région. Merci pour le lien !

- (30 avril 2020) Les analyses quotidiennes de la dynamique du COVID-19 dans les 16 pays étudiés montrent que le reflux du nombre quotidien de décès est bien engagé dans tous les pays. Les Etats-Unis sont actuellement sur un plateau, mais qui préfigure certainement la future décrue. Le faible confinement, hormis dans quelques états et certaines grandes villes coutera la vie à plus de 130,000 personnes sur la base de la dynamique observée. Il est à noter que la plupart des paramètres de simulations ne varient plus depuis des jours, ce qui est un signe de robustesse des prédictions du modèle.

Fermer


- Nouvelles du 1er mai

- (1er mai 2020) Bon 1er Mai à toutes celles et ceux qui suivent suivent mes calculs ici !


Merci pour votre fidélité.

- (1er mai 2020) Un article très prédagogique sur la phli-génétique et les chemins de contagion. Fascinant. Merci pour le lien !

- (1er mai 2020) Le bilan complet du COVID-19 par Santé Publique France en date du 30 avril. (Source).

- (1er mai 2020) Voir le déroulement de l'épidémie avec la temps et la capacité de prédiction, c'est la force d'une petite vidéo. Ici le cas de la France jusqu'à hier soir. On observe bien les grandes fluctuations des prédictions au début de l'épidémie, conséquence des informations fluctuantes d'un jour à l'autre. Au début, la dynamique est dominée par le temps rapide (effet d'avalanche car R0 élevé) qui conduit à l'immunité collective rapidement si rien n'est fait, avec un grand nombre de décès. L'effet du confinement est fort rapidement sur une estimation grossière du jour d'apparition du pic épidémique (ici indiqué en rose vers le 8 avril). Mais l'impact reste faible sur les autres quantités. Puis arrive le pic, et la situation se fige, car la dynamique épidémique est dominée par le temps long (R0 faible). Tous les paramètres deviennent très stables, et les projections sont donc bien meilleures mais pour la fin de l'épidémie comme celle-ci est encore encore très lointaine, l'incertitude reste élevée. A noter que le pic correspond bien au passage R0 = 1. Enfin, on peut voir le passage de la fin du confinement au 11 mai 2020. A noter que la dynamique change notablement avec le taux de létalité, mais pas les valeurs limites, et ceci pour les mêmes données ajustées. ! Cela montre l'absence d'unicité des paramètres pour décrire une même série temporelle bruitée. Enfin, il est important de rappeler que les systèmes dynamiques ayant deux temps spécifiques bien séparés ont une faible capacité prédictive à long terme tant que le temps long ne domine pas la dynamique rapide, si les données que l'on cherche à comprendre sont bruitées. C'est un phénomène qui n'est pas spécifique à une épidémie, et on le retrouve en météo, en physique des plasmas etc... Plus le modèle à de paramètres pour ajuster les données, moins il a de chances d'être prédictif dans ces conditions. C'est pour cela qu'un modèle simple a été choisi.


- (1er mai 2020) Un peu de détente, cela fait du bien.


Edouard Philippe est vraiment un artiste !

- (1er mai 2020) Une petite leçon d'économie

à nos gouvernants bien peu inspirés de ce côté-là, pour ne pas dire franchement incompétents. Le gel hydro-alcoolique produit en France a été largement écoulé en ... Allemagne pendant la phase critique du COVID-19 ! Et oui, les effets pervers du blocage des prix qui rassurent la population d'un côté mais organise la pénurie de l'autre... Assez pathétique... en espérant que ce ne sera pas le cas avec les masques !

Fermer
- Nouvelles du 2 mai

- (2 mai 2020) Le confinement tire peu à peu à sa fin théorique, et les derniers jours sont les plus longs. Alors pour patienter, quelques belles images qu'un ami m'a envoyé ce matin pour compenser la déprime surtout pour un week-end du 1er Mai et l'arrivée prochaine pour 4/5 jours de conditions presque estivales !

- (2 mai 2020) COVID-19 et économie. La France lanterne rouge de l'Europe et presque du monde... ! L'inculture économique de nos gouvernants (qui reflète celle des français d'ailleurs), la place très largement excessive de l'état dans notre vie vont amener peut-être à la faveur de la grave perturbation induite par le COVID-19 à se libérer de l'emprise d'une entité qui maintenant dessert largement les français.

Fermer


- Nouvelles du 3 mai

- (3 mai 2020) Le lien vers les données Suisse. Merci pour les data concernant les personnes en soins intensifs. L'accord entre modèle et observations est remarquable, malgré quelques inévitables écards. Et aucun paramètre n'a été changé depuis plus de deux semaines.

- (3 mai 2020) Toutes les simulations sont en lignes et les vidéos associées aussi. Très bon accord entre le modèle et sa capacité de projection, et les obserations quand le pic épidémique forcé est passé. Une observation quand à la prédiction du pic forcé par un confinement : dans la phase initiale, l'épidémie évolue vers l'immunité collective. Vu le R0 de 3 environ du SARS-CoV-2, on atteint le pic de l'immunité collective très vite. Dès que les mesures de confinement sont mises en place, on voit augmenter la date de ce pic, et c'est le premier effet du confinement, car la courbe s'incurve imperceptiblement. Puis de jour en jour, le pic augmente. On ne sait pas encore quand le pic va arriver, mais on sait qu'il va arriver ! C'est déjà un bon signal. Puis, un jour donné, la date estimée de ce pic plonge. Cela signifie que l'on est sur le pic ou dans son très proche voisinage. Et rapidement, cette date se stabilise définitivement. On observe cette dynamique pour tous les pays étudiés. A noter qu'en l'absence de confinement strict, ce pic est très atténué, voir inexistant (cas de la Suède ou de l'Allemagne notamment), et on constate alors une convergence lente vers le pic épidémique.

- (3 mai 2020) Les simulations pour le Québec sont les plus difficiles. Surprise ? Non ! Car les données initiales (les corrélations croisées entre les données fournies, voir la figure correspondante) sont très étranges. On peut suspecter soit des erreurs de comptage, soit un mélange de données qui ne sont pas cohérentes entre elles. Pas de miracle, cela se reflète sur les simulations ! Le Québec a-t-il atteint son pic épidémique ? Il est franchement très difficile de conclure sérieusement, sans introduire un biais dans les analyses sans une sérieuse justification. J'aurai tendance à dire non, car on observe un beau plateau du nombres de personnes en soins intensifs. A suivre de près !

Fermer


- Nouvelles du 4 mai

- (4 mai 2020) La saisonnalité du SARS-CoV-2 est un sujet à débat important. Le Pr. Raoult de l'IHU de Marseille défend l'idée qu'il ne sera plus contagieux dès le printemps, comme pour son prédéceseur le SARS-CoV-1 apparu en 2003. C'est possible, mais il n'y aucun fondement à ce propos, basé sur une simple analogie qualitative, d'autant que l'épidémie se propage actuellement activement dans des régions chaudes (sèches et humides). Néanmoins, on peut s'interroger sur l'impact d'une réduction rapide de la contagiosité. En réduisant le R0 d'un facteur x4, on constate sur les courbes ci-dessous que ce sera bien visible sur le nombre journalier de décès, qui diminueront plus vite, ce qui est normal. En revanche, l'impact sera nul sur le nombre total de décès, car on est déjà proche du plateau par le confinement. L'avantage principal sera l'impossibilité d'une seconde vague pendant la période estivale. A noter Oui, dans l’exemple pris, la fin de l’épidémie est le 30 juin. Si l’épidémie traine donc, cet été ce sera un signe de l’absence de forte saisonnalité du virus.

- (4 mai 2020) Un articleintéressant dans la façon de présenter les choses. Merci pour le lien

- (4 mai 2020) On peut récupérer du COVID-19 à tout âge ! la preuve ici

- (4 mai 2020) Une étude récente en Allemagne menée à Gangelt, un des principaux foyers, suite à un carnaval organisé par des personnes contaminées, a montré que 20% des personnes ayant été contaminées sont totalement asymptomatiques, mais contaminantes. Chose intéressante, les chercheurs arrivent à la conclusion que le taux de létalité est de 0.4% environ, sur un échantillon de 919 personnes (proche du cas du paquebot du Diamond-Princess). En partant du nombre de décès observés en Allemagne, ils en déduisent que le nombre de personnes contaminées est de 1.8 millions. Les calculs du modèle ici présent, pour l'Allemagne, ont été effectués avec un taux de létalité extrêmement bas, de 0.1%. Si l'on augmente le taux de létalité à 0.4%, les résultats sur les figures donnent 1.75 millions de personnes contaminées. Excellent accord, mais la méthode est la même. Cela montre aussi que le taux de létalité ne sert qu'à obtenir des valeurs quantitatives pour les personnes infectées, et la fracton de la population qui est immunisée. La dynamique temporelle est indépendante de la valeur absolue du taux de létalité.

Fermer


- Nouvelles du 5 mai

- (5 mai 2020) Une article sur l'épidémie aux Etats-Unis, qui semblent s'attendre à une seconde vague imminente, résultant du relachement prématuré du confinement. Pour l'instant ce n'est pas le cas, mais on pourrra suivre la tendance avec ce pays dont la gestion du COVID-19 est atypique. A noter que le code prédit entre 100,000 et 130,000 décès actuellement. Une chose importante à noter: le modèle étant global, il ne prend pas en compte spécifiquement l'amélioration à New York par exemple. Le poids de New York dans l'épidémie s'efface jour après jour par rapport aux autres états, où le confinement est appliqué avec peu de force et où l'épidémie continue donc à se propager.

- (5 mai 2020) La question du R0 pour le COVID-19 est sur toutes les lèvres, mais le paramètre clé de cette quantité est le temps de contamination, qui peut être globalement assimilé au temps d'incubation, car on peut être asymptomatique et contaminant, ce qui est une des dificultés du COVID-19. A partir de l'évolution temporelle initiale du nombre de décès, qui donne un temps de doublement des décès de 2.6 jours environ (avec un large ecart-type), un R0 moyen de 2.1 est calculé pour un temps d'incubation de 6.4 jours, sur la base des travaux concernant Wuhan ( article). Depuis, le temps d'incubation a évolué, et une bonne synthèse est fournie ici. On arrive à un temps moyen d'incubation de 5.2 jours, mais avec des écarts considérables pouvant aller jusqu'à 24 jours. Dans ces conditions, quelle valeur prendre ? On prendra à l'avenir la valeur de Wuhan, 6.4 jours qui semble être dans la moyenne, sachant que la valeur exacte du R0, certes importante, n'est pas critique. Ce qui compte, c'est le taux de contamination journalier, qui lui est directement obtenu du taux de croissance et est universel. Pour un temps de doublement journalier, qc0 vaut alors 1. Dans les faits, il oscille entre 0.4 et 1.0, et sa valeur moyenne est proche de 0.3.

- (5 mai 2020) Cliquez ici pour comparer les taux de reproduction (R0) déduits des simulations au jour d'aujourd'hui entre les pays étudiés. Il intègre la dynamique complète de l'épidémie dans le pays concerné jusqu'à aujourd'hui, et reflète la situation épidémique du pays. Pour rappel, R0 supérieur à un --> l'épidémie se développe, R0 inférieur à un --> l'épidémie reflue. Plus R0 est proche de zéro, plus le pays se rapprochera rapidement de la fin de l'épidémie. Ce fichier sera mis à jour quotidiennement et accessible depuis les analyses statistiques.

Fermer


- Nouvelles du 6 mai

- (6 mai 2020) L'épidémie COVID-19 expliquée ici en moins de trois minutes !! Une belle aventure d'une startup de Meylan. Merci pour le lien !

- (6 mai 2020) Après le flop de la Chloroquine et de ses dérivés, il semblerait qu'un médicament administré pour la schizophrénie, le Chlorpromazine, ait des des propriétés antivirales efficaces contre le SARS-Cov-2. Une étude sérieuse est en cours.

- (6 mai 2020) Cliquez ici pour comparer les taux de reproduction (R0) déduits des simulations au jour d'aujourd'hui entre les pays étudiés. Le R0 des Etats-Unis augmente, ce qui n'est pas bon signe

- (6 mai 2020) Un regard très intéressant d'un médecin, Bernard Ivanoff, Dr. d’Etat en Pharmacie, Biologiste, M.Sc, Dipl. Institut Pasteur Paris sur l'épidémie COVID-19. Des observations très instructives aussi sur les épidémies (Ebola notamment). La contagion est un processus complexe ! Merci pour le document !

- (6 mai 2020) Le bilan épidémique dans les Bouches-du-Rhône, avec le décompte quotidien des nouveaux cas assuré par l'Agence Régionale de Santé (ARS). Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 7 mai

- (7 mai 2020) Le 8 avril dernier, le premier ministre du Québec avait annoncé que le pic épidémique serait passé le 18 avril. J'ai alors émis de forte réserves, basées sur l'analogie entre la dynamique du Québec et celle de l'Allemagne et annoncé que le pic serait bien plus tard, vers le 28 avril... On est le 7 mai, et le pic vient à peine d'être atteint. Ce qui montre la pertinence des simulations et la solidité des prédictions, qui sont d'ailleurs évaluées avec une incertitude elle-même calculée mathématiquement. Le premier ministre a-t-il pris ses désirs pour des réalités ? Personne ne le saura et peu importe. Ce qui compte ce sont les faits. Un point essentiel: la cohérence entre les décès et le nombre de personnes en soins intensifs des pays suivis (France, Italie, Suisse, Québec) est un bon indicateur de la robestesse de l'approche ici développée. Le nombre de personnes en soins intensifs ne montrait aucune baisse, et c'est toujours le cas, aux fluctuations quotidiennes près. L'outil d'analyse du COVID-19 développé pour justement suivre les évolutions de l'épidémie rempli donc parfaitement son rôle pour le suivi de celle-ci.

- (7 mai 2020) Les études sur l'efficacité des médicaments contre le COVID-19 ne font décidemment pas bon ménage avec la communication médiatique. Après les annonces douteuses concernant la chloroquine et ses dérivés, c'est le tour du tocilizumab... Au delà de la déception que cela procure, cela envoie à la société une image délétère du monde scientifique, et il n'est pas étonnant que la confiance soit sérieusement érodée dans un tel contexte. Franchement lamentable...

- (7 mai 2020) Petite leçon d'humilité pour nos amis anglais. Je me souviens, mi-mars, d'informations récurrentes présentant l'immunité collective comme la bonne solution. J'avais à l'époque écrit (et c'est encore sur le site) que ce choix était moralement scandaleux, car il condamnait des centaines de milliers de personnes. La Chine dont on se moque ne l'avait pas fait et cherchait au contraire à protéger ses citoyens. Le Pr. Neil Ferguson de l'Imperial College à l'origine de tout cela ? Après de longues tergiversations, les anglais effrayés par l'ampleur de la vague épidémique se sont rangés au confinement, mais bien tardivement. Résultat, ils ont dépassé le nombre de décès des italiens, initialement montrés comme submergés, mais ayant finalement géré de manière courageuse et efficace cette épidémie qui n'a rien d'une grippette. Morale de l'histoire: on ne rattrape pas le temps perdu dans un processus exponentiel comme une épidémie. Les pays qui ont pris des mesures strictes le plus tôt ont été les grands gagnants. Au lieu de pousser les gens à sortir et aller au théatre le 7 ou 8 mars en France, on aurait dû les inviter à rester chez eux. On savait déjà tout cela fin février... Et le bilan serait 10 fois moindre concernant les décès et les personnes en soins intensifs, sans aucune surprise. Ce sont les chiffres qui parlent. Donc on paie lourdement le retard de nos décisions. Ayant été moi-même moqué début mars quand je montrais les chiffres que je calculais à de grands professeurs de médecine, je dois avouer ma tristesse et ma sourde colère de voir tant de morts par inconséquence, et par refus d'accepter la réalité des nombres. Un déni pathétique.

- (7 mai 2020) Encore une pitrerie néfaste du Pr. Chloroquine, sur ce lien, qui mélange tout. La courbe en cloche est le fait de toute épidémie, par immunité collective (forcée par vaccination ou naturelle), ou par confinement des individus. Donc ce n'est pas une surprise. L'arrivée de ce pic en France est la conséquence du confinement. Point barre. Ce professeur douteux mélange tout dans un galimatias inbuvable et indigne. Si la chloroquine marchait, on le saurait. En Afrique et en Inde par exemple, la dynamique épidémique n'a rien à voir avec la chloroquine, mais avec la pyramide des âges conjuguées avec la faible densité de population dans ces pays (sauf quelques villes, mais la pyramide des âges les sauve). Quant à la létalité de 0.5 ou 0.7% ce n'est pas une surprise, c'est la valeur déduite du paquebot Diamond-Princess depuis février 2020 qui avait une forte proportion de personnes âgées pour cette croisière (7 décès). A noter que l'effet de l'âge est spectaculaire : 0 décès sur le Charles-de-Gaulle qui avait la même densité de passager que sur le Diamond-Princess, mais ils étaient tous jeunes, moins de 30 ans en général ! Par ailleurs, avec 0.5 ou 0.7% de létalité (personne n'en sait rien précisément et cela n'a que peu d'importance en restant à ce niveau), la contagiosité est forcément très grande pour expliquer l'évolution du nombre de décès et de personnes en soins intensifs. Donc ce que racontre ce monsieur, affirmant que la contagiosité est ordinaire, est faux. D'ailleurs chacun peut faire son expérience personnelle en calculant le temps de doublement du nombre de cas ou de décès en début d'épidémie (voir les courbes que je donne venant de l'OMS). On arrive à un R0 de 3-4 environ, bien plus que pour la grippe (pour laquelle on a d'ailleurs un vaccin). Sous une apparence docte, cet homme propage de fausses analyses, et c'est consternant d'observer qu'une telle personne soit en charge d'un institut à ce niveau. Signe d'une défaillance majeure du processus scientifique dans le milieu médical, qui touche d'ailleurs tous les domaines de la science. On navigue hors de toute éthique en donnant crédit à de telles personnes.

- (7 mai 2020) Un article sérieux et bien documenté sur le COVID-19 du Pr. Jean-Claude Bensa en immunologie à l'UIAD (Université Inter-Ages du Dauphiné), détaillant le processus d'infection, les difficultés concernant la mise au point d'un vaccin. Un tel article fait du bien ! Il reste encore et heureusement des scientifiques sérieux, pas comme certains clowns à roulettes... La réalité du COVID-19 est complexe, celle du processus épidémique est plus simple, même s'il y a des zones d'ombre. Merci pour le lien !

- (7 mai 2020) Une initiative heureuse à propos du COVID-19, qui montre le potentiel des ressources à ce sujet. Merci pour le lien !

- (7 mai 2020) Les règles du déconfinement : moins de 3000 personnes en soins intensifs ! Et commepar hasard, on tombe pile-poil sur la courbe que je simule et la valeur estimée depuis 20 jours vers le 11 mai. On est donc fixé, ce sont les lits en réanimation qui sont le critère et c'est logique ! Voici la courbe qui est actualisée chaque jour à ce sujet. Merci pour le lien !



Fermer
- Nouvelles du 8 mai

- (8 mai 2020) Cliquez ici pour suivre l'évolution du facteur R0 mise à jour quotidiennement.

- (8 mai 2020) Une info publiée sur la fameuse chloroquine... Raoult va bientôt se raser la barbe et se couper les cheveux !! :) Je vais essayer de retrouver la publication !

- (8 mai 2020) Une vidéo passionnante sur les clés du discours du Pr. Raoult de l'IHU de Marseille. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 9 mai

- (9 mai 2020) Un nouveau pays dans la liste de ceux suivis : le Brésil. Suite à des contacts alertant sur la gravité de la situation, j'ai décidé de suivre le Brésil qui est effectivement dans une situation très préoccupante pour le COVID-19. Pour trouver les infos en ligne du Brésil, cliquez ici. Merci pour le lien !

- (9 mai 2020) Suite à un échange, je vais aussi suivre la ville brésilienne de Fortaleza, 2.4 millions d'habitants avec une densité de population de 7,768 hab./km2. Comme on peut le voir sur la carte de l'état Ceará, la quasitotalité des cas sont concentrés dans la capitale de cet état, en raison de la densité de population. Je reviendrai sur l'analyse du nombre total de décès en fonction de la pyramide des âges au Brésil. Pour trouver les infos en ligne sur Forteleza et l'état Ceará, cliquez ici. Merci pour le lien !

- (8 mai 2020) Un article soulignant l'absence "intrigante" d'une épidémie ravageuse de COVID-19 comme l'OMS l'avait annoncée, à mon avis à tord, (voir analyse plus bas). On ressort le climat, dont on n'a aucune preuve, la chaleur, mais cela ne marche pas dans d'autres pays très chauds, mais on a échappé à la chloroquine :) Ouf ! En fait, tout est bien plus simple : densité x pyramide des âges. La population africaine est jeune. Elle propage le virus comme partout ailleurs, mais est largement moins impactée sur le plan sanitaire. La comparaison déjà évoquée entre l'équipage du porte-avion Charles-de-Gaulle et les passager du paquebot Diamond-Princess est éloquente ce sujet. C'est le même effet en Afrique, comme partout ailleurs. Seules les très grandes villes africaines très denses peuvent avoir un peu plus de mortalité, la densité compensant l'effet de l'âge. Déjà démontré. On constate donc que beaucoup d'experts, comme dans cet article, n'étayent pas leur propos de vrais calculs derrière. C'est une évidence. Alors on lance des hypothèses, on les multiplie, on a l'air intelligent, mais en fait, c'est le type même de propos de personnes ignorantes !! Désolant. Et je ne suis pas expert en épidémiologie, juste un physicien capable par son métier d'analyser des données accessibles à tous !

- (9 mai 2020) Cliquez ici pour suivre l'évolution du facteur R0 mise à jour quotidiennement.

Fermer


- Nouvelles du 10 mai

- (10 mai 2020) Le suivi des personnes en soins intensifs (Italie, France, Québec et Suisse) permet de constater une projection intéressante quand le pic épidémique est passé. En effet, pour la France, la Suisse et l'Italie, le nombre de décès en fin d'épidémie qui est prévu par le code (sur la base de l'évolution temporelle des décès) colle avec le nombre de cumulés de décès au jour J + le nombre restant de personnes en soins intensifs. En d'autres termes, mis-à-part les comptages externes des EHPAD, quand on clame qu'il y a baisse de nombres de personnes en soins intensifs, il y a autant de morts en plus. Vases communiquants. Il ne reste plus que 100 personnes en réanimation en Suisse, et le pays est presque sur l'asymptote. En France, on est à 26,000 décès cumulés, et il reste encore presque 3,000 personnes en soins intensifs. On arrivera malheureusement à 29,000 décès. Donc cohérence générale des chiffres, ce qui est important. Le seul aspect positif, c'est que très peu de gens rentrent désormais en soins intensifs.

- (10 mai 2020) Alors que nous allons déconfiner en présence d'un très grand nombre de cas de contaminations (et de décès), la Chine est à un stade très avancé du contrôle de l'épidémie. On le constate dans les simulations, rien ne bouge depuis longtemps. Cela permet d'isoler les cas atypiques, comme la résurgence soudaine d'un cas à Wuhan. Que s'est-il passé pour qu'un cas si isolé puisse surgir ainsi ? Le suivi détaillé de tels cas sera très instructif sur la capacité à éradiquer complètement le COVID-19. Il reste de toute évidence un long chemin.

- (10 mai 2020) Retour du confinement général à Shulan en Chine pour seulement quelques cas isolés identifiés. Les chinois veulent éviter la seconde vague. De même, les coréens ferment bars et discothèques à Séoul suite à un retour du COVID-19. On constate donc la fragilité de la situation, quel que soit le pays.

Fermer


- Nouvelles du 11 mai

- (11 mai 2020) Fin du confinement ! Grâce à celui-ci, le nombre de décès a fortement chuté et est tombé à 70 pour la journée d'hier. Mais le nombre de contaminations constatées reste élevé, et celui estimé encore bien plus (scenario taux de létalité de 0.7% le plus probable). Il faut donc rester plus que vigilant dans les semaines qui viennent. Ce n'est pas un retour à une situation normale mais une simple rémission. D'ailleurs, en Chine, au Liban et en Coréee du Sud, des cas sporadiques apparaissent, et montent très rapidement, ce qui prouve la virulence sdu SARS-Cov-2. Très étrange, un peu comme ce fut constaté avec le virus Ebola. Il faudra des mois avant que la situation soit pleinement stabilisée, comme en Afrique de l'Ouest, entre 2014 et 2015. Bonne journée et restons optimistes !

- (11 mai 2020) Attention à ne pas être trop optimiste malgré tout !. Le temps de la recherche est long, et avec les médias, les désirs deviennent vite des réalités, avec des déceptions en bout de course.

- (11 mai 2020) La susceptibilité des pays et des villes au COVID-19 a été mise à niveau avec une approche bien plus rigoureuse. Cela ne change en rien la répartition par pays ou régions du monde qui étaient indiqués préalablement, juste la valeur absolue, qui maintenant a un sens plus précis (voir note de calculs à ce sujet). Pour les villes (50 villes mondiales, 20 européennes, 10 françaises et 10 brésiliennes), on prend en compte la densité locale de chaque ville pour évaluer le risque. Entre susceptibilité et nombre effectif de décès, il peut y avoir une grande différence, selon la politique de confinement et la date à laquelle celui-ci a été appliqué. Prenons l'exemple de Paris qui est une des villes les plus susceptibles du monde, à cause de la densité de population très élevée (20000 h/km2 = 0.02 h/m2), et de la pyramide des âges qui n'est pas favorable. Le facteur Fcovid local de susceptibilité vaut 8.7702e-05/m2 (susceptibilité du pays x densité locale). On peut estimer le nombre de décès avec un confinement modéré comme celui qu'on a vécu au cours de ces deux derniers mois en prenant une surface d'interaction moyenne de S = 8 m2 entre individus. On a ainsi Ndeces = Npopulation*Fcovid*S ce qui donne pour Paris 2,200,000x8.7702e-05x8 = 1543 décès. Dans les faits, le nombre de décès à Paris vaut 1579 le 10 mai, nombre qui ne varie plus beaucoup. On considère maintenant, à titre de comparaison, la ville de Wuhan en Chine, 11 millions d'habitants, une densité de population quatre fois moindre 5,825 h/km2 = 0.005852 h/m2, une population plus jeune, donc moins à risque (susceptibilité France : 0.0043851, susceptibilité Chine continentale : 0.0029147). La susceptibilité de Wuhan vaut alors 0.0029147*0.005825 = 1.6978e-05 alors que celle de Paris 0.0043851*0.02 = 8.7702e-05 comme cité plus haut est 8 fois supérieure. Dans ces conditions, le nombre de décès avec confinement à Wuhan est estimé à 1.6978e-05*11e6*8 = 1500 en prenant la même surface effective d'interaction (8 m2), soit le même ordre de grandeur que Paris, alors qu'il y a 5 fois plus d'habitants ! Dans les faits, il y a eu au total 2500 décès (3800 avec la correction du 17 avril). On est sur l'ordre de grandeur dans tous les cas, et c'est cela qui compte. D'où peut provenir la différence : de la politique de confinement. En effet, sans confinement, la surface d'interaction est bien plus grande et non plus 8 m2 ! Donc ce calcul n'est pas très précis, mais est très utile pour comparer le risque d'épidémie entre pays, entre villes. C'est ainsi que l'on peut dire qu'en Afrique, le risque d'une forte mortalité par COVID-19 est bien plus faible, sauf dans quelques rares grandes villes denses. Sur la base de ce calcul élémentaire, on comprend pourquoi l'Europe et les Etats-Unis sont si touchés par rapport au reste du monde : pyramide des âges x densité, le cocktail explosif du COVID-19. Un confinement strict des personnes de plus de 65 ans réduit fortement la susceptibilité de la France qui vaut alors 0.001238, d'un facteur 4 environ (0.0043851 sans confinement différentiel) et le nombre de décès à Paris diminuerait d'autant. A noter que le confinement des personnes âgées en Afrique n'impacte pratiquement pas la mortalité du COVID-19, ce qui est normal, car la population est jeune. Enfin, avec un confinement strict des personnes de plus de 65 ans, les régions les plus touchées seraient la Russie et l'Europe de l'Est (voir la section analyse général du COVID-19 pour les courbes et les détails.

- (11 mai 2020) Cliquez ici pour suivre l'évolution du facteur R0 mise à jour quotidiennement.

- (11 mai 2020) Un documentaire remarquable de le NHK sur l'épidémie de COVID-19 dans le paquebot Diamond-Princess. Merci pour le lien !.

- (11 mai 2020) La pandémie vue par la CIA en 2005 et commente par Alexandre Adler. Une extrapolation visionnaire de la première épidémie de SRAS. Merci pour l'article !

- (11 mai 2020) Au soir du premier jour de déconfinement, la France constate 263 décès dûs au COVID-19, dont 178 en hôpitaux. Triste nouvelle qui montre combien l'épidémie est loin d'être terminée. A noter que depuis l'annonce du jour du déconfinement mi-avril, le nombre de décès calculés était entre 130 et 170 par jour pour le 11 mai, ce qui avait ému plusieurs personnes qui trouvaient ce chiffre bien trop élevé !! Et bien, les prédictions étaient malheureusement bonnes. Il faudra encore plusieurs semaines pour atteindre un nombre de décès très bas (< 10). Vers fin juin... ! On peut s'interroger désormais sur les conditions estivales.

Fermer


- Nouvelles du 12 mai

- (12 mai 2020) Fin de partie pour d'hydoxy-chloroquine ? Cela ressemble beaucoup à un pétard mouillé comme en atteste cette publication. Morale de l'histoire, ne jamais annoncer des résultats scientifiques qui ne sont pas sérieusement validés. La faute professionnelle est là. Tout scientifique peut se tromper de bonne foi. En croisant les avis entre spécialistes, on protège la personne concernée par l'étude suspecte, et on protège également la commaunauté scientifique. C'est donc un devoir de respecter les règles. Et puis on crée de faux espoirs, et cela est indamissible dans un contexte comme le COVID-19.

- (12 mai 2020) Le 13 avril dernier, suite à l'allocuation présidentielle annonçant le début du déconfinement le 11 mai, soit presque un mois à l'avance, j'annonçais le soir même que selon le secnario, il y aurait ce jour-là 10 décès et 630 contaminations quotidiennes (scenario haut taux de létalité) ou 40 décès et 5300 contaminations quotidiennes (scenario bas taux de létalité). Dans les faits, on trouve 130 décès. Cela donne une forte indication que c'est le taux de létalité de 0.7% ou même un peu moins qui donne les résultats les plus proches des observations. Certes, il y a un facteur x3 mais compte tenu des fluctuations importantes du nombre de décès d'un jour à l'autre, la prédiction sur presque 30 jours n'a pas été si mauvaise que cela !

- (12 mai 2020) Une tri-thérapie pour soigner les personnes atteintes du COVID-19 ? On peut l'espérer au vu de ces travaux.

- (12 mai 2020) Le Tocilizumab est décidemment une molécule qui semble très prometteuse. Une pubication porteurse d'espoir à valider pour les cas très graves. Merci pour l'info !

- (12 mai 2020) Une analyse bien sombre d'un expert américain des épidémies. Merci pour le lien !

- (12 mai 2020) Les projections de l'INSPQ au Québec concernant le COVID-19. Merci pour le document !

- (12 mai 2020) Les villes sur-denses présentent une mortalité accrue. Un autre article en cliquant ici. Rien de bien surprenant à la lumière des études faites depuis un mois, Fcovid = densité x âge. Merci pour le lien et l'article !

- (12 mai 2020) Un article sur l'épidémie aux Etats-Unis, qui continue à prendre de l'ampleur, même sur les données montrent un net ralentissement. Ce qui m'a intéressé dans l'article est le fait que la moyenne d'un vingtaine de simulations effectuées par les américains indique que l'épidémie fera environ 100,000 décès d'ici le 30 mai. C'est exactememt la valeur calculée par le code, avec en bout de course 112,000 décès, si rien ne dérape d'ici là. Je prends date et on observera la situation fin mai.

- (12 mai 2020) Un article très intéressant sur la question du seuil d'immunité collective, objet de nombreuses controverses. L'auteur montre qu'en prenant en compte l'inhomogénéité de la contamination, le seuil d'immunité collective serait bien plus bas que celui prédit. Actuellement, je considère une population homogène, comme l'a fait N. Ferguson de l'Imperial College, donc le taux de contamination est implicitement proportionel à la densité locale de population. C'est la valeur par défaut la plus plausible. S'il y a un facteur d'inhomogénéité qui intervient, la probabilité de contamination que je considère dans les calculs peut alors être bien moindre en fonction du nombre de cas. Dans ces conditions, l'épidémie doit s'arrêter naturellement bien plus tôt. Donc il est possible de décrire cet effet quantitativement, dans le modèle développé. Cependant, une objection saute aux yeux: tout baser sur la dynamique épidémique en Suède est un peu trop simple, et ne marche pas bien pour les autres pays. La dynamique des cas de contamination certifiés a toujours semblé très particulière, avec notamment une rupture de pente très tôt, qui n'est absolument pas observée dans les décès... c'est très bizarre... Donc, une idée intéressante qui sera validée ou non selon les observations futures. Pour l'instant, l'approche simple semble bien fonctionner, et l'immunité collective est encore loin. Les dernières valeurs sur la Suède ne semble pas supporter cette interprétation, avec 31 décès journaliers.


Fermer
- Nouvelles du 13 mai

- ("13" mai 2020) Les nouvelles du jour sur le front du COVID-19. Retour sur la gestion par le Vietnam qui a été exemplaire. Ceci-dit, le risque épidémique global lié à la pyramide des âges est deux fois moindre au VietNam qu'en Europe (voir analyse générale du COVID-19), donc ce pays a bien géré mais a aussi bénéficié de la spécificité du COVID-19 qui touche préférentiellement les personnes les plus âgées. Par ailleurs, des progrès technologiques pour bloquer la diffusion du virus SARS-Cov-2.

Fermer


- Nouvelles du 14 mai

- (14 mai 2020) Une très belle étude épidémiologique concernant le porte-avion Charles-de-Gaulle. Merci pour le lien !

- (14 mai 2020) Toujours 30 cas quotidiens de contamination confirmés en Corée du Sud qui n'arrive pas à maintenir un niveau plus bas. La situation actuelle est pire qu'il y a cinq semaines !

- (14 mai 2020) Les Etats-Unis n'arrivent pas à quitter le plateau épidémique, et filent vers les 100,000 décès prédits depuis longtemps (voir les courbes), et auront également à gérer le COVID-19 pendant de très longs mois en interne.

- (14 mai 2020) Malgré des données très chaotiques sur les décès, changées quotidiennement sur plusieurs dizaines de jour en arrière, la tendance à Fortaleza est claire et proche de celle au Brésil dans son ensemble : le pays file vers l'immunité collective actuellement. L'atteindra-t-il ? Tout la question est là. La croissance du nombre de cas certifiés et du nombre de décès est impressionnante, et si rien n'est fait, le code prévoit 412,000 décès d'ici deux mois... Alors évidemment, on va dire que ces extrapolations sont fantatisistes, mais elle sont basées sur l'observation. Le temps rapide est actif, et la croissance exponentielle est implacable. Si rien n'est fait, d'ici un mois environ, le Brésil aura dépassé la compatbilité macabre des Etats-Unis. A suivre plus que jamais.

- (14 mai 2020) Actuellement, la dynamique épidémique de tous les pays européens est identique, quelle que soit la méthode de gestion employée pour limiter le COVID-19. On ne constate aucune seconde vague, ni redémarrage fort. De petites bouffées sont observées en Corée, Chine, Liban, mais celles-ci restent d'ampleur limitée, entre 30 et 60 cas. Mais la croissance sur quelques jours montrent qu'il suffit de peu de chose pour que tout reparte comme avant. Donc les mesures barrière seront le meilleur rempart contre un tel retour potentiel. Au niveau moyen actuel de cas en Europe, et compte tenu de ce que l'on observe en Asie, il est normal de ne pas voir ces résurgences très bas niveau dans les chiffres, car le niveau de contamination reste encore très élevé. Les trois pays préoccupants sont le Québec, les Etats-Unis et surtout le Brésil. Enfin, on ne voit, sur plus de deux mois d'analyse, aucun changement de dynamique notable de l'épidémie, partout dans le monde, qui pourrait indiquer une saisonnalité marquée du virus, où l'appaarition d'un traitement curatif de la maladie. Les conditions restent donc inchangées, et les améliorations sont toutes le résultat d'un confinement strict, ou d'une distanciation sociale qui a été bien gérée.

Fermer


- Nouvelles du 15 mai

- (15 mai 2020) Analyse de la surmortalité en France par l'INSEE. Mise en évidence d'une très importante anomalie avec le COVID-19, la surface sous le pic donnant l'ampleur du problème sanitaire. Bien pire que la canicule de 2003, et même des épisodes de grippe saisionaières ou non. Le COVID-19 est tout sauf une gripette...

- (15 mai 2020) OpenSAFELY: facteurs associés aux décès à l'hôpital liés au COVID-19 dans les dossiers de santé électroniques de 17 millions de patients adultes du NHS. Merci pour le lien très instructif vers la publication !

- (15 mai 2020) Un article bien documenté sur la raison pour laquelle les hommes sont plus sensibles au COVID-19. Renvoi sur plusieurs références dans des journaux scientifiques.

- (15 mai 2020) Cliquez ici pour suivre l'évolution du facteur R0 mise à jour quotidiennement.

Fermer


- Nouvelles du 16 mai

- (16 mai 2020) Un article sur l'INSERM qui va lancer une vaste cohorte pour comprendre les mécanismes de propagation du virus SARS-CoV-2. Merci l'article !

- (16 mai 2020) Grosses difficultés pour obtenir des données aujourd'hui ! Le site officiel français est resté sur le 14 mai, à Fortaleza, maintenance depuis deux jours...

- (16 mai 2020) On constate depuis quelques semaines des résurgences sporadiques de COVID-19 en Chine, alors qu'il n'y a plus aucun décès depuis le 27 avril 2020. L'interprétation possible viendrait de la circulation souterraine du virus sous forme asymptômatique qui est la plus probable, et de temps à autre, le virus signale sa présence de manière plus marquée. En effet, pour le scenario avec un taux de létalité de 0.7%, qui semble le niveau le plus probable, il reste encore un niveau journalier de contamination de l'ordre de 5 à 6. Dans ces conditions, l'éradication complète du virus sera effective lorsque plus aucun cas ne sera observé pendant plusieurs semaines. La lutte contre le COVID-19 n'est donc pas terminée, contrairement à ce qu'annonce le premier ministre de Slovénie pour son pays !

- (16 mai 2020) Confirmation que c'est une journée noire pour obtenir les données... Même le site français est toujours en rade... Donc pas de nouvelles simulations aujourd'hui. Désolé !

Fermer


- Nouvelles du 17 mai

- (17 mai 2020) Un article de plus sur l'efficacité contestée de l'hydroy-chloroquine.

- (17 mai 2020) Une étude sur le COVID-19 concernant les chats. Il semble qu'il puisse y avoir de la contagion entre chats. Comme souligné, tous les canaux de contaminations doivent être explorés pour comprendre l'épidémie.

- (17 mai 2020) Des masques qui détectent le coronavirus !

- (17 mai 2020) Un article sur la fraction de la population qui a rencontré le SARS-CoV-2 en France. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 18 mai

- (18 mai 2020) Cliquez ici pour suivre l'évolution du facteur R0 mise à jour quotidiennement.

- (18 mai 2020) Un article instructif sur les fluctuations des données, qui peuvent varier de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de personnes décédées d'un jour à l'autre. Une petite fluctuation dans la phase ascendante de l'épidémie est très pénalisante sur les prédictions, car plus l'épidémie progresse, plus de nombre de décès est élevé. Cela pondère ainsi de plus en plus le dernier jour des données au détriment des précédents et donc les extrapolations. Avec un R0 élevé, le COVID-19 conduit à des prédictions très incertaines tant que le pic épidémique n'est pas passé. Une fois celui-ci franchi, la situation est bien meilleure, car le poids ddu dernier jour dans l'interpolation est de plus en plus faible. En conséquence, dans cette phase décroissante, les prédictions d'améliorent très vite, et on ne constate presque plus de fluctuations des prédictions autour des moyennes glissantes, sauf pour la fin de l'épidémie, quand la pente est faible, car la date est alors très lointaine. Aucun outil de calcul ne peut offrir de bonnes prédictions en phase initiale, juste des indications !

Fermer


- Nouvelles du 19 mai

- (19 mai 2020) Un article sur le fait que la pandémie a peu de chances de s'arrêter cet été.

- (19 mai 2020) Premiers résultats apparemment prometteurs sur la route du vaccin. Pas gagné, mais cela donne de l'optimisme.

- (19 mai 2020) Le Brésil fonce droit vers la catastrophe. Seul pays encore sur la trajectoire de l'immunité collective, il risque d'y avoir beaucoup de casse.

- (19 mai 2020) L'OMS peut-elle encore sauver le monde ? Vaste question !! Merci pour le lien.

- (19 mai 2020) Le facteur âge est essentiel pour comprendre la dynamique du COVID-19. Mais derrière l'âge, la co-morbidité est certainement une des clés du problème, soulignant l'importance des maladies chroniques. Après, on peut épiloguer longtemps comment régler le problème. Une réflexion venant alimenter le débat.

- (19 mai 2020) Petite ironie du sort : il y a actuellement plus de décès quotidien en France qu'en Iran. L'Iran qui avait été un des premiers pays à faire face à l'épidémie a finalement bien géré le COVID-19, après une phase initiale chaotique. Quant aux rumeurs comme quoi tous les chiffres seraient faux, la suite temporelle cohérente démontre le contraire.

- (19 mai 2020) Une très belle étude sur la transmission du COVID-19 au sein d'une chorale au Etats-Unis. Impressionnant !

- (19 mai 2020) Cliquez ici pour suivre l'évolution du facteur R0 mise à jour quotidiennement.

- (19 mai 2020) La traque du patient 0 en France. De plus en plus d'indices suggèrent que des patients étaient atteints du COVID-19 bien avant Noël ! Passionnant.

Fermer


- Nouvelles du 20 mai

- (20 mai 2020) L'immunité contre le COVID-19 existe ! Un article instructif sur cette question centrale. Merci pour le lien !

- (20 mai 2020) L'hydroxy-chloroquine est vraiment inefficace. Merci pour le lien !

- (20 mai 2020) Quelques publications très instructives ici et ici. Merci pour l'info !

- (20 mai 2020) Autres articles sur le COVID-19 et ses conséquences, ici et ici. Certains ont de l'ingéniosité ! Merci pour ceux-ci !

- (20 mai 2020) Cliquez ici pour suivre l'évolution du facteur R0 mise à jour quotidiennement. Attention un R0 stable ne signifie pas que la situation s'arrange. Il faut aussi que le R0 soit au moins inférieur à 0.5. Le Brésil par exemple continue de manière stable à filer vers la catastrophe...

- (20 mai 2020) Situation générale : Le Brésil est en zone rouge. L'épidémie progresse très fortement sans aucun signe de faiblesse. Cela démontre à ceux qui avaient encore des doutes que sans mesures sanitaires fortes, cette épidémie est particulièrement puissante. A Fortaleza, la situation est aussi préoccupante, mais un peu moins. Les Etats-Unis, le Québec et Royaume-Uni sont sur une très lente décroissance des décès et des cas confirmés. L'épidémie va durer longtemps dans une telle situation. L'épidémie est en bonne voie de contrôle aux Pays-Bas, en Pologne et en Suisse. Idem en Espagne, France, et Italie, même si les niveaux de décès restent bien plus élevés (x10 environ). Il faudra attendre la fin du mois de juin pour que ces trois pays rejoignent les trois actuellement en voie d'un bon contrôle. La Suède est un cas atypique. Le nombre de décès et de cas certifiés journaliers reste encore important, même par rapport à la France ! L'Iran est au niveau de la France en terme de nombre quotidien de décès. Fin juin, la situation sanitaire devrait être meilleure. Quant à la Chine et la Corée du Sud, il n'y a plus de nouveaux décès quotidiens, mais des cas sporadiques de COVID-19 sont détectés quotidiennement, moins de 10 en général, comme au Liban. L'épidémie est sous contrôle, mais n'est pas terminée. On risque d'avoir une longue queue de cas quotidiens, avec quelques décès de temps à autres. Cela ressemble beaucoup à la phase de déclin de l'épidémie de fièvre hémorragique à cause du virus Ebola en Afrique de l'Ouest, entre 2014-2015 (voir les simulations). Donc la "bataille" contre le virus porte ses fruits. Ce qui est positif pour les services hospitaliers. Cela limite les décès également. Mais elle est loin d'être terminée, et on sent bien que baisser la garde conduirait rapidement à un retour à la case départ.

- (20 mai 2020) Lien vers le site de l'INSERM listant les publications des papiers acceptés sur le COVID-19. Merci pour le lien !

- (20 mai 2020) Le site de l'université du Massachussets sur les prédictions concernant l'évolution du COVID-19 aux Etats-Unis. Cela ressemble beaucoup à ce qui est fait ici, moins interactif certes, mais donnant plus de détails sur la précison des calculs. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 21 mai

- (21 mai 2020) Avec l'application StopCovid, la France a toutes les chances de rater une fois de plus ses objectifs. Cette orgueil national de se distinguer sans en avoir les moyens est vraiment un mal profond.

- (21 mai 2020) Nous avons un champion national de la polémique stérile et nulle. Ce triste sire, roi de la chloroquine qui ne semble vraiment pas utile pour le COVID-19, n'en rate pas une pour raconter des âneries. Le rapport entre le nombre de décès à Paris et Marseille, à pyramide des âges égale, est très proche du rapport de densité de population : 5.64 ! Alors pas besoin d'aller chercher des polémiques vides de sens. L'explication détaillée est donnée plus bas. A vrai dire, il est effarant de voir un tel gugusse à la tête d'un institut de cette taille raconter librement des âneries sans nom et depuis des mois. Mis à part répéter les recommandations de l'OMS pour les tests, il n'a fait que des erreurs... Les médias devraient se détourner de lui une fois pour toute.
- COVID-19 fatality risk : 8.7702e-05 for Paris (France), density : 20000 h/km2, population : 2148271
- COVID-19 fatality risk : 4.8236e-05 for Lyon (France), density : 11000 h/km2, population : 1423000
- COVID-19 fatality risk : 2.1487e-05 for Mulhouse (France), density : 4900 h/km2, population : 109443
- COVID-19 fatality risk : 2.061e-05 for Nice (France), density : 4700 h/km2, population : 340000
... - COVID-19 fatality risk : 1.5786e-05 for Marseille (France), density : 3600 h/km2, population : 1400000

- (21 mai 2020) On peut voir l'Everest de Kathmandou ! Un effet secondaire positif du COVID-19.

- (21 mai 2020) La localisation des clusters en France. Une carte vaut mieux qu'un long discours ! Merci pour l'info !

- (21 mai 2020) Cliquez ici pour suivre l'évolution du facteur R0 mise à jour quotidiennement. Attention un R0 stable ne signifie pas que la situation s'arrange. Il faut aussi que le R0 soit au moins inférieur à 0.5.

Fermer


- Nouvelles du 22 mai

- (22 mai 2020) Les habitants de haute altitude seraient-ils moins sensibles au SARS-Cov-2 ? A lire ici.

- (22 mai 2020) La situation aux Etats-Unis. Merci pour le lien !

- (22 mai 2020) Une vidéo très pédagogique sur l'infection par le SARS-CoV-2. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 23 mai

- (23 mai 2020) L'étude sur une grande cohorte que l'on attendait depuis longtemps est enfin arrivée. L'effet conjoint de l'hydroxychloroquine et de son macrolide d'appoint, l'azithromycine est maintenant bien identifié. Cliquez ici pour en découvrir la teneur.

- (23 mai 2020) Fatigue, difficultés respiratoires: la réapparition de symptômes du Covid-19 inquiète les médecins. Lire en cliquant ici.

- (23 mai 2020) Jusqu'à lundi prochain, aucune statistique ne sera fournie par Santé Publique France. le SARS-Cov-2 est parti en week-end ! Sympa non ?

- (23 mai 2020) Un article proprement édifiant. Les médecins sensés se baser sur une approche rationnelle sont près à donner à leur patient des médicaments n'ayant pas fait leur preuve... cela en dit long sur l'état d'une certaine vision de la médecine. On peut comprendre leur désarroi face au COVID-19, mais de là à prescrire un protocole qui n'est pas seulement inoffensif, mais toxique (voir article plus haut), j'en reste sans voix.

- (23 mai 2020) La situation catastrophique des pays d'Amérique du Sud, plombés par des zones urbaines très denses où les gestes de distanciation sociale ne sont pas bien appliqués. 90% des cas en Argentine par exemple sont à Buenos Aires. Idem au Brésil avec Sao Paulo et Fortaleza.

- (23 mai 2020) La publication scientifique du journal The Lancet sur l'efficacité de l'hydroxychloroquine avec ou sans l'azithromycine. Merci pour le lien !

- (23 mai 2020) Cliquez ici pour suivre l'évolution du facteur R0 mise à jour quotidiennement. Attention un R0 stable ne signifie pas que la situation s'arrange. Il faut aussi que le R0 soit au moins inférieur à 0.5.

- (23 mai 2020) Selon les simulations, il y aura plus de décès au Brésil qu'aux Etats-Unis dans un mois environ, donc vers mi-juin. Si rien n'arrête la croissance exponentielle du COVID-19 au Brésil, les perspectives sont de 330,000 décès... au niveau de l'immunité collective.

- (23 mai 2020) Dans les médias français, on compare volontiers la France, ou les pays européens, aux Etats-Unis. En terme de population, il vaudrait mieux comparer l'Europe aux Etats-Unis, et là, il n'y a pas photo, les Européens, avec 176,000 décès aujourd'hui ont fait bien pire qu'outre-atlantique... Donc les comparaisons de ce genre sont très politiques... et peu enrichissantes sur le plan scientifique...

Fermer


- Nouvelles du 24 mai

- (24 mai 2020) Le COVID-19 est-il plus contagieux qu'annoncé ? Une étude du CDC américain semble le monter avec des valeurs de R0 initiales assez élevées. Ce qui est intéressant, c'est que l'article non encore validé pointe du doigt la difficulté à estimer le R0 initial comme je l'avais écrit voici quelques semaines avec l'incertitude sur le temps d'incubation pendant lequel une personne peut contaminer plein de gens sans le savoir ! D'ailleurs les valeurs annoncées rejoignent celles que j'avais prises !! En particulier, ils donnent un taux de doublement initial tous les 2.3 et 3.3 jours, calcul que j'avais fait en mars, et j'avas annoncé les mêmes valeurs... L'observation des données est une étape fondamentale de l'analyse numérique ultérieure. Dans ce contexte, le paramètre qc0 qui donne le taux de croissance exponentiel initial est bien plus fiable que le fameux R0 ! Une bizarrerie des épidémiologistes !

- (24 mai 2020) Le fait que les individus aient une sensibilité ou une exposition différente au virus SARS-CoV-2 réduirait significativement le seuil de l'immunité collective qui pourrait passer de 60-70% (1-1/R0) à 20% environ. Lire ici l'article non encore validé. J'avais cité un lien quelques jours plus tôt à ce sujet. Le Brésil, malgré lui, risque de clarifier la situation au rythme de croissance de l'épidémie... Merci pour le lien !

- (24 mai 2020) Idem sur l'immunité collective mais en considérant l'effet des classes d'âge. Lire ici l'article. Merci pour le lien !

- (24 mai 2020) Coronavirus: et la science domina le débat public, pour le meilleur et pour le pire. Un article intéressant sur le sujet brûlant du COVID-19.

- (24 mai 2020) Un article intéressant de chercheurs américains sur les réactions immunitaires au COVID-19 du fait de contaminations anciennes par d'autres virus. Le monde du COVID-19 est immense, et comme le nombre de chercheurs est très élevé, il y a des milliers d'études, autant que d'idées ! Mais le virus se propage, inexorablement, et pour l'instant, les idées les plus simples restent encore largement celles qui collent le mieux aux observations. Il faudra attendre la fin complète de l'épidémie pour que des analyses approfondies puissent séparer le grain de l'ivraie. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 25 mai

- (25 mai 2020) Cliquez ici pour suivre l'évolution du facteur R0 mise à jour quotidiennement. Attention un R0 stable ne signifie pas que la situation s'arrange. Il faut aussi que le R0 soit au moins inférieur à 0.5.

- (25 mai 2020) Le 2 juin sera le moment clé pour évaluer sérieusement les conditions d'un retour à la normale. Lire l'article en cliquant ici.

- (25 mai 2020) Certains journaux indiquent que le nombre de cas certifiés est à la hausse en Iran, et c'est exact depuis 25 jours, même si la pente baisse de nouveau depuis quelques jours. Ce phénomène a déjà été observé plus tôt dans l'épidémie, et pourrait être associé à un problème de comptage ou de méthode. On ne voit pas en tout cas d'évolution sur le nombre de décès dont la tendance est globalement baissière (au bruit journalier près) depuis 50 jours. Et on ne voit pas d'impact du rebond apparu il y a 25 jours sur les cas certifiés, ce qui confirme que c'est probablement un souci de comptage ou un changement de méthode et non la tant redoutée seconde vague épidémique. A noter que les principaux sanctuaires chiites viennent de rouvrir, et cela n'est pas une bonne nouvelle... A suivre donc !

- (25 mai 2020) La Suède vient de franchir le seuil symbolique de 4000 décès. Le code en prévoit presque 5000 en fin d'épidémie. Actuellement, les données fluctuent considérablement (d'ailleurs depuis le début de l'épidémie, ce qui est très étrange), mais le modèle donne encore un taux moyen de décès de 40 par jour, ce qui est assez élevé, pour un pays qui n'a pas été beaucoup touché par le COVID-19 pour les raisons expliquées dans l'analyse générale de l'épidémie. Un impact de l'absence de confinement ?

- (25 mai 2020) L'immunité croisée décrit une immunité acquise contre un agent infectieux qui protège contre un autre agent (virus ou bactérie). Certains chercheurs évoquent cette possibilité pour le COVID-19, et dans ce cas, la plupart des gens seraient dèjà immunisés, d'où l'absence d'un risque de seconde vague. Lire ici l'article sur ce sujet encore très controversé.

Fermer


- Nouvelles du 26 mai

- (26 mai 2020) La question de la possibilité d'une seconde vague taraude toujours les esprits. Voici un article bien détaillé sur le sujet. Au vu des observations sur ces dernières semaines, rien ne laisse présager cette seconde vague, mais quand on observe la dynamique épidémique en Coréee du Sud, on constate que celle-ci peut arriver à tout moment, en l'absence d'une grande vigilance.

Fermer


- Nouvelles du 27 mai

- (27 mai 2020) Un article intéressant sur les épidémies en Provence.

- (27 mai 2020) L'article publié dans la revue The Lancet sur l'hydroxychloroquine et le COVID-19 a des conséquences sérieuses sur le programme européen français Discovery qui tourne de plus en plus au fiasco... Lire l'info en cliquant ici.

- (27 mai 2020) L'épidémie de COVID-19 n'a pas que des conséquences néfastes ! Grâce au confinement, de nombreuses maladies contagieuses ont été stoppées net. Au final, la mortalité pourrait même sêtre améliorée... Lire l'article en cliquant ici.

- (27 mai 2020) Le confinement strict en France a été decidé le 16 Mars 2020. Une question qui taraude de nombreuses personnes est de savoir quel aurait été l'impact de la date de celui-ci sur le nombre cumulé de décès en hôpitaux (seul proxy de l'épidémie, les décès en EHPAD ne sont pas pris en compte) à la fin de l'épidémie. Résultat : impact considérable comme indiqué dans la figure ci-dessous. Actuellement, la France devrait atteindre 19,000 décès (on est au jour d'aujourd'hui à 18339). Si le confinement avait été décidé une semaine plus tôt, il y aurait tout au plus 2000 décès, soit 10 fois moins ! La légèreté en début d'épidémie se paie au prix fort en fin de celle-ci. Evidemment on peut faire des si avec des la et dire qu'il est facile a posteriori de savoir ce qu'il aurait fallu faire. Cependant, les calculs effectués début mars étaient sans ambigüité sur la catastrophe qui se préparait. Le problème, c'est que bon nombre d'épidémiologistes n'y croyaient pas, et le gouvernement français non plus... Dommage ! D'autres pays qui ont pu apparaitre plus frileux en fermant très tôt leurs frontières et en décidant très vite un strict confinement ont bien mieux joué, et en tirent maintenant les bénéfices. Le cas du Royaume-Uni qui a tergiversé pour décider un confinement strict mais très tardif est révélateur à ce sujet. C'est actuellement le pays qui a le plus de décès en Europe !

- (27 mai 2020) L’hydroxychloroquine n’est plus autorisée en France contre le Covid-19 ! Au vu des études déjà menées, ce n'est pas une surprise. De toute façon, dans les analyses des séries temporelles des différents pays menée avec le code, on constate une forte concordance des dynamiques, et rien n'indique qu'un médicament miracle ait changé la donne quelque part. A noter que le Pr. D. Raoult de l'IHU de Marseille clame qu'il obtient les meilleurs résultats au monde, avec 0.5% de létalité, or 0.5-0.7% de létalité est justement la valeur naturelle vers laquelle converge toutes les études. Donc, rien d'original... dans ses annonces, qui montrent au contraire que son traitement ne marche pas !

- (27 mai 2020) La Suède pourait être exclue des accords de libre circulation en Europe cet été, en raison de la propagation encore importante du virus ! Pas surpris de cette possibilité ! Quand on regarde les courbes, le pays semble bloqué sur un niveau assez élevé (cas certifiés et décès). La prochaine semaine sera très importante pour savoir si la méthode suédoise est la bonne. A noter que la corrélation croisée décès-infection est très suspecte, et fait apparaître une périodicité de 5-6 jours visible sur les signaux. D'où vient-elle ? Gestion administrative ? Il reste pas mal de choses peu claires chez les suédois !

Fermer


- Nouvelles du 28 mai

- (28 mai 2020) Les Etats-Unis viennent de franchir la barre symbolique des 100,000 décès. Triste bilan qui était prévisible depuis longtemps, et le solde final sera encore plus élevé. Le fait que 30 à 40% de la population ne croyait pas au COVID-19 a porté un coup sévère au contrôle de l'épidémie qui tend malgré tout, mais très lentement, à se stabiliser. Les chercheurs de l'université du Massachusetts, estiment d'après leurs calculss que le nombre de décès du Covid-19 devrait avoisiner les 123.000 morts dans le pays d’ici le 20 juin. Avec le code, on estime celui-ci à 119,000 ! Donc très proche... ce qui valide une fois de plus les prédictions du modèle, compte-tenu des incertitudes sur les données.

- (28 mai 2020) Cliquez ici pour suivre l'évolution du facteur R0 mise à jour quotidiennement. Attention un R0 stable ne signifie pas que la situation s'arrange. Il faut aussi que le R0 soit au moins inférieur à 0.5.

- (28 mai 2020) De toute évidence, la Corée du Sud fait face de nouveau à un sérieux problèmes avec le COVID-19 (voir figure ci-dessous). Les cas certifiés repartent à la hausse très fortement, comme lors de la première grande vague mi-février. On approche de la centaine de cas quotidiens (ce qui signifie 10 fois plus de contamination quotidienne mais invisible, car pas de symptômes). La manière de gérer le COVID-19 en Corée du Sud a été considérée comme examplaire, et c'est exact à plus d'un titre. Cependant, l'absence de confinement strict présente des limites de toute évidence. A méditer pour la France, et le reste du monde, en phase de déconfinement. A noter que les cas repartent aussi au Québec, ainsi que le nombre de personnes en soins intensifs... Le COVID-19 est une saleté dont on aura du mal à se débarasser...

- (28 mai 2020) A l'intérieur du génome du SARS-CoV-2, simple et complexe à la fois. Sa signature apportera certainement les bonnes réponses pour se débarasser de ce bout de virus ! Merci pour le lien !

- (28 mai 2020) A l'intérieur du génome du SARS-CoV-2, simple et complexe à la fois. Sa signature apportera certainement les bonnes réponses pour se débarasser de ce bout de virus ! Merci pour le lien !

- (28 mai 2020) Comment le COVID-19 a explosé courant mars aux Etats-Unis. Une analyse qui remet pas mal de chose en cause. Merci pour le lien !

- (28 mai 2020) Les cas certifiés de COVID-19 aux Pays-Bas ne semblent pas baisser depuis une grosse semaine. En Pologne il semble même se stabiliser à un niveau assez élévé. EN tous cas la lentre décroissance est nettement stoppée. A suivre donc !

Fermer


- Nouvelles du 29 mai

- (29 mai 2020) La science n'est pas une grande ligne droite faite d'évidences, mais un chemin tortueux pour trouver la lumière ! Lire larticle ici.

- (29 mai 2020) Le Royaume-Uni est le pays le plus touché en terme de sur-mortalité ! Tergiverser à propos du confinement a été fatal. On ne plaisante pas avec une exponentielle....

- (29 mai 2020) Le déconfinement s'accélère, le fruit d'un effort collectif qui a été payant.

- (29 mai 2020) Mystère ! Hier, alors qu'on annonçcait les prochaines mesures de déconfinement, le nombre de nouveaux cas certifiés a bondi de 3325 unités, alors que sur la dizaine de jours précédents, la France tournait autour de 250-300 nouveaux cas par jour ! Rattrapage ? Nouveaux cas réellement ? Une chose est certaine, aucune nouvelle dans les journaux comme ici et ailleurs. On a l'impression que les médias filtrent allègrement les informations. On verra dans les prochains jours... Mais cela ne donne pas confiance...

- (29 mai 2020) Le monde est encore très loin de l'immunité collective. Lire ici l'article. Merci pour le lien !

- (29 mai 2020) On cherche à comprendre la forte mortalité en Italie, et les explications foisonnent. Il n'y a probablement pas une mais des explications. En voici une originale !

- (29 mai 2020) Une représentation très instructive de la dynamique du COVID-19 donnée par le site OurWorldInData. On observe bien la montée dramatique du Brésil mais aussi une petite résurgence en Suède. L'Inde est à suivre également. Ce qui est fascinant est la concordance des dynamiques. Il peut y avoir des erreurs dans les data, mais globalement, elles sont fiables, même si les données ne sont que des proxy. Il y a certainement bien plus de décès au final, mais la comptabilité exacte ne sera connu que bien plus tard. Merci pour la figure !

- (29 mai 2020) Un ami m'a recommandé la lecture de cet ouvrage extraordinaire sur toutes les épidémies et les joyeux virus que nous côtoyons (en anglais), Spillover de David Quammen. Voici le lien pour le commander en e-book ou livre papier.

Fermer


- Nouvelles du 30 mai

- (30 mai 2020) Une très jolie publication sur un autre cas de bateau contaminé, où tout le monde a été testé. Le détail du COVID-19 sur le bateau Ernest Shackleton est précis, et les chercheurs arrivent à la conclusion que le taux de létalité est de 0.8% ! Pas loin des 0.7% estimé pour le Diamond-Princess donc, sachant que sur le bateau Ernest Shackleton, il n'y avait que 217 passagers ! Rassurant à propos de la méthodologie qui a été employée pour le code. Merci pour la publi !

- (30 mai 2020) "Depuis le 13 mai 2020, le système SI-DEP (système d’information de dépistage) permet une estimation des nombres de cas confirmés en France à visée exhaustive. Les cas confirmés grâce au système SI-DEP sont pris en compte pour la première fois dans le total du nombre de cas du 28 mai 2020 qui sera désormais actualisé avec ce nouveau système de surveillance. L'excès de cas de +3,325 par rapport aux données du 27/05/2020 est lié à une meilleure exhaustivité de la surveillance et non pas à une évolution de la situation épidémiologique du COVID-19 en France. " Merci pour l'info. Au moins c'est clair.

- (30 mai 2020) L'immunité croisée, un sujet important vu son potentiel pour réduire le seuil d'immunité à partir duquel l'épidémie de COVID-19 s'arrêterait naturellement. Lire l'article ici.

- (30 mai 2020) Les pré-publications sont à la fois une bonne idée, mais un véritable fléau, car des travaux peuvent avoir un écho dans les médias avant d'avoir été validés. Personnellement, comme chercheur, je n'y suis pas favorable. Où alors, seuls les chercheurs doivent y avoir accès. Lire l'article ici.

- (30 mai 2020) Retour de flamme sur la fameuse hydroxy-chloroquine à propos de l'article paru dans la revue The Lancet qui suscite de nombreux doutes quant à la méthode. Il faut continuer à approfondir le sujet, même si toutes les publications convergent vers une non-efficacité. Il faudra être patient. Lire l'article ici.

- (30 mai 2020) Le marché de Wuhan ne serait pas finalement l'épicentre du COVID-19. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 31 mai

- (31 mai 2020) Encore et toujours la chloroquine ! Pour le coup, une annonce du CEA ! Lire ici le contenu pas très favorable...

- (31 mai 2020) Le vaccin BCG protège-t-il contre la Covid-19 ? Quelques réflexions intéressantes d'un directeur de recherches à l'INSERM

- (31 mai 2020) Un lien très riche sur la COVID-19 à Sao Paulo au Brésil. On constate bien l'évolution de l'épidémie qui reste toujours très forte. C'est pire pour le Brésil dans son ensemble. Au début de l'épidémie, le temps de doublement est proche de deux jours. Une analyse sur 18 pays donne dans la phase initiale 2.6 jours (voir rubrique analyses statistiques) Maintenant c'est bien plus faible, de l'ordre de 15-20 jours, et donc le R0 est inférieur à 1. Il n'en demeure pas moins que la situation reste très préoccupante. Merci pour le lien !

- (31 mai 2020) Derrière les graphiques que j'actualise tous les jours, on finit peut-être par oublier que ce sont des vies brisées par la maladie et la mort, des souffrances. La logique implacable des nombres ne pourra jamais quantifier les émotions, les peines et les joies. Au Brésil, chaque jour la tragédie prend de l'ampleur. Alors qu'on se focalise sur le président Bolsonaro qui prend la COVID-19 pour une gripette, des gouverneurs, bien plus avisés ont agi, et même très tôt ! A Sao Paulo notamment, une mégalopole ayant toutes les caractéristiques pour que le problème épidémique soit explosif sur place. Fin février, une équipe d'experts ont analysé ce qui avait été fait ailleurs, pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. L'état de Sao Paulo a été placé pendant 70 jours en quarantaine, et sept hôpitaux de campagne ont été construits. La quarantaine a effectivement ralenti la propagation du virus, et a aussi rassuré la population qui s'est sentie protégée et suivie, et même si la tension reste forte, la saturation des hôpitaux à Sao Paulo n'est pas atteinte bien heureusement. Mais, il y a un gros mais ! une personne avec qui j'ai le grand plaisir quasi-quotidien d'échanger sur la COVID-19 et dont le regard avisé a bien contribué à améliorer le site m'a transmis très aimablement ce message d'une de ses amies sur place, une personne consciente des risques sanitaires. Un tel message émouvant en dit plus long que beaucoup de suites de chiffres sur la réalité humaine de cette pandémie qu'il ne faut pas prendre à la légère. Merci de m'avoir permis de le reproduire ici.

"..., comme tu le sais, notre peuple est indiscipliné et ignorant, n'a pas compris la gravité de la situation et n'a pas respecté le confinement comme il l'aurait du. Je sais que beaucoup vont dire qu'ils sont allés travailler car ils avaient besoin de ça pour gagner de l'argent, pour manger. Mais ce que nous avons vu est que beaucoup de gens ont reçu les aides financières et ont continué à faire la fête, fumer les cigares et boire la bière.
Il est compréhensible que certains ont besoin d'argent pour vivre mais le gouverneur a trop vite libéré la parole pour que la lumière réapparaisse (expression brésilienne).
Il est certain que nous sommes tous fatigués de rester à la maison et en même temps, nous avons un président qui nous parle d'une gripette, que l'économie doit redémarrer et regarde la photo de lui à Brasilia ce jour ! On devrait tous porter des masques et respecter une distance ??? la population aimerait retourner aux bars et restaurants et suivre le discours du président.
Comme tu l'as expliqué, l'état de Sao Paulo s'est organisé et préparé de façon à contrôler le virus et nous ne sommes plus l'épicentre du Bresil, mais... nous sommes maintenant dans la pire phase car le virus se répand dans les favelas et la péripherie, et là, il n y a pas de confinement... Les gens se pointent à l'hôpital dans un état avancé de la maladie avec une santé initiale qui n'a rien de bon. Très souvent, ils ont déjà du diabète et de l'hypertension, mais ils ne le savaient pas. Trois personnes de la même famille se pointent à l'hôpital.
Et le problème ne va qu'augmenter....
Nous sommes tous à la limite et nous ne supportons plus d'être confinés et la pression économique sur le gouverneur est maintenant gigantesque.
Le reste du Brésil et particulièrement le Nordeste (où il y a Fortaleza) et le Nord vont être un spectacle des horreurs. Nous voyons déjà les images de gens qui viennent mourir aux portes de l'hôpital qui reste les portes fermées car ils n'ont plus de lits disponibles, les familles qui pleurent de désepoir, bref une tragédie.
J'ai personellement essayé de rester confinée au maximum, je ne sors que pour acheter de la nourriture et des médicaments. Aujourd’hui, j'ai pour la première fois, en 70 jours, pris mon vélo pour aller à la boulangerie, quelle joie ! Je m'enterre dans mes livres ce qui me permet d'oublier un peu tout ça et cela aide le temps à passer...."

Fermer


- Nouvelles du 1er juin

- (1er juin 2020) Traitement du coronavirus (Covid-19) : l’espoir des immuno-modulateurs. Voir le lien ici . Merci pour celui-ci !

Fermer


- Nouvelles du 2 juin

- (2 juin 2020) Nous avons la chloroquine en France, ils ont l'Avigan au Japon ! Même problématique à propos d'un médicament qui n'a pas fait ses preuves, et que des médecins et surtout le public veulent voir prescrit dans un contexte d'urgence... Il y a des règles à respecter, sinon le remède peut être pire que le mal.

- (2 juin 2020) La fin de l'épidémie est-elle pour bientôt ? Quelques pistes de réflexion dans cette article.

- (2 juin 2020) Le point sur l'épidémie de COVID-19 en France au moment de la phase 2 du déconfinement.

- (2 juin 2020) Contrairement à l'avis de certains, l'intelligence artificielle (IA) est certainement l'avenir en médecine en croisant les diagnostics. Deux exemples, dans cette publication et celle-ci. Merci pour les liens !

- (2 juin 2020) Réduction de la létalite à l'hôpital, suggérant une amélioration de la prise en charge. A lire ici. Merci pour les liens !

- (2 juin 2020) L'Anakinra, un immuno-modulateur déjà évoqué hier, serait-il un traitement prometteur contre les formes graves du COVID-19 ? Il semble bien que ce soit le cas. Lire l'article de presse ici et l'article scientifique en anglais ici.

- (2 juin 2020) Les dynamiques épidémiques de la Suède et des Etats-Unis sont très voisines, comme on peut le constater sur les deux courbes ci-dessous. Cela peut paraître a priori surprenant, mais la Suède n'a pas effectué de confinement et les Etats-Unis ont été largement opposés à celui-ci. Bilan, le nombre de cas certifiés d'infection reste constant avec le temps (alors qu'il décroit quand la circulation du virus est bloquée), et pour les décès, on constate une lente descente. La Suède montrée en exemple ne fait donc pas bien mieux. Si on fait une simple règle de trois sur les populations respectives (323M/10.2M), il y a un ratio 32 entre les Etats-Unis et la Suède. Le même ratio entre les cas confirmés des Etats-Unis et de la Suède donne ... 33 !!! (20000/600)... Idem pour les décès... Bref, la situation en Suède est comme aux Etats-Unis globalement ! Qui l'aurait cru voici quelques semaines... Il faut donc bien se garder de distribuer des points et mauvais points entre pays. Chaque pays a fait des erreurs. Seuls les gouvernements qui ont verrouillé leur pays très tôt ont bien joué !

- (2 juin 2020) Etre et avoir été... Décidemment, il y a des chercheurs qui se la "pêtent" et se couvrent de ridicule ! Etre couvert de diplomes, d'honneurs et autres hochets sociaux, ne prémunit pas contre l'arrogance, la tartarinade, et contre la diffusion de fariboles (on va rester provençal). La dernière saillie du chavalier de la chloroquine ne fait que confirmer un sentiment de peine à son égard. Il faut être faible pour en arriver là... pathétique. Quand on est fort, pas besoin de le clamer sur les toits ! Et puis une petite phrase m'a interpellé. Une fois j’ai entendu quelqu’un du groupe Nature dire ‘que ce soit un prix Nobel ou un inconnu, on traite le papier de la même manière’, c’est une folie, la crédibilité de celui qui écrit est essentielle, sinon on édite les Pieds nickelés." Et bien la revue Nature a tout mon respect et a raison ! J'ai déjà été referee de "grands professeurs" qui ont eu leur papier refusé avec raison (scientifique uniquement) pour des travaux médiocres. Cela arrive à tout le monde. Les titres ne sont en aucune façon une garantie de qualité. Finalement, que la chloroquine soit efficace ou non, (rien ne montre en l'état sur les analyses dynamiques de l'épidémie un quelconque effet, hélas), la communauté scientifique française a été gratifiée de belles polémiques inutiles avec la COVID-19, l'une avec le Pr. Montagnier, prix Nobel de médicine sur le VIH, et l'autre sur la chloroquine, démontrant la nocivité de l'interaction directe entre les médias et la recherche, nuisant en fin de compte à tout le monde : chercheurs et public. Au moins Canteloup nous fait bien rire avec les recettes du savant de Marseille !

Fermer


- Nouvelles du 3 juin

- (3 juin 2020) Le Big Data ou la médecine de Molière ? Un très bel article sur la question.

- (3 juin 2020) Comment fonctionnent les masques ? Un article très intéressant sur le sujet. Merci pour le lien !

- (3 juin 2020) Aucun nouveau décès depuis trois jours en Espagne. Aucun nouveau cas depuis deux jours en Chine et plus aucun nouveau décès depuis 17 jours. Les pays qui ont appliqué le confinement strict en tire les bénéfices aujourd'hui. Mais attention, le COVID-19 est très contagieux, donc tout relachement peut conduire à un dérapage. La vigilance est de mise et il faudra savoir vivre avec le virus pendant plusieurs mois.

- (3 juin 2020) Cliquez ici pour suivre l'évolution du facteur R0 mise à jour quotidiennement. Attention un R0 stable ne signifie pas que la situation s'arrange. Il faut aussi que le R0 soit au moins inférieur à 0.5. Deux points noirs où la dynamique épidémique reprend notablement : l'Iran (pire nombre de cas certifiés depuis le début de l'épidémie) et Fortaleza au Brésil (chiffres extraordinairement fluctuants...). Aux Etats-Unis, aux Brésil, en Suède, le R0 est élevé et même si rien ne s'emballe, rien ne faiblit... A noter que la très claire récidive en Iran souligne que le virus n'est pas si sensible que cela à la température, car il fait très très chaud là-bas ! Situation aussi préoccupante au Québec, même si le nombre de cas certifiés semble baisser. Est-ce réel ou un artefact de comptage ? A suivre.

- (3 juin 2020) StopCovid l'application française anti-virus. A vous de jouer.

- (3 juin 2020) Tout le monde peut se tromper ! Mais quand il y a des vies en jeu, il vaut mieux avoir de bons arguments pour une politique sanitaire audacieuse. La Suède commence à reconnaitre de mauvais choix dans sa gestion de la pandémie. Cela fait plusieurs jours que j'alerte sur la situation préoccupante du pays. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 4 juin

- (4 juin 2020) Plus la connaissance progresse, plus il se confirme que le virus SARS-CoV-2, responsable de la pandémie COVID-19 est d'origine naturelle. Lire l'article ici.

- (4 juin 2020) Covid-19: sur 600 enfants testés entre avril et mai en Ile-de-France et dans le Grand Est, 10,7% avaient une sérologie positive selon l'article de presse.

- (4 juin 2020) Un article remarquable sur la situation de la COVID-19. Six mois de pandémie, et voici ce que nous avons appris. Merci pour le lien !

- (4 juin 2020) La situation en Pologne rappelle par bien des aspects celles en Suède ou aux Etats-Unis: un nombre de cas certifiés d'infection quasi-constant dans le temps, et une très lente baisse des décès. Comme la Pologne a appliqué un confinement strict, contrairement à la Suède ou aux Etats-Unis où 40% de la population ne croyait pas à la réalité de la COVID-19, le niveau de décès et de cas certifiés est bien plus bas que pour les deux pays en référence, mais la dynamique temporelle est similaire. Qu'est-ce que cela signifie ? Que le virus circule encore activement dans la population, puisque le taux journalier d'infection ne baisse pas. Une fois de plus cela appelle à la vigilance dans nos propres états. Surtout ne pas gâcher le bénéfice des efforts accomplis.


Fermer
- Nouvelles du 5 juin

- (5 juin 2020) En analysant la courbe des cas confirmés en France, on constate sans ambigüité un arrêt de la décroissance des cas depuis quelques jours. A suivre, mais il n'y a pas de doutes à ce sujet.

- (5 juin 2020) Je l'avais annoncé le 21 mai, l'application StopCovid réunissait tous les ingrédients d'un bon fiasco, qui coûtera cher au contribuable. La situation se confirme de jour en jour. Lire les articles édifiants à ce sujet ici et ici.

- (5 juin 2020) Le feuilleton de l'année : l'hydroxychloroquine... Trois des auteurs de l'étude controversée publiée par The Lancet se rétractent. Lire les raisons ici. Quand on ne fait plus de sciences, voilà le résultat... une cacophonie générale. Le monde de la recherche a besoin de sérénité pour avancer. Une étude plus sérieuse mais sur une cohorte assez réduite tend à confirmer une fois de plus l'inefficacité du coktail marseillais. La difficulté vient du fait que seulement 0.5-0.8% des malades décèdent, et 85% sont asymptomatiques sans intervention médicale. Dans ces conditions, il est très difficile de rassembler les conditions pour être statistiquement pertinent. Il faudra des centaines de milliers de patients suivis en double aveugle. Une gageure en l'état d'autant que le nombre de malades décroit avec le confinement. On ne saura donc probablement jamais le fin mot de l'histoire... Mais une chose semble bien acquise avec les dynamiques temporelles analogues entre pays appliquant les mêmes règles : aucun traitement n'a fait ses preuves.

- (5 juin 2020) La presse annonce un doublement des cas de contamination en Italie. C'était exact pendant deux jours... Cela ne l'est plus aujourd'hui ! Il faut donc se garder de faire du buzz sur des fluctuations...! Il faut attendre quelques jours pour observer la perennité d'une variation significative comme en Iran. Par ailleurs, l'évolution générale est dans la dynamique observée depuis des semaines. Si les journalistes regardaient les simulations...

- (5 juin 2020) Un lien donnant une vue mondiale très claire de la COVID-19. A noter qu'on constate un redémarrage de l'épidémie en France, mais il ne s'agit pas de la France métropolitaine, mais de la France avec tous les départements et territoires d'Outre-mer.

- (5 juin 2020) Un article impressionnant sur la pandémie et sa gestion aux Etats-Unis. Merci pour le lien !

- (5 juin 2020) La gravité de la COVID-19 pourrait trouver une part d'explication dans une sensibilité génétique. Passionnant. Cela expliquerait en partie pourquoi les personnes du groupe sanguin de type A sont plus susceptibles de déclarer une forme grave de la COVID-19. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (5 juin 2020) Un bel article sur le SARS-CoV-2. Merci pour le lien !

- (5 juin 2020) Envol du nombre de cas en Iran et hausse des décès... (voir figure). Nombre plus élevé de cas de contamination en Suède et aussi en France. Pour la France, est-ce la conséquence de plus de tests ?


Fermer
- Nouvelles du 6 juin

- (6 juin 2020) Le feuilleton de l'année... l'hydroxychloroquine. Lire ici l'article ! Un autre article sur le sujet.

- (6 juin 2020) Une autre feuilleton... la virus SARS-Cov-2 vient-il d'un labo chinois. Lire ici l'article bien construit et intéressant. Une éventualité plausible mais non démontrée. Merci pour le lien !

- (6 juin 2020) Un dessin vaut mieux qu'un long texte. Comment le virus SARS-CoV-2 infecte les cellules. Très bien fait. Merci pour le lien !

- (6 juin 2020) Ce que fait le coronavirus au corps? Une synthèse très bien docuemntée sur le sujet bien plus vaste que la simple pneumonie à laquelle on a tendance à réduire la COVID-19. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 7 juin

- (7 juin 2020) L'impact historique du COVID-19 sur l'économie mondiale. La France n'est pas bien placée, mais est-ce une surprise ? Alors que certains appellent à un grand soir économique à cette occasion, ils feraient bien de méditer pourquoi le pays va une fois de plus sombrer dans un endettement encore plus abyssal... La COVID-19 est un bon révélateur des pays ayant une politique économique sensée et ceux qui déraillent. Lire l'article ici.

- (7 juin 2020) Les traitements utilisés pour lutter contre la COVID-19. Malgré une apparente unanimité sur leur choix, la plupart de ces traitements sont en fait administrés en dehors de tout cadre scientifique. La fameuse chloroquine qui fait tant parler d'elle grâce au savonant de Marseille n'est finalement prescrite que de manière anecdotique. Du fantasme à la réalité... Lire l'article ici.

- (7 juin 2020) Un bilan très approximatif de l'épidémie de COVID-19 par deux professeurs de science politique. Avis très mitigé sur certaines analyses de cet article. Que dire du nuage de points du graphique 1. Faire passer une droite au milieu de tout cela montre surtout que l'outil d'analyse n'est pas le bon ! où plutôt qu'il fallait le pondérer par le nombre d'hospitalisations ! En Lozère ou dans le Lot, il y a eu très peu de cas, donc l'incertitude est très grande (loi de Poisson), alors qu'à Paris, il y en a eu beaucoup plus (effet de densité expliqué). En conséquence, discuter d'une anticorrélation est simplement un non-sens... Si certains hôpitaux ont peut-être mal géré les cas de COVID-19, il se pourrait aussi que dans les régions peu touchées, seuls les cas les plus graves et donc désespérés arrivaient à l'hôpital. Quand à la comparaison entre pays, elle est assez édifiante. On constate que ces éminents professeurs n'ont pas bien compris le principe épidémique... ils ressortent la Belgique comme le pays le plus touché, alors que la Belgique c'est Bruxelles, ville dense, donc nécessairement très touchée avec la pyramide des âges de l'Europe. La COVID-19 est une maladie de personnes âgées dans des villes denses. Après, il peut exister des effets aggravant ou non liés aux comportements sociaux, à la santé globale des personnes, mais ce sont des variations autour d'une tendance lourde. La France ne se distingue pas particulièrement, car la France, c'est d'abord l'Ile-de-France et Paris surtout, très denses, le Nord et la Grand-Est très denses aussi, pour Lyon et ses environs (moins denses). Marseille est peu dense, donc beaucoup moins de cas. Ramener cela à une mortalité par millions d'habitant pour un phénomène très inhomogène.... est franchement douteux. Ainsi, pourquoi l'Afrique n'est-elle pas touchée ? Il y a pourtant des villes très denses ? Pyramide des âges ! (voir explication plus bas). Au passage, dans un phénomène de type avalanche, par nature exponentiel, la date de référence du début de l'avalanche joue un rôle primordial. Quand on tergiverse et qu'on perd du temps, la mortalité augmente ! Le Royaume-Uni est ainsi dans le top et non le Portugal. Les pays qui ont bloqué le plus tôt l'épidémie et qui n'ont pas de villes denses avec une mauvaise pyramide des âges sont donc les grands gagnants.

- (7 juin 2020) Carence génomique extrême en CpG dans le SRAS-CoV-2 et évasion de la défense antivirale de l'hôte. Cet article technique donne des pistes très intéressantes sur l'hôte intermédiaire ayant servi de relais à la propagation du virus. L'auteur montre qu'une déficience forte des dinucléotides CpG, mesurée par le critère ICpG dans l'article, correspond à un grave danger pour toute population de mammifères (dont les Hommes), car ces dinucléotides se lient spéfiquement à la protéine antivirale à doigt de zinc (ZAP) des cellules qui réduit la virulence du virus. Le SARS-CoV-2 présente de ce point de vue des similarités très fortes avec le coronavirus BatCoV RaTG13 de la chauve-souris Rhinolophus affinis (96% du génome identique montré par les chercheurs chinois et identifié en 2019 à l'Institut de virologie de Wuhan après l'épidémie de COVID-19), identifié dans la province de Yunnan en 2013 (voir figure). Il est dommage, comme le souligne l'auteur, que les chinois n'aient pas étudié ce virus découvert en 2013, vu sa dangerosité potentielle. Cette spécificité du SARS-CoV-2 alimente des études pour le développement d'un vaccin : "Dans ce contexte, il est regrettable que BatCoV RaTG13 ait été non séquencé en 2013; sinon, le rétrogradage de l'ICpG aurait pu servir d'avertissement en raison de deux très importantes implications: premièrement, le virus a probablement évolué dans un tissu avec une forte expression ZAP qui favorise les génomes viraux à faible ICpG. Deuxièmement et surtout, la survie du virus indique qu'il a réussi à échapper à la défense antivirale médiée par le ZAP. En d'autres termes, le virus est devenu furtif et dangereux pour les humains.". Aucun des 56 génomes des coronavirus BetaCoV séquencés de la chauve-souris Rhinolophus habitant le Sud et le Sud-Est asiatique ne présente cette caractéristique. La singularité du SARS-CoV-2 et du BatCoV RaTG13 concernant le critère ICpG laisse à penser qu'ils ont tous les deux évolués dans des environnements cellulaires indentiques de mammifères qui ne peuvent être des chauve-souris. Après une recherche élargie sur les coronavirus, seuls les génomes de coronavirus canins (CCoV), qui provoquent une infection hautement contagieuse ont des ICpG et GC génomiques similaires à ceux observés pour le SARS-CoV-2 et le BatCoV RaTG13. Ils causent également des problèmes respiratoires notables, mais surtout digestifs comme observés pour les personnes atteintes du COVID-19. L'auteur retrouve aussi cette spécificité dans des coronavirus du fameux pangolin ! Cette étude permet de tracer la chaine d'évolution et la passage à l'homme, en ayant mangé du chien ou des chauve-souris. Le chien est un vecteur particulièrement puissant pour la dissémination du virus SARS-CoV-2, car son système digestif contribue d'une part à héberger le virus, et d'autre le fait de se lécher les régions anales pendant l'accouplement contribue à faire passer le virus du tube digestif au système respiratoire via les matières fécales !! Si on résume : il ne faut pas manger de la viande de chien ou d'animaux sauvages ! Merci pour le lien !

- (7 juin 2020) L'épidémie est toujours dans un rythme croissant au Brésil, et selon les calculs, il y aurait 150,000 décès fin juillet. A Fortaleza, la tendance est la même, mais on peut constater sur les chiffres journaliers extrêmement fluctuants combien la maitrise de l'épidémie est incomplète. La Corée du Sud se débat depuis un mois dans une reprise des contaminations. Depuis le 26 mai, il y a un arrêt brutal des décès dus au COVID-19 en Espagne. La situation est hautement suspecte, car l'inertie de l'épidémie ne permet pas ce genre de situation, à moins qu'un traitement soigne tous les cas graves. Cela se saurait, vu qu'aucun autre pays ne présente cette caractéristique. A suivre donc ! l'Iran semble reprendre la main sur la seconde vague épidémique. Mais il faut être patient pour confirmer si c'est une réalité. La situation des infections semble s'améliorer au Québec ! Tant mieux. L'évolution du COVID-19 en France est totalement conforme aux prédictions effectuées voici de longues semaines.


Fermer
- Nouvelles du 8 juin

- (8 juin 2020) Une analyse critique du modèle épidémique de Neil Ferguson de l'Imperial College de Londres concernant le Canada et d'autres pays. Selon ce modèle, le 26 mars 2020, la perspective était de 600,000 décès au Royaume-Uni, et selon celui que j'ai développé, on oscillait entre 200,000 et 300,000 décès le 23 mars 2020. Donc des ordres de grandeurs voisins. Contrairement à ce qui est écrit dans cet article, ce niveau élevé de décès résulte de l'immunité collective, c.a.d d'une dynamique épidémique sans contrainte. C'est le confinement qui fait chuter brutalement quelques jours plus tard le nombre cumulé de décès, comme indiqué sur la figure ci-dessous. Commme on peut le constater, la règle est qu'il est très difficile de prévoir quoique ce soit de robuste avant l'apparition du pic épidémique, qu'il soit naturel (immunité collective) ou forcé (confinement fort ou modéré). Donc il est faux de dire que le modèle de Ferguson est truffé d'erreurs (il y en a certainement comme pour tout code, mais ce qui compte est l'impact de ces erreurs, et l'analyse critique des résultats qui ont nécessairement été effectués par les scientifiques. Il ne faut pas les prendre pour des benêts !). La tentation est grande de contester les chiffres, mais la réalité est bien là, comme en attestent les épidémies aux Etats-Unis et au Canada, et même en Suède où les confinements ont été faibles pour des raisons différentes. Dans un processus de type avalanche comme les épidémies, chaque jour perdu ne peut être rattrapé. Le Royaume-Uni a tergiversé pour finalement passer à un confinement strict, mais comme c'est arrivé tard, il y a beaucoup de décès !

- (8 juin 2020) Dans une brève lue sur BFM-TV, l'Iran tente de justifier le redémarrage du nombre de cas certifiés de contamination par un meilleur comptage ! C'est un gros mensonge, car le nombre de décès augmente aussi ! S'il n'y avait que les cas confirmés, il aurait été possible de le croire, mais là, c'est impossible. L'épidémie repart, car les règles de confinement ont été trop assouplies fin avril pour des raison économiques, et que les lieux saints sont de nouveau accessibles vers mi-mai....

- (8 juin 2020) Tendance générale à la stabilisation du R0 dans les pays étudiés. La Corée du Sud se débat toujours avec un nombre de cas de contaminations élevés (pour le pays), et la situation tend à se stabiliser en Iran. La croissance reste régulière pour le Brésil, tandus que pour les Etats-Unis, lente décroissance de l'épidémie. La décroissance des décès et des personnes en soin intensifs est bien mieux reproduite en Italie avec une létalité de 0.7% au lieu de 4%. Même tendance pour la France. Le nombre de cas d'infection ne baisse pas aux Pays-Bas, comme en Pologne et en Suède. Même en France ! La Suisse atteint aussi un palier mais plus bas. Il semble donc qu'à bas niveau, il est difficile de se débarasser du virus. Il ne faut pas relacher les efforts !

- (8 juin 2020) Le cas de la Belgique est très intéressant. Le déconfinement a eu lieu le 3 Mai 2020, et depuis, on constate une lente mais bien visible dérive du nombre de cas de contamination et aussi des décès ! Manifestement, cette évolution montre sans ambigüité que le virus circule toujours. Si la dynamique initiale au moment du déconfinement avait été préservée, on devrait avoir 8 fois moins de décès aujourd'hui. Le code ne peut pas reproduire cet effet avec un seul set de paramètres pour la fonction de distanciation, car cela correspond à de nouvelles conditions. Il est possible de le reproduire, mais en rentrant à partir du 3 mai de nouveaux paramètres. Personne ne pouvant anticiper le futur, aucun code ne pouvait prévoir cet effet avant le déconfinement.


Fermer
- Nouvelles du 9 juin

- (9 juin 2020) StopCovid et souveraineté numérique : des arguments fallacieux. Lire l'article ici.

- (9 juin 2020) Une série d'articles sur la gravité des infections en fonction de la charge initiale du virus et du nombre de voies d’entrée dans le corps. Lire ici, ici et ici. Merci pour les liens !

- (9 juin 2020) Le dernier rapport de l'OMS sur la COVID-19 dans le monde. Il faut aller en Corée du Nord ou au Turkménistan pour échapper au SARS-CoV-2 !! Au moins, les lecteurs de ce blog sont prévenus ! Merci pour le lien !

- (9 juin 2020) Pour quoi la pandémie de COVID-19 reflue avec peine aux Etats-Unis, comparativement à l'Europe. Quelques pistes intéressantes à lire ici.

- (9 juin 2020) Confusion totale au Brésil sur les chiffres ? Des informations inquiétantes arrivent de ce pays, mais la suite temporelle des données fournies par l'OMS ne présente pas d'anomalies. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 10 juin

- (10 juin 2020) Le masque transparent ! Tout le monde en rêvait, les suisses l'ont fait ! Lire ici l'article. Merci pour l'info !

- (10 juin 2020) Peut-on développer un vaccin contre le COVID-19 en un temps record ? La réponse ici. Merci pour le lien !

- (10 juin 2020) Le Pr. A. Fauci, le grand spécialiste américain des épidémies alerte que l'épidémie de COVID-19 est loin d'être terminée. Il aborde plusieurs aspects important de la maladie à savoir si les survivants gravement malades se remettront complètement et les disparités en matière de santé, notamment l'impact plus dur sur les personnes de couleur, en particulier les Afro-Américains. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 11 juin

- (11 juin 2020) La problématique des tests du COVID-19 est au coeur de la politique de conrôle de l'épidémie. Question centrale : sont-ils fiables ? Lire l'article ici et voir la vidéo ici pour les mêmes auteurs. Merci pour la vidéo !

- (11 juin 2020) Pourquoi la pandémie ne reflue-t-elle pas aux Etats-Unis...? Lire l'article sur le sujet ici.

- (11 juin 2020) La grand question facile à poser a posteriori !! Fallait-il confiner les français en mars dernier ? Voir ici les interrogations de certains spécialistes.

- (11 juin 2020) Pays-Bas: il y a manifestement un palier quant aux cas certifiés de contamination, aux alentours de 200 par jour, et depuis plusieurs semaines. En Pologne, ce nombre ne baisse pas non plus, comme le nombre journalier de décès. Un signe qu'il ne s'agit pas d'effet de mesure (plus de tests). En Suisse, un palier semble aussi atteint, vers 20 cas par jour. Au Royaume-Uni, la baisse est régulière et continue. En Allemagne, la courbe s'infléchit comme en Belgique, montrant une résistance à la baisse, donc le virus circule plus aujiurd'hui qu'il n'était escompté voici quelques semaines, sur la base de la décroissance du nombre de cas. Toujours plus aucun décès en Espagne, ce qui parait particulièrement étrange. Au Brésil, le pic lié à l'immunité collective sera atteint dans moins de deux mois, alors que plus de 1200 décès par jour sont à relever, sans faiblissement de la dynamique. L'Iran semble contenir la recrudescence de cas, mais les décès sont à la hausse, ce qui montre la gravité de la situation. Pour la Corée du Sud, la reprise des cas certifiés de contamintion se poursuit, mais le niveau reste assez bas pour que la signature sur les décès soit encore presque nulle. Situation inchangée aux Etats-Unis. En France, le palier du nombre de cas devient de plus en plus visible (effet du nombre de tests ?) mais la dynamique des décès est conforme aux prévisions depuis plusieurs semaines.

- (11 juin 2020) L'Imperial College vient d'annoncer que les mesures de confinement avaient permis de sauver environ 3 millions de vie. En reprenant les calculs pour la France en début d'épidémie, et en faisant le ratio entre les populations européennes et française, j'arrive à 1,500,000 de vies sauvées. C'est moins que l'Imperial college, et le chiffre probablement (on le connaitra jamais) est probablement moindre, car dans certains pays, la virulence ne semble pas avoir été aussi forte qu'en France dans le phase initiale. Donc, les mesures de confinement ou de distanciation social on effectivement permis de sauver de nombreuses vies, mais pas tant que le nombre annoncé par l'Imperial College.

Fermer


- Nouvelles du 12 juin

- (12 juin 2020) Problème technique sur la remontée des données de l'OMS. Quelques données parcellaires grâce à des sources distinctes. Pour l'instant, pas de nouvelles simulations ! Désolé !

- (12 juin 2020) Les données de l'OMS sont de nouveau accessibles. Les calculs sont lancés mais ils seront disponibles demain matin !

- (12 juin 2020) Il parfois beaucoup de temps pour guérir du COVID-19. Lire l'histoire ici. Merci pour le lien !

- (12 juin 2020) Joli blog montrant très clairement la surmortalité liée au COVID-19. Spectaculaire ! Pour y accéder, cliquez ici. Merci pour le lien !

- (12 juin 2020) Des billets très intéressants sur l'application StopCovid de Framablog. Lire ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 13 juin

- (13 juin 2020) La situation est revenue à la normale ce matin et les simulations sont reparties !

- (13 juin 2020) Pour bloquer le virus, les masques doivent avoir trois couches. Ceux-ci, bien portés peuvent, d'après les calculs, largement contribuer à réduire le risque de seconde vague. Lire ici.

- (13 juin 2020) Les conséquences de la COVID-19 sur le (télé)travail. Lire ici.

- (13 juin 2020) Rebond de l'épidémie de COVID-19 en Chine. Certains quartiers de Pékin reconfinés... Lire l'article ici.

- (13 juin 2020) Situation inchangée aux Etats-Unis et au Brésil. En Iran nouvelle dégradation. En Espagne, les morts ont disparu !! C'est hallucinant... merci pour le lien ! Le nombre de cas confirmés repart en Suède. Idem Chine (mais bas niveau) et Corée du Sud. Situation stationnaire aux Pays-Bas, concernant les cas de contamination qui ne baissent plus. En Allemagne, la situation ne semble plus s'améliorer de manière régulièrement comme les semaines passées. En France, on aussi vraiment l'impression d'un palier et que la situation ne s'améliore plus pour les cas confirmés. En général donc, après une nette amélioration dans de nombreux pays suite au confinement, on commence à voir les conséquences post-confinement un peu partout. Il faudra certainement vivre longtemps avec le virus.

Fermer


- Nouvelles du 14 juin

- (14 juin 2020) Un très bel article sur le rôle de la vaccination pour la grippe. Pour ceux qui doutent encore... A noter que la grippe touche les personnes fragiles (jeunes et âgées) et que les grandes épidémies touchent beaucoup les jeunes adultes. Merci pour le lien !

- (14 juin 2020) Vague de plaintes en Europe contre les pouvoirs publics !!!! Lire l'article ici.

- (14 juin 2020) Hausse des cas de COVID-19 en Chine avec deux clusters vers Pékin. Bien visible sur les chiffres de l'OMS. Et ce n'est pas que là-bas... !

- (14 juin 2020) Une société iséroise dans la course au vaccin. Merci pour l'article !

- (14 juin 2020) Coronavirus : L'Espagne génère des doutes en « gelant » le nombre de morts. Lire l'article ici. J'avais noté ce fait bizarre et brutal. Et après on vient stigmatiser la Chine... ! Les séries temporelles de chiffres sont impitoyables avec les tricheurs. Et là l'Espagne triche... ou change le thermomètre au mauvais moment. Quand les décès seront comptabilisés, il faudra les ajouter en bloc, et ils seront hors du processus épidémique. Donc difficile de suivre quantitativement. En tous cas, le nombre quotidien de décès tourne autour de la trentaine.

- (14 juin 2020) 22 étapes pour comprendre la gravité de l'infection par le SARS-CoV-2 ! Cela remplace-t-il le tour de France :) !! Lire l'article très pédagogique ici. Merci pour le lien !

- (14 juin 2020) L'exemple même d'un article pondu par un incompétent et arrogant (souvent lié). Confusion létalité et mortalité par exemple range le bonhomme dans la catégorie des commentateurs stériles, qui se croient intelligents. Evidemment, ce genre d'individu mêle volontiers l'insulte à l'opprobe sur les chercheurs, n'ayant rien compris au métier, et aux incertitudes. Il faut être un grand benêt pour imaginer que ces derniers analysent n'importe comment les données. Il y a de nombreux pièges, et quand il faut rentrer dans l'action, il y a risque d'erreur. Mais c'est la difficulté du problème. Evidemment les ignorants, eux, peuvent de targuer de tout connaitre a posteriori. La bonne blague ! Bref, ce ne sera ni le premier ni le dernier pamphlet d'un sôt, et en tous cas, celui-ci ne mérite que le mépris comme tous les autres de cet acabit.

Fermer


- Nouvelles du 15 juin

- (15 juin 2020) Un village français ignoré par le coronavirus ! Lire l'article ici.

- (15 juin 2020) Des tests massifs en Saône-et-Loire. Lire l'article ici.

- (15 juin 2020) Il semble que l'épidémie de COVID-19 ralentit un peu au Brésil. A confirmer dans les prochains jours. La situation n'est pas bonne en Iran, et les décès augmentent fortement en plus des cas confirmés. Une vraie seconde vague. Chute spectaculaire du nombre de cas certifiés au Québec, mais les décès restent encore à un niveau assez élevé. Effet retard probablement. Le nombre de cas certifiés ne baisse pas en Pologne. En France, le nombre de cas certifiés ne baisse plus depuis plusieurs jours. Probablement plus de tests, et la découverte de cluster.

Fermer


- Nouvelles du 16 juin

- (16 juin 2020) Situation très grave à Pékin, avec une résurgence maintenant brutale de l'épidémie, conduisant les autorités à des mesures drastiques immédiates. J'espère que nous n'aurons pas à faire face à une telle situation. Même s'il y a peut-être une certaine dramatisation, la rapidité avec laquelle le virus ré-apparait est bien le signe de la fragilité de la situation, la population n'étant pas immunisée. On n'a pas fini de parler du SARS-CoV-2.

- (16 juin 2020) Ils ont les solutions pour garder ses distances dans les lieux publics. Merci pour l'article !

- (16 juin 2020) Spectaculaire remontée des cas certifiés en Chine, avec le cluster de Pékin (voir la courbe ci-dessous). La Corée du Sud bataille toujours avec 30/40 cas par jour depuis deux semaines. La France est toujours sur la pente prédite par le code depuis des semaines pour les décès (uilisé comme proxy de l'épidémie), les cas certifiés restant en moyenne à une niveau stationnaire. On a vraiment l'impression dans de nombreux pays européens que le nombre de cas certifiés ne descend plus en dessous d'un plateau entre 30 et 200 cas par jour. A suivre donc. Pour l'Iran, situation inchangée, tant pour les décès que les cas confirmés.

- (16 juin 2020) COVID-19 : un stéroïde réduit d'un tiers la mortalité chez les patients les plus atteints, selon l'étude britannique Recovery. Lire l'annonce ici.

- (16 juin 2020) Cliquez ici pour suivre l'évolution du facteur R0 mise à jour quotidiennement. Attention un R0 stable ne signifie pas que la situation s'arrange. Il faut aussi que le R0 soit au moins inférieur à 0.5.

- (16 juin 2020) Coronavirus dans le Vaucluse : Treize nouveaux cas chez les travailleurs saisonniers. ici.

Fermer


- Nouvelles du 17 juin

- (17 juin 2020) Un article intéressant sur ce qu'il se passe au Brésil. Les chiffres annoncés par les experts sont dans la droite ligne de ce qui est écrit ici depuis pas mal de temps. C'est une expérience avec l'immunité collective au bout du tunnel, mais au prix d'un nombre considérable de décès. Attention, il faut comprendre que le Brésil est un pays fédéral, et que la politique de santé n'est pas décidée par le gouvernement fédéral (donc le Pdt Bolsonaro). De nombreux gouverneurs, comme cela a été dit ont tenté d'enrayer l'épidémie avec beaucoup de courage et très tôt (dès février), mais la spécificité du tissu social brésilien, le rôle des favelas, la misère aussi, contribuent à ne pas respecter scrupuleusement un confinement qui seul permettrait de limiter la casse. Merci pour le lien ! Quant aux experts de pacotille qui contestent a posteriori la politique du confinement, ils feraient mieux de suivre ce qui se passe là-bas...

Fermer


- Nouvelles du 18 juin

- (18 juin 2020) Une vidéo très pédagogique sur les super-contaminateurs. Clair, précis, didactique, et bien documenté. Merci pour le lien !

- (18 juin 2020) Une interview du patron de la célèbre revue revue The Lancet. Très instructif.

- (18 juin 2020) Recovery, la bonne nouvelle est un leurre pour cacher les incohérences et les fautes graves. Une analyse sans complaisance des tests pour lutter contre la COVID-19. Intéressant.

Fermer


- Nouvelles du 19 juin

- (19 juin 2020) Interview du directeur de la santé publique au Québec. A cette occasion on apprend que le dépistage est en chute libre parce qu'il est préférable de ne pas trop dépister «en période où il y a moins de cas», pour éviter des résultats de «faux positifs» ! Donc on comprend bien la chute observée depuis 10 jours environ et qui paraissait étrange. Cela conforte ma décision prise début mars de prendre les décès comme proxy de l'épidémie, car les mesures des cas certifiés, c'est la grande foire aux décisions arbitraires.... Impossible dans ces conditions de suivre quoique soit sérieusement.

- (19 juin 2020) Le compte-rendu de l'académie de médecine sur l'effet du climat à propos de la propagation du virus SARS-CoV-2. Il semble qu'il y ait un effet, comme pour tous les virus de cette famille, mais il n'est guère visible dans les pays concernés par de fortes températures et des climats secs ou humides: Brésil, Iran, Inde... Il est donc difficile de conclure à mon sens sur la saisonnalité du virus, qui peut-être réelle mais compensée par une forte contagiosité. En tous cas, dans les 18 pays étudiés, les paramètres de simulations n'ont pas changé depuis des semaines (accessible dans la rubrique simulations), donc les conditions de propagation de l'époque restent entre valables aujourd'hui. On observe plus les effets du déconfinement (mauvais) que des aspects bénéfiques de l'été.

- (19 juin 2020) Une interview d'un personnalité très clivante, le Pr. C. Peronne, fervant soutien de l'association HXQ+AZT dès la première heure. Qu'on tente le coup dans la panique du début, pourquoi pas, mais ce monsieur semble encore faché avec la réalité des chiffres. Je crois plus au dépistage systématique qui a été prôné et fait à Marseille, sous l'impulsion d'ailleurs du Pr. D. Raoult, reprenant les recommandations de l'OMS, qu'à l'impact de ce médicament qui n'a rien de miraculeux sur la létalité, car les chiffres annoncés à Marseille sont ceux ce la létalité naturelle (proche de l'Islande pour les mêmes raisons). Par ailleurs, la densité de population joue un rôle majeur dans le risque épidémique, comme je l'ai montré depuis longtemps, et Marseille n'est pas une ville dense : 3500 habitants/km2, 7 fois moins qu'à Paris..., 3 fois moins qu'à Lyon... donc pas surprenant qu'il y ait bien moins de cas.

- (19 juin 2020) Un peu de légèreté à propos de pandémie, les 13 endroits les plus fous où des gens ont été bloqués. Lire l'article ici.

- (19 juin 2020) Epargne : avec la crise due au coronavirus, il y a les prudents et les audacieux. Lire l'article ici.

- (19 juin 2020) Les cas graves de COVID-19 nécessitant une hospitalisation en soins intensifs sont repartis pour la première fois à la hausse en Italie. Fluctuation ou tendance, à voir dans les prochains jours, mais c'est un fait notable.

- (19 juin 2020) Les Italiens ont retrouvé des traces du virus SARS-Cov-2 dans les eaux usées de Turin, Milan et Bologne, dès décembre 2019. Lire l'article ici.

- (19 juin 2020) Dans trois régions de la métropole, le facteur R0 repasse au-dessus de 1. Lire l'article ici.

- (19 juin 2020) Les cas certifiés repartent à la hausse en Corée du Sud, Suède et Iran, et on observe des plateaux pour la Pologne, les Pays-Bas, mais aussi l'Italie, la France. La situation s'aggrave de jour en jour au Brésil, et l'évolution est toujours modélisée par des paramètres qui ne changent pas depuis des semaines.

Fermer


- Nouvelles du 20 juin

- (20 juin 2020) Comme je vous l'avais annoncé voici plus d'un mois, l'application française StopCovid est bien un fiasco complet. De l'argent public cramé sans vergogne. Une démonstration de plus que la centralisation étatique n'est pas une bonne affaire, surtout pour le porte-feuille. Même le gouvernement anglais qui fut tenté a renoncé. Lire les articles ici et ici.

- (20 juin 2020) Les signes de reprise de l'épidémie continuent à être de plus en plus visibles. Une surveillance accrue sera nécessaire pendant des mois. Lire l'article ici.

- (20 juin 2020) La mortalité en France est revenue à la normale. C'est logique, le nombre de décès lié à la COVID-19 étant désormais très faible. Lire l'article ici. Merci pour l'info !

- (20 juin 2020) Plus d'un million de contaminations au Brésil. Mais ce qui est intéressant, c'est que les experts commencent à annoncer que l'épidémie va ralentir et être terminée en septembre (sic). J'ai de gros doutes, car une épidémie a une inertie, et sauf découverte soudaine d'un traitement soignant la maladie, elle ne peut pas ralentir facilement. En revanche, le modèle calcule bien une saturation des cas quotidiens (voir figure) avant une descente plus rapide. Mais rien de bien tangible avant la fin de l'année. A noter que l'immunité collective reste pour l'instant le principal facteur de ralentissement. Lire l'article ici.

- (20 juin 2020) Je vous mentionnais hier les propos du Pr. C. Peronne, un des fervent soutien de l'HXQ+AZT. Ceux-ci ne passent pas vraiment auprès de la commaunauté des médecins... Cette affaire est un vrai feuilleton à scandales, avec des mensonges, des délires, des erreurs, bref un Dallas médical à la française. Pas très chouette. Lire l'article ici.

- (20 juin 2020) Un article technique sur la prise en compte de l'âge dans les modèles de transmission. Cliquez ici pour le lire. Merci pour le lien !

- (20 juin 2020) Un article sur la population à risque de co-morbidité avec l'âge selon les pays. On retrouve le calcul que j'avais fait mi-avril avec la pyramide des âges... ! Pas de surprise. Les quelques différences peuvent provenir des sources de données et de la loi des décès de la COVID-19 avec l'âge. Mais l'ordre de grandeur est bien là. Pas de mystère et pas de chloroquine en Afrique... :) !!! Cliquez ici pour le lire. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 21 juin

- (21 juin 2020) Le Royaume-Uni choisit finalement Google® et Apple® pour leur application anti-COVID-19. La France est désormais bien seule, et son sustème est incompatible avec les autres pays européens. Techniquement, les approches des deux géants sont bien meilleures. Lire l'article ici.

- (21 juin 2020) Une étude technique sur les anticorps sontre le SARS-CoV-2, menée à Genève en Suisse. A partir de la séropositivité, les chercheurs estiment que pour chaque cas de contamiation confirmé, il y a 11 à 6 infections dans la communauté. On rejoint ainsi les estimations du code sur la base du taux de létalité de 0.7% environ. Tout est donc bien cohérent. Ce résultat est très important. Merci pour la publication !

- (21 juin 2020) Quand on veut manipuler l'opinion, on ne s'y prend pas mieux. Le Pr. C. Peronne révèle ici sa vraie personnalité, et ce n'est pas brillant. Pour info, je donne quotidiennement le taux de létalité ramené au nombre de cas mesurés. Si on n'en mesure aucun, il est infini, si on ne mesure pas le nombre de décès, il vaut zéro.... Dans les faits, il y a un vrai taux de létalité, qui est estimé à partir des bâteaux (Diamond-Princess, Charles-de-Gaulle, Ernest Shackleton) à 0.7% en moyenne, pour une distribution uniforme des âges. Tout ceci a été abordé dès le début des calculs, avec le Diamond-Princes. Lire l'article ici.


Fermer
- Nouvelles du 22 juin

- (22 juin 2020) Un expert auto-proclamé en COVID-19, qui a raconté une belle somme d'âneries dans les mois passés. Je l'avais dénoncé, et maintenant les journaux commencent à ouvrir les yeux...

- (22 juin 2020) Coronavirus: crainte d'un déconfinement trop rapide en Suisse, où le nombre de cas augmente. Lire l'article ici.

- (22 juin 2020) La Guyane bientôt reconfinée ? L'impact du Brésil voisin se fait lourdement sentir. Lire l'article ici.

- (22 juin 2020) La situation dans les pays suivis évolue peu, ce qui ne signifie pas que l'épidémies est terminée, bien au contraire. Voici un bilan complet:

  • Allemagne : depuis 20 jours, le nombre de cas certifiés ne baisse plus, et reste sur 300-400 quotidiens. Le nombre de décès baisse, mais on constate une pente moins raide qu'avant.
  • Belgique : très nette inflexion de la décroissance depuis le déconfinement, cas et décès. la pente décroissante semble rester encore régulière malgré tout
  • Brésil : Croissance très lente en moyenne du nombre de décès quotidiens, comme prévu par le modèle. L'épidémie ne faiblit pas, et vas atteindre dans 50 jours le pic lié à l'immunité collective (au moins dans les grandes villes), avec 1700 décès / jour. Puis ce sera la lentre décroissance
  • Chine : la situation semble revenue sous contrôle, depuis le cluster de Pékin. Mais le nombre de cas certifiés reste élevé, tout en étant à la baisse. Pas de décès lié à a COVID-19 depuis 30 jours environ
  • Corée du Sud : toujours beaucoup de cas certifiés depuis presque un mois. Celui-ci semble à la baisse, mais c'est trop récent pour juger de la tendance. Le nombre de décès reste très faible
  • Espagne : après une interruption administrative de la comptabilité des décès, le temps de mettre de l'ordre dans la méthode (dixit mes autorités sanitaires), retour à une situation normale. Le niveau reste faible et fluctuant, mais proche des prédictions du modèle. Quand au nombre de cas certifiés, on observe également un plateau vers 300 nouveaux cas par jour depuis 20 jours.
  • Etats-Unis : remontée nette de nouveaux cas certifiés, de 20,000 à 30,000 par jour. Les décès sont en baisse régulière, conformément aux prédictions, avec des paramètres inchangés depuis plus de 50 jours
  • Fortaleza (Brésil) : Situaton chaotique, énormément de fluctuations d'un jour à l'autre pour les décès et nouveaux cas certifiés. Mais la tendance reste inchangée, la ville est sur le pic épidémiqe. Mais la précision des calculs est intrinsèueent mauvaise.
  • France : Comme pour de nombreux autre pays européens, le nombre de cas de contamination ne baisse plus et reste bloqué sur 400-500 par jour en moyenne (effet du comptage ou réalité ?). Le nombre de décès baisse régulièrement, en accord avec la tendance dégagée depuis de nombreuses semaines.
  • Iran : Le pays aretrouvé les pires heures de la COVID-19 en février 2020 tant pour les nouveaux cas quotidiens que pour les décès qui ont dépassés les 130 par jour. Il semble que cette reprise de l'épidémie soit sur un plateau. Mais la situation est grave, sans aucun doute.
  • Italie : Decroissance régulière des décès, et aussi des cas quotidiens de contamination, même si l'on semble observer un palier entre 200 et 300 depuis 20 jours environ.
  • Liban : Recrudescende des cas quotidiens de contamination, qui fluctuent énormément d'un jour à l'autre, autour de 15 environ. C'est peu mais cela ne baisse pas. Les décès restent à un niveau très bas depuis des semaines. L'épidémie n'est pas sous contrôle.
  • Pays-bas : Très et long plateau des cas de contaminations autour de 300 environ, qui semblent maintenant se terminer, depuis une dizaine de jours. le nombre de nouveaux décès baisse régulièrement, et atteint la limite de un par jour.
  • Pologne : Situation comme aux Etats-Unis. Long plateau des cas quotidiens de contamination, autour de 300-400 par jour. Celui-ci ne faiblit pas depuis deux mois ! On semble observer également un palier dans le nombre de décès quotidiens, ce qui corrobore la dynamique générale de l'épidémie qui n'est pas contrôlée.
  • Québec (Canada) : Baisse artificielle du nombre de cas de contamination (changement de méthode de comptage pour ne pas effrayer la population, dixit), après un long plateau. Le nombre de décès baisse régulièrement, en accord avec la tendance dégagée depuis plusieurs semaines.
  • Royaume-Uni : Baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens de contamination et de nouveaux décès. Un platau vers 1000 cas de contamination semble s'ammorcer. A confirmer.
  • Suède : Net redémarrage de l'pidémie. Le nombre de nouveaux cas de contamination est de l'ordre de 1,500 par jour ce qui est sérieux pour ce petit pays de 10 millions d'habitants. Difficile de dégager une tendance nette pour les décès, qui semblent également sur un plateau, mais les données sont très fluctuantes.
  • Suisse : Les décès sont au plancher, mais la décroissance des cas de contamination reste bloquée sur une moyenne de 20 par jour.

La tendance générale est donc à la stabilisation voire la baisse, sauf au Brésil et en Iran. Un niveau plancher de cas est observé dans de nombreux pays. Cela souligne la difficulté à érdiquer le virus, et sa présence, sans effet clair de saisonnalité. Concernant les décès, ils baissent en général, sur des paramètres inchangs depuis 2 mois environ. Cela souligne l'absence de traitement curatif et le danger toujours présent du virus, bien que la population semble penser que le problème est passé. En Iran, on voit bien que la seconde vague peut repartir aussi puissante que la première.

Fermer
- Nouvelles du 23 juin

- (23 juin 2020) Organiser un tel évènement dans de telles conditions n'est pas très sérieux. Etre champion du monde n'est pas une preuve d'intelligence. Lire l'article ici.

- (23 juin 2020) Le conseil scientifique favorable à la conservation des données sur une durée plus longue, face au risque potentiel de seconde vague. Lire l'article ici.

- (23 juin 2020) Ce que la désinformation sur la COVID-19 révèle sur nous. Lire l'article ici.

- (23 juin 2020) Pourquoi il est trop tôt pour évoquer une deuxième vague en France métropolitaine. Lire l'article ici.

- (23 juin 2020) Ligne Rouge - Coronavirus, les erreurs françaises. Lire l'article ici.

- (23 juin 2020) La Corée du Sud dit faire face à "une deuxième vague" depuis mai. J'ai évoqué à plusieurs reprises la situation préoccupante en Corée du Sud. C'est chose officielle. De-là à montrer la Corée en exemple... Ils envisagent même un confinement à Séoul notamment, la ville la plus touchée car la plus dense du pays. Lire l'article ici.

- (23 juin 2020) Une nouvelle étude de l’Institut Pasteur confirme la faible contagiosité des enfants. C'est une bonne nouvelle. Lire l'article ici.

- (23 juin 2020) Attention, ne pas rire ! "Si on m’avait écouté, il y aurait eu deux fois moins de morts” du coronavirus. Le savonant de Marseille n'a pas froid aux yeux. Marseille est presque 6 fois moins dense que Paris, donc, 6 fois moins de cas et de décès en principe dans la cité phocéenne. Pas besoin de HXQ+AZT, le cocktail marseillais qui ne marche pas... Lire l'article ici.

- (23 juin 2020) La Guinée-Bissau affronte l’une des pires crises de Covid-19 en Afrique. Certes ce n'est pas drôle, mais rien à voir avec l'Europe ou les Etats-Unis. La pyramide des âges en Afrique de l'Ouest les protège, et cela se voit : 16 décès pour 1.8 millions d'habitants. Autant dire pas grand chose. Cela correspond tout-à-fait au modèle global développé mi-avril (voir plus bas). Avec une pyramide des âges européenne, il y aurait eu plus de 12000 décès. No comment. Les médias nous font peur pour rien... Les journalistes feraient bien de reprendre un peu les calculs plutôt que d'être dans les émotions stériles. Lire l'article ici.

- (23 juin 2020) Les experts et les États ne pourront rien contre les effets de la crise sanitaire. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 24 juin

- (24 juin 2020) Bide annoncé, bide accompli ! Les français sont vraiment des experts en informatique pour faire des machins inutiles et couteux avec l'argent du contribuable. StopCovid à informé 14 personnes qu'elle avaient croisé un malade... Lire l'article ici. Mais ce qui rassure, c'est que la CNIL est satisfaite de l'application. Si si ! ce n'est pas une blague !! Il faut dire, qu'apès HADOPI, ce sont des experts es-bides toute catégorie ! Il y en a à Paris qui vivent hors-sol... c'est clair !

- (24 juin 2020) Novak Djokovic à son tour testé positif au Covid-19, à la suite de son controversé Adria Tour. Bravo l'artiste ! De gros bras, mais un QI de petit pois... J'attendais mieux d'un champion du monde. Il doit être très mal conseillé. Lire l'article ici.

- (24 juin 2020) Ces quatre indices qui rendent probable l’arrivée d’une seconde vague en France. Lire l'article bien détaillé ici.

- (24 juin 2020) La situation s’aggrave aux Etats-Unis, l’UE envisage d’interdire l’entrée aux voyageurs américains. Lire l'article ici.

- (24 juin 2020) Le bêtisier du Pr. D. Raoult, directeur de l'IHU de Marseille. Lire l'article ici. La morale de l'histoire, c'est qu'il faut suivre les chiffres, mais pas aveuglément, les analyser au jour le jour pour évaluer la sensibilité des calculs et donc estimer la robustesse des prévisions. A certaines périodes, comme avant le pic épidémique induit par le confinement, personne ne pouvait faire des prédictions sérieuses. Après, les prédictions sont bien plus robustes, mais là encore, impossible de prévoir l'apparition d'une seconde vague. On ne peut anticiper le futur. Par contre, on peut voir les tendances, en associant les signaux. J'ai fait le choix de garder un seul proxy qui est solide (les décès) pour suire l'épidémie, car si ce nombre ne remonte pas, c'est signe que la situation va en s'améliorant globalement. Mais il faut regarder en parallèle les cas certifiés (qui arrivent plus tôt), qui peuvent augmenter à cause d'une seconde vague réelle (Iran, Coré du Sud), d'un dépistage plus important, ou d'un comptage différent. La corrélation décès-cas certifiés est le signe incontestable d'une reprise de l'épidémie. L'Iran par exemple. La COVID-19 est loin d'être terminée. L'épidémie ne faiblit pas en Amérique du Sud et repart dans plusieurs pays, tandis que le nombre de cas certifiés ne baisse souvent plus, notamment en Europe. Il est à peu près certain que le relachement de la distanciation sociale aura un impact. C'est mathématique !!! L'effet apparent de la densité de population, puisque rien ne permet d'affirmer que le virus est saisonnier en l'état, bien au contraire. C'est probablement sa contagiosité très élevée qui doit gommer cet effet que beaucoup attendait. Quand le R0 est naturellement de 3 ou 4, même avec 50% d'atténuation liée au climat, il reste supérieur à 1 ! Si on part sur une maladie ayant un R0 de 1.4 comme la grippe, 50% de moins, et la maldie disparait ! ce ne sont que des analyses très rapides, mais pourraient expliquer pourquoi le virus tourne toujours au milieu de la population et dans tous les pays du monde comme le souligne l'OMS. En tous cas, la constance des paramètres de simulations, pour la quasi totalité des pays suivis, depuis des semaines, avec un facteur R2 excellent pour la plupart, montre que la dynamique du climat n'a pas impacté l'épidémie. Ce n'est pas mesurable. A méditer. Le confinement et les gestes barrière ont eu un impact bien supérieur. Enfin, comme je le soulignais hier, on alerte sur des situations soit-disant dramatiques come en Guinée-Bissau avec ... 16 décès !! Je le dis et je le répète, l'Afrique est le continent le moins exposé à la COVID-19, grâce à la pyramide des âges. Il y aura quelques décès (surtout dans les villes denses comme Lago au Nigeria ou en Afrique du Sud), mais de comparable à ce qui s'est passé en Europe et Amérique du Nord. L'Amérique du Sud est moins préservée, mais la densité de population très forte de certaines villes conduit malgré tout à une situation sanitaire dramatique. Mais il faut se rendre compte que si la pyramide des âges au Brésil par exemple avait été celle de la France ou de l'Italie, le pays aurait eu à faire face à une situation bien plus grave encore ! Il faut voir toutes les composantes de l'épidémie, le facteur de risque de base lié au fait que le virus s'attaque plus à des personnes âgées, qu'il est très contagieux (R0 élevé), le comportement social de la population (confinement, distanciation ou non), et enfin la date mise en oeuvre d'un confinement (qui réduit la surface efficace d'interaction comme je l'ai expliqué plus bas depuis longtemps). Bref, mis à part le taux de létalité qui a été une inconnue dès le départ et dont son évaluation a donné lieu à une suite incroyable d'âneries, mais aussi le temps d'incubation pendant lequel les personnes asymptomatiques sont néanmoins contagieuses, et aussi la dose de virus donnant lieu à des formes graves de la COVID-19, rien de bien mystérieux dans cette pandémie, qui n'est pas une grippette, comme le Pr. D. Raoult l'avait annoncé début 2020 sur les réseaux sociaux.

- (24 juin 2020) Quand on se croit au-dessus des principes épidémiques... Novak Djokovic demande une nouvelle fois pardon et reconnaît « avoir eu tort ». Instructif... Lire l'article ici.

- (24 juin 2020) Décidemment, notre saonant de Marseille fait feu de tout bois. De toute façon, il parle, mais la réalité parle plus fort que lui. Le mozart auto-proclamé de la chloroquine... rien ne l'arrête dans son auto-satisfaction pathologique. Lire l'article ici. Et puis, une petite vidéo de rappel très drôle. A voir ici. Le confinement buccal total (CBT)...

- (24 juin 2020) Evolution épidémiologique inquiétante pour l'Iran, la Corée du Sud, les Etats-Unis et la Suède. Les autres pays sont dans une situation stationnaire, pas toujours favorable. Pour le Brésil, le nombre journalier de décès continue de monter, conformément aux prédictions du modèle, alors que les paramètres restent inchangés depuis des semaines. Le maximum attendu est autour de 1800 décès par jour. C'est une évolution globalement lente mais bien réelle. Dans moins d'un mois, autour du 24 juillet, le pays aura passé le cap des 100,000 décès, et devrait dans la foulée dépasser les Etats-Unis deux semaines plus tard (voir détails simulation). On ne constate aucun ralentissement sur la courbe des cas certifiés. Donc rien ne devrait changer malheureusement.


Fermer
- Nouvelles du 25 juin

- (25 juin 2020) Panne de données venant de l'OMS. Pas de nouvelles simulations aujourd'hui. Désolé !

- (25 juin 2020) Un grand tour d'horizon mondial de l'épidémie de COVID-19. Très intéressant. Lire l'article ici.

- (25 juin 2020) Le Pr. D. Raoult devant la commission d'enquête de l'assemblée nationale étrille le conseil scientifique ! Si je reprends ses propos : « Ce n’était pas un conseil scientifique. Moi j’en ai un à Marseille qui fait rêver le monde entier, je n’ai que des stars dans leur domaine. Un conseil scientifique, ce n’est pas une bande de types qui ont l’habitude de travailler entre eux et qui discutent en disant "et toi, qu’est-ce que tu en penses ?" ». Et bien j'aimerai bien voir comment fonctionne le sien... Car des conseils scientifiques sérieux, j'en ai vu un paquet, et ce que raconte D. Raoult est une ânerie de plus. Un conseil scientifique est un lieu d'échanges par principe. Ce monsieur se croit au-dessus de tout. Ridicule. Délire paranoïaque ! Lire l'article ici.

- (25 juin 2020) Le Pr. D. Raoult fustige l'organisation "archaïque" des tests de dépistage. Il n'a pas tord. Lire l'article ici

- (25 juin 2020) Les vrais scientifiques n'ont pas besoin d'un responsable de com. Tout est dit. Lire l'article ici

- (25 juin 2020) L’âge de la post-vérité ou le crépuscule des idoles. Un article lumineux sur la réalité du monde d'aujourd'hui, ses dérives, amplifiées notamment par la COVID-19.

- (25 juin 2020) L’Agence européenne des médicaments recommande l’autorisation du remdesivir initialement développé pour le virus Ebola. L'effet est faible, mais apparemment probant. Il y en a qui vont hurler au complot du laboratoire Gilead... ! Les réseaux sociaux vont s'enflammer. Lire l'article ici

- (25 juin 2020) Didier Raoult face à Jean-Jacques Bourdin. Etonnamment modéré au début... ce qui ne l'empêche pas de raconter encore et toujours des choses inexactes, notamment sur l'utilité du confinement. Il a été très utile et a sauvé des vies, c'est indubitable. Après cela devient plus sportif... Lire l'article ici

Fermer


- Nouvelles du 26 juin

- (26 juin 2020) Situation très compliquée pour les données dans de nombreux pays. Etrange coïncidence. Mais les simulations reprennent.

- (26 juin 2020)Hécatombe au Brésil après le déconfinement la pandémie repart de plus belle. Lire l'article ici

- (26 juin 2020)Le conseil de l'ordre des médecins ouvre une procédure contre le Pr. Peronne, après ses propos. Lire l'article ici

Fermer


- Nouvelles du 27 juin

- (27 juin 2020) Retour à une situation plus normale pour les simulations après deux jours chaotiques. On peut noter que l'Italie, la Belgique, après l'Espagne, comme à changer la manière de communiquer sur les cas de contamination et même les décès. On parle de moyen lissée, on ne donne plus les infos que par paquet de 7 jours, bref, heureusement je dispose de sources stables. J'espère qu'elles dureront.

- (27 juin 2020) Un grand tour d'horizon mondial de l'épidémie de COVID-19. Toujours très intéressant, notamment sur la Suède, montrée en exemple et qui est dans une passe difficile. L'immunité collective à bas coût en terme de mortalité est un leurre. Lire l'article ici.

- (27 juin 2020) En Australie, le papier toilette à nouveau rationné face au regain du coronavirus. Lire l'article ici.

- (27 juin 2020) Face au regain de la pandémie, le Texas et la Floride imposent de nouvelles restrictions. Lire l'article ici.

- (27 juin 2020) L'Europe menacée d'une nouvelle vague, la pandémie enfle en Amérique. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 28 juin

- (28 juin 2020) Très bel article sur le début de l'épidémie, lorsque les médecins essayaient de comprendre comment le virus se transmettait, et si cela se faisait avant les symptômes. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (28 juin 2020) Einstein vaut-il la moitié de Raoult ? Pour en finir avec l'indice H. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (28 juin 2020) Le virus SARS-CoV-2 semble affecter lourdement le système immunitaire. Ce qui pousse à considérer une stratégie comme pour traiter le VIH. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 29 juin

- (29 juin 2020) Les simulations se poursuivent mais la collecte des données devient de plus en plus complexe ! Exemples : l'Italie a brusquement changé d'interface, et maintenant les cas en soins intensifs se retrouvent perdus dans un fichier CSV difficile à trouver. On montre des moyennes, mais plus les chiffres exacts. La France n'a plus rien fourni depuis le 26 juin... la Suède n'a plus de cas de contamination ni de décès depuis de le 26 juin également ! Incroyable car du 25 au 26 juin il y avait 237 nouvelles contaminations certifiées, et 21 nouveaux décès... Il n'y a pas longtemps l'Espagne avait ouvert le bal avec une disparition des nouveaux décès pendant presque une semaine... C'est regrettable, et on constate que l'Europe n'a de leçon à donner à personne.

- (29 juin 2020) Etats-Unis, Chine... Le monde franchit le cap des 10 millions de contaminés. Lire l'article ici.

- (29 juin 2020) La pandémie progresse en Amérique et en Inde, l'Europe menacée d'une nouvelle vague. Lire l'article ici.

- (29 juin 2020) En Espagne, des traces de coronavirus retrouvées dans un échantillon d'eaux usées de plus d'un an. Lire l'article ici.

- (29 juin 2020) Malgré deux mois d'efforts, la Californie ne contrôle plus le virus. Lire l'article ici.

- (29 juin 2020) Coronavirus en France : où sont localisés les 82 clusters en cours d'investigation ?. Lire l'article ici.

- (29 juin 2020) Coronavirus en Grande-Bretagne : Le gouvernement envisage de confiner la ville de Leicester après une recrudescence des contaminations. Lire l'article ici.

- (29 juin 2020) Coronavirus en Chine : La situation reste « grave et complexe » à Pékin, selon les autorités. Lire l'article ici.

- (29 juin 2020) L'Iran va rendre obligatoire le port du masque. Lire l'article ici.

- (29 juin 2020) Situation générale : on constate de nombreuses reprises fortes de l'épidémie, comme aux Etats-Unis, mais aussi en Suisse (voir ci-dessous)et en Suède. En Chine, en Iran et en Corée du Sud, la reprise semble stabilisée depuis quelques jours. En Iran, le nombre journalier de décès n'a jamais été aussi élevé... triste constat. En France, Italie, Espagne, Allemagne, c'est plutôt un plateau de cas journaliers, soulignant que le virus circule toujours activement sans faiblir.

- (29 juin 2020) Un sujet très délicat, le virus SARS-CoV-2 a-t-il muté et est-il devenu plus contagieux au fil du temps ? Cela semble bien être le cas. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 30 juin

- (30 juin 2020) La pandémie de coronavirus est "loin d'être finie" et "s'accélère", deux seuils symboliques franchis. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (30 juin 2020) Un travail de comparaison très intéressant entre l'Allemagne et la France, ainsi que de région à région. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (30 juin 2020) Le Québec recommence à publier les données quotidiennement sur la COVID-19. La France revient également après un arrêt de trois jours assez incompréhensible. L'Italie planque ses données dans des fichiers d'accès difficiles ! La Suisse réinitialise toutes ses données à partir du 1er juin ...

- (30 juin 2020) Le monde à l'envers... Lire l'article ici.

- (30 juin 2020) Les simulations du jour sont sorties. Les calculateurs fument encore un peu :) ! Il semble que le nombre quotidien de décès se stabilise au Brésil. Intéressant, car cela signifierait un tournant dans l'évolution de l'épidémie. A suivre avec attention. Pour les autres pays, rien n'a chanagé par rapport aux jours précédents.

Fermer


- Nouvelles du 1er juillet

- (1er juillet 2020) Quelques changements à partir d'aujourd'hui. A la demande de coll!ègues américains qui suivent le site, j'ai ajouté l'Arizona, la Californie et la Floride dans la liste des états suivis. Par ailleurs, dans la foulée, jai ajouté l'Inde et le Mexique, deux pays dans lesquels l'épidémie se développe activement. Il faudra quelques jours avant d'avoir la suite complète de l'évolution des paramètres, temps de calcul oblige, mais je donnerai d'ores et déjà le meilleur ajustement actuel au jour d'aujourd'hui.

- (1er juillet 2020) La pause au Brésil n'était qu'apparente. Le nombre journalier de décès est reparti nettement à la hausse comme aux Etats-Unis.

- (1er juillet 2020) Pour rappel, cette carte très intéressante, véritable tableau de bord de la COVID-19 dans le monde.

- (1er juillet 2020) Le bilan repart à la hausse aux États-Unis avec près de 1200 morts en 24h. Lire l'article ici.

- (1er juillet 2020) Dans une ville du nord de l'Italie, 40% de porteurs du coronavirus n'avaient aucun symptôme. Lire l'article ici.

- (1er juillet 2020) Alors que les autorités luttent contre le scepticisme vis-à-vis des vaccins, le Pr. A. Fauci avertit que les États-Unis pourraient toucher 100 000 cas par jour. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 2 juillet

- (2 juillet 2020) Le feuilleton de l'année. L'AP-HP accuse le professeur Didier Raoult de faux témoignage lors de son audition à l'Assemblée. Lire l'article ici.

- (2 juillet 2020) Leicester, Melbourne, Lisbonne... Ces zones reconfinées par peur d'une deuxième vague de Covid-19. Lire l'article ici.

- (2 juillet 2020) Covid: Plus de 160.000 cas par jour dans le monde depuis une semaine. Lire l'article ici.

- (2 juillet 2020) 18 nouveaux morts dans les hôpitaux français en 24 heures par le coronavirus. Une analyse plus détaillée est aussi fournie. Lire l'article ici.

- (2 juillet 2020) Coronavirus: la confiance dans les autorités suédoises en nette baisse. Lire l'article ici.

- (2 juillet 2020) Qu'est-ce que la MIS-C, la maladie rare liée au Covid-19 qui touche gravement des enfants ? Lire l'article ici.

- (2 juillet 2020) Coronavirus aux Etats-Unis: l'épidémie s'accélère, plusieurs Etats renforcent leurs restrictions. Lire l'article ici.

- (2 juillet 2020) Autopsies de coronavirus: une histoire de 38 cerveaux, 87 poumons et 42 cœurs. On apprend qu'il y a pas mal de similitudes entre les dégâts causés par la dengue et le SARS-CoV-2. Mais le reste de l'analyse est vraiment passionnant. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (2 juillet 2020) La charge virale joue un rôle important dans la gravité de la maladie. Lire ici, ici et ici des articles sur le sujet. Merci pour les liens !

- (2 juillet 2020) En terme de nombre quotidien de décès, l'Iran a dépassé les pires heures du début de l'épidémie en février. Cela montre une chose : tout peut repartir très vite et aussi fort qu'au début, ce qui n'est pas étonnant vu la faible proportion de gens immunisés. Donc s'il y a relachement, on peut vraiment être confronté à une seconde vague. D'ailleurs, à ce propos, quelle définition peut-on donner à une seconde vague ? Pour moi, ayant pris les décès comme proxy le plus fiable, c'est la présence d'un minimum dans la courbe du nombre quotidien de décès. Cela prouve sans équivoque que l'épidémie est bien repartie, et qu'il ne s'agit pas d'un effet de comptage. Maintenant, existe-t-il des signes avant-coureur ? Au regard de ce qui s'est passé en Iran, la remontée des cas certifiés peut être brutale (voir figure) et sans signe préalable particulier. Cependant, en regardant ce qui se passe en Suède et aux Etats-Unis, la présence d'un plateau de cas certifiés qui ne faiblit pas pendant des semaines semble être un signe annonciateur d'une possible reprise, qui doit être confirmée par la reprise des décès. Tant que les décès ne repartent pas à la hausse, on ne peut considérer que l'explosion des cas certifiés relève d'une réelle seconde vague. Sur la base de ce critère, seul l'Iran fait face à une seconde vague. D'ailleurs le R0 sur une moyenne glissante de 5 jours tend à remonter. C'est un indicateur qui doit alerter. Le R0 peut remonter avec le bruit, mais la différence dans la dynamique est très visible. D'autres pays ou états comme l'Arizona, la Floride ou les Etats-Unis pris globalement et la Suède font face à une reprise des cas, mais pas encore une réelle seconde vague. Ce qui n'empêche pas que la situation soit inquiétante. Quant au Brésil, Mexique ou l'Inde, ces pays sont dans la première vague, une vague qui n'en finit pas... car les règles de distanciation sociale sont faibles ou inexistantes, avec une susceptibilité à la maladie très grande liée à l'existence de villes de très grande taille et surtout très denses. La relative jeunesse de la population pour ces trois pays les sauvent d'un gouffre complet. Par exemple,le risque épidémique comme défini dans la section concernée (analyse globale) est de 0.0025329 pour le Brésil, et 0.0047608 pour l'Italie. Si on effectue le rapport de ces nombres, sans réel confinement, et si la population du Brésil avait la même pyramide des âges que l'Italie, ils devraient avoir deux fois plus de décès. Mais c'est une évaluation grossière, juste un ordre de grandeur. Avec un risque de 0.0019908 pour l'Inde, ce grand pays limite encore plus la casse malgré tout.

- (2 juillet 2020) Pour comparer les dynamiques de la COVID-19, les nombres journaliers de décès ont été normalisés à la valeur maximale atteinte, et toutes les courbes ont été repositionnées par rapport au jour où le maximum est atteint. Les jours négatifs correspondent ainsi à la phase ascendente de l'épidémie, et les jours positifs à la phase descendante. Le diagramme ci-dessous est particulièrement instructif. D'abord, dans la phase ascendente initiale, tous lespays présentent une dynamique très voisine. Le fameux R0 vient de là, et il est proche de 3. Ensuite, à l'approche du pic, il y a certains pays pour lesquels le développement de l'épidémie a toujours été très rapide et d'autres non. Par ordre décroissant : l'Espagne, la Chine et la Belgique. Vient ensuite un groupe important qui ont des dynamiques très proches : France, Italie, Royaume-Uni, Etats-Unis, Pays-Bas, Allemagne, la Suisse et enfin deux pays se distinguent pour la lenteur du développement de l'épidémie, la Suède surtout et dans une moindre mesure le Québec. Une fois le pic épidémique passé, la décroissance présente des différences notoires. La décroissance la plus rapide est la Chine, mais on trouve avec la même temporalité la Suisse et la Belgique. La Suisse n'a a priori pas imposé un confinement strict comme la Chine et la Belgique, mais pour avoir cette dynamique identique, on peut imaginer que les citoyens suisses ont été extrêmement prudents. Vient ensuite un paquet de pays dans lequel on trouve la France, l'Italie et l'Espagne, qui ont appliqué un strict confinement, mais aussi l'Allemagne et les Pays-Bas, qui font mieux sans confinement strict !!! Enfin un dernier groupe rassemble les Etats-Unis, le Québec, la Suède, et dans une moindre mesure le Royaume-Uni, qui ont une décroissance très faible. On notera l'analogie que j'avais soulignée entre les Etats-Unis et la Suède. La Royaume-Uni fait pire que ses voisins européens, Suède mise à part, mais un peu mieux que les Etats-Unis. Maintenant, que déduire de toute cela ? Le confinement a-t-il été utile ? Il est difficile de tirer des conclusions fortes, mais de toute évidence, quand les règles de distanciation sociale sont bien appliquées (confinement imposé ou non), la décroissance est rapide. Moins les règles sont respectées, plus la décroissance est lente. Les cas singuliers, comme la Suisse mérite une attention particulière, car si ce pays m'a pas mieux géré la phase ascendante, il a en revanche bien géré la phase post-pic. Je sais par quelques amis suisses que les personnes âgées ont été rapidement isolées des plus jeunes, dans les familles notamment. Est-ce la clé du succès, un confinement différentiel qui ne dit pas son nom ? C'est possible et cela rejoint l'analyse évidente que j'ai faite sur l'impact d'un confinement des personnes de plus de 65 anas (voir plus bas). Au vu de ces résultats, j'aurai tendance à croire que le civisme de la population est une des clé du succès pour combattre l'épidémie. Le confinement a certainement une utilité pour marquer les esprits et forcer les gens à être attentifs. Il y aura certainement beaucoup à discuter de cette comparaison...


Fermer
- Nouvelles du 3 juillet

- (3 juillet 2020) Le feuilleton de l'année, mieux que Plus Belle la Vie !!! Didier Raoult accusé de propos "infamants" et de "calomnie" par le Conseil scientifique et la HAS. Lire les articles ici et ici .

- (3 juillet 2020) Le virus SARS-CoV-2 a-t-il muté et est-il plus contagieux ? Lire l'article ici.

- (3 juillet 2020) Situation générale de la COVID-19:

  • Allemagne : depuis 20 jours, le nombre de cas certifiés ne baisse plus, et reste sur 300-400 quotidiens. Le nombre de décès baisse, mais la décroissance est moins rapide qu'avant.
  • Arizona (USA) : Explosition du nombre de cas certifiés. Le nombre journalier de décès commence à monter, critère d'une seconde vague.
  • Belgique : Tendance inchangée. Très nette inflexion de la décroissance depuis le déconfinement, cas et décès. La pente décroissante semble rester encore régulière malgré tout
  • Brésil : L'épidémie ne faiblit pas, mais le nombre quotidien de décès se stabilise autour de 1200-1300. Cela devrait durer ainsi longtemps, et finalement le code prévoit plus de 220,000 décès.
  • Californie (USA) : Croissance régulière du nombre de cas certifiés et du nombre journalier de décès. L'état est toujours sur la 1ère vague, mais aucun signe d'une stabilisation.
  • Chine : la situation est revenue sous contrôle, depuis le cluster de Pékin. Le nombre de cas certifiés est retombé. Pas de décès lié à la COVID-19 depuis 30 jours environ. Une alerte, mais des centaines de milliers de personnes sont en confinement strict actuellement.
  • Corée du Sud : toujours beaucoup de cas certifiés depuis presque un mois. Celui-ci n'est pas à la baisse, ce qui démontre la difficulté à juguler cette épidémie. Le nombre de décès reste toujours très faible.
  • Espagne : Le nombre journalier de décès reste faible et fluctuant, mais proche des prédictions du modèle. Quand au nombre de cas certifiés, on observe également un plateau vers 300 nouveaux cas par jour depuis 20 jours. Il ne faiblit pas.
  • Etats-Unis : remontée confirmée de nouveaux cas certifiés, 50,000 par jour environ, et qui ne semble pas faiblir. Difficile d'évaluer l'impact sur les décès à ce stade.
  • Floride (USA) : Une explosition sans précédent du nombre de cas certifiés. Le nombre journalier de décès commence à monter, critère d'une seconde vague en train d'arriver.
  • Fortaleza (Brésil) : Situaton chaotique, énormément de fluctuations d'un jour à l'autre pour les décès et nouveaux cas certifiés. Mais la tendance reste inchangée, la ville est sur le pic épidémiqe. La précision des calculs est intrinsèquement mauvaise.
  • France : Le nombre journalier de nouveaux cas de contamination augmente clairement et atteint 700 par jour environ (effet du comptage ou réalité, toujours pas clair). Le nombre de décès baisse régulièrement, en accord avec la tendance dégagée depuis de nombreuses semaines. C'est un bon point.
  • Inde : L'épidémie ne faiblit pas, et le nombre quotidien de décès augmente régulièrement pour atteindre désormais 500 en moyenne. Ce n'est pas encore la situation au Brésil, mais le pays y vient jour après jour. Les projections sont évidemment catastrophiques, de l'ordre de 1,368,000 décès alors que la population est assez jeune. L'effet des villes immenses et très denses...
  • Iran : Seconde vague épidémique sans équivoque. Actuellement, environ 140 décès quotidiens, situation pire qu'en Février. Une mauvaise gestion de l'épidémie ou un comportement irresponsable des iraniens vis-à-vis du virus. Le nombre de cas certifiés semblent se stabiliser.
  • Italie : Decroissance régulière des décès, et aussi des cas quotidiens de contamination, même si on observe un ralentissement depuis plusieurs jours.
  • Liban : Toujours de nombreux cas quotidiens de contamination, qui fluctuent énormément d'un jour à l'autre, autour de 15 environ. C'est peu mais cela ne baisse pas. Les décès restent à un niveau très bas depuis des semaines. L'épidémie n'est pas sous contrôle.
  • Mexique : La dynamique de la COVID-19 au Mexique est très voisine de celle au Brésil. Perspectives très sombre en terme de mortalité cumulée, autour de 178,000 décès. C'est moindre qu'au Brésil, mais la population est deux fois plus petite.
  • Pays-bas : Très long plateau de cas de contaminations autour de 300 environ, qui se termine lentement, depuis trente jours. le nombre de nouveaux décès baisse régulièrement, et atteint la limite de un par jour.
  • Pologne : Situation comme aux Etats-Unis. Long plateau des cas quotidiens de contamination, autour de 300-400 par jour qui ne faiblit pas. On observe également un palier dans le nombre de décès quotidiens, ce qui corrobore la dynamique générale de l'épidémie qui n'est pas contrôlée.
  • Québec (Canada) : Baisse artificielle du nombre de cas de contamination (changement de méthode de comptage pour ne pas effrayer la population, dixit), après un long plateau. Le nombre de décès baisse régulièrement, en accord avec la tendance dégagée depuis plusieurs semaines.
  • Royaume-Uni : Baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens de contamination et de nouveaux décès. Pas de platau pour les nouveaux cas de contamination.
  • Suède : Net redémarrage de l'épidémie. Le nombre de nouveaux cas de contamination est toujours de l'ordre de 1,500 par jour ce qui est sérieux pour ce petit pays de 10 millions d'habitants. Difficile de dégager une tendance nette pour les décès, qui semblent également sur un plateau, mais les données sont très fluctuantes.
  • Suisse : Les décès sont au plancher, mais le nombre de nouveaux cas de contamination repart fortement à la hausse et atteint désormais 140 par jour. Remontée aussi rapide qu'en ... Floride alors que le pays avait géré de manière exemplaire l'épidémie. Cela démontre la fragilité de la situation.

Bilan: de nombreux grands pays qui restent très fortement touchés par l'épidémie, en raison principalement de villes immenses et très denses. En Europe, on voit de nets redémarrages, comme dans les états du sud des Etats-Unis !! Suède et Suisse notamment. A suivre si l'existence d'un long plateau de cas n'est pas un précurseur d'une reprise des contamination, avant de voir les décès monter et conclure à une deuxième vague. En asie, la Chine récupère une situation normale, mais la Corée du Sud ne s'en sort pas...

- (3 juillet 2020) Un truc vachement sympa ! Il fallait y penser... Bon weekend covid ! Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 4 juillet

- (4 juillet 2020) Difficultés pour obtenir les données de Fortaleza ! Le site a encore changé.

- (4 juillet 2020) L'infectiologue Karine Lacombe renonce à se rendre en Guyane pour son essai controversé sur le coronavirus. Lire l'article ici.

- (4 juillet 2020) Va-t-on injecter le virus aux volontaires qui testent les vaccins? Lire l'article ici.

- (4 juillet 2020) Rocco Siffredi va être jaloux :) !!! Lire l'article ici.

- (4 juillet 2020) La Catalogne reconfine 200,000 personnes. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 5 juillet

- (5 juillet 2020) La Catalogne et l'Australie reconfinent, record aux Etats-Unis... Le point sur la pandémie. Lire l'article ici.

- (5 juillet 2020) Sanofi : déception sur un potentiel médicament contre le coronavirus. Lire l'article ici.

- (5 juillet 2020) 239 experts avec 1 grande réclamation: le coronavirus est aéroporté. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (5 juillet 2020) Après la Catalogne, une autre région confine 70.000 personnes. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (5 juillet 2020) Lyon: Le coronavirus frappe l’un des nouveaux conseillers municipaux, tous les élus EELV vont être testés. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 6 juillet

- (6 juillet 2020) Seulement 1,3 % des habitants testés ont développé des anticorps.Voilà un résultat intéssant et étonnant. Cela voudrait donc dire que le taux de lélatilité est plus important que 0.7%, mais plutôt de l'ordre de 3%. A voir à l'usage. Lire l'article ici.

- (6 juillet 2020) Comment la 5G a accompagné la lutte contre le coronavirus en Chine. Lire l'article ici.

- (6 juillet 2020) Pandémies et forme de l'histoire humaine. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 7 juillet

- (7 juillet 2020) Ls Pays-Bas abattent des milliers de visons à cause de la COVID-19. Triste effet collatéral. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (7 juillet 2020) Des singes infectés par le coronavirus ont développé une immunité à court terme. Lire l'article ici.

- (7 juillet 2020) Un algorithme peut-il prédire les prochains évolutions de la pandémie? Très intéressant. A voir a posteriori ! Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (7 juillet 2020) Une suite de preprints (article soumis à publication mais non encore validé, donc à lire avec des réserves) plutôt pessimistes sur pleins de sujets : étude indienne sur l'influence de la température et l'humidite sur le facteur R0, efficacité du traitement par transfert de plasma sanguin, l'immunité croisée, la détermination statistique du facteur R0.. Bilan globalement bien sombre. Merci pour les liens !

- (7 juillet 2020) C'est officiel, le président J. Bolsonaro est attient de la COVID-19. L'arroseur arrosé ! Le problème, ce sont les milliers de vies en jeu. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 8 juillet

- (8 juillet 2020) Les vacances commencent mal pour quelques lyonnais. Il vaut mieux qu'elles finissent bien ! Lire l'article ici.

- (8 juillet 2020) En France, l'impressionnante surmortalité des personnes nées à l'étranger. Un sujet très important qui nécessaitera certainement des études nombreuses et approfondies. Beaucoup d'enseignements à tirer, et pas seulement pour la COVID-19. Lire l'article ici.

- (8 juillet 2020) 26 % de décès supplémentaires entre début mars et mi-avril 2020 : les communes denses sont les plus touchées. C'est ce que j'avais annoncé déjà mi-avril avec calculs à l'appui, et ce n'était pas une surprise ni une spécificité de la COVID-19 ! Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (8 juillet 2020) Une étude espagnole sur les anticorps montre que 5% de la population a été exposée au coronavirus. Selon les calculs, avec une létalité de 0.7%, on aurait 10% de la population qui aurait été en contact avec le virus, et si cette létalité est prise à 2.5%, seuls 3.5% de la population aurait été infectée pour reproduire dans les deux cas la dynamique observée des décès (voir les courbes de simulations). Toute la question est en fait quand l'étude a été menée : du 27 avril (lendemain du déconfinement) au 11 mai. En reprenant les courbes pendant cette période, on constate que les chiffres ont peu évolué, de l'ordre de 10% pour 0.7% de létalité. Pour retrouver 5%, il faudrait prendre une létalité de 1.4% ce qui est assez élevé. A suivre donc ! Lire l'article de presse ici et la publication ici. Merci pour le lien !

- (8 juillet 2020) COVID-19: une infection sur deux se produit avant l’apparition des symptômes. Lire l'article ici.

- (8 juillet 2020) L'impact de la COVID-19 sur l'activité économique internationale. Très instructif sur le monde ... d'Après !! Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (8 juillet 2020) L'impact de la COVID-19 sur l'activité économique française. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 9 juillet

- (9 juillet 2020) Salomon appelle à se préparer à une "deuxième vague" et à ne "pas relâcher les efforts". Lire l'article ici.

- (9 juillet 2020) Hallucinations, AVC, délire… Des problèmes cérébraux possibles, même dans des formes bénignes. Lire l'article ici.

- (9 juillet 2020) La courbe épidémique des cas confirmés est très à la hausse aux Etats-Unis, et on commence à voir des signes sur les décès.

Fermer


- Nouvelles du 10 juillet

- (10 juillet 2020) Une enquête minutieuse qui montre de manière époustouflante la contagiosité du SARS-CoV-2. Lire l'article ici.

- (10 juillet 2020) Pas même un moustique n'aurait pu sortir du laboratoire P4 de Wuhan en Chine ! Lire l'article ici.

- (10 juillet 2020) Coronavirus: que se passe-t-il en Mayenne, où les cas se multiplient? Lire l'article ici.

- (10 juillet 2020) Gare au relachement des gestes barrières. Le risque de seconde vague pourrait gacher l'été... Lire l'article ici.

- (10 juillet 2020) Recrudescence de cas de COVID-19 en Algérie. Lire l'article ici.

- (10 juillet 2020) Pas très rassurant: la transmission intra-utérine mère-enfant est maintenant avérée. Lire l'article ici.

- (10 juillet 2020) Le retour de traces de génome du SARS-CoV-2 dans les eaux usées de Paris est un indicateur précoce d'une reprise des contaminations. A suivre. Lire l'article ici.

- (10 juillet 2020) Une étude sur 17 millions de personnes identifie des facteurs de risque cruciaux pour les décès par coronavirus. Très intéressant. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (10 juillet 2020) Le R0 augmente aujourd'hui dans les trois états américains que je suis depuis quelques jours : Floride, Arizona, Californie. Ainsi qu'en Iran. Cela signifie que pour ce trois états et ce pays, le nombre de décès est en augmentation, puisque le proxy pour les calculs est le nombre journalier de décès. Comme les décès arrivent après les cas de contamination (environ une douzaine de jours), c'est bien le signe que, comme pour l'Iran, il ne s'agit pas d'un effet du nombre de tests, mais d'une reprise marquée de l'épidémie, une seconde vague comme je l'ai définie. Les prochains jours seront très instructifs. A noter que le nombre quotidien de décès au Brésil semble saturer autour de 1250 par jours. Il y a quelques semaines, le code prédisait bien cette saturation, plutôt vers 1400, et ce nombre a légèrement baissé, mais la dynamique observée est bien celle qui avait été prédite. J'avais donc annoncé que le Brésil devrait atteindre 100,000 décès vers le 25 juillet, et compte-tenu de la baisse des décès journaliers, on atteindra ce chiffre symbolique début août. Mais à quelques jours près, ce qui est inévitable vu les fluctuations des données, le code a fait des prédictions très correctes. Hélas...

- (10 juillet 2020) La France est prête pour le seconde vague dixit le ministre de la santé ! On vérifiera cela à l'usage... Lire l'article ici.

- (10 juillet 2020) La pandémie s'accélère sur le continent américain, et certains gouvernants sont contaminés ! Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 11 juillet

- (11 juillet 2020) Inflammation, état délirant : le Covid-19 semble lié à des dommages cérébraux sévères. Lire l'article ici.

- (11 juillet 2020) "Non, les Etats-Unis ne s'en sortent pas bien avec le virus": Anthony Fauci, expert du Covid-19, enfonce le gouvernement américain. Lire l'article ici.

- (11 juillet 2020) Pour Santé Publique France, "la circulation du virus tend à progresser" dans le pays. Lire l'article ici.

- (11 juillet 2020) Plus de 4 millions d'habitants de France métropolitaine déjà infectés. Cela représente 6.7% de la population française, et le code prédit 6.5% avec le taux de létalité le plus probable, 0.7%, déterminé à partir du Diamond-Princess ou du Shackleton. Un joli résultat qui souligne la pertinence de l'approche ! Lire l'article ici.

- (11 juillet 2020) Les Français ne se font pas assez tester, à qui la faute ? Lire l'article ici.

- (11 juillet 2020) Vaccin contre le Covid-19: où en est la recherche? Lire l'article ici.

- (11 juillet 2020) Coronavirus: la France passe la barre des 30.000 morts. Cela faiait longtemps que l'onsavait avec le code que ce chiffre allait être atteint... Depuis plus de 40 jours, au moins ! Lire l'article ici.

- (11 juillet 2020) Bilan des simulations : on voit nettement repartir les décès pour la Floride, la Californie et les Etats-Unis, ainsi que l'Iran, donc le RO que je calcule sur cette base augmente (même après moyenne glissante sur 5 jours). C'est signe que la situation se dégrade et évolue dans le temps défavorablement. Ce n'est pas une surprise. Trump a tort quand il prend pour prétexte le nombre de tests. Celui-ci n'augmente plus, mais le nombre de cas positifs si ! On constate un peu partout une reprise des cas, plus ou moins forte selon les pays en Europe. La Chine a jugulé la crise à Beijing, mais la Corée du Sud ne s'en sort pas. Quant au trio Brésil, Mexique, Inde, c'est toujours dramatique. Au Brésil, le nombre de décès par jour plafonne à 1200 environ. Au Mexique il augmente et va bientôt atteindre 1000 ! La situation est moins grave en Inde, même si le nombre de personnes concernées est plus élevé, vu la taille de la population. Epargnée partiellement par la pyramide des âges.

- (11 juillet 2020) IMPORTANT : nette stabilisation du nombre de décès en France qui baissait régulièrement et maintenant ne descend plus ! Cela arrive environ deux semaines après la stabilisation puis l'augmentation progressive du nombre d'infections, comme pour d'autres pays (la Suisse, la Suède, ...) . Cela ne change pas encore le R0, car le nombre de décès en jeu reste faible (25-35), mais si celui-ci augmente franchement et durablement, on pourra alors parler de l'arrivée d'une seconde vague selon les critères définis quelques jours auparavant ! A noter que le nombre actuel de décès journalier est 5 fois supérieur à la dynamique observée pendant 8 semaines !! On devrait avoir 5-7 décès par jour et c'est loin d'être le cas puisqu'on tourne autour de 25 à 35 selon les jours. La situation est donc très sérieuse, même si les médias restent discrets sur la question du nombre quotidien de décès. Il faut appliquer les gestes de distanciation sociale, sinon des confinements locaux plus ou moins importants seront inévitables pour éviter un emballemnt de la situation. Cela gâcherait les vacances... Je donne à titre comparatif la situaton en Floride et en Iran.


Fermer
- Nouvelles du 12 juillet

- (12 juillet 2020) C'est le week-end du 14 juillet et la COVID-19 ne contamine plus en France pendant 4 jours ! Donc plus de statistiques. Les pays du monde entier suivent cela au quotidien, mais on a les RTT !!... Bon week-end à tous !

- (12 juillet 2020) Vacances d’été : voici le plan de reconfinement du gouvernement. Lire l'article ici.

- (12 juillet 2020) « La tentation est grande et compréhensible d'oublier le virus, de profiter de l'été », alertent des médecins. Lire l'article ici.

- (12 juillet 2020) Une lueur d'espoir ? On peut l'espérer, mais cela semble du beau travail. Lire l'article ici.

- (12 juillet 2020) Les résultats de recherche Google révèlent les foyers de Covid-19 plus rapidement que les statistiques officielles. Impossible de faire cela en France. Lire l'article ici.

- (12 juillet 2020) Coronavirus : ce que les scientifiques ont appris sur l'immunité et ce qu'ils cherchent toujours à comprendre. Lire l'article ici.

- (12 juillet 2020) Nice: inquiétudes après un concert du DJ The Avener organisé avec 5000 personnes. On verra l'impact dans les prochains jours ! Ce fut le cas pour le rassemblement organisé par Trump... Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 13 juillet

- (13 juillet 2020) Toujours aucune nouvelle donnée concernant la France. Il faudra certainement attendre mercredi soir.

- (13 juillet 2020) A 30 ans, il décède du coronavirus après avoir participé à une «soirée Covid». L'exemple même de la bêtise la plus pure... C'est cher payé. Lire l'article ici.

- (13 juillet 2020) Un vaccin 100 % efficace en 2021 ? « Peu probable », estime un épidémiologiste. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 14 juillet

- (14 juillet 2020) Alors que je rentrais de Lyon, un ancien collègue m'envoie un lien explosif d'un article de France-Soir ! L'hydroxychloroquine + azythromycine, ça marche, c'est irréfutable !! Incroyable, et c'est prouvé par A+B, en Suisse, le pays de la rigueur légendaire. Sous le choc, je regarde avec attention les résultats, et effectivement, je constate un surcroit de décès dans une période allant du 8 juin au 23 juin, soit, avec douze jours de décalage environ par rapport à la période pendant laquelle la HXQ + AZT aurait été interdite, suite à la très controversée (puis retirée) publication dans la revue The Lancet (voir figure ci-dessous). La létalité a donc bondi en moyenne de 400% pendant cette période, passant de 2.5% à peine, à 10% environ. Bigre ! En fait, c'est le début d'une très jolie histoire ! Comme les sources sont identiques entre la publication de France-Soir et mon travail, j'effectue des calculs très proches, mais à partir de la létalité quotidienne classique comme étant le rapport entre le nombre quotiden de nouveaux décès et celui de nouveaux cas d'infection. Ce chiffre est donné quotidiennement sur le site dans les analyses statistiques pour tous les pays suivis. Initialement, je m'attends donc à observer le créneau de surlétatalité entre le 9 et le 23 juin, mais en fait, ce sont deux pics de décès espacés de 7 jours et un niveau de cas de contamination à peu près constant pendant cette période. Quid alors du créneau ? En fait, comme annoncé dans France-Soir, les données ont été lissées sur 7 jours, et dans ce cas les deux pics se transforment en créneau comme annoncé. Effet du lissage donc. Mais un truc me chiffonne, les oscillations rapides dans le créneau, que je n'observe pas avec ma méthode. Comment cela peut être possible ? France-Soir offrant la possibilité d'être contacté par les internautes à propos d'une publication, j'écris le soir même en alertant de ce souci. Le 15 juillet, réponse et échanges téléphoniques dès le matin permettent de clarifier grandement la situation et de constater que le paramètre choisi par France-Soir est différent, étant le rapport entre les nouveaux décès quotidiens et la somme des nouveaux décès quotidiens et des personnes guéries ! Je retrouve alors les résultats annoncés, tous, tant quantitativement que qualitativement (voir figure). Donc il n'y a pas de loup derrière les résultats, et c'est une très bonne nouvelle. Au passage, je fais la connaissance d'une personne très ouverte aux échanges, transparentes quant aux méthodes de calcul, hyper-pointue sur les questions de statistiques, pour tout dire quelqu'un de vraiment plaisant. Elle m'alerte alors sur le fait qu'il existe trois bases de données et non pas deux comme je le croyais pour la Suisse : celle fournie par l'Université John Hopkins (avec les deux pics cités pour les décès dans la période étudiée) que l'on peut obtenir par github, ce que je fais quotidiennement, mais aussi la base téléchargée depuis le site corona-data.ch, que j'utilise pour les personnes en soins intensifs uniquement d'habitude, et enfin, nouveau pour moi, la base de l'Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP). Le hic dans tout cela, c'est que le nombre de décès au 14 juillet est de 1968 pour les deux premières, et 1688 pour la troisième... Où sont passés les personnes décédées ? 15% de différence, ce n'est pas négligeable ! Mais, au-delà de ce problème considérable de comptage, les bases de corona-data.ch et de l'OFSP ne présentent pas de pics de décès entre les 9 et 23 juin !!! Qui croire alors ? Pour l'instant, c'est le mystère. Une chose est certaine, même en Suisse, les bases de données ne semblent pas très fiables dans le détail. A titre indicatif, pour les personnes en soins intensifs, il est fréquent que je sois obligé de reprendre toute la série temporelle sur un mois, car tous les chiffres ont été changés brutalement. Cela ne modifie certes pas la tendance générale, mais c'est assez désagréable. L'arrière-boutique des calculs. Pour revenir à ce qui est annoncé dans France-Soir, je peux donc attester la bonne foi des auteurs, de leur rigueur méthodologique. Peut-on néamoins en conclure que l'interdiction de l'HXQ + AZT est la cause de cette sur-létalité différée ? Il n'y a pas de réponse simple pour moi. L'incertitude relative sur les données moyennées sur 7 jours est telle que la variation relative de la létalité ou du paramètre défini par France-Soir n'est peut-être pas significative. Il semble comme indiqué par France-Soir que l'on retrouve cet effet pour la France et même d'autres pays. Ce serait très intéressant de vérifier cela dans les jours qui viennent. En tous cas, l'info de France-Soir n'a rien d'une fake-news, mais relève bien au contraire d'une approche très pointue et pertinente. Bravo, il fallait le faire et en avoir l'idée ! Au-delà du résultat lui-même, cela démontre en tous cas que les échanges entre personnes effectuant des calculs sont très fructueux quand il y a de la transparence et de l'honnêteté de part et d'autre, et cela contribue à améliorer la compréhension générale de la COVID-19. Mais qui en aurait douté !!? (l'intervalle de temps étudié est compris entre les jours 107 et 120 matérilisés par deux traits de couleur mauve.)

- (14 juillet 2020) Rave parties et COVID-19 ! Super expérience live de contamination... Sérieusement, il y en a qui planent pour de bon. Lire l'article ici.

- (14 juillet 2020) Coronavirus: une nouvelle étude estime que l'immunité disparaît après quelques mois. Lire l'article ici.

- (14 juillet 2020) Pourquoi la question du masque obligatoire se pose dans les lieux clos? Lire l'article ici.

- (14 juillet 2020) Inquiétudes à Marseille, où le nombre de cas double toutes les 48h. Cela signifie un R0 supérieur à 3 ! Lire l'article ici.

- (14 juillet 2020) Espagne, Maroc, Philippines... Des reconfinements ciblés partout dans le monde. Lire l'article ici.

- (14 juillet 2020) l'OMS s'alarme car trop de pays "prennent la mauvaise direction". Lire l'article ici.

- (14 juillet 2020) Coronavirus: restaurants et cinémas de nouveau fermés dans toute la Californie. Et pourtant, ce n'est pas le pire état... Lire l'article ici.

- (14 juillet 2020) Étude de Statistique Canada: les Québécois moins enclins à porter le masque. Lire l'article ici.

- (14 juillet 2020) La Californie dépasse les 7,000 morts et reconfine de nombreux commerces. Lire l'article ici.

- (14 juillet 2020) Covid-19 et biais d'ancrage : quand notre cerveau nous empêche de prendre la mesure du risque. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 15 juillet

- (15 juillet 2020) Pourquoi la question du masque obligatoire se pose dans les lieux clos? Lire l'article ici.

- (15 juillet 2020) Pourquoi attendre le 1er août pour mettre en place le port du masque obligatoire? Lire l'article ici.

- (15 juillet 2020) Macron annonce le masque obligatoire dans les lieux clos à partir du 1er août. Lire l'article ici. Les anglais s'y mettent aussi, mais à partirdu 24 juillet. Pour une fois, ilsne perdent pas de temps. D'autant qu'il reste toujours de nombreux cas chez eux. Cliquez ici pour plus de détails.

- (15 juillet 2020) Cette info avait déjà été annoncée, mais les choses se précisent sur la contamination intra-utérine. Lire l'article ici.

- (15 juillet 2020) L'impact du SARS-CoV-2 sur les vaisseaux sanguins semble être le problème central de la COVID-19. Lire l'article très pédagogique sur le sujet en cliquant ici.

- (15 juillet 2020) Les données françaises sont toujours très partielles pour le 14 juillet, donc les simulations sont à prendre avec des pincettes...

Fermer


- Nouvelles du 16 juillet

- (16 juillet 2020) Le COVID-19, maladie à double détente. Lire l'article ici.

- (16 juillet 2020) COVID-19 : pourquoi zéro mort au Vietnam ?. Lire l'article ici.

- (16 juillet 2020) COVID-19: reconfinements et masques obligatoires progressent dans le monde. Lire l'article ici.

- (16 juillet 2020) Le vaccin de Moderna entrera dans la dernière phase de son essai clinique le 27 juillet . Lire l'article ici.

- (16 juillet 2020) Caracas et l'Etat de Miranda placés en confinement strict au Venezuela. Lire l'article ici.

- (16 juillet 2020) Coronavirus : Nouveaux cas de Covid-19, le seuil d’alerte dépassé en Mayenne. Lire l'article ici.

- (16 juillet 2020) Quels sont les « lieux publics clos » où les masques risquent de devenir obligatoires ? Lire l'article ici.

- (16 juillet 2020) Coronavirus à Marseille : « Coup de com' » ou « sonnette d’alarme » avec le « doublement de nouveaux cas » ? Lire l'article ici.

- (16 juillet 2020) Des décennies de recherche sur un vaccin contre le VIH renforcent la demande d'un vaccin contre le coronavirus. Lire l'article ici. Merci pour l'article !

Fermer


- Nouvelles du 17 juillet

- (17 juillet 2020) Les "Covid-parties" aux Etats-Unis, véritable phénomène ou légende urbaine? Lire l'article ici.

- (17 juillet 2020) Coronavirus: Nouvelle-Aquitaine, Mayenne, Marseille... Ces zones qui inquiètent les autorités sanitaires. Lire l'article ici.

- (17 juillet 2020) Les espions se font la chasse pour le vaccin de la COVID-19... Au secours James, ils sont devenus fous !! Lire l'article ici.

- (17 juillet 2020) Une vraie question de fond pour que la population adhère à l'usage du masque. Le nombre de clowns à roulettes qui clament sur les réseaux sociaux que le masque ne sert à rien est consternant. Lire l'article ici.

- (17 juillet 2020) Le Nord de la France est de nouveau très touché. C'est que l'on trouve le plus grand nombre de clusters. Lire l'article ici.

- (17 juillet 2020) Le masque obligatoire en France pour les lieux fermés: c'est pour très bientôt. Lire l'article ici.

- (17 juillet 2020) L'épidémie repart à la hausse en Bretagne. Lire l'article ici.

- (17 juillet 2020) Tour d'horizon international de la COVID-19. Lire l'article ici.

- (17 juillet 2020) La dernière ligne droite pour le vaccin de la startup Moderna. Croisons les doigts pour que cela marche, car la méthode de l'ARN messager n'a jamais été un succès... Lire l'article ici.

- (17 juillet 2020) Le risque de Covid-19 ne dépend pas (beaucoup) du type de sang, selon de nouvelles études. Dommage... Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (17 juillet 2020) Les inconvénients du masque !! Bonne journée à tous !

- (17 juillet 2020) Un autre vaccin prometteur développé à l'Université d'Oxford en Grande-Bretagne. Lire l'article ici. Les russes leur côté poursuivent leurs recherches sur un vaccin à très grande vitesse aussi. Lire l'article en cliquant ici.

- (17 juillet 2020) Le 14 juillet dernier, j'avais un échange avec l'équipe de France-Soir qui avait sorti un article sur la "preuve irréfutable" que le couple hydroxychloroquine + Azythromycine "marchait" en Suisse et peut-être dans d'autres pays, en d'autres termes réduisait la létalité. En fait, il s'agissait de la peuve par l'inverse, sans HXQ+AZT, les décès augmentent. Au-delà de ce résultat que je discute le 14/07 (voir plus haut), ce fut l'occasion de découvrir de multiples problèmes de cohérence dans les données suisses. Hier, j'ai été contacté par Thibault, qui a eu la gentillesse d'apporter de l'eau très utile au moulin de ce problème, en me transmettant un lien qui explique la raison du pic de décès du 9 juin, qui est bien visible sur la figure ci-dessous (base JHU). On imagine volontiers que la raison est la même pour le pic du 15 juin. Thibault m'a transmis également un autre lien tiré du compte Twitter de l'OFSP (Office Fédéral de la Santé Publique Suisse), permettant de comprendre la répartition temporelle des 12 morts annoncés le 9 juin. Sur le graphique de droite de ce tweet, on voit en orange quand sont survenues ces 12 morts, et une seul décès est arrivé en juin (il faut zoomer pour voir les zones orange) ! Comme je l'indique pour les personnes en soins intensifs obtenus depuis l'autre base corona-data.ch, les problèmes des reports de données sont courant, et reflètent la difficulté de collecte et de centralisation. Ce n'est pas propre à la Suisse. Cela concerne aussi Worldometers/JHU pour certains pays (au passage il semblerait que Worldometer soit la source de JHU pour les pays concernés... bizarre !). La France, par exemple, enregistre un nombre de décès négatifs le 19 mai (-217 décès), ce qui tend à montrer que les dates des morts sont mal reportées. La périodicité selon le jour de la semaine est également très instructive sur le report des chiffres par l'administration et là, chacun, depuis ce site, peut en prendre conscience avec la courbe de corrélation croisée que je calcule quotidiennement. Pour certains pays, c'est une courbe en cloche (Italie), forme normale, et pour d'autres comme la Suède, c'est une courbe oscillante. Evidemment, faire des simulations dans les conditions de la Suède est bien plus difficile, car les données sont entachées d'une erreur "administrative" de diffusion, et sans surprise, le R2 entre modèle et données observées est bien moins bon. Mais on peut trouver pire ! Et la Suisse est un bon exemple, avec le nombre cumulé de décès. Les bases JHU, corona-data.ch donnent le nombre de 1968 au 14 juillet, tandis que sur celle de l'OFSP, c'est 1680... pour le même jour ! 288 décès mystérieusement disparus. Une hypothèse (non vérifiée) proposée par Thibault est que les morts remontaient au départ par canton, ce qui peut expliquer les doublons (habitant d'un canton mort dans un autre). Dans tous les cas, le plus important pour les simulations est que la méthodologie de comptage ne change pas en cours de route. Sinon, la base est corrompue en quelque sorte, et peut devenir inexploitable. Bref, tout cela pour dire qu'il faut toujours regarder avec une infinie précaution les données avant d'en tirer des déductions hâtives, car on peut prendre facilement des vessies pour des lanternes. De ce point de vue, tout cela conforte mon approche d'avoir utilisé les décès comme proxy de l'épidémie (un mort est un mort, pas besoin de mille définitions !) et non les cas certifiés d'infection, qui ont fait l'objet d'une politique parfois à géométrie variable pour un même pays. Je tiens à remercier Thibault pour ses infos et analyses, ainsi que les échanges ouverts avec lui !


Fermer
- Nouvelles du 18 juillet

- (18 juillet 2020) Le gouvernement catalan appelle les Barcelonais à "rester chez eux". Lire l'article ici.

- (18 juillet 2020) Coronavirus en France: 51 nouveaux clusters en une semaine, 386 au total. Lire l'article ici.

- (18 juillet 2020) Les signaux faibles d'une reprise épidémique en Ile-de-France. Lire l'article ici.

- (18 juillet 2020) L'épidémie semble atteindre un plateau au Brésil. C'était prévu par le code depuis plus d'un mois, mais ce plateau va être long et haut. Actuellement, on est autour de 1300 décès par jour. Peut-on y voir une raison d'être optimiste ? Pour moi pas vraiment, car les racines du processus épidémique dans ce pays sont le laisser-aller. Donc c'est l'évolution naturelle qui prévaut avec au moins 200,000 décès à la clé en fin de course. Lire l'article ici.

- (18 juillet 2020) La reprise de l'épidémie est très nette un peu partout dans le monde. En Chine, nouvelle hausse des cas de contaminations, qui restent en Corée du Sud à un niveau qu'ils n'arrivent pas à faire baisser depuis six semaines au moins. En Suisse, le nombre de personnes en soins intensifs repart à la hausse nettement, prélude à de nouveaux décès. Et ainsi de suite. La France n'est pas prémunie. On constate que malgré l'été, les chaleurs et la sécheresse de l'air, le virus peut circuler très activement. La théorie de la saisonnalité a fait long feu. La contagiosité élévée du virus est sa force. Seul les gestes barrière sont les vrais barrage à sa propagation, en attendant un hypothétique vaccin ou coktail de médicaments.

Fermer


- Nouvelles du 19 juillet

- (19 juillet 2020) Depuis quelques semaines, des signaux faibles au début, et de moins en moins progressivement ont émergé, faisant craindre l'arrivée d'une seconde vague. Le premier pays à ouvrir le bal fut l'Iran, avec une reprise spectaculaire des cas de contaminations, suivie environ trente jours plus tard de la reprise marquée des décès. Avec l'adjonction récente des état du Sud américains, l'Arizona, la Floride notamment, on a assité à un cas d'école de la reprise très forte des contaminations. Une fois de plus, après trente jours environ, les décès sont repartis eux aussi à la hausse. Partout en Europe, des signes encore faibles mais notables d'une circulation accrue du virus sont visibles, comme en France, avec un arrêt de la baisse des décès qui suivait une loi dont les paramètres sont restés inchangés pendant trois mois ou presque, et une croissance forte des cas de contamination en Suisse, alors que le pays avait géré de façon exemplaire l'épidémie jusque là. Les cas en soins intensifs remontent nettement. Dans ce contexte, j'ai décidé de décrire cette vague qui approche (et qui est arrivée en Iran selon la définition que celle-ci est avérée lorsque la courbe des décès présente un minimum, celle-ci servant de proxy pour l'épidémie, comme je l'ai expliqué quelques jours plus tôt). Je vais donc temporairement stopper certaines simulations, pour intégrer cette nouveauté qui avait été prévue dans le modèle, et je donne quelques exemples ci-dessous de nouvelles simulations. Il reste pas mal de travail à faire dans les prochains jours. Avec la prise en compte de cette nouvelle situation, on revient un peu en arrière pour la capacité de prédiction, tant qu'on n'aura pas passé le second pic épidémique. Les chiffres pourront donc paraître élevés pour l'instant, et c'est normal, car l'avenir est de nouveau inconnu. Le point le plus intéressant actuellement est que cette seconde vague a permis de caler bien mieux le point zéro de l'épidémie, sachant que le temps de létalité qui est observé, au sens statistique du terme est de 30 jours. Pour guérir, je prends toujours une douzaine de jours. Avec ce chiffre qui était mal connu auparavant, on se rend compte qu'avec une létalité moyenne de 0.7% déduite des épidémies dans les paquebots, celle-ci a démarré vers le 7 décembre en Chine notamment, ce ui cohérent avec diverses études. On constate ainsi que le puzzle de la COVID-19 est peu à peu résolu avec cohérence, ce qui est satisfaisant. Bien évidemment, le R0 remonte, parfois fortement, et tourne en moyenne autour de 1. Il est plus bas pour la France que certaines régions, mais c'est normal, puisque je fais une moyenne globale. Pour une cohérence générale, tous les pays seront désormais analysés avec la même létalité de 0.7%.

- (19 juillet 2020) Une belle démonstration de l'efficacité des masques pour limiter la propagation du virus. Lire l'article ici.

- (19 juillet 2020) La longue liste des soucis de santé, une fois "guéri" de la COVID-19. Hélas, les problèmes sérieux semblent perdurer. Lire l'article ici.

- (19 juillet 2020) La situation épidémque en Auvergne et Rhône-Alpes. Lire l'article ici.

- (19 juillet 2020) La situation épidémique à Lyon. Lire l'article ici.

- (19 juillet 2020) Des comportements pas très sérieux... Lire l'article ici.

- (19 juillet 2020) La situation à Sao Paulo au Brésil, qui représente un tiers des cas de ce pays, vu la densité et la taille exceptionnelle de la ville. C'tait prévu que dans ce cas la situation soit grave. Elle l'est... On constate bien la périodicité de la délivrance des informations, que l'on retrouve dans les fonctions de corrélation croisée. Merci pour les données !

- (19 juillet 2020) Les masques et les geste de distanciation ne suffisront pas. Il faut protéger les plus vulnérables. Le cri d'alerte des jeunes médecins. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 21 juillet

- (21 juillet 2020) Taux de reproduction de l'épidémie : 9 régions sont repassées au-dessus de 1. Lire l'article ici.

- (21 juillet 2020) Un médicament réduirait de 79% le risque de développer une forme sévère du Covid-19. Lire l'article ici.

- (21 juillet 2020) Réponse immunitaire cellulaire spécifique contre le coronavirus SARS-CoV-2 : des résultats encourageants, d’autres intrigants. Un article particulièrement intéressant. Lire l'article ici.

- (21 juillet 2020) Deux projets de vaccins "produisent une réponse immunitaire. Lire l'article ici et ici.

- (21 juillet 2020) Qui sont les Français réfractaires au port du masque obligatoire? Lire l'article ici.

- (21 juillet 2020) Les chiffres de la COVID-19 en France suscite de l'inquiétude. Lire l'article ici.

- (21 juillet 2020) L'OMS inquiète de la diffusion du coronavirus en Afrique, alors qu'il n'y a que 15000 décès en six mois pourtout le continent qui ne pratique que peu les gestes barrières. L'Afrique est peu sensible à la COVID-19 grâce à sa pyramide des âges. Les gens seront contaminés, mais peu seront très malades. A noter que dans l'article, l'OMS évoque l'Océanie qui est encore moins touchée ! Exactement la courbe que j'ai calculée (voir analyse statistiques). Là encore, pyramide des âges. Lire l'article ici.

- (21 juillet 2020) A Marseille, les files d'attente s'allongent pour se faire dépister. Mais les cas de contamination augemntent nettement. Se faire tester c'est bien, suite les recommandations, c'est mieux ! Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 22 juillet

- (22 juillet 2020) Données instructives sur la mortalité en réanimation. Les chiffres annoncés sont voisins ceux que je trouve pour la France notamment. Lire l'article ici.

- (22 juillet 2020) Le président du conseil scientifique craint une deuxième vague à l'automne. Lire l'article ici.

- (22 juillet 2020) Si un vaccin contre la COVID-19 est disponible en 2021, cela relèvera de l'exploit. Lire l'article ici.

- (22 juillet 2020) De premiers signes « encourageants » après le dépistage de 8.700 personnes en Mayenne. Lire l'article ici.

- (22 juillet 2020) Coronavirus : La Chine exige un test négatif pour toute nouvelle arrivée sur son territoire. Ils ont raison ! Lire l'article ici.

- (22 juillet 2020) De plus en plus de clusters identifiés ces derniers jours dans la région Nouvelle-Aquitaine. Lire l'article ici.

- (22 juillet 2020) Un déficit immunologique expliquerai les cas graves de COVID-19. Lire l'article ici.

- (22 juillet 2020) Le nombre de personnes ayant été infectées serait bien plus important que prévu aux Etats-Unis. cela rejoint les chiffres donnés par les calculs. Lire l'article ici.

- (22 juillet 2020) Les cas d'infection remontent très fortement aux Pays-Bas. Peut-être la remontée la plus forte observée jusqu'à présent par i les pays étudiés. La situation se dégrade aussi dans de nombreux pays, et 30 jours après le virage dans la dynamique épidémique sur le nombre journalier d'infection, on constate la reprise des décès et du nombre de personnes en soins intensifs. La pente est moins forte qu'en février-mars, mais elle est notable d'un relachement des précautions qui s'est généralisé. A suivre donc.

Fermer


- Nouvelles du 23 juillet

- (23 juillet 2020) La situation sanitaire en France. Lire l'article ici.

- (23 juillet 2020) Une série de deux articles remarquables sur l'épidémie et la situation générale à paryir d'une analyse ojective des calculs. Les résultats présentés ici sont totalement en accord. Lire les articles ici et ici.

- (23 juillet 2020) Une nouveau symptome de la COVID-19... pas gai... Lire l'article ici.

- (23 juillet 2020) Le coronavirus dans l'air expiré est sans doute infectieux, selon des chercheurs. Lire l'article ici.

- (23 juillet 2020) Les élites russes auraient déjà été vaccinées ! Lire l'article ici.

- (23 juillet 2020) Comment Paris traque le SARS-CoV-2 dans les eaux usées. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 24 juillet

- (24 juillet 2020) Des changements sur le site sont à venir dès aujourd'hui pour les simulations. Après avoir incorporé de manière systématique de chainage des fonctions de distancation afin de décrire les multiples redémarrages de l'épidémie un peu partout dans le monde, les courbes ont reçu de nombreux lifting. Cela permet d'avoir sur chaque courbe les infos les plus importantes et pertinentes. Par ailleurs, les évolutions simulées des quantitiés au cours du temps vont être reprises avec ce changement, et il faudra compter une semaine avant de les avoir disponibles. Ces dernières ne seront désormais mises à jour que toutes les semaines, car la situation devient assez changeante, et on ne peut anticiper le futur !

- (24 juillet 2020) Coronavirus: plus de 1000 nouveaux cas détectés en 24 heures en France. Lire l'article ici.

- (24 juillet 2020) États-Unis: 4 millions de Covid-19 recensés, mais l'épidémie faiblit dans certains foyers. Lire l'article ici.

- (24 juillet 2020) Covid-19: pourquoi il ne faut pas miser sur une saisonnalité du virus. Lire l'article ici.

- (24 juillet 2020) 25 millions de personnes auraient été contaminées par le SARS-CoV-2 selon le premier ministre Rohani... Je ne sais pas d'où il tire ces chiffres, mais c'est n'importe quoi ! On tourne autour de 3.5 millions d'infections estimées pour dix fois moins mesurées. Lire l'article ici.

- (24 juillet 2020) Deux publications techniques sur le SARS-CoV-2 : l'une comme ce dernier pirate le système immunitaire inné et la seconde pourquoi les personnes qui ont un problème de réponse immunitaire développent des formes grave :. Lire les articles ici et ici. Merci pour les liens !

- (24 juillet 2020) Et si Trump obligeait tout le monde à porter des masques? Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (24 juillet 2020) Suite de l'analyse faite par France-Soir sur un possible effet de l'hydroxychloroquine et de l'azythomycine. Les premiers calculs avaient concerné la Suisse avec une faiblesse marquée de la base de données. La nouvelle étude a été étendue à de très nombreux pays, et 53 d'entre eux présenteraient une anomalie 15 j après l'arrêt recommandé de ce traitement par l'OMS. La méthode est correcte, mais les bases de données, lorsque le nouveau de décès est très bas, ne sont pas très précises... De plus, le critère nrCFR est naturellement entaché d'une incertitude élevé. Dans ce contexte, les résultats annoncés me laisse perplexe. Lire l'article ici.

- (24 juillet 2020) . Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 25 juillet

- (25 juillet 2020) Les fumeurs finalement plus à risque de contracter une forme grave de la maladie. Lire l'article ici.

- (25 juillet 2020) La question de l'immunité face au virus SARS-CoV-2. Lire l'article ici.

- (25 juillet 2020) La liste des symptômes de la COVID-19. Bon à savoir ! Lire l'article ici.

- (25 juillet 2020) Saisonnalité de la transmission du SARS-CoV-2. Lire l'article ici.

- (25 juillet 2020) La situation devient inquiétante au Liban où l'épidémie repart vite et les décès commencent à monter.

- (25 juillet 2020) La Corée du Sud a du mal à se dépétrer avec sa méthode "miracle". Depuis des semaines, elle traine entre 50 et 70 cas par jour, et là elle vient de franchir les 100 cas d'infection par jour. Lire l'article ici.

- (25 juillet 2020) L'épidémie reprend de l'ampleur au Japon, et le pays se ferme comme une huitre... Lire l'article ici.

- (25 juillet 2020) . Lire l'article ici.

- (25 juillet 2020) Les sympômes de la COVID-19 qui trainent en longueur. Cette maladie est vraiment une saleté. Lire l'article ici.

- (25 juillet 2020) La carte de France des régions à risque... Elle s'allume en rouge presque de partout désormais. Mi-août, si rien n'évolue favorablement, la situation va se compliquer. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 26 juillet

- (26 juillet 2020) Le plan du gouvernement si une seconde vague arrivait en France. Lire l'article ici.

- (26 juillet 2020) La visière portée seule est-elle efficace pour se protéger du SARS-CoV-2 ? Lire l'article ici.

- (26 juillet 2020) Pour les français, le risque de reconfinement est très élevé. Lire l'article ici.

- (26 juillet 2020) Il y a six type de COVID-19. Lire l'article ici.

- (26 juillet 2020)
Fermer


- Nouvelles du 27 juillet

- (27 juillet 2020) Suite à un travail approfondi sur la dynamique de la COVID-19 concernant le paquebot de croisière Diamond-Princess, les calculs sont momentanément suspendus. La bonne nouvelle est que le CFR moyen (taux de létalité) obtenu à partir de la dynamique temporelle des décès et des infections sur le Diamond-Princess a pu être rattachée avec précision à un travail de Russell et al. publié le 26 mars 2020, Euro Surveill. 2020;25(12):pii=2000256. De cette analyse, il est très probable que le résultat dans ce papier surestime le CFR d'un facteur proche de 3, mais il donne avec précision la dépendence relative avec l'âge de la létalité ce qui est essentiel. Grâce aux résultats à partir de la pyramide des âges sur le bateau (qu'il a fallu aussi reconstituer), il a été possible de calculer le CFR moyen pour chaque pays dans le monde. Cela change quelques chiffres, notamment le niveau d'immunité collective qui est environ deux fois plus élevés que celui calculé auparavant, mais reste très loin de l'immunité de groupe (1-1/R0). Ce travail était indispensable et avait été mené partiellement début mars, à une époque où beaucoup de données manquaient. On était dependant très proche des bons paramètres, ce qui est rassurant. Mais les calculs menés permettent désormais de bien comprendre certains résultats, notamment, les écarts très importants de l'immunité collective entre certaines villes et les pays. Le virus SARS-CoV-2 dévoile peu à peu ses secrets !

- (27 juillet 2020) La perte de l'odorat avec la COVID-19 expliquée. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 28 juillet

- (28 juillet 2020) Coronavirus: un vaccin américain donne des résultats prometteurs chez les singes. Lire l'article ici.

- (28 juillet 2020) Coronavirus en Mayenne: près de 1000 cas et de nouveaux clusters identifiés. Lire l'article ici.

- (28 juillet 2020) Les Pr. Raoult et Peronne sont-ils médecins ou professeurs des universités ? Question juridique délicate sur la libre expression. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 29 juillet

- (29 juillet 2020) Alors que j'ai approfondi ces derniers jours le cas du Diamond-Princess (voir actu 27 juillet), cet article tombe à point. Lire celui-ci ici.

- (29 juillet 2020) Un vaccin contre la COVID-19 aura forcément des effets secondaires. Il vaut mieux être prévenu pour faire la balance entre les avantages et inconvénients. Lire l'article ici.

- (29 juillet 2020) Les fondemenents moléculaires des formes graves de la COVID-19. Article scientifique très sérieux qui montre l'importance du système de défense immunitaire inné, et du rôle d'un récepteur précis TLR7 pour faire la première barrière au virus. Les chercheurs se sont intéressés aux cas graves de jeunes personnes dont le frère avait aussi une forme très grave de la maladie. Les origines génétiques sont très claires. Heureusement ces mutations génétiques sont très rares, mais elles portent des indices précieux sur les approches thérapeutiques. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (29 juillet 2020) Un modèle SEIR de reconstruction de la dynamique épidémique à Wuhan. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (29 juillet 2020) L'Allemagne commence à s'inquiéter d'un regain des contaminations. Cela fait plusieurs semaines que l'on observait cette tendance qui a même été modélisée (voir ci-dessous). Le nombre journalier de décès ne devrait plus descendre mais lentement repartir à la hausse. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (29 juillet 2020) 57% de la population des bidonvilles a été en contact avec le virus ! Mesures statistiques ! Les bidonvilles de Bombay ont donc atteint l'immunité collective selon mes calculs, comme sur les bateaux ou à Bergame. Fantastique résultat qui confirme totalement mon approche à partir de l'analyse du Diamond-Princess. Et le mieux est que les autorités sont surprises par le faible nombre de décès : le taux de létalité en Inde étant bas (0.14%) avec la pyramide des âges, ce n'est pas une surprise ! Elle est même peut-être encore plus basse que cela dans les bidonvilles, vu la jeunesse de la population. Un rapide calcul qui a du sens maintenant que l'immunité collective est atteinte : 20,000,000 (habitant Bombay) x 0.4 (fraction bidonville) x 0.0014 (CFR de l'Inde) x 0.58 (immunité collective) = 6,384 décès calculés pour 6,000 annoncés. Le CFR (taux de létalité) de la COVID-19 est bas (0.33% en France) et c'est la pyramide des âges qui veut cela. C'est pour cela qu'en Afrique, il y a très peu de décès, contrairement aux craintes de l'OMS. La bonne nouvelle est que l'épidémie va s'éteindre à Bombay, toute seule ! En France, le nombre maximum de décès que l'on peut attendre est 70,000,000*0.58*0.0033 = 131,670 décès. On est déjà à plus de 30,000, ce qui veut dire que 25% de la population a vu le virus. Comme ce sont les villes à forte densité qui sont concernées, au jour d'aujourd'hui, c'est cet ordre de grandeur que l'on doit retrouver par des tests sérologiques dans les régions les plus touchées. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 30 juillet

- (30 juillet 2020) Avec les dernières estimations du taux de létalité (CFR) en fonction de la pyramide des âges, les calculs donnent que l'épidémie s'éteint à Fortaleza parce que l'immunité collective est presque atteinte. Selon les calculs, elle est atteinte lorsque le nombre de décès est de 2700, et ce nombre est dépassé (3600 décès). Mais ce qui est frappant est que le nombre de personnes décédées stagne à des valeurs très faibles, bien que le confinement n'ait pas été correctement suivi. Donc cela conforte l'analyse que le CFR est bas (0.19% pour le Brésil), et c'est une bonne nouvelle pour Fortaleza, qui n'aura pas de seconde vague. La vie va pouvoir reprendre. Evidemment, il reste un réservoir important de gens susceptibles aux alentours, car faible densité de population, mais les chances que cela flambe sont très faible.

- (30 juillet 2020) Le Brésil et les Etats-Unis franchissent des caps macabres. Lire l'article ici.

- (30 juillet 2020) La Chine face à une nouvelle recrudescence de cas d'infection. Lire l'article ici.

- (30 juillet 2020) Hypoxie silencieuse : quand le coronavirus appauvrit l'organisme en oxygène. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 31 juillet

- (31 juillet 2020)

- (31 juillet 2020) Covid-19: Santé Publique France alerte sur la hausse des principaux indicateurs en France. Lire l'article ici.

- (31 juillet 2020) La moitié des patients sous assistance respiratoire sont décédés en Allemagne. C'est un chiffre tragique mais qu'on retrouve. Lire l'article ici.

- (31 juillet 2020) L'immunité pré-existente ! Le serpent de mer. La moitié de la population la posséerait.En tout cas pas dans cette proportion à Fortaleza... et dans d'autres villes comme Bergame ou Bombay. Lire l'article ici ou ici. Merci pour ce dernier !

- (31 juillet 2020) . Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 1er août

- (1er août 2020) La situation se dégrade en France. Lire l'article ici.

- (1er août 2020) R0 et coronavirus : 10 régions en alerte, carte, calcul, évolution. Lire l'article ici.

- (1er août 2020) Les jeunes enfants pourrainet finalement être très contagieux ! Décidemment, avec la COVID-19, tout et le contraire de tout est publié. Difficile dans ce contexte d'y voir clair. Lire l'article ici.

- (1er août 2020) Coronavirus aux Etats-Unis. Comme un petit virus met les politique sous pression... Lire l'article ici.

- (1er août 2020) Les nouveaux projets de recherche de la NASA sondent les impacts du COVID-19. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 2 août

- (2 août 2020) Retour des simulations, avec explicatif en début de page, taux de létalité déduit de la pyramide des âges et cohérent avec l'épidémie sur le paquebot de croisière Diamond-Princess (je prenais déjà ce bateau comme référence, c'est l'ajout de la pyramide des âges de chaque pays qui a changé, ce qui a nécessité un travail bien plus important), calcul du temps d'incubation pour avoir la limite asymptotique (immunité de groupe) cohérente avec le R0 initial (je ne prends plus le temps d'incubation d'une publication qui est largement sous-estimé en fait...) ce qui fait que le R0 est bien autour de 1, comme attendu, selon la dynamique observée. Pourquoi ces changements maintenant ? D'abord, le code était initialement conçu pour se projeter dans le temps, et les valeurs absolues n'avaient pas beaucoup d'importance. Tout ce qui a été annoncé reste entièrement validé et inchangé. C'est la comparaison en quantitatif des dynamiques des difféents pays qui a nécessité de rentrer bien plus dans le détail des valeurs, et de voir que pas mal de publications officielles (journal avec referees) étaient incompatibles avec les observations dynamiques... Très instructif. Voilà, je vais continuer à mettre le site à jour, le simplifier, tout en gardant sa richesse. Bon dimanche !

- (2août 2020) Ils ont peur du masque... Lire l'article ici.

- (2 août 2020) Voyez comment le nouveau coronavirus peut se propager sournoisement dans six mises en situation de la vie quotidienne. Lire l'article ici.

- (2 août 2020) L'OMS prévoit que l'épidémie de la COVID-19 sera certainement très longue. A voir vu la dynamique dans certains pays comme le Brésil. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 3 août

- (3 août 2020) La dissimulation des décès en Iran révélée par une fuite de données. Si c'est avéré, l'Iran devrait se rapprocher de l'immunité de groupe, mais on constate pas encore de ralentissement naturel comme à Fortaleza au Brésil. Donc ce type d'annonce est très suspect. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (3 août 2020) Et on retrouve le 57% de contaminés dans une population prise comme un groupe isolé. Est-ce l'immunité collective réelle ? A suivre en tous cas, car cela correspond à un R0 de 3 environ, plutôt bas par rapport à ce que donnent les dynamiques des décès. Lire l'article ici.

- (3 août 2020) Est-ce bien sérieux ? Cela a du sens, mais toutes les personnes de plus de 65 ans doivent alors rester cloitrées... Probablement impossible en France. Lire l'article ici.

- (3 août 2020) Faudra-t-il confiner la Mayenne ? L'idée fait son chemin. Lire l'article ici.

- (3 août 2020) Le masque devient obligatoire en extérieur dans plusieurs communes ce lundi. Lire l'article ici.

- (3 août 2020)
Fermer


- Nouvelles du 4 août

- (4 août 2020) Un mariage à Annecy devient un des gros clusters d'Auvergne-Rhône-Alpes. Lire l'article ici.

- (4 août 2020) . Lire l'article ici.

- (4 août 2020) Les séquelles de la COVID-19 risquent d'être plus graves que prévues. Il y aura certainement des surprises. Lire l'article ici et ici.

- (4 août 2020) L'enquête de l'OMS sur l'origine du virus en Chine progresse. Lire l'article ici pour avoir plus de détails sur le sujet.

- (4 août 2020) Les COVID-19 de soirées entre potes.... Lire l'article ici.

- (4 août 2020) Pas de solution miracle pour maitriser l'épidémie de COVID-19. Lire l'article ici.

- (4 août 2020) Ajout de l'état de Sao Paulo au Brésil dans la liste des lieux étudiés. Cet état représente à lui seul presque un tiers des cas et décès au Brésil par la COVID-19. Dramatique conséquence d'une ville dense et hyper peuplée, avec beaucoup de favelas. Merci pour le lien qui a permis de faire les calculs. A noter que la dynamique épidémique montre qu'un régime stationnaire est atteint avec équilibre entre les nouveaux infectés et nouveaux guéris, le nombre de décès, même si très élevés restant marginal pour l'établissement de cette dynamique. Celle-ci s'arrêtera quand le réservoir des personnes S (susceptibles) commencera à décliner, cad lorsque l'on approchera de l'immunité de groupe. Il faut encore de nombreuses semaines, donc il y aura beaucoup de décès. Les habitudes des brésiliens à Sao Paulo notamment ne contribuent pas à limiter les contaminations.

- (4 août 2020) Le virus SARS-CoV-2 est-il saisonnier ou va-t-il le devenir ? Quelques réflexions sur le sujet. Lire l'article ici.

- (4 août 2020) Des tests rapides, peu onéreux et pouvant être fait chez soi ? Voilà l'enjeu majeur pour lutter efficacement contre l'épidémie et repérer les gros contaminateurs. Pas gagné, mais ce serait peut-être plus efficace à court terme qu'un vaccin. Lire l'article ici.

- (4 août 2020) Coronavirus: les 4 scénarios envisagés par l'exécutif face à la reprise de l'épidémie. Lire l'article ici.

- (4 août 2020) Hier soir, dans l'émission C dans l'air sur la 5, le Pr. Eric Caumes a très justement expliqué qu'on n'avait aucun médicament efficace pour lutter contre la COVID-19. On améliore les protocoles de prise en charge (le temps entre infection et décès est plus long ce que l'on voit dans les calculs), mais la létalité reste inchangée (ce que l'on voir aussi dans les séries temporelles des décès). La triste réalité. A noter que la cortisone semble être utile dans certaines phases de la maladie.

- (4 août 2020) Face à un fort regain de l’épidémie, les Philippines reconfinent un quart de la population. Lire l'article ici.

- (4 août 2020)
Fermer


- Nouvelles du 5 août

- (5 août 2020) Une terrible explosion a secoué hier soir la ville de Beyrouth au Liban, apparement la conséquence d'un stockage de nitrate d'ammonium (2750 tonnes selon les infos, donc la puissance voisine d'1/6 de la bombe atomique d'Hiroshima, on comprend l'ampleur des dégâts). Avec une épidémie de COVID-19 très nettement à la hausse, concentrée à Beyrouth notamment, la situation hospitalière doit être absolument apocalyptique. Sans surprise, les chiffres fournis par l'OMS se sont arrêtés à hier. Reprendront-ils ? J'informerai quand ce sera le cas, mais il y a d'autres priorités en ce moment là-bas. C'est certain. Une pensée de soutien pour tous les libanais.

- (5 août 2020)Un blog très pédagogique sur la modélisation de la COVID-19. Lire l'article ici Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 6 août

- (6 août 2020) Les purificateurs d'air sont-ils d'une quelconque utilité ? Lire l'article ici.

- (6 août 2020) Ce que révèle l’analyse du système immunitaire dans les formes sévères. Un blog passionant porteur d'espoir mais le chemin sera long pour avoir une stratégie thérapeutique solide. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (6 août 2020) Simulations ajustées sur les reprises de l'épidémie. On constate qu'il n'est pas nécessaire de changer la létalité pour décrire correctement la dynamique d'une seconde vague (après minimum dans la série des décès, pour rappel). On reste donc toujours avec la même pathologie, qui n'évolue pas. La dynamique est moins rapide. Plusieurs explications possibles : les gens font malgré tout attention (masques, gestes barrière,...), les autorités de santé se battent pour casser les chaine de contamination,... Certainement un peu de tout cela. Un dérapage est possible à tout instant, au moindre relachement.

Fermer


- Nouvelles du 7 août

- (7 août 2020) L'Espagne dément l'existence d'une seconde vague, mais elle n'en est pas loin... Lire l'article ici.

- (7 août 2020) Au moins 50 employés d'un abattoir belge testés positifs. Ces lieux sont fréquemment sources de cluster. Froid et humidité ? Lire l'article ici.

- (7 août 2020) Les cas positifs en hausse de 33% par rapport à la semaine dernière en France. Lire l'article ici.

- (7 août 2020) Toujours la question de la deuxième vague... Lire l'article ici.

- (7 août 2020) La Norvège impose de nouveau la quarantaine pour les voyageurs venant de France. Lire l'article ici.

- (7 août 2020) Attention, ventilateur et COVID-19 ne font pas forcément bon ménage... Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 8 août

- (8 août 2020) Un article très intéressant sur la stratégie allemande face à la COVID-19, de l'expert Christian Drosten. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (8 août 2020) Les patients asymptomatiques ont la même charge virale que ceux qui présentent des symptômes. Lire l'article ici.

- (8 août 2020) Un point assez complet sur l'immunité face au SARS-CoV-2. Lire l'article ici.

- (8 août 2020) Le point sur la situation en France. A noter que le raux de reproduction effectif R de la France est de 1.3, et celui du modèle de 1.17. Vu les incertitudes sur ce nombre, l'accord est plutôt bon ! Lire l'article ici.

- (8 août 2020) La présence d'une protéine spécifique en surabondance pourrait jouer un rôle clé dans l'apparition de symptômes graves. Lire l'article ici.

- (8 août 2020) L'histoire du cluster de St-Tropez. Lire l'article ici.

- (8 août 2020) Une vidéo très pédagogique sur la mutation du virus SARS-Cov-2. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (8 août 2020) Le pont sur la pandémie au niveau mondial. Lire l'article ici.

- (8 août 2020) Un vaccin ou un pic de décès: comment l'Amérique peut renforcer l'immunité collective contre le coronavirus. Lire l'article ici. Merci pour le lien

Fermer


- Nouvelles du 9 août

- (9 août 2020) L'accès à la base de données de l'OMS a été modifié depuis deux jours. Les simulations vont reprendre dans la journée.

- (9 août 2020) Le Brésil franchit le cap de 100,000 décès. Les simulations annonçaient ce désastre depuis plus d'un mois et demi. Les calculs ne se sont pas trompés, même sur une si longue période de temps. Les 200,000 morts pourraient être franchis avant la fin de l'année, d'ici début décembre. Seul point positif, l'immunité collective ralentira l'épidémie et rendra impossible une seconde vague. Mais combien de vies emportées... Lire l'article ici.

- (9 août 2020) Une administration pointilleuse... pour une minute de retard ! Le virus doit se marrer ! Lire l'article ici.

- (9 août 2020) Question récurrente: quand il y a plus de cas, est-ce la faute aux tests... Lire l'article ici.

- (9 août 2020) L'Amérique latine touchée globalement de plein fouet. Lire l'article ici.

- (9 août 2020) Un bon aperçu de l'atmosphère dans le midi, peu proprice aux gestes barrières. Lire l'article ici.

- (9 août 2020) Le point sur l'épidémie en France. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 10 août

- (10 août 2020) La COVID-19 ne tue presque plus en Europe. C'est exact, car probablement les personnes nouvellement infectées sont des personnes dans la classe d'âge 20-40 ans, ne faisant plus attention aux gestes barrière. Lire l'article ici.

- (10 août 2020) Les séquelles neuropsychologiques de la COVID-19. Lire l'article ici.

- (10 août 2020) Le Maroc retiré de la liste des pays sans exemptions car trop de cas de contamination. Lire l'article ici.

- (10 août 2020) On pourra éviter une seconde vague si les gestes barrières sont bien respectés. Lire l'article ici.

- (10 août 2020) La ville de Sao Paulo est désormais suivie dans les simulations. Elle fut une des premières touchées au Brésil, représentant presque un tiers des cas du pays. L'épidémie semble s'éteindre doucement, car la ville s'approche de l'immunité de groupe. Elle fait toujours rage dans l'état de Sao Paulo.

- (10 août 2020) Quand le discours scientifique mène à la confusion générale... Les scientifiques doivent être très rigoureux sur leur communication et s'abstenir d'annonces non validées (preprint). Le temps de la science est long en général, car il faut tester avec rigueur les hypothèses... Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 11 août

- (11 août 2020) Hausse soudaine du nombre de cas en Polynésie française. Lire l'article ici.

- (11 août 2020) L'Espagne a du mal contrôler la transmission du virus. Cela se voit sur les statistiques. Lire l'article ici.

- (11 août 2020) Hausse des contagions en Europe. Les décès restent cependant à très bas niveau. Lire l'article ici.

- (11 août 2020) Il faut éradiquer le virus, dixit l'OMS ! On est tous d'accord, encore faut-il pouvoir le faire.... Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 12 août

- (12 août 2020) Wuhan, l'épicentre initiale de la COVID-19 est redevenue une ville presque normale. Lire l'article ici.

- (12 août 2020) Coronavirus en France: 15 morts à l'hôpital et 1397 nouveaux cas confirmés en 24h. Lire l'article ici.

- (12 août 2020) Le coronavirus est de retour en Nouvelle-Zélande. Quatre cas locaux de contaminations pour des raisons inconnues. Vraiment étrange. Bref, Auckland va être reconfinée pour trois jours. La bataille contre l'épidémie n'est de toute évidence pas terminée. Lire l'article ici.

- (12 août 2020) L'interdiction de rassemblement de plus de 5000 personnes est étendue jusqu'à fin octobre. Lire l'article ici.

- (12 août 2020) La Russie annonce avoir un vaccin disponible contre le SARS-CoV-2. Cela laisse les experts perplexes, car certaines procédures ont été de toute évidence court-circuitée. Lire l'article ici.

- (12 août 2020) La situation en Espagne commence à devenir très préoccupante. Lire l'article ici.

- (12 août 2020) Quarante pour cent des personnes atteintes d'infections à coronavirus ne présentent aucun symptôme. Seraient-ils la clé pour mettre fin à la pandémie?. Lire l'article ici.

- (12 août 2020) 84% des cas de covid-19 dans la ville de Sau Paulo n'étaient pas enregistrés... Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (12 août 2020) La période d'incubation serait plus forte q'uon ne le pensait. Cela a un impact très fort sur la valeur du R0 come déjà indiqué depuis longtemps. Pour le code, je cherche ce temps à partir de la cohérence entre le R0 initial et l'asymptote, en principe données par 1-1/R0. Ce temps qui semble passé de 5-6 jours (ce que j'avais pris pendant de longtemps sur la foi de publications) semble passer à 8 jours et plus avec la dispersion. Pour ma part, j'ai 13 jours pour avoir une cohérence générale. A noter qu'avec ce nombre, le R0 oscille bien autour de 1, selon la reprise ou non des contaminations. Lire l'article ici.

- (12 août 2020) L'Italie gère plutôt bien la remontée des contaminations. Pourquoi ? Lire l'article ici pour plus de détails.

- (12 août 2020) La science peut-elle être anarchiste ? j'avoue être assez désorienté par une telle approche qui est la ngation même des valeurs de la science. Le Pr Raoult semble un adepte de cette approche. No comment. Lire l'article ici.

- (12 août 2020) Les dernières simulations indiquent une nette remontée du nombre de décès quotidiens, comme attendus par le modèle, qui fonctionne donc très bien. Le délai entre remontée des cas mesurés et décès est bien de trente jours moyens, quel que soit le pays. A chaque fois, bien sûr, cela correspond à un R0 > 1.

Fermer


- Nouvelles du 13 août

- (13 août 2020)

- (13 août 2020) Si vous avez le hoquet, méfiez-vous, vous avez peut-être attrapé la COVID-19 ! Lire l'article ici.

- (13 août 2020) Des traces de SARS-CoV-2 sur les poulets brésiliens importés par la Chine. Cefut le cas pour le saumon... Si la COVID-19 se propage par les marchandises, cela va être dur pour l'économie. Lire l'article ici.

- (13 août 2020) Les conditions d'accès à la Tunisie se durcissent. Lire l'article ici.

- (13 août 2020) Un article technique sur le rôle des enfants en bas âges dans le procesus de contamination. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (13 août 2020) Le Brésil vient de battre son record de décès quotidiens, largement supérieur à 2000... En fait, vu les problèmes de report, si ce nombre est isolé, il restera une singularité technique. S'il se confirme, sera bien ennuyeux. Sinon, les décès commencent à monter en Europe, nettement en Pologne, comme aux Etats-Unis ou en Iran. D'autres pays d'Europe sont au seuil du rebond, c'est très clair.

Fermer


- Nouvelles du 14 août

- (14 août 2020)

- (14 août 2020) Les symptômes inattendus de la COVID-19 se multiplient. Etrange maladie. Lire l'article ici.

- (14 août 2020) Un cas de recontamination avéré en Chie, 6 mois après la première infection. Lire l'article ici.

- (14 août 2020) La contamination s'accélère chez les jeunes, les autorités s'inquiètent. Lire l'article ici.

- (14 août 2020) Pourquoi le recensement des nouvelles contaminations est légèrement faussé cet été. Lire l'article ici.

- (14 août 2020) Les Bouches-du-Rhône devrait repasser en classement "zone de circulation active du virus". Lire l'article ici.

- (14 août 2020) COVID-19 vs grippe espagnole à New York. Peu de différences dans la phase initiale. Lire l'article ici. Merci pour le lien

- (14 août 2020) L'OMS ne pense pas que le coronavirus puisse être transmis par les aliments. Lire l'article ici.

- (14 août 2020) Comment se termine une épidémie ? Un article très intéressant sur le sujet. Lire celui-ci ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 15 août

- (15 août 2020) Pourquoi les cas de coronavirus en France augmentent mais le nombre de patients en réanimation baisse encore? Lire l'article ici.

- (15 août 2020) Les Bouches-du-Rhône désormais en zone active de circulation de la COVID-19. Lire l'article ici.

- (15 août 2020) La France promet la réciprocité à la quarantaine imposée par le Royaume-Uni. Lire l'article ici.

- (15 août 2020) Je crains un feu d'artifice : un infectiologue s'alarme de la reprise de l'épidémie de COVID-19. Lire l'article ici.

- (15 août 2020) Ce que cache le regain mondial des contaminations. Lire l'article ici.

- (15 août 2020) Une belle réussite en Mayenne. Cela démontre l'efficacité de méthodes prônées par l'OMS depuis longtemps. Lire l'article ici.

- (15 août 2020) l'hydroxychloroquine avec ou sans azithromycine dans la COVID-19 légère à modérée. Une étude brésilienne qui n'est pas favorable au cocktail de l'IHU. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (15 août 2020) Découverte de médicaments antiviraux contre le SARS-CoV-2 grâce à la réutilisation de composés à grande échelle. Une approche qui a du sens et qui sera peut-être la première à réduire l'incidence de la maladie. mais il faudra du temps dans tous les cas.Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (15 août 2020) SeroTracker: un tableau de bord mondial de la séroprévalence du SRAS-CoV-2. C'est un des aspects lesplus importants de la lutte contre ce satané virus. Lire l'article ici.

- (15 août 2020) Le nombre de cas journaliers explose en Corée du Sud. Par ailleurs, on commence vraiment à observer les décès augmenter en Europe, 30 jours après la remontée des cas : Belgique, Espagne, Pologne, ... En Floride et en Arizona, les cas journaliers baissent notablement, et pour l'Arizona, les décès ont aussi une inflexion positive. En Inde, le seuil des 1000 décès par jour est atteint, dans une montée régulière, prévisible depuis cent jours. En Iran, le nombre de décès journalier repart à la baisse, une évoluton qui laisse espérer une très lente amélioration de la situation sanitaire. L'Italie est marquée par une nette reprise des cas en soins intensifs, bien décrite par le modèle. Brésil et Mexique sont toujours sur un plateau épidémique stable (1200 décès par jour au Brésil, 600 environ au Mexique) depuis des semaines, ce qui est très intriguant. Pourquoi un tel plateau ? Va-t-on droit vers l'immunité de groupe ? Le Québec fait face à un rebond qui semble en voie de résorption. Très visible sur les cas en ICU et décès dans une moindre mesure. Le Royaume-Uni reste toujours le pays avec le plus de décès quotidiens... leur retard aux mesures de distanciation sociale a un prix humain très élevé. Situation toujours très préocupante en Suisse, et stable en Suède. En résumé, l'épidémie est à un niveau moyen plutôt bas en Europe en terme de mortalité, mais tous les signaux montrent qu'une reprise est en cours. Elle semble bien moins forte qu'en hiver dernier, mais la population prend des précautions. L'extrême sensibilité à la reprise des cas comme c'est observable en Corée du Sud, souligne une fois de plus la très grand contagiosité du SARS-CoV-2, en accord avec le R0 très élevé déduit des analyses des séries temporelles. Il est impératif de ne pas baisser la garde, et pour longtemps...

Fermer


- Nouvelles du 16 août

- (16 août 2020) Le point sur le vaccin russe. Lire l'article ici.

- (16 août 2020) Remontée inquiétant des décès aux Etats-Unis. Lire l'article ici.

- (16 août 2020) Deux vidéos pédagogiques sur la COVID-19. Lire les articles ici et ici. Merci pour le lien !

- (16 août 2020) Explosion des cas de contaminations en Corée du Sud. Cela augmente aussi vite qu'en février 2020... pour un pays qui est particulièrement précautionneux. Impressionnant. Cela démontre en tous cas, à tous ceux qui douteraient encore, de l'extrême contagiosité du coronavirus et cela corrobore la valeur très élevée du nombre de reproduction de base R0 qui est estimé à 8.6±2.6 à partir de la dynamique temporelle des décès.

- (16 août 2020) Cela peut intéresser le public. Pour une raison personnelle, j'ai été amené à acheter des antalgiques pour une rage de dents. La pharmacienne m'a indiqué que l'anti-inflammatoire (Ibuprofène,...) n'est plus considéré comme à risque vis-à-vis de la COVID-19, comme ce fut évoqué au début de l'épidémie par le ministre lui-même. On n'a finalement pas trouvé de lien entre la prise de ce médicament et les formes graves de cette maladie ! Face à une nouvelle épidémie, beaucoup de choses fausses circulent malheureusement, la conséquence d'un manque de connaissance et d'une certaine panique quant aux décisions...

Fermer


- Nouvelles du 17 août

- (17 août 2020) Un joli message sur le site www.corona-data.ch que je partage pleinement :

Durant cette pandémie, j'ai observé avec inquiétude comment les fonctionnaires et les politiciens pouvaient ignorer et mettre de côté tant la science que les scientifiques. Ce qui m'a pourtant poussé à écrire ce message, ce sont les récentes déclarations de politiciens de tous les horizons politique et de représentants de groupes d'intérêt économique. Selon ces déclarations, des scientifiques (les membres de la Task Force Covid-19) ne devraient pas exprimer publiquement la position scientifique.

Étant un scientifique moi-même, et étant donné que ce site Web, son contenu, ainsi qu'Internet et l'appareil que vous utilisez pour y accéder sont des produits de la science, je pense qu'il est approprié d’utiliser le présent canal pour transmettre ce message: Écoutez la science.

Mais vous pouvez peut être vous demander : «Quelle science?» Compte tenu de la visibilité que les médias ont donné à certaines opinions «scientifiques» minoritaires, qui ne sont souvent que pure spéculation, cette question est compréhensible. Cependant, ce qui est communiqué par les membres de la Task Force constitue le consensus scientifique actuel, lequel est soutenu par la vaste majorité des scientifiques et experts internationaux. Il est important de se rappeler que la science est un processus auto-correctif et que ce consensus peut évoluer avec le temps. Pourtant, compte tenu de toutes les informations disponibles, c’est celui-ci qui a la probabilité la plus élevée de représenter fidèlement la vérité et les lois naturelles.

Et gardez à l'esprit qu'en science, et c’est ce qui la distingue de la politique, trouver la vérité permet généralement de débuter une carrière plutôt que d’y mettre un terme.

- (17 août 2020) Quand mettre en quarantaine ? Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 18 août

- (18 août 2020)
Fermer


- Nouvelles du 19 août

- (19 août 2020) Le risque de contamination en avion semble faible. A confirmer car un cas particulier ne fait pas une règle générale. Lire l'article ici.

- (19 août 2020) Situation compliquée pour l'ouverture des écoles aux Etats-Unis. Lire l'article ici.

- (19 août 2020) Le Pr Raoult est de retour... Lire l'article ici.

- (19 août 2020) Hausse du nombre de personnes hospitalisées et en réanimation en France. Lire l'article ici.

- (19 août 2020) Wuhan, le premier épicentre de la COVID-19 se lache enfin ! Une récompense de leurs efforts. Lire l'article ici.

- (19 août 2020) Le Christ Rédempteur de Rio rouvre au public... Quel signe y voir vu que l'épidémie fait toujours rage sur place. Lire l'article ici.

- (19 août 2020) COVID-19: le virus touche-t-il vraiment plus les "jeunes" depuis le déconfinement? Les courbes d'incidences sont sans appel: la réponse est oui. Pas étonnant donc que la série temporelle des décès monte moins vite que celle des cas, par rapport à ce qui avait été observé en Mars. Lire l'article ici.

- (19 août 2020) Endeuillée, Sharon Stone interpelle ceux qui ne portent pas de masque. Lire l'article ici.

- (19 août 2020) Les chiens peuvent-ils détecter le nouveau coronavirus? Le nez sait. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 20 août

- (20 août 2020) Faudra-t-il aussi porter des écrans faciaux ? Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (20 août 2020) Les zones d'ombre concernant le SARS-CoV-2. Lire l'article ici.

- (20 août 2020) Une étude préliminaire suggère que certains anticorps protègent contre une réinfection. Lire l'article ici.

- (20 août 2020) Des responsables de Wuhan et de la province du Hubei ont tenté de cacher des informations à la direction centrale de la Chine, selon un rapport américain.. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (20 août 2020) STOPCOVID: L'appli stagne a 2,3 millions de tééchargement avec seulement 72 notifications envoyée... Lire l'article ici.

- (20 août 2020) L'ordre d'apparition des symptômes permet de différencier l'infection par le SARS-CoV-2 d'autres infections comme celle de la grippe ou d'autres coronavirus. Lire l'article ici.

- (20 août 2020) Dans de nombreux pays européens, les décès remontent lentement, mais l'impact du redémarrage des cas de contamination commence à se faire sentir. Evidemment, il ne s'agit pas de l'épidémie en février et mars derniers, mais c'est notable, avec des paramètres inchangés concernant le temps de guérison, le temps de contamination, et de décès. Au Brésil comme au Mexique, le niveau de décès quotidiens est inchangé depuis des semaines, formant un plateau d'une incroyable stabilité. Pourquoi ?

- (20 août 2020) Le Pr. Raoult aurait préféré une recommandation à une obligation pour les masques. Lire l'article ici.

- (20 août 2020) Coronavirus : l'Europe s'alarme d'un rebond de la pandémie. Un point intéressant: les autorités australiennes estiment qu'il faut que 95% de la population soit immunisée pour que le virus soit éradiqué. Ces 95% correspondent bien avec un R0 très élevé de l'ordre de 10 qui est estimé par le code. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 21 août

- (21 août 2020) Le rôle des enfants dans la propagation de l'épidémie est probablement bien plus important que prévu. Lire l'article ici.

- (21 août 2020) Les tests salivaires, pas avant plusieurs semaines. Ils auront certainement un rôle clé pour juguler l'épidémie, par des tests rapides et massifs. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (21 août 2020) Un article scientifique prometteur sur le rôle des cellules T du système immunitaire pour l'immunité sur le long terme. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (21 août 2020) Analyse rapide des simulations :

- Etats-Unis : tendance à la baisse marquée, y compris dans les états du Sud.
- Chine : retour à la baisse.
- Corée du Sud : hausse très forte des cas de contaminations, l'alerte la plus sérieuse depuis la première vague. Ce n'est pas terminé.
- Brésil, Mexique, état de Sao Paulo : situation toujours stationnaire, le nombre de décès par jour restant constant et élevé...
- Villes de Fortaleza et Sao Paulo : proximité de l'immunité collective (plus marquée pour Fortaleza). L'épidémie s'éteint lentement.
- Europe : Remontée nette des décès dans la plupart des pays, sauf Italie et Suède, où un plateau est observé. Le délai de 30 jours entre remontée des cas et des décès donne un bon accord avec les observations (comme partout).
- Québec (Canada) : remontée des décès, comme des personnes en soins intensifs, mais cela devrait baisser dans quelques jours.
- Iran : très lente baisse des décès.
- Liban : montée des décès comme attendu. Situation préoccupante.
- France : remontée de plus en plus marquée des décès.

En résumé, la situation se dégrade régulièrement mais lentement en Europe, (décès, soins intensifs, cas certifiés de contamination), ce qui justifie une certaine préoccupation. Le modèle reproduit bien les observations, sans aucun changement des paramètres, qui restent très stables. La dynamique des cas certifiés est représentative maintenant de la dynamique de l'épidémie, à voir la corrélation avec les décès comme attendu. Cela aide à anticiper ce qu'il va se passer un mois à l'avance sur les décès qui restent toujours le proxy pour les calculs.

- (21 août 2020) Coronavirus: les Libanais reconfinés pour deux semaines. C'était prévisble vu la tendance depuis quelques semaines. Lire l'article ici.

- (21 août 2020) L'épidémie repart nettement en Corse. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 22 août

- (22 août 2020) L'OMS pense que le monde peut juguler la pandémie de COVID-19 en moins de 2 ans. Lire l'article ici.

- (22 août 2020) Toujours la question de la durée de l'immunité ! Lire l'article ici.

- (22 août 2020) Un virus affaibli par une mutation? "Trop tôt" pour le dire selon ce médecin réanimateur. Je partage cet avis. Lire l'article ici.

- (22 août 2020) L'épidémie repart de plus belle en Suisse. On le voyait depuis longtemps déjà. Lire l'article ici.

- (22 août 2020) Un rapport santé publique France explique le rôle des écoles dans la transmission du virus. Lire l'article ici.

- (22 août 2020) L'Espagne de nouveau en première ligne face à la pandémie. Lire l'article ici.

- (22 août 2020) L'épidémie sur la pente descente aux Etats-Unis. Annoncé la veille ! Lire l'article ici.

- (22 août 2020) Comment fonctionne l'immunité contre le virus SARS-CoV-2 ? Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 23 août

- (23 août 2020) “La communication gouvernementale est axée sur l’exagération permanente du danger” selon le sociologue Laurent Mucchielli. Avec Jean-Dominique Michel comme référence, on peut se permettre de douter du sérieux de ce sociologue. Lire l'article ici.

- (23 août 2020) L'Italie repasse la barre des 1000 cas de contamination certifiés, mais ce n'est pas encore la seconde vague, loin de là. Lire l'article ici.

- (23 août 2020) Le livre de M. Courtois : Et si Didier Raoult avait raison ? En tous cas, les affirmations du Pr. Raoult n'ont pas été couronnées de succès dans un très grand nombre de cas, sauf celle de tester massivement, mais cela avait été annoncé par l'OMS bien avant. Je ne vais pas refaire la liste ici... Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 24 août

- (24 août 2020) Ces pays qui serrent la vis pour éviter une deuxième vague à la rentrée des congés. Lire l'article ici.

- (24 août 2020) La courbe de contagion poursuit sa brusque hausse en Italie. Lire l'article ici.

- (24 août 2020) Des décisions vont être prises pour contenir l'augmentation des cas de contamination dans les Bouches-du-Rhône. Lire l'article ici.

- (24 août 2020) Les vaccins à suivre. Un très bel article à ce sujet. Le lire en cliquant ici. Merci pour le lien !

- (24 août 2020) Evolution, diversité et réplication des coronavirus. Un séminaire très intéressant donné à l'IHU. Le voir ici. Merci pour le lien ! Au passage, allez sur la page de la gouvernance de l'IHU. La composition du conseil d'administration en dit long sur les querelles qu'on a pu observer comme spectateurs

- (24 août 2020) La COVID-19 n'a pas voyagé avec les touristes au Québec. Lire l'article ici.

- (24 août 2020) Ce cuistre de BHL se mêle de la partie... Cette épidémie est l'occasion de bien rigoler ! #stopbhl Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 25 août

- (25 août 2020) Pourquoi la ville de Marseille est sous surveillance? Lire l'article ici.

- (25 août 2020) L'Allemagne place les régions Île-de-France et Provence-Alpes-Côte-d'Azur en zones à risque. Lire l'article ici.

- (25 août 2020) Les chercheurs de Hong-Kong disent avoir identifié le premier cas réel de réinfection. Ce n'était pas la même souche du virus, mais cela montre que l'immunité n'est peut-être pas infinie une fois touché par la COVID-19. Si c'est le cas à grande échelle, la notion d'immunité de groupe disparait. Lire l'article ici.

- (25 août 2020) L'exemple même de l'article journalistique basé sur le bruit... D'un jour à l'autre les données fluctuent, et cette variation, bien qu'importante n'a pas de signification en elle-même. Lire l'article ici.

- (25 août 2020) Les syndromes de longue durée de la COVID-19. Plus fréquent q'uon ne le croit, de 10 à 15% des cas ! Lire l'article ici.

- (25 août 2020) Le virus est-il moins aggressif qu'avant ? Loin d'être évident.... Lire l'article ici.

- (25 août 2020) Les simulations ne montrent aucun changement notable de tendance depuis des semaines. Rien d'affolant finalement aux Etats-Unis, où les états du Sud contiennent de nouveau l'épidémie. Un coup de chaud qui rappelle le risque potentiel. Concernant la létalité, celle-ci a certainement changé pour comprendre les observations en France ou en Italie, ce que j'avais souligné voici plusieurs semaines et ce qui est indiqué un peu partout: c'est la classe d'âge 20-50 ans qui est la plus contaminée, donc la létalité est bien moindre, vu la dépendence de celle-ci avec l'âge. En reprenant les calculs de létalité moyenne, et en enlevant les personnes de plus de 55 ans, on passe d'une létalité de 0.33% pour la France à 0.04%. Evidemment, c'est un calcul très rapide, il faudrait convoluer la létalité avec la pyramide des âges des personnes contaminées pour avoir une idée plus précise, mais on constate que la létalité s'effondre vite lorsque les plus de 65 ans ne sont pas concernés par la COVID-19. Pas besoin d'invoquer une baisse de virulence du SARS-CoV-2... Donc se protéger à l'échelle nationale, c'est avant tout protéger les seniors...

- (25 août 2020) Après avoir suivi pendant deux heures les news à la télé. L'équipement castoche contre la COVID-19... :)


Fermer
- Nouvelles du 26 août

- (26 août 2020) . Lire l'article ici.

- (26 août 2020) Des mesures renforcées contre la COVID-19 dans les Bouches-du-Rhône. Lire l'article ici.

- (26 août 2020) AstraZeneca lance des essais sur un médicament pour prévenir et traiter le Covid-19. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (26 août 2020) Le Haut conseil de la santé publique recommande l’utilisation du masque en tissu réutilisable. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 27 août

- (27 août 2020) Les transfrontaliers et la COVID-19. Un problème complexe. Lire l'article ici.

- (27 août 2020) 5429 nouveaux cas en France en 24 heures: la situation se dégrade de plus en plus vite. Déjà hier et avant-hier, cela se dégradait avec les décès et personnes en soins intensifs, même sir la prise en charge est bien meilleure qu'en début d'épidémie. Lire l'article ici.

- (27 août 2020) L'hydroxychloroquine + Azythomycine forment un coktail qui n'arrange pas l'état des malades. C'est le moins que l'on puisse dire... Mais ce n'est pas une surprise. Aucun médicament efficace contre la COVID-19 n'a été encore trouvé. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 28 août

- (28 août 2020) La situation se complique pour les contaminations donnant lieu au retour de mesures sanitaires que l'on craignait tant. Certes, celles-ci sont différenciées et c'est bien normal, vu le prix économique considérable d'un confinement complet. Actuellement, et partout en Europe, on assiste à un retour de la COVID-19, mais avec une faible létalité pour comprendre le peu de décès quotidiens malgré le nombre élevé de cas. La situation de ce point de vue n'est pas celle qui a prévalu cet été au Sud des Etats-Unis (Arizona, Floride,...), car dans ces états, le nombre de décès a bien augmenté 30 jours après la reprise des cas de contamination. J'ai montré la très grande sensibilité de la létalité moyenne avec la pyramide des âges effective: il semble en effet avéré que ce soient les jeunes entre 15-35 ans qui sont principalement frappés par la COVID-19 (source Santé Publique France), et pour eux, la plupart du temps la maladie est bénigne. Mais le temps des vacances est fini, et l'été tire à sa fin. Deux facteurs importants sur l'évolution de la dynamique épidémique, non pas pour la soit-disante saisonalité du virus à laquelle je ne crois pas (de nombreuses évidences à ce sujet, en tout cas elle reste faible car le R0 est fort), mais parce que les personnes vont vivre bien plus en milieu clos. Et là, vu la très grande contagiosité du virus, aucun doute, les conditions pour une reprise marquée, car touchant plus de seniors, seront présentes. Les prochaines semaines vont être déterminantes à ce sujet, et si la situation reste contenue jusqu'à présent, elle peut réellement déraper. Les gestes barrières sont plus que nécessaires actuellement. A noter qu'en Belgique, Espagne, Pologne et Pays-Bas, où la reprise des contaminations est marquée, les décès remontent comme attendu, donc situation différente entre la France, l'Allemagne, la Suisse et l'Italie (les cas en soins intensifs remontent nettement en Italie) d'un côté, et la Belgique, l'Espagne, la Pologne et les Pays-bas de l'autre. Ces écarts entre pays européens voisins est donc notable.

- (28 août 2020) Hausse de la circulation du coronavirus dans les Bouches-du-Rhône : que disent les chiffres ? Lire l'article ici.

- (28 août 2020) Pourquoi tant de contaminations et si peu de morts ? Un travail très détaillé qui est en phase avec ce qui sort des calculs, notamment le délai de 30 jours entre contamination et décès ! Lire l'article ici.

- (28 août 2020) Coronavirus : « Il ne s'agit en aucun cas d'une seconde vague », explique Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique. Il a raison ! Lire l'article ici.

- (28 août 2020) Coronavirus à Paris : Le port du masque obligatoire dans la capitale et la petite couronne à partir de vendredi 8 h. Lire l'article ici.

- (28 août 2020) Coronavirus à Lyon : Des dépistages gratuits bientôt proposés aux terminus des stations de métro. Lire l'article ici.

- (28 août 2020) 300 millions d'euros de masques vendus depuis le 4 mai en grandes surfaces. Lire l'article ici.

- (28 août 2020) Les contacts doivent être testés, avec ou sans symptômes, selon l’OMS. Lire l'article ici.

- (28 août 2020) Risque-t-on une amende si on enlève son masque pour fumer ou manger un sandwich ? La bonne blague !! Lire l'article ici.

- (28 août 2020) Masque obligatoire dès 6 ans dans les écoles en Espagne ! Cela ne va pas être facile. Lire l'article ici.

- (28 août 2020) « Deux poids deux mesures » : la maire de Marseille en colère contre le gouvernement. Lire l'article ici.

- (28 août 2020) Bonne nouvelle pour le Mexique, la courbe des décès quotidiens semble s'infléchir vers le bas !

Fermer


- Nouvelles du 29 août

- (29 août 2020) les patients symptomatiques de la COVID-19 étaient majoritaires parmi les personnes testées. Un tournant important de la repriss épidémique. Lire l'article ici.

- (29 août 2020) Donald promet de terrasser la COVID-19 cette année avec un vaccin. On est tous rassurés... Lire l'article ici.

- (29 août 2020) L'épidémie de Covid-19 reprend de plus belle en France. Lire l'article ici.

- (29 août 2020) Le gouvernement prône le dépistage pour les familles avant une visite en Ehpad. Lire l'article ici.

- (29 août 2020) Le sociologue qui pourrait nous sauver du coronavirus. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (29 août 2020) Le point sur l'efficacité des masques. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (29 août 2020) Vaccins et médicaments contre le Covid : sera-t-il obligatoire ? Les avancées. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (29 août 2020) Covid-19 : cinq questions sur l’anakinra, un médicament aux effets «évidents». On avait déjà évoqué ce médicament prometteur le 2 juin dernier (voir les news)Lire l'article ici. Merci pour le lien ! Lire également la publication scentifique sur le sujet ici.

- (29 août 2020) Risque de l'hydroxychloroquine seule et en association avec l'azithromycine dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde: une étude rétrospective multinationale. Et ce n'est pas la COVID-19, mais les risques sont bien présents, sur le long terme cependant. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (29 août 2020) Immunité robuste des cellules T chez les personnes convalescentes atteintes d'un COVID-19 asymptomatique ou léger. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (29 août 2020) Très intéressant : la vaccination BCG chez le nourrisson ne protège pas contre la COVID-19. Preuve d'une expérience naturelle en Suède. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 30 août

- (30 août 2020) "J'aimerai tourner la page de la COVID-19". La longue guérison des patients gravement touchés par la maladie. Lire l'article ici.

- (30 août 2020) Une maladie cardiaque rare (myocardite) qui pourrait être liée au coronavirus alimente l'inquiétude des administrateurs de la conférence Power 5 quant à la viabilité des sports universitaires cet automne. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 31 août

- (31 août 2020) La distanciation sociale à la brésilienne. Pas étonnant que le virus s'en donne à coeur-joie ! Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (31 août 2020) L'Inde est maintenant le pays qui a le développemen le plus rapide de la COVID-19... C'est exact, l'épidemie ralientit au Mexique et commence à ralentir au Brésil. Mais à quel prix ! Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (31 août 2020) Les médecins découvrent de nouveaux canaux par lequel le SARS-CoV-2 attaque le corps humain. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (31 août 2020) Les simulations ont été affinées pour plusieurs pays, permettant un meilleur accord, notamment la prise en compte de l'accélération de la contamination. Pas de grands boulversemenents dans les observations en général.

Fermer


- Nouvelles du 1er septembre

- (1er septembre 2020) En Europe, mais aussi aux Etats-Unis et Québec, le nombre de décès quotidien commence à devenir très bas. La concomittance des dynamiques suggèrent qu'une meilleure prise en charge des patients dans un état grave donne enfin des résultats probants. On avait déjà évoqué cette possibilité, mais cette piste est à suivre sérieusement. Néanmoins, on constate une reprise des personnes en réanimation, à un niveau faible encore. Mais je rappelle qu'en Italie, le nombre de personnes en soins intensifs est passé de 50 à 750 en moins de trois semaines. Il faut donc rester prudent. Dans les pays gravement touchés, comme le Brésil, le Mexique oou l'Iran, des signes d'une lente amélioration commencent à pointer. Seule l'Inde reste encore sur une dynamique ascendante importante.

- (1er septembre 2020) Un spray nasal pour lutter contre la COVID-19 ? Une avancée du CNRS. Lire l'article ici.

- (1er septembre 2020) Situation mondiale de la pandémie. Lire l'article ici.

- (1er septembre 2020) Masque obligatoire à Lyon et Villeurbanne. Lire l'article ici.

- (1er septembre 2020) Un masque utilisé depuis plusieurs jours est-il encore efficace ? Lire l'article ici.

- (1er septembre 2020) Sécurité et impact des lavages nasaux lors d'infections virales telles que le SARS-CoV-2. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (1er septembre 2020) Le coronavirus désarme les fantassins du système immunitaire. Les scientifiques pensent que leur renforcement pourrait combattre la COVID-19. Lire l'article ici.

- (1er septembre 2020) Un anniversaire dans le Gers et au moins 7 cas de COVID-19 ! Le virus est bien hypercontagieux ! Lire l'article ici.


Fermer
- Nouvelles du 2 septembre

- (2 septembre 2020) Il faudrait un vaccin efficace à 80 % pour éteindre la pandémie de la COVID-19. Pas gagné ! Lire l'article ici.

- (2 septembre 2020) “Il n’y a pas de seconde vague. Les nouveaux cas sont bénins. Les soignants doivent réagir !” C'est vrai actuellement, mais est-ce une raison de baisser la vigilance ? L’appel et le ton de ce collectif soignant au corps médical ne surprend pas, quand des personnes de référence comme Jean Dominique Michel, Didier Raoult ou Christian Perronne sont citées... No comment. Lire l'article ici.

- (2 septembre 2020) Une nouvelle étude sur un car chinois conforte la thèse de la transmission aérienne du coronavirus. Lire l'article ici. Cliquer ici pour accéder à la publication. Merci pour le lien !

- (2 septembre 2020) Les tests RT-PCR de la COVID-19 se révèlent être de très mauvais tests de contagiosité. C'est un point très important. Lire l'article ici.

- (2 septembre 2020) Que sait-on aujourd'hui de la transmission du virus par aérosols dans les espaces clos ? Un dossier assez complet sur le sujet. Lire l'article ici.

- (2 septembre 2020) Un jeune homme verbalisé pour avoir retiré son masque et mangé une friandise dans les escaliers du métro... Cela va peut-être un peu loin !! Lire l'article ici.

- (2 septembre 2020) L'essai clinique d'un traitement de Sanofi contre les cas sévères de la COVID-19 ne donne pas de résultats. Lire l'article ici.

- (2 septembre 2020) Les remarquables performances du test sérologique des laboratoires Roche approuvé aux Etats-Unis. C'est prometteur, mais il faut rester prudent. Il s'agit probablement du test approuvé en mai et qui est maintenant disponible en masse. Lire l'article ici. Autres liens sur le sujet en cliquant ici et ici. Voir ci-dessous la très intéressante évolution des anti-corps contre le SARS-CoV-2 (source dernier lien cité). Merci pour les liens !

- (2 septembre 2020) La capacité prédictive du modèle pour la COVID-19 est étonnante, malgré sa simplicité. Par exemple pour la Suisse, et reprenant les cas de contamination comme référence, avec le retard de 30 jours entre contaminations et décès, le modèle prévoyait une remontée des décès que l'on commence nettement à observer, et avec la bonne amplitude. J'attendais cette dynamique depuis un mois. Vous pouvez l'observer comme moi. C'est vrai pour pratiquement tous les autres pays étudiés. A noter que la létalité n'a pas été modifiée. Les cas en soins intensifs remontent fort en Italie. ainsi que les décès quotidiens en Espagne.

Fermer


- Nouvelles du 3 septembre

- (3 septembre 2020) Sexe et coronavirus: au Canada, le port du masque recommandé pour certains couples. Pas très pratique... :) Lire l'article ici.

- (3 septembre 2020) Le point sur les visières et masques à valves. De vraies passoires à virus ? Lire l'article ici.

- (3 septembre 2020) Didier Raoult visé par une plainte devant l'Ordre des médecins. Lire l'article ici.

- (3 septembre 2020) « Les enfants s’infectent rarement et lorsqu’ils s’infectent, ce n’est pas grave ». Lire l'article ici.

- (3 septembre 2020) Apple® et Google® intègrent le traçage dans le système des smartphone. Une apparente bonne idée, mais pas sans risque. Lire l'article ici.

- (3 septembre 2020) Une méthode simple et efficace pour lutter contre la contamination par les aliments. Lire l'article ici.

- (3 septembre 2020) Le port du masque n'est pas conseillé en Suède, mais les contaminations baissent ! C'est exact, après un rebond vers fin mai. Mais depuis deux mois, le niveau des contaminations ne baisse pas et les décès quotidien non plus... A cause de l'absence de masque ? Lire l'article ici.

- (3 septembre 2020) Nouvelle estimation de la létalité en fonction de l'âge. Des ajustements, mais la tendance reste la même. Lire l'article ici.

- (3 septembre 2020) Prise en charge des formes sévères de Covid-19 : une méta-analyse incluant l’étude CAPE-COVID* plaide en faveur de la corticothérapie. Voit-on une réduction significative du nombre de décès quotidiens avec ce nouveau traitement recommandé par l'OMS ? C'est loin d'être clair, vu le bas niveau actuel des décès quotidiens, bien qu'il tende à remonter ou se stabiliser un peu partout en Europe. Peut-être au Royaume-Uni, où le nombre de décès quotidiens semble très bas depuis 15 jours. En tout cas, si cette annonce est porteuse d'espoir, il faut se garder de tout enthousiasme excessif. La route sera longue pour se débarasser de cette pathologie. Lire l'article ici. Merci pour le lien ! Je profite de ce lien pour relayer la très belle photo de l'infection.


Coronavirus SARS-CoV-2 accrochés au niveau des cils de cellule épithéliale respiratoire humaine. © Manuel Rosa-Calatrava, Inserm


Fermer
- Nouvelles du 4 septembre

- (4 septembre 2020) Des médecins français s’insurgent contre «la fraude scientifique», avec Didier Raoult dans le viseur. Lire l'article ici.

- (4 septembre 2020) « Au rythme actuel avec nos tests RT-PCR, nous allons confiner des dizaines de milliers de gens pour rien », alerte le Dr. Yvon Le Flohic. La question de fond est de savoir si un personne portant le virus est tout le temps contagieuse. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 5 septembre

- (5 septembre 2020) Problème technique sérieux sur un de mes ordinateurs. Pas de simulations aujourd'hui. Désolé !

- (5 septembre 2020) Progression exponentielle des cas de contaminations en France actuellement. Lire l'article ici.

- (5 septembre 2020) Les suites longues et douloureuses la pour les malades sérieusement atteints par la COVID-19. Lire l'article ici.

- (5 septembre 2020) Vaccin russe contre le Covid-19 : une étude préliminaire publiée dans "The Lancet" fait état d'une réponse immunitaire. Lire l'article ici.

- (5 septembre 2020) . Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 6 septembre

- (6 septembre 2020) Problème technique sérieux sur un de mes ordinateurs. ToujoursPas de simulations aujourd'hui. Désolé !

- (6 septembre 2020) Les projections concernant l'épidémie aux Etats-Unis. Pas joyeux. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (6 septembre 2020) La CNIL constate une amélioration de l'application StopCovid, qui reste un échec comme annoncé dans cette page dès le début. Lire l'article ici.

- (6 septembre 2020) Sarkozy "ne comprend pas pourquoi il y a tant de violence" à l'encontre du professeur Raoult. Le niveau des politiques est bien lamentable. Lire l'article ici.

- (6 septembre 2020) La pandémie ruine le sommeil! Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (6 septembre 2020) La dose de vacin sera à moins de 10 euros d'après les laboratoires. Lire l'article ici.

- (6 septembre 2020) Le taux de reproduction baisse dans neuf régions ce qui est bon signe, même si la circulation du virus ne faiblit pas.. Lire l'article ici.

- (6 septembre 2020) Le masque pourrait affaiblir la charge virale chez les patients infectés. C'est un résultat essentiel concernant le port du masque. Lire l'article ici.

- (6 septembre 2020) Véran s'attend à une augmentation des cas graves "dans les 15 prochains jours". C'est cohérente avec les simulations. Lire l'article ici.

- (6 septembre 2020) Les cas en réanimation augmentent mais sont mieux traités. Lire l'article ici.

- (6 septembre 2020) . Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 7 septembre

- (7 septembre 2020) Retour progressif à la normale dans la journée, simulations et nouvelles.

- (7 septembre 2020) La stratégie de dépistage en France remise en cause. Lire l'article ici.

- (7 septembre 2020) Pékin veut changer le récit de la pandémie, notamment à Wuhan. Lire l'article ici.

- (7 septembre 2020) Pour la situation dans les hôpitaux marseillais est source d'inquiétude. Lire l'article ici.

- (7 septembre 2020) Le Sénégal gère bien la COVID-19. Bravo, mais ce pays est aussi structurellement un des pays pour lequel le risque épidémique est le plus faible au monde... en raison de la pyramide des âges. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 8 septembre

- (8 septembre 2020) La Chine expose ses vaccins pour le première fois. Lire l'article ici.

- (8 septembre 2020) Alerte surl'augmentation exponentielle des cas de COVID-19. Lire l'article ici.

- (8 septembre 2020) Le Pr. Gilles Pialoux remet les pendules à l'heure à Marseille... Lire l'article ici.

- (8 septembre 2020) Il faut déconstruire scientifiquement le discours du Pr. Raoult ! Enfin, le monde scientifique commence à ouvrir les yeux, il était temps ! Lire l'article ici.

- (8 septembre 2020) Un site qui recense les publications sur la COVID-19. Le lien de l'INSERM semble à l'abandon . Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (8 septembre 2020) La quatorzaine doit-elle être réduite ? Un sujet délicat qui se base sur les progrès dans la compréhension de la maladie. Lire l'article ici.

- (8 septembre 2020) Tests Covid-19: le syndicat des jeunes biologistes appelle "au civisme" et à restreindre le dépistage. Paradoxe !! Lire l'article ici.

- (8 septembre 2020) Le célèbre joeur de footbal Killian MBappé, testé positif à la COVID-19 pourrait avoir une source significative de contamination. Lire l'article ici.

- (8 septembre 2020) Le directeur du Tour de France 2020 testé positif. Il pourrait avoir contaminé le premier ministre qui va se faire tester. Lire l'article ici.

- (8 septembre 2020) La situation se dégrade à Marseille. Même le Pr. Raoult le reconnait.... Lire l'article ici.

- (8 septembre 2020) Le point sur la modélisation de la COVID-19: depuis plusieurs semaines, on constate en Europe une recrudescence de cas de contaminations, les deux pays les plus touchés étant l'Espagne et la France, avec presque 10000 cas quotidiens, ce qui est considérable. Certes, on effectue bien plus de tests, mais cela démontre une circulation accrue du SARS-CoV-2 (positivité croissante des tests), qui n'a rien perdu de sa contagiosité, et probablement de sa dangerosité. En effet, même si le nombre quotidien de décès reste à un bas niveau en France notamment (pas le cas en Espagne), le nombre de personnes en soins intensifs augmente fortement dans tous les pays concernés. La Suisse n'a pas fait exception, mais le nombre de cas en ICU comme les décès semble fléchir depuis deux semaines. Plusieurs raisons possibles à une baisse apparente de la létalité : la population concernées par les contaminations n'est pas celle de mars-avril, plus jeune (avec les vacances), et l'on sait que la létalité augmente très fortement avec l'âge. Il y a aussi une amélioration de la prise en charge médicale, et grâce au corticoïdes et anticoagulants, il semble que le nombre de décès ait chuté de 20-30%, ce qui est un progrès significatif. Par ailleurs, le port du masque qui s'est généralisé contribue à réduire la charge virale des personnes atteintes malgré tout (le masque n'est pas parfait à 100%), ce qui joue un rôle important dans le degré de gravité de la maladie. La conjonction des trois mécanismes peut ainsi concourir à réduire nettement la létalité. Dans ce contexte, on peut s'attendre à une forte baisse du nombre quotidien de décès en Europe, et c'est le cas, sauf pour l'Espagne. Mais les personnes en soins intensifs restent à un niveau élevé (Italie, France), indiquant que le facteur principal de risque est la saturation des hôpitaux, comme au printemps dernier. La série temporelle des décès qui était un proxy fiable de l'épidémie (avec un taux de létalité fixe) devient moins représentative désormais, puisque le taux de létalité peut varier avec le temps. Dans ces conditions, les prédictions pour les pays européens sont plus sujettes au caution, même si elles indiquent la tendance souvent très correctement. En revanche, dans les pays comme le Brésil, le Mexique, l'Inde, les calculs restent précis, car la situation n'a socialement pas bougé, ni probablement le type de traitement administré. On peut constater la dangerosité du virus, et la gravité de la situation dans ces pays. Enfin, dans les villes denses où l'on a laissé filer l'épidémie, l'immunité collective est belle et bien atteinte (Fortaleza surtout et Sao Paulo), ce qui donne un niveau de l'ordre de 85-90%, cohérent avec un R0 de 10 environ calculé par le modèle et valable pour presque tous les pays étudiés. Si le monde n'a pas sombré avec la COVID-19, c'est principalement par la distanciation sociale qui a été suggérée ou imposée. Maintenant, quel est l'avenir ? La croissance exponentielle est princiaplement la conséquence de nos comportements. Ce fut très visible en Arizona et en Floride, où un relachement a donné lieu a une explosion de cas de contaminations, et 30 jours plus tard de décès. Et puis, face à cette recrudescence de cas, les populations ont réagi, et ce nombre a chuté assez vite, et les décès aussi, toujours avec un délai de 30 j. Il est donc bel et bien possible de limiter l'impact de la pandémie par des mesures simples (gestes barrières, masques,...) en attendant un hypothétique vaccin. Certes ces mesures sont contraignantes, mais elles ont le mérite d'être efficaces rapidement. Donc, avec ces expériences multiples, on sait ce qu'il faut faire et ne pas faire. Le risque d'une seconde vague massive est ainsi très peu probable, mais il faut accepter l'idée que le virus va être au milieu de la population pour pas mal de temps. Un peu comme le VIH... un virus endémique, peu mortel, mais très contagieux. La situation en Chine et en Coréee du Sud préfigure ainssi la situation en Europe, des bouffées de cas, mais pas de vagues de décès. Les services de santé vont donc devoir rester vigilants très longtemps. Enfin, l'Iran reste dans une situation préoccupante, après avoir déjà payé un lourd tribu à la maladie. Le nombre de décès quotidien semble rpeartir à la hausse, pour une raison inexpliquée. Concernant le Québec, après une stabilisation des cas de contaminations, l'épidémie repart de nouveau, et les personnes en soins intensifs aussi. Lasignature sur les décès se verra dans un mois environ. Aux Etats)Unis, la baisse amorcée depuis plusieurs semaines se confirme.

- (8 septembre 2020) Un peu de détente avec un humour magnifique ! Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 9 septembre

- (9 septembre 2020) Les chiffres se dégradent nettement en France sur tous les fronts et les décès notamment. Est-ce une fluctuation ou l'amorce d'une tendance ? Seuls les prochains jours le confirmeront. D'après le modèle, c'est une tendance lourde, conséquence de l'augmentation importante du nombre de cas de contamination, qui touche de plus en plus les clasess d'âge élevées.

- (9 septembre 2020) La professeure Karine Lacombe testée positive au Covid-19. Lire l'article ici.

- (9 septembre 2020) Un article très complet sur les mécabismes de transmission du virus. Lire l'article ici.

- (9 septembre 2020) États-Unis: un rassemblement de motards sans doute lié à plus de 200.000 cas de coronavirus. Si c'est bien confirmé, cela souligne une fois de plus la très grande contagiosité du virus. Lire l'article ici.

- (9 septembre 2020) Pas facile de voyager en Asie avec le coronavirus... Lire l'article ici.

- (9 septembre 2020) Une deuxième vague frappe l'Espagne. Lire l'article ici.

- (9 septembre 2020) "Formes longues" du coronavirus : que sait-on de ce mal qui ronge 5 à 10% des personnes ayant eu la Covid-19 ?. Lire l'article ici.

- (9 septembre 2020) AstraZeneca suspend les essais de son vaccin après l'apparition d'une "maladie potentiellement inexpliquée" chez un volontaire. la course au vaccin n'est pas gagnée... Lire l'article ici et .

- (9 septembre 2020) Le Covid-19 présente une «surmutation», affirme le professeur Didier Raoult. A voir si cette annonce est scientifiquement valable. Lire l'article ici.

- (9 septembre 2020) Quels sont les meilleurs vaccins contre le coronavirus à surveiller . Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (9 septembre 2020) Réinfections à coronavirus: trois questions que se posent les scientifiques. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (9 septembre 2020) Les raisons détaillées des attaques contre le Pr. Raoult devant l'ordre des médecins. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 10 septembre

- (10 septembre 2020) Le président de la région Paca juge "inconcevable" un reconfinement local. Lire l'article ici.

- (10 septembre 2020) Le gouvernement va devoir « prendre des décisions difficiles », prévient le conseil scientifique. Lire l'article ici.

- (10 septembre 2020) Sciences, expertises, politiques et Covid-19. Lire l'article ici.

- (10 septembre 2020) Quelles limites pour le traçage numérique ? StopCovid et au-delà. Lire l'article ici.

- (10 septembre 2020) Hôpitaux de Marseille sous tension : Didier Raoult lance un appel aux médecins volontaires. Lire l'article ici.

- (10 septembre 2020) Le conseil scientifique dresse un « constat d’échec » du dispositif actuel de « quatorzaine ». Lire l'article ici.

- (10 septembre 2020) Les autorités sanitaires allemandes annoncent placer trois nouvelles régions françaises comme "zone à risque" concernant la circulation du coronavirus.. Lire l'article ici.

- (10 septembre 2020) Quelques ajustements mineurs dans les paramètres de simulations pour tenir compte de ralentissements de l'épidémie dans certains pays (Pologne, Espagne, Corée du Sud, ...), ou d'accélérations (Québec, Pays-Bas,...). On contaste clairement des bouffées épidémiques de partout, comme en Chine ou en Corée du Sud. La Suède a retrouvé son plateau épidémique de cas confirmés de contamination, mais le nombre de décès est bien plus bas qu'en mars-avril. On ne peut donc expliquer cet écart que par une plus faible différence dans le nombre réel de personnes contaminées et celui mesuré. Comme on effectue progressivement de plus en plus de tests, le nombre réel de personnes infectées, et le nombre mesuré se rapprochent, donc dans les faits, les situations sont très différentes entre mars-avril et aujourd'hui. L'épidémie est certainement bien moins active, ce qui ne veut pas dire qu'elle ne pourra pas repartir, loin de là (les bouffées le prouvent). Il en est de même en Italie et en France. Le niveau de létalité peut avoir aussi varié, mais quand on observe les ordres de grandeurs en jeu, ce ne sont pas les 20% de réduction de létalité qui vont faire une telle différence. De tout évidence, on ne peut plus lire les chiffres avec la grille de mars-avril. L'ampleur des tests permet progressivement de voir bien plus clair sur la situation réelle des contaminations. Dans ces conditions, en France, il n'est pas exclu que l'on remonte dans les deux prochaines semaines vers 50-100 décès par jour environ (on approche de cela en Espagne qui a deux semaines d'avance sur nous), la situation proche de celle à la fin du confinement... Il sera intéressant de suivre les chiffres à ce sujet. Maintenant, une question brûle les lèvres: pourquoi l'épidémie repart-elle en France si fortement, malgré les règles sanitaires imposées à coups de décrets préfectoraux ? Finalement, même si le port du masque semble une mesure mécanique simple (comme avec le préservatif pour le VIH) pour réduire le contact avec le virus, il semble que le comportement sociétal global joue un rôle majeur dans la dynamique épidémique. Une certaine discipline collective est nécessaire pour limiter les problèmes, mais ce n'est pas forcément suffisant vu la forte contagiosité du virus. Même en Chine, l'épidémie redémarre parfois pour un rien, alors qu'une discipline de fer est imposée... la COVID-19 n'a pas dit son derneir mot de toute évidence. A noter que les simulations sont toujours effectuées avec les taux de létalité calculés à partir du cas du Diamond-Princess et de la pyramide des âges pour chaque pays étudié. Compte tenu du bruit sur les données, on ne peut conclure que les caractéristiques générales du virus ont changé, et que l'amélioration des soins a un impact observable statistiquement.

- (10 septembre 2020) Ouverture de nouveaux lits en réanimation dans les prochaines semaines en PACA. Lire l'article ici.

- (10 septembre 2020) Situation inquiétante en France quant à l'évolution épidémique. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 11 septembre

- (11 septembre 2020) Le Pr. Didier Raoult implicitement traité de charlatan... Lire l'article ici.

- (11 septembre 2020) Évolution de la virulence et COVID-19. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (11 septembre 2020) Les modèles de coronavirus. Pourquoi ils sont toujours utiles.. Lire l'article ici.

- (11 septembre 2020) Il y a 6 mois, la COVID-19 était officiellement une pandémie. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 12 septembre

- (12 septembre 2020) Le point après 6 mois de pandémie. Lire l'article ici.

- (12 septembre 2020) Une trentaine de chercheurs appellent à dissoudre le comité scientifique sur la COVID-19... la bonne blague ! Lire l'article ici.

- (12 septembre 2020) 200 médecins appellent à "laisser Didier Raoult en paix" ! On se croirait dans un match PSG/OM... Lire l'article ici.

- (12 septembre 2020) Animation très intéressante de la montée des cas de contamination par la COVID-19 en France depuis trois mois environ. Il n'y a pas que les zônes balnéaires qui ont été concernées. Instructif. Lire l'article ici.

- (12 septembre 2020) Une nouvelle polémique au Lancet, cette fois-ci sur le vaccin russe... Lire l'article ici.

- (12 septembre 2020) Les décisions récentes du gouvernement face à la recrudescence des infections. Lire l'article ici.

- (12 septembre 2020) Le taux de reproduction R semble nettement baisser en Ile-de-France. Est-ce le signe que la politique des masques fonctionne enfin ? Lire l'article ici.

- (12 septembre 2020) Une histoire étrange... Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (12 septembre 2020) Un grand nombre de patients de Los Angeles se sont plaints de la toux dès décembre, selon une étude. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (12 septembre 2020) Le point sur l'épidémie de COVID-19 en Inde. Lire l'article ici. Merci pour le lien.

- (12 septembre 2020) Un modèle allemand pour simuler l'impact des mesures gouvernementales. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (12 septembre 2020) Deep learning et modélisation de la COVID-19, sur la base d'un modèle type SEIR. Est-ce l'avenir ? Probablement quand il faut gérer un très grand nombre de données variant de plus avec le temps. Mais il y a une barrière infranchissable : on ne peut pas anticiper une information qui n'existe pas encore. En phase ascendante de l'épidémie, tous les modèles sont mauvais. Une fois le pic passé, c'est bien plus précis. J'avais montré des calculs à ce sujet. Tout juste peut-on faire des conjectures ! Les chinois avaient souligné cela dans des publications dès janvier 2020. A noter que le confinement est en principe l'arme absolue contre l'épidémie, car le R0 vaut zéro, puisqu'on coupe toute interaction entre personnes. On peut alors anticiper, car c'est la seule limite simple et infaillible sur une évolution exponentielle épidémique. Et là, même pas besoin de modèle !!! :) Mais c'est dévastateur pour l'économie et impossible ou presque à atteindre. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (12 septembre 2020) En France, l'épidémie prend de l'ampleur sur les décès quotidiens, comme prévu par le modèle en suivant la pente des cas de contaminations. Cela prouve que la politique des tests massifs porte ses fruits et permet de bien mieux suivre l'épidémie. D'ailleurs, il y a moins de décès, cas il y a moins de personnes infectées, comme souligné avant-hier. C'est net pour la Suède, et valable aussi pour la France. Si l'on baisse significativement le taux de létalité (pyramide des âges, et progrès médicaux), cela signifierait qu'il y bien plus de gens infectés pour avoir le niveau de décès observé. Pour l'instant, rien ne permet de l'affirmer sur la foi des courbes. Tout concorde avec les chiffres utilisés depuis le début de l'épidémie, à quelques corrections mineures près. L'espoir vient peut-être de l'Espagne, où les cas de contaminations commencent à ralentir après deux mois de hausse assez forte et une augmentation des décès avc 30 j de délai. La France est sur la pente ascendante, mais avec l'Espagne, pays voisin, mais aussi l'expérience des états américains du Sud qui ont fait face à une spectaculaire remontée des cas d'infection qui a pu être jugulée, on peut espérer pour la France encore un à deux mois difficiles, puis un reflux avant la fin de l'année, avec un maximum de décès par jour ne dépassant pas 100 environ. Il ne faut donc pas relacher la pression sur le port du masque et les gestes barrières. Sinon, ce peut être l'emballement, et on connait la suite au Brésil et ailleurs !

Fermer


- Nouvelles du 13 septembre

- (13 septembre 2020) Statistiques et modèles mathématiques : doit-on les laisser nous gouverner ? Lire l'article ici.

- (13 septembre 2020) Analyse de la stratégie suédoise. Lire l'article ici.

- (13 septembre 2020) Une chinoise affirme avoir des preuves que le virus est sorti d'un labo de Wuhan... Vieille affaire toujours pas éclaircie ! Lire l'article ici.

- (13 septembre 2020) AstraZeneca reprend ses tests de phase 3 pour son vaccin. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 14 septembre

- (14 septembre 2020) Israël annonce un reconfinement national de trois semaines. Lire l'article ici.

- (14 septembre 2020) La fréquentaton des bars et restaurants semble être une source importante de contamination. A méditer. Lire l'article ici.

- (14 septembre 2020) Un lien très intéressant à garder précieusement car il y des mises à jour. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (14 septembre 2020) La grande supercherie des tests PCR. 90% des personnes positives ne seraient pas malades... Un peu beaucoup quand même... Pas très compatible avec la dynamique observée. Lire l'article ici.

- (14 septembre 2020) Le Pr. Didier Raoult n'aime pas être traité comme un vilain petit canard... Il l'a pourtant bien cherché ! Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 15 septembre

- (15 septembre 2020) Face à une accélération « brutale », restrictions renforcées dans le Nord, les Bouches-du-Rhône et la Gironde. Lire l'article ici.

- (15 septembre 2020) la Chine confine une ville entière après la découverte de trois cas. Lire l'article ici.

- (15 septembre 2020) Plusieurs clusters identifiés dans l'enseignement supérieur, les étudiants appelés à "un effort collectif". Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 16 septembre

- (16 septembre 2020) A la suite du conseil de défense, l’idée d’un traitement de faveur pour les utilisateurs de StopCovid a émergée. Une hypothèse qui pourrait toutefois se révéler illégale.. Lire l'article ici.

- (16 septembre 2020) Didier Raoult s’emporte devant le Sénat. La science ne se fait pas au Sénat. C'est du théatre. Même si je partage pas sa attitude préjudiciable à la science, ce qui lui est demandé n'est pas sérieux. Lire l'article ici.

- (16 septembre 2020) Ab8, le nouvel espoir pour endiguer l'infection du coronavirus. Lire l'article ici.

- (16 septembre 2020) Comment la pandémie a eu des effets désastreux sur l'environnement. Lire l'article ici.

- (16 septembre 2020) Les courbes des Etats-Unis et de l'UE se sont-elles croisées?. Lire l'article ici.

- (16 septembre 2020) La Chine évoque un potentiel vaccin pour "novembre ou décembre". Lire l'article ici.

- (16 septembre 2020) 76 days : un documentaire dans l'horreur des hôpitaux de Wuhan au début du coronavirus présenté au TIFF. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 17 septembre

- (17 septembre 2020) Covid-19 et perte d’odorat : l’IRM révèle un œdème transitoire d’un étroit canal des fosses nasales. Lire l'article ici.

- (17 septembre 2020) Il serait impossible de produire assez de vaccins contre le Covid-19 avant 2024. Lire l'article ici.

- (17 septembre 2020) Covid en France : près de 10 000 nouveaux cas, inquiétudes en Ehpad. Lire l'article ici.

- (17 septembre 2020) Coronavirus en chiffres : bilan en France, mercredi 16 septembre 2020. Des cartes très instructives en bon accord globalement avec les résultats du modèle. Lire l'article ici.

- (17 septembre 2020) France, Canada, Chine… face au spectre du confinement, les restrictions se multiplient. Lire l'article ici.

- (17 septembre 2020) La Covid-19, "pire que toutes les sciences-fictions" : les sombres prédictions d'un expert de l'OMS . Lire l'article ici.

- (17 septembre 2020) Antoine Flahault : « Nous sommes peut-être en train d'observer les fondements de ce qui deviendra une deuxième vague ». Cet épidémiologiste de Genève est vraiemnt remarquable. Lire l'article ici.

- (17 septembre 2020) https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-si-coronavirus-combinait-autre-virus-83001/ . Lire l'article ici.

- (17 septembre 2020) Covid et immunité: des pistes négligées? Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (17 septembre 2020) Les mutations auraient renforcé l'infectivité du SARS-CoV-2. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 18 septembre

- (18 septembre 2020) Si l'application StopCovid est utile, il faut la rendre obligatoire ! Mais est-elle utile ? Lire l'article ici.

- (18 septembre 2020) L'application StopCovid n'aurait envoyée que 200 alertes... Si c'est exact, c'est un gros bide, prévu d'avance ! Lire l'article ici.

- (18 septembre 2020) Le président du Haut conseil de la santé publique dénonce le « populisme scientifique ». Parfaitement d'accord ! Lire l'article ici.

- (18 septembre 2020) Restrictions à Nice et Lyon, dépistage : les dernières annonces d'Olivier Véran sur la Covid-19. L'intervention du ministre était claire et précise, et cohérente. Cela n'a pas été toujours le cas ! Lire l'article ici.

- (18 septembre 2020) La Creuse était le dernier département français à ne pas avoir franchi le seuil de vigilance, fixé à 10 nouveaux cas pour 100.000 habitants. Tous les départements de la métropole sont au-dessus de ce seuil. Ce qui est notable est la montée globale des cas, partout en France. La dynamique est clairement différente par rapport à mars-avril, à moins que ce ne soit l'effet d'un nombre plus important de tests. Lire l'article ici.

- (18 septembre 2020) En Chine, une bactérie s’échappe d’un laboratoire et contamine plusieurs milliers de personnes. Instructif... Lire l'article ici.

- (18 septembre 2020) Lettre ouverte au professeur Raoult, par le Dr. Jérôme Marty. Un courrier cinglant que je partage pleinement. Les 3500 publications dans une carrière n'ont aucun sens. J'avais fait le calcul, c'est insensé. Un clown à roulette ce Pr. Raoult... Lire l'article ici.

- (18 septembre 2020) En France, "la situation est vraiment mauvaise", s'inquiète l'épidémiologiste Catherine Hill. Lire l'article ici.

- (18 septembre 2020) "Pas de vérité scientifique brutale" pour le port du masque mais c'est "intelligent pour changer les comportements". Le Pr. raoult reviendrait-il sur terre... Lire l'article ici.

- (18 septembre 2020) Moderna et Pfizer dévoilent les règles de leurs essais cliniques pour leur vaccin. Transparence ! Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (18 septembre 2020) Le point sur les simulations et la situation générale. D'abord, en Europe, on observe des redémarrages des contaminations un peu partout, mais aussi aux Etats-Unis. C'est le tout début pour certains pays ou états, mais c'est notable. Est-ce l'effet de l'automne et que la vie sociale est plus dans des lieux confinés ? A voir. En Espagne, le pays le plus touché, les contaminations saturent, ce qui est bon signe. En France, on pourrait presque voir l'amorce de ce processus. En attendant les décès montent comme prévu par le modèle, sans avoir changé les paramètres globaux de la COVID-19. L'Italie semble bien contrôler la dynamique des cas, et les décès devraient prochainement baisser et rester à bas niveau. Cela se voit déjà sur les personnes en soins intensifs (courbure vers une stabilisation). En Iran, l'épidémie flambe de nouveau, et les décès repartent très forts à la hausse. Pourquoi ? En Chine, une bouffée de contaminations est en train d'arriver. Une de plus ! Le Mexique continue sa baisse très lente et régulière des décès. Selon le modèle, le pays aurait un niveau relatif d'immunité de 55%. A noter que le Brésil est proche d'un début de descente, et le niveau relatif d'immunité de 50%, le même que pour le Mexique. Est-ce un hasard ? Je ne le pense pas. L'Inde fait toujours face à une évolution inquiétante, mais sur la base d'arguments développés quelques jours plus tôt, le pays devrait se trouver dans une situation analogue à celle du Brésil avec un R proche de 1, et 1000-1200 décès quotidiens pendant de longs mois. Si on prend le chiffre de 50% comme seuil d'immunité relative pour l'amorce d'une baisse, il faudra encore plusieurs mois avant d'y arriver (10% actuellement...). Le Québec et les Pays-Bas ont des dynamiques voisines, avec une augmentation significative des cas de contamination depuis deux ou trois semaines. Au Quebec, le nombre de personnes en soins intensifs repart fort. Au Royaume-Uni, les contaminations augmentent fortement et les décès repartent à la hausse également mais les données sont très bruitées. En Suisse, la situation tend à se stabiliser, et le modèle fournit bien les bonnes valeurs avec presque 30 jours d'avance sur le niveau des décès et des personnes en soin intensifs. Bref situation globalement morose, qui montre qu'on ne sera pas débarassé de sitôt de la COVID-19. Le modèle fonctionne remarquablement pour établir des analogies entre pays, et se projeter sur du moyen et long terme.

- (18 septembre 2020) Comment un mariage aux Etats-Unis tourne à la catastrophe... Une personne malade, 65 convives (au-delà de la limite de 50 personnes), 177 personnes contaminées un peu partout et 7 décès... Cela démontre parfaitement la contagiosité du virus. Lire l'article ici.

- (18 septembre 2020) Le coronavirus met un frein à l’arrivée des étudiants étrangers dans les universités et les écoles. J'ai été et je suis toujours confronté à ce problème sérieux. Lire l'article ici.

- (18 septembre 2020) Pour la première fois depuis la fin du confinement, il y a une augmentation du nombre de morts en France. On le sait ici depuis quelque temps !! Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 19 septembre

- (19 septembre 2020) Le taux de reproduction en baisse dans 12 régions. Une bonne nouvelle qui annonce un retour progressif à la normale dans ces régions. Lire l'article ici.

- (19 septembre 2020) L'épidémie de Covid-19 a déjà fait plus de morts que la canicule de 2003. Lire l'article ici.

- (19 septembre 2020) Des centaines de jeunes réunis pour faire la fête sur les berges du Rhône à Lyon. Lamentable. Le succès d'une politique sanitaire contre une épidémie grave est le civisme de la population... toute classe d'âge confondue. Lire l'article ici.

- (19 septembre 2020) Science-Po Paris fermé pour 15 jours, trop de cas de COVID-19. La rentrée étudiante était un passage obligé que l'on redoutait, vu le peu d'implication de cette classe d'âge, surtout sous l'emprise alcoolique... Les teufs étudiantes et la COVID-19 ne font pas bon ménage... Lire l'article ici.

- (19 septembre 2020) Le contreversé remdesivir développé pour le virus Ebola ne sera pqs remboursé, car son éfficacité contre COVID-19 est trop faible. Normal. Cela clôt des polémiques stériles. Lire l'article ici.

- (19 septembre 2020) Feu vert de la Haute autorité de santé pour l'utilisation des tests salivaires en cas de symptômes. Lire l'article ici.

- (19 septembre 2020) Un rattrapage de données provoque une forte hausse du nombre de décès dans les hôpitaux. Donc le nombre quotiden de décès d'hier est biaisé, et plutôt proche de 50, comme prédit par le code !! :). Un incident qui souligne la formidable machine de comptage qui doit être en place pour analyser l'épidémie, partout dans le monde, et tous les jours ! Pas facile. Lire l'article ici.

- (19 septembre 2020) Marseille va-t-elle droit vers une catastrophe ? Eh Raoult, et ta chloroquine, elle ne marche plus ? :) . Lire l'article ici.

- (19 septembre 2020) Les 14 grandes villes les plus touchées par la reprise de l'épidémie. Cet article est particulièrement intéressant, car j'avais calculé les 10 villes les plus à risques en France. Et on les retrouve maintenant dans cette liste. Cela veut dire aussi que l'épidémie est bien plus distribué sur le territoire qu'en mars-avril. Ce n'est pas une excellente nouvelle. Lire l'article ici.

- (19 septembre 2020) Les porteurs de lunettes moins à risque de développer la maladie ?. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 20 septembre

- (20 septembre 2020) Les prévisions inquiétantes d'une épidémiologiste pour les prochaines semaines. Je les trouve un peu sombres. Lire l'article ici.

- (20 septembre 2020) « Tout cela n’a servi à rien » : les patients désemparés par le temps d’attente pour les tests PCR Covid-19 . Lire l'article ici.

- (20 septembre 2020) Ce que masque l’affaire Raoult ? L’infantilisation des patients. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 21 septembre

- (21 septembre 2020) Un exemple parmi d'autres des exagérations du Pr. D. Raoult. Lire l'article ici.

- (21 septembre 2020) De grosses fêtes en pleine pandémie... Cela démontre le niveau actuel de civisme d'une frange de la population... Lire l'article ici.

- (21 septembre 2020) Les données (décès et cas de contamination certifiés) le week-end sont de plus en plus difficiles à obtenir, et de moins en moins fiables, car celles-ci ne remontent pas des hôpitaux ou laboratoires vers les agences de santé. Cela donne les évolutions périodiques bien visibles sur les courbes de corrélations croisées. Les valeurs sont en général plus faibles le week-end, et remontent les lundis et mardis par compensation...

- (21 septembre 2020) Quels biais cognitifs ont influencé la réaction de la population face à la COVID-19 ? Instructif ! Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 22 septembre

- (22 septembre 2020) Ces personnes contentes d'avoir attrapé la COVID-19 ! Lire l'article ici.

- (22 septembre 2020) Un cas probable de maladie de Parkinson induit par le SARS-CoV-2. Ce n'est pas le premier virus à être ainsi la cause de cette pathologie. Lire l'article ici.

- (22 septembre 2020) Lourdes gère avec difficulté la situation épidémique... pas de miracle ! . Lire l'article ici.

- (22 septembre 2020) Les réserves de sang baissent, la situation est « extrêmement inquiétante ». Lire l'article ici.

- (22 septembre 2020) L’Italie impose un dépistage aux voyageurs venus des Hauts-de-France. Lire l'article ici.

- (22 septembre 2020) Le potentiel du Zinc dans la protection contre le coronavirus. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (22 septembre 2020) La COVID-19 est transmise par des aérosols. Nous avons suffisamment de preuves, il est maintenant temps d'agir. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (22 septembre 2020) Immunité collective contre la COVID-19 en Amazonie brésilienne. Un excellent travail montrant que l'immunité de groupe a été atteinte très probablement à Manaus en Amazonie, et que 66% de la population a été infectée. C'est moindre que ce qui est calculé par le modèle pour les villes de Sao Paulo et Fortaleza (où l'immunité de groupe est atteinte a priori pour Fortaleza en particulier, ce qui explique la baisse des cas et des décès à des niveaux très bas), mais confirme que la contagiosité du virus SARS-CoV-2 est très grande. A noter que la séroprévalence tend à diminuer avec le temps de manière très visible, ce qui indique que le taux d'anticorps spécifiques au virus SARS-CoV-2 faiblit avec le temps assez rapidement, ce qui est normal pour une infection ponctuelle. Mais les cellules du système immunitaire gardent-elles malgré tout la capacité de générer de nouveaux anticorps ? C'est un point essentiel car une seconde vague pourrait en principe repartir, même si l'immunité de groupe est atteinte transitoirement. La mesure de la séroprévalence est très sensible, et si le type de tests n'est pas assez pertinent, on peut vite sous-estimer celle-ci. Cette étude est une invitation à suivre les grandes villes du Brésil, comme je l'ai fait depuis 3-4 mois environ (Fortaleza puis Sao Paulo), car la dynamique épidémique est particulièrement instructive, la COVID-19 s'étant développée de manière puissante dans ce pays. A noter que même si les brésiliens ont faiblement adhéré à l'idée d'un confinement (euphémisme), le papier souligne que les analyses des téléphones portables ont permis d'observer que la population avait tendance à effectuer une distanciation sociale naturellement. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (22 septembre 2020) Analyse de la séroprévalence dans trois régions de France. Les résultats annoncés et ceux du code pour la France entière sont très voisins. Elle est bien moindre qu'au Brésil, et a peu changé depuis la fin du confinement qui a bloqué la diffusion du virus. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 23 septembre

- (23 septembre 2020) Vaccin contre le coronavirus : le décollage raté de Spoutnik V. Lire l'article ici.

- (23 septembre 2020) La misère durable des malades de longue durée du SARS-CoV-2. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (23 septembre 2020) École Centrale de Lyon: plus de 200 étudiants déclarés positifs au Covid-19. Bravo !! Merci à tous ces jeunes qui se dévouent pour créer l'immunité collective... Lire l'article ici.

- (23 septembre 2020) Bordeaux : « Les étudiants représentent une population fragile à risque au moment de cette épidémie », estime un chercheur. Lire l'article ici.

- (23 septembre 2020) Coronavirus au Japon : Un médicament, l’Avigan, réduirait la durée de la convalescence. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 24 septembre

- (24 septembre 2020) Diffusion du coronavirus SARS-CoV-2 : ce que nous apprennent les clusters de Hongkong. Trsè instructif. Lire l'article ici.

- (24 septembre 2020) L'Argentine sous le joug d'un interminable confinement. Lire l'article ici.

- (24 septembre 2020) Christian Perronne : "on a tellement terrorisé les médecins de ville qu'ils n'osent plus prescrire". Quand ce n'est pas le Pr. Raoult, c'est le Pr. Peronne ! En France, on se marre bien ! Lire l'article ici.

- (24 septembre 2020) « Je ne peux pas laisser dire que nous n’avons rien fait », Agnès Buzyn défend son bilan devant la commission du Sénat. Lire l'article ici.

- (24 septembre 2020) Fermeture des bars à 22h en zone d’alerte « renforcée », Aix-Marseille et Guadeloupe en « zone alerte maximale ». Lire l'article ici.

- (24 septembre 2020) Coronavirus dans l’Oise : Le maire de Creil vent debout contre le mensonge de la ministre des Armées. Lire l'article ici.

- (24 septembre 2020) La carte de France de la COVID-19. les Bouches-du-Rhône en alerte maximale. Mais que fait le Pr. Raoult ! Lire l'article ici.

- (24 septembre 2020) Paris : fêtes interdites, fermeture partielle des bars... les nouvelles mesures anti-Covid. Lire l'article ici.

- (24 septembre 2020) Coronavirus - Aix : "Ferme-la, Véran !", la grosse colère de Maryse Joissains... Lire l'article ici.

- (24 septembre 2020) Une étude génétique massive montre que le coronavirus mute et évolue potentiellement dans un contexte de propagation rapide aux États-Unis. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

Fermer


- Nouvelles du 25 septembre

- (25 septembre 2020) Didier Raoult accuse ses collègues marseillais de diffuser "des messages alarmistes. Lire l'article ici.

- (25 septembre 2020) La vidéo qui montre la naissance d'un cluster en Espagne. Très instructif ! Lire l'article ici.

- (25 septembre 2020) Coronavirus à Marseille : Bataille de chiffres, hôpitaux saturés... Où en est vraiment l'épidémie ? Lire l'article ici.

- (25 septembre 2020) Coronavirus: la situation à Marseille s'améliore-t-elle vraiment, comme l'affirment les élus locaux? Lire l'article ici.

- (25 septembre 2020) Pourquoi le médicament PB28 pourrait changer la donne de la COVID-19 ? Enfin une molécule antivirale qui ne tue pas les cellules en culture avant de tuer le virus. Lire l'article ici et le papier technique ici. Merci pour le lien !

- (25 septembre 2020) Fermeture des bars et des restaurants à Marseille : la Ville réclame un délai de dix jours. On constate une fois de plus que nos responsables politiques ne comprennent rien au processus épidémique. Lire l'article ici.

- (25 septembre 2020) Mesures anti-Covid: l'exécutif pas favorable à un sursis de 10 jours à Marseille. Lire l'article ici.

- (25 septembre 2020) Covid-19: huit enfants de moins de 9 ans se trouvent actuellement en réanimation en France. Lire l'article ici.

- (25 septembre 2020) Le coronavirus se répand-il plus facilement dans les bars et restaurants?. Lire l'article ici.

- (25 septembre 2020) Moins de contacts avec la famille, privés de voyage: les seniors en plein blues. Lire l'article ici.

- (25 septembre 2020) Les Hôpitaux de Paris vont reporter 20 % des opérations chirurgicales « à compter de ce week-end ». Lire l'article ici.

- (25 septembre 2020) Le ministre de la santé Olivier Véran recadre Nicolas Bedos. Nicolas Bedos brille par son intelligence... Lire l'article ici.

- (25 septembre 2020) Coronavirus à Toulouse : Comment les fêtards s’organisent après « le coup des bars ». Une belle attitude responsable... Avec cela l'épidémie prendra de l'ampleur ! Lire l'article ici.

- (25 septembre 2020) Sibeth Ndiaye met le fiasco de la communication gouvernementale sur le dos des Français. Elle a le sens de la communication ! Une femme politique qui a tout compris... Lire l'article ici.

- (25 septembre 2020) Plus efficace que le vaccin : injecter le vrai virus... « ralenti ». Une méthode ancienne et connue, mais... risquée avec un vnouveau virus ! Lire l'article ici.

- (25 septembre 2020) Un épidémiologiste odieux dans la manière de se comporter, prenant tous les gens pour des imbéciles qui ne comprennent pas les chiffres. Après, il ne faut pas s'étonner que la population perde confiance. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (25 septembre 2020) Un petit peu de rétrospective... Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (25 septembre 2020) Une méthode améliorée pour estimer le nombre effectif de reproduction de la pandémie COVID-19: leçons de son application en Grèce. Constat: les modèles de mobilité de la population affectent de manière significative le nombre de reproduction. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (25 septembre 2020) Le rôle étonnant du crabe fer à cheval pour le vaccin contre la COVID-19. Lire l'article ici. Merci pour le lien !

- (25 septembre 2020) Marseille "est entre les mains d’un fou", estime Raphaël Enthoven à propos du Pr Raoult. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 26 septembre

- (26 septembre 2020) Selon deux Prix Nobel, sans confinement en décembre, il y aura une hécatombe après Noël. Cela me semble très peu probable voire fantaisiste sur la base des dynamiques observées. Une troisième vague est toujours possibe, mais rien n'indique qu'elle sera pire que l'actuelle. Lire l'article ici.
" target="_blank">ici.

- (26 septembre 2020) Didier Raoult tacle le gouvernement sur le Covid : «La décrue continue». Ce monsieur ne sait pas lire les chiffres. Si ce qu'il annonce est lié à l'IHU seulement pourquoi pas, mais globalement c'est très étrange... Lire l'article ici.

- (26 septembre 2020) COVID-19: les autorités sanitaires approuvent un 3ème type de tests, pour "désengorger" les labos. Lire l'article ici.

- (26 septembre 2020) En Chine, la pandémie empêche les étrangers de circuler. Pas bon pour les collaborations... Lire l'article ici.

- (26 septembre 2020) Formes graves de la Covid-19 : 15 % s'expliquent par ces deux anomalies. Lire l'article ici.

- (26 septembre 2020) Coronavirus à Marseille : « Guéguerre politique », « qu’ils ouvrent des lits en réa »... Les Marseillais ne comprennent pas la fermeture des bars et des restaurants. Lire l'article ici.

Fermer


- Nouvelles du 27 septembre

- (27 septembre 2020) Coronavirus : deux millions de morts « probables » si rien n'est fait contre la pandémie. Lire l'article ici.

- (27 septembre 2020) La fermeture des bars et restaurants limitée à Marseille et Aix, 22h pour 15 autres communes. Lire l'article ici.

- (27 septembre 2020) Une étude apporte la preuve génétique que le Covid-19 se transmet en vol. Lire l'article ici.

- (27 septembre 2020) Raoult : une scientifique traque ses erreurs. Lire l'article ici.

- (27 septembre 2020) "Vivez à fond, tombez malade" : la réponse cinglante d'Olivier Véran aux propos chocs de Nicolas Bedos. Bien mérité. Nicolas Bedos se fiche ouvertement des gens prennent des risques . Lire l'article ici.

- (27 septembre 2020) Olivier Véran exclut un reconfinement «préventif» avant la Toussaint ou Noël. Lire l'article ici.

- (27 septembre 2020) "Après les gilets jaunes, peut-être des torchons jaunes?", les restaurateurs d'Aix-Marseille ne décolèrent pas. Lire l'article ici.

- (27 septembre 2020) Des médecins réclament des "mesures drastiques" pour éviter une deuxième vague "plus difficile". Lire l'article ici.

- (27 septembre 2020) "La deuxième vague arrive plus vite que nous le redoutions", s’inquiète l’Ordre des médecins. Lire l'article ici.

Fermer



Analyse globale de l'épidémie de COVID-19 (19/04/2020 + mises à jour)


Une réflexion sur la question de la dynamique de l'épidémie.

On constate en effet que les pays, régions ou villes avec des populations denses sont les plus touchées. C'est un fait normal, car la probabilité d'interaction entre personnes est alors plus élevée. Les cas d'école avec une très forte densité sont les bateaux (porte-avion Charles-de-Gaulle, et paquebot Diamond-Princess). A titre de comparaison à Paris, la densité est de 20,000 habitants/km2. Sur un bateau comme le Charles-de-Gaulle, qui fait 245 m de long et 65 m de large, en considérant 3 ponts, la densité de population atteint 1,700*1,000,000/245/65/3 = 35,000 personnes/km2 ! Pas étonnant que l'épidémie explose. A titre comparatif, à Marseille, la densité de population n'est que de 3,500 habitants/km2, donc bien moindre. A Wuhan, elle est de 5,800 habitants/km2 (bien moindre qu'à Paris !), et à Manhattan (New-York), elle atteint 27,000 habitants/km2. A Dakar au Sénégal, elle vaut 5,500 habitants/km2 quatre fois moins que de Paris, alors qu'il n'y a que très peu de décès comparativement... On expliquera cette différence spectaculaire. En Afrique, avec des disparités importantes, la densité de population est globalement faible, 40 habitants/km2 (Europe 73 habitants/km2, Etats-Unis 33 habitants/km2, Chine 148 habitants/km2, et Inde 395 habitants/km2) sauf au Nigéria (Lagos notamment avec 21,300 habitants/km2). Et c'est à Lagos au Nigéria qu'il y a le plus de cas ! Donc si la densité de population est un facteur important, c'est bien dans des zones localisées où la densité de population est très élevée que l'épidémie se développe le plus.

Mais, ce n'est pas le seul critère. En effet, la létalité, qui est le facteur psychologique essentiel de toute épidémie ne suit pas exactement le rapport de densité de population comme entre Dakar et Paris ! En plus comme indiqué hier, la taux de létalité lié à 100% au COVID-19 peut être sujet à controverse, et il est même très probable que celui-ci soit bien plus faible (< 0.7%) qu'annoncé par l'OMS (2-3%). En revanche, le COVID-19 engendre un très grand nombre de gens sérieusement malades, et la question est donc de savoir pourquoi tant de gens sont si malades dans un pays et alors que ce nombre est bien plus faible dans un autre, à densité de population égale...

C'est là qu'intervient la pyramide des âges. Elle est très pondérée vers les âges jeunes pour l'Inde, 56% de la population a moins de 30 ans, alors que pour la France, elle est uniforme et seulement 37% de la population a moins de 30 ans ! Voir le lien ici. Aux Etats-Unis, elle est de 41%, comme en Chine qui paie un lourd tribu de l'enfant unique ! En Afrique, les écarts sont encore plus marqués : Sénégal 72% de la population a moins de 30 ans, idem au Nigéria, 55% au Maroc et en Algérie. Donc, comme on sait que le COVID-19 touche bien plus les personnes âgées que les jeunes (qui peuvent être porteurs sains ou faiblement malades, 99.8% pour les plus de 30 ans, voir la courbe dans la note technique), il n'est pas surprenant que l'épidémie reste presque muette en Inde et en Afrique, sauf dans les régions à très forte densité de population, où les cas de COVID-19 émergent un peu plus, comme au Nigéria, car la forte densité compense le faible ratio de la population qui peut être réellement touchée.

Donc en résumé, le COVID-19 est une maladie des régions très denses où la fraction de personnes âgées est élevée. C'est la conjugaison des deux facteurs qui rend le problème aigu. Donc les pays Européens, la Chine, les Etats-Unis sont plus touchés que l'Afrique et l'Inde, sauf en des régions très localisées à forte densité de population. Par exemple en Russie, la ville de Moscou sera très touchée, mais pas le reste du pays, même si 39% de le population à moins de 30 ans. La densité de population est en effet extrêmement faible ailleurs.

A partir de cette analyse, on peut extraire un critère sur l'impact de l'épidémie de COVID-19 en terme sanitaire. Ce facteur Fcovid est le produit de (la densité d'habitants/km2)x(la fraction de personnes de plus de 30 ans). Plus Fcovid est élevé, plus le risque de dommages sanitaires est élevé:

  % population + de 30 ans Density population (hbts/km2) Fcovid Nbre décès COVID-19/100,000 hbts
France 0.63 105 66 27
France, Paris 0.63 22,000 14,000 48
France, Marseille 0.62 3,500 2,170 3
France, Cantal 0.63 25 16 0
Suède 0.63 23 15 14.9
Chine 0.59 148 87 0.33
Chine, Wuhan 0.59 5,800 3,422 34
Inde 0.44 395 174 0.28
Sénégal 0.28 82 23 0.02
Sénégal, Dakar 0.28 5,500 1,540 0.28
Nigéria 0.28 230 64 0.0097
Nigéria, Lagos 0.28 21,300 5,964 0.094
Liban 0.49 638 312 0.31
Iran 0.49 50.27 24 6.15
Iran, Téhéran 0.49 812 397 ?
Maroc 0.45 80 36 1.5
Maroc, Rabat 0.45 4,873 2,193 0.87
Algérie 0.45 18 8.1 0.86
Algérie, Alger 0.45 3,700 1,665 1.24
Russie 0.61 8 5 0.21
Russie, Moscou 0.61 8,300 5,063 ?
Singapour 0.66 7,842 5,170 0.19
Etats-Unis 0.59 33 19 11
Etats-Unis, New York 0.59 7,100 4,189 105
Porte-avion Charles-de-Gaulle (*) 0.05 35,000 1,750 0
Paquebot Diamond-Princess (**) 0.7 35,000 24,500 411

(*): valeurs très basse car il n'y a que des jeunes hommes dans l'équipage
(**): 70% des passagers+équipage sont des personnes âgés de plus de 50 ans.

Evidemment, ce coefficient doit être calculé de manière rigoureuse avec la distribution des âges, et la taux de létalité par classe d'âge. Mais à partir des calculs grossiers qui ont été effectués ci-dessus, on constate approximativement trois grands groupes :

- Groupe I (Fcovid < 100) : l'épidémie a potentiellement un impact sanitaire nul ou presque, et on ne voit presque pas de décès (cas du Cantal en France notamment)
- Groupe II (100 < Fcovid < 2,500) : l'épidémie a potentiellement un impact sanitaire modéré (Alger, Marseille, Dakar, Rabat, Liban, Iran, porte-avion Charles-de-Gaulle)
- Groupe III (2,500 < Fcovid) : l'épidémie a potentiellement un impact sanitaire marqué à très fort (Paris, Wuhan, Lagos, Moscou, New-York, Paquebot Diamond-Princess, Singapour)

Donc, aucune surprise à partir des données, c'est la conjonction d'une mauvaise pyramide des âges avec une forte densité de population qui rend le risque sanitaire du COVID-19 potentiellement élevé. Les villes des pays ayant la mauvaise pyramide des âges sont les plus pénalisées. Mais la situation peut être atténuée par une gestion rapide de l'épidémie (distanciation sociale), et de ce point de vue, Sinpagour a géré l'épidémie de manière remarquable. La singularité de l'Iran vient uniquement des rassemblements religieux comme dans la ville sainte de Quom. On retrouve le même phénomène en Corée du Sud, en Inde (Rajasthan), en France près de Mulhouse et en Italie près de Bergame (match de foot). Rassembler 1000-2000 personnes ou plus dans un espace restreint revient à les placer dans un bateau dont la densité est 35,000 personnes/km2 environ. Le potentiel explosif de ces rassemblements liés à la densité de population est donc avéré. De ce point de vue, l'Arabie Saoudite, en fermant les lieux saints à la Mecque a fait exactement ce qu'il fallait.

Il est enfin intéressant de corréler le nombre de décès du COVID-19 par 100,000 habitants avec le coefficient Fcovid indiqué ci-dessus. Si l'on ne considère pas le cas de Singapour qui est singulier car il y a une gestion très stricte des personnes contaminées dès le début de l'épidémie, on trouve une estimation du coefficient de corrélation linéaire de Bravais-Pearson de rp = 0.93 entre les deux séries (voir calcul dans la note) ! Quand celui-ci vaut 1 c'est la corrélation parfaite, 0 aucune corrélation, et -1 une anti-corrélation. On constate donc que le facteur Fcovid est bien très fortement correlé au nombre de décès du au COVID-19 pour 100,000 habitants, quelque soit le pays, la région, la ville, ou même un bateau !!! Dans ces conditions, on peut prévoir que :

- il n'y aura pas de problème sanitaire avec le COVID-19 en Afrique et en Amérique du Sud (seules quelques villes très denses seront peut-être faiblement touchées) car la population est jeune et la densité de population globalement faible.
- le risque épidémique en Inde est plus élevé qu'en Afrique, car la densité de population est plus grande et moins jeune. Mais il reste très modéré malgré tout. La fréquentation des grands temples doit être interdite cependant !
- Europe, Etats-Unis, Chine, Russie: les grandes villes sont très touchées car la population est plutôt âgée et la densité de population forte. Mauvaise conjonction. Il vaut donc mieux vivre à la campagne dans ces pays !! A ce titre la Suède est moins touchée car la densité de population est faible ! Ce pays ne gère donc pas mieux son épidémie que les autres pays d'Europe... Le risque de vagues épidémiques secondaires est élevé dans ces villes tant qu'aucun vaccin ne sera trouvé.
- Pour la Chine, le risque est très grave, car le pays est constitué d'un cluster de grandes villes très denses, avec une population globalement âgée conséquence de la politique de l'enfant unique. C'est probablement le pays le plus fragile du monde. On a du mal à imaginer un complot chinois dans ces conditions...
- les rassemblements religieux ou sportifs ou culturels sont de véritables catastrophes ! L'Iran est probablement le meilleur exemple, car la densité de population, même transitoire lors de ces événements compense largement la jeunesse de la population ! La France, l'Italie, la Corée du Sud ont tous été la victime de ces rassemblements ! Ils doivent être interdits tant qu'un vaccin ne sera pas trouvé. C'est la jeunesse de la population iranienne qui a sauvé le pays en terme de nombre de décès, contrairement à une couverture médiatique catastrophiste de la situation.
- Enfin, la singularité du COVID-19 est l'agressivité croissante du virus avec l'âge ! La compréhension de ce mécanisme sera déterminante pour traiter la maladie. Problème métabolique des récepteurs ACE2 avec l'âge ?

En conclusion, l'épidémie ne va pas avoir un impact important dans la plupart des pays du monde, et notamment en Afrique comme l'OMS s'en est inquiétée. C'est un problème localisé aux grandes villes ayant des populations âgées. Les rassemblements, comme les croisières sont à proscrire tant qu'il n'y aura pas de vaccin. Les avions posent problème également, par concentration temporaire importante de la population, donc risque de contagion élevé. Tant qu'un vaccin ne sera pas trouvé, les pays actuellement déjà lourdement concernés par l'épidémie resteront donc très fragiles.

On peut appliquer l'analyse précédente à l'Europe pour comprendre pourquoi certains pays sont touchés et pas d'autres. En Europe, tous les pays ont a peu près une pyramide des âges défavorables, avec une forte proportion de personnes âgées. Donc le seul critère restant est la densité de population. A partir de là il est facile de comprendre la géographie du COVID-19, et quels sont les pays touchés. Les ordres décroissant de la ville la plus dense à la moins dense on trouve ainsi Athène (17,000 h/km2), puis Barcelone (16,000 h/km2), Paris (12,000 h/km2), Genève (12,000 h/km2), Lyon (10,000 h/km2), Milan (7650 h/km2), Bruxelles (7500 h/km2), Londres (5600 h/km2), Madrid (5300 h/km2), Stockholm (5100 h/km2). Les autres grandes villes européennes ont une densité de population bien moindre : Dublin (4600 h/km2), Münich (4500 h/km2), Berlin (3840 h/km2), Amsterdam (3600 h/km2), Marseille (3500 h/km2), Pragues (2600 h/km2), Rome (2200 h/km2), Oslo (1200 h/km2), Varsovie (734 h/km2), Copenhague (712 h/km2), Vienne (62 h/km2), Reykjavik (3.1 h/km2). Or ce qui est frappant, mis à part Athènes qui est un cas à part sur lequel on reviendra, les villes les plus denses sont en Italie, Espagne, France, et Royaume-Uni, les quatre pays européens les plus touchés ! Pour l'Europe du Nord, incluant Berlin et Münich, les villes sont globalement peu denses, donc l'épidémie ne peut pas se développer de manière explosive, sauf s'il y a un grand rassemblement avec temporairement une sur-densité (comme en Iran). Comme cette corconstance n'est jamais arrivée, l'Europe du Nord a eu une épidémie de COVID-19 très modérée et sans confinement ! Les gestes barrières suffisent à achever le travail de protection !

Pour montrer l'importance de la densité de population, parmi les pays d'Europe du Nord, le plus touché est la Suède, car Stockholm est la ville avec la plus forte densité de population de la région. Et c'est là que résident la plupart des cas.

Les médias ont annoncé que la Belgique était le pire pays d'Europe quand au COVID-19 en terme de taux de mortalité, i.e. nombre de décès pour 100,000 habitants (à ne pas confondre avec le taux de létalité). Cette alégation est très fausse, car elle ignore l'inhomogénéité de la répartition des malades. En fait, l'épidémie sévit dans deux villes principalement: Bruxelles et Amsterdam. Bruxelles étant bien plus dense qu'Amsterdam, l'épidémie s'est vite propagée, avec une grande analogie avec celle dans les Pays-Bas. Heureusement, les autorités ont choisi un confinement strict, conduisant à ralentir l'épidémie, alors qu'à Amsterdam, il n'y avait pas de confinement, juste des recommandations pour se confiner. Peu importe la manière, le résultat est probant à Bruxelles, et seulement 8000 décès seront à déplorer selon les calculs grâce au confinement, pour 6000 à Amsterdam. Ramené à la densité de popluation des villes, l'épidémie a bien flambé en Belgique, car la densité de la ville de Bruxelles est bien plus élevée que celle d'Amsterdam. Mais si on ramène cela à la population, on obtient le résultat inverse, puisque les Pays-Bas comptent 17 millions d'habitants, alors que le Belgique 11 millions seulement. Donc ramené à la population des pays respectifs, on obtient un mauvais résultat pour la Belgique, car elle compte moins d'habitants que les Pays-Bas, alors que c'est la densité des clusters (villes) qui importe ! Donc ramener le nombre de décès à la population totale du pays n'a AUCUN SENS quand la dynamique d'une épidemie est par cluster ! La Belgique n'est pas li pire pays d'Europe, c'est un pays comme un autre qui a au contraire très bien géré l'épidémie compte-tenu de la très forte densité de population à Bruxelle !

Cette analyse conforte donc plus que jamais l'importance du produit Fcovid = densité population x âge population qui a été appliqué avec succès à un ensemble très hétérogène de cas. Les pays d'Europe du Nord, l'Allemagne, et l'Autriche n'ont aucun mérite particulier. L'aménagement de leur territoire font qu'ils sont naturellement moins fragile par rapport à un processus épidémique. Rien à voir avec la qualité des soins, l'organisation de ceux-ci, etc... Faible densité = épidémie se propageant faiblement. On peut également appliquer cela à la ville de Marseille, qui n'a pas une forte densité de population comme déjà indiqué. Pas un effet chloroquine...

Sur cette base, le processus de déconfinement est assez limpide : il faut libérer les territoires à faible densité, et garder sous contrôle les villes comme Lyon ou Paris, tant que le nombre de cas et de décès sera trop élevé. Donc on voit bien l'intérêt d'un processus différentiel de déconfinement, et qu'il est très circonscrit ! Evidemment, les rassemblements dans grande et moyenne échelle doivent être totalement proscrit, car ce sont de véritables bombes épidémiques (déjà bien observé), par le fait même d'une sur-densité de population, même si elle est locale et temporaire. On pourra donc déconfiner presque toute la France assez vite, et évidemment suivre attentivement les cas de COVID-19 pour éviter qu'ils ne se propagent. Mais le risque épidémique restera toujours modéré donc potentiellement gérable, tant que la densité de population restera en dessous de 5000 h/km2.

Enfin, reste le cas d'Athènes en Grèce, ville de 600,000 habitants, mais aussi de Genève, un peu moins peuplée, deux villes néanmoins à très forte densité de population dans lesquelles l'épidémie est toujours restée très contenue. La seule explication est le confinement précoce de la population (ou une incitation très forte, lorsque le civisme des gens suffit), qui a fait baisser la densité apparente de la population (et donc le fameux R0). De ce point de vue, la Grèce et la Suisse ont donc très bien géré l'épidémie de COVID-19, au même titre que la Belgique.

En résumé, la répartition spatiale de l'épidémie de COVID-19, et la dynamique temporelle résultent de la conjonction de deux facteurs : densité population et âge population (pyramide des âges) condensé dans un seul facetur Fcovid = densité population x âge population. Ce terme explique toutes les observations globales et même locales ! Le mystère du COVID-19 est donc la raison pour laquelle le virus est plus virulent en fonction de l'âge. Ce n'est pas un problème d'épidémiologie mais de médecine.

Le calcul exact du risque de létalité a été effectué pour tous les pays du monde et par région, en prenant en compte la pyramide des âges et le taux de décès en fonction de l'âge. De là, à partir de la densité de chaque ville et de sa population totale, on peut estimer le risque par ville et même le nombre de décès par ville en fonction du type de confinement effectué : aucun, complet modéré (les personnes peuvent se déplacer pour faire des courses par exemple), partiel et modéré en fonction de la classe d'âge (plus ou moins 65 ans par exemple), ou partiel et fort, toujours en fonction d'une classe d'âge donnée, mais dans ce cas, les personnes confinées sont supposées être à l'isolement complet. Cette différenciation avec l'âge permet aussi de tenir compte d'habitude sociales, comme entre l'Europe du Nord et du Sud, les premiers étant plus isolés des jeunes générations, alors quen Europe du Sud, une famille entière peut vivre sous le même toit, exposant les générations âgées à des risques supplémentaires.

Il ne s'agit pas de coller parfaitement à la réalité, mais de voir si des tendances se dégagent de ces calculs


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Il est indiqué sur les deux figures ci-dessous. On voit bien que le risque est essentiellement européen, en raison de la mauvaise pyramide des âges. Comme discuté plus haut avec des arguments plus simples mais corrects, l'Afrique, l'Inde ne risquent pratiquement rien. Le risque est un peu plus marqué pour l'Amérique du Sud. C'est la conjonction entre la pyramide des âges et la dépendance de la létalité avec l'âge, une spécificité unique du COVID-19. Evidemment, pour les mégalopoles hyper-dense, le risque est élevé d'avoir un grand nombre de décès, touchant les personnes âgées principalement, mais faible en regardant de conditions de densité de population en Europe ou aux Etats-Unis ou même en Chine.

Pour comparer le risque épidémique entre deux pays, deux villes, ou même avec des rassemblements religieux ou sportif, il faut multiplier le risque de létalité avec la densité de population.A noter que le risque de létalité est très correlé au risque de contamination, comme indiqué pour chaque pays étudié, donc ce chiffre est une bonne mesure du risque épidémique global

Toutes les données sont accessibles à partir du lien dessous les deux figures

Risque épidémique naturel (aucun confinement de la population)


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Risque épidémique artificiel (confinement strict des personnes âgées de plus de 65 ans)


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Données sur le risque de létalité du COVID-19 par pays et région du monde

Données indiquées par ordre de risque décroissant. L'index correspond aux deux figures ci-dessus pour retrouver facilement un pays.

1 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0053575 for Japan (country code : 392)
2 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0047608 for Italy (country code : 380)
3 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.004617 for Greece (country code : 300)
4 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0045879 for Martinique (country code : 474)
5 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0045739 for Portugal (country code : 620)
6 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0045666 for Germany (country code : 276)
7 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0044888 for Finland (country code : 246)
8 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0044542 for Southern Europe (country code : 925)
9 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0044422 for Lithuania (country code : 440)
10 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0044118 for Puerto Rico (country code : 630)
11 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0044059 for Western Europe (country code : 926)
12 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0043851 for France (country code : 250)
13 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0043695 for Latvia (country code : 428)
14 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0043271 for Croatia (country code : 191)
15 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0043097 for Spain (country code : 724)
16 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0043061 for Slovenia (country code : 705)
17 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0042697 for Estonia (country code : 233)
18 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.004254 for United States Virgin Islands (country code : 850)
19 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0042532 for Bulgaria (country code : 100)
20 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0042331 for Guadeloupe (country code : 312)
21 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0042329 for Sweden (country code : 752)
22 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0041986 for Malta (country code : 470)
23 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0041706 for Netherlands (country code : 528)
24 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0041681 for Belgium (country code : 56)
25 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0041439 for Austria (country code : 40)
26 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0041435 for Denmark (country code : 208)
27 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0041048 for Switzerland (country code : 756)
28 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0040889 for EUROPE (country code : 917)
29 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0040615 for Northern Europe (country code : 924)
30 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0040391 for United Kingdom (country code : 826)
31 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0040234 for Czechia (country code : 203)
32 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0040018 for Hungary (country code : 348)
33 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.003983 for Romania (country code : 642)
34 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0039679 for China, Hong Kong SAR (country code : 344)
35 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0039622 for EUROPE AND NORTHERN AMERICA (country code : 1829)
36 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0039057 for Curaçao (country code : 531)
37 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0039 for Poland (country code : 616)
38 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0038935 for Channel Islands (country code : 830)
39 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0038867 for Canada (country code : 124)
40 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0038123 for Serbia (country code : 688)
41 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.003794 for Bosnia and Herzegovina (country code : 70)
42 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0037831 for Norway (country code : 578)
43 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.003743 for Barbados (country code : 52)
44 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0037002 for NORTHERN AMERICA (country code : 918)
45 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0036982 for Ukraine (country code : 804)
46 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0036882 for Eastern Europe (country code : 923)
47 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0036783 for United States of America (country code : 840)
48 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0036674 for New Zealand (country code : 554)
49 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.003635 for AUSTRALIA/NEW ZEALAND (country code : 927)
50 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.003629 for Australia (country code : 36)
51 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0036258 for Cuba (country code : 192)
52 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0035956 for Belarus (country code : 112)
53 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0035869 for Republic of Korea (country code : 410)
54 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0035565 for Slovakia (country code : 703)
55 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0035543 for Iceland (country code : 352)
56 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0035456 for Russian Federation (country code : 643)
57 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0035292 for Georgia (country code : 268)
58 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0035123 for Taiwan (country code : 158)
59 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0035062 for Uruguay (country code : 858)
60 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0034627 for Montenegro (country code : 499)
61 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.003375 for Aruba (country code : 533)
62 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.003372 for Luxembourg (country code : 442)
63 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0033581 for Ireland (country code : 372)
64 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0033355 for Albania (country code : 8)
65 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0032341 for Cyprus (country code : 196)
66 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0032268 for North Macedonia (country code : 807)
67 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0031888 for Réunion (country code : 638)
68 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0031607 for Thailand (country code : 764)
69 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0031368 for Eastern Asia (country code : 906)
70 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0031154 for Singapore (country code : 702)
71 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0030538 for Armenia (country code : 51)
72 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0030411 for Israel (country code : 376)
73 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0029945 for Chile (country code : 152)
74 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0029621 for China, Macao SAR (country code : 446)
75 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0029589 for Mauritius (country code : 480)
76 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0029474 for Republic of Moldova (country code : 498)
77 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0029147 for China (country code : 156)
78 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0028784 for EASTERN AND SOUTH-EASTERN ASIA (country code : 1832)
79 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0028637 for Trinidad and Tobago (country code : 780)
80 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0028282 for Argentina (country code : 32)
81 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0028228 for Sri Lanka (country code : 144)
82 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0027738 for Caribbean (country code : 915)
83 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0027311 for Guam (country code : 316)
84 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0026873 for Costa Rica (country code : 188)
85 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0026718 for Saint Lucia (country code : 662)
86 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0026689 for Saint Vincent and the Grenadines (country code : 670)
87 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0026644 for Dem. People's Republic of Korea (country code : 408)
88 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0026571 for Grenada (country code : 308)
89 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0025719 for Antigua and Barbuda (country code : 28)
90 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0025675 for New Caledonia (country code : 540)
91 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0025329 for Brazil (country code : 76)
92 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0025273 for South America (country code : 931)
93 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0024929 for Tunisia (country code : 788)
94 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0024911 for French Polynesia (country code : 258)
95 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0024891 for Seychelles (country code : 690)
96 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0024864 for Jamaica (country code : 388)
97 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0024457 for LATIN AMERICA AND THE CARIBBEAN (country code : 1830)
98 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0024416 for Turkey (country code : 792)
99 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0024341 for Colombia (country code : 170)
100 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0024288 for Panama (country code : 591)
101 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0024145 for Kazakhstan (country code : 398)
102 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.002385 for Peru (country code : 604)
103 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0023724 for Viet Nam (country code : 704)
104 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0023626 for Venezuela (Bolivarian Republic of) (country code : 862)
105 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0023459 for El Salvador (country code : 222)
106 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0022835 for Bahamas (country code : 44)
107 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0022464 for Morocco (country code : 504)
108 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0022358 for Azerbaijan (country code : 31)
109 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0022334 for Mexico (country code : 484)
110 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0022281 for Dominican Republic (country code : 214)
111 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0022224 for Polynesia (country code : 957)
112 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0022185 for Lebanon (country code : 422)
113 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0022004 for Ecuador (country code : 218)
114 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0022 for Suriname (country code : 740)
115 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.002172 for South-Eastern Asia (country code : 920)
116 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0021644 for Bolivia (Plurinational State of) (country code : 68)
117 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0021587 for Central America (country code : 916)
118 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0021519 for Guyana (country code : 328)
119 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0021326 for Micronesia (country code : 954)
120 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0020977 for Algeria (country code : 12)
121 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0020827 for Malaysia (country code : 458)
122 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0020433 for Iran (Islamic Republic of) (country code : 364)
123 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0020217 for Indonesia (country code : 360)
124 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0020043 for Paraguay (country code : 600)
125 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0019908 for India (country code : 356)
126 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0019591 for Myanmar (country code : 104)
127 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0019544 for Fiji (country code : 242)
128 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0019386 for Tonga (country code : 776)
129 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0019278 for Southern Asia (country code : 5501)
130 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.001927 for CENTRAL AND SOUTHERN ASIA (country code : 921)
131 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0019241 for Brunei Darussalam (country code : 96)
132 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0019058 for Central Asia (country code : 5500)
133 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0019036 for Northern Africa (country code : 912)
134 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0019003 for NORTHERN AFRICA AND WESTERN ASIA (country code : 1833)
135 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0018975 for Western Asia (country code : 922)
136 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0018781 for Bhutan (country code : 64)
137 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0018584 for Nicaragua (country code : 558)
138 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.001858 for French Guiana (country code : 254)
139 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0018409 for Philippines (country code : 608)
140 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0018206 for Samoa (country code : 882)
141 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0018147 for Egypt (country code : 818)
142 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0018096 for South Africa (country code : 710)
143 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0018049 for Kyrgyzstan (country code : 417)
144 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0018042 for Bangladesh (country code : 50)
145 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0017939 for Nepal (country code : 524)
146 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0017888 for Turkmenistan (country code : 795)
147 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0017776 for Southern Africa (country code : 913)
148 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0017766 for Uzbekistan (country code : 860)
149 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0017527 for Cabo Verde (country code : 132)
150 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0017398 for Mongolia (country code : 496)
151 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0017328 for Belize (country code : 84)
152 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0017226 for Haiti (country code : 332)
153 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0016947 for Cambodia (country code : 116)
154 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0016807 for Libya (country code : 434)
155 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0016755 for Honduras (country code : 340)
156 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0016744 for Syrian Arab Republic (country code : 760)
157 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0016607 for Guatemala (country code : 320)
158 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0016548 for Djibouti (country code : 262)
159 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0016484 for Lesotho (country code : 426)
160 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.001646 for Kiribati (country code : 296)
161 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0016383 for Kuwait (country code : 414)
162 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0016265 for Micronesia (Fed. States of) (country code : 583)
163 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0015906 for OCEANIA (EXCLUDING AUSTRALIA AND NEW ZEALAND) (country code : 1835)
164 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0015888 for Pakistan (country code : 586)
165 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0015813 for Botswana (country code : 72)
166 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.001566 for Eritrea (country code : 232)
167 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.001563 for Lao People's Democratic Republic (country code : 418)
168 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0015616 for Mayotte (country code : 175)
169 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0015536 for Timor-Leste (country code : 626)
170 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0015411 for Jordan (country code : 400)
171 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0015208 for Melanesia (country code : 928)
172 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0015203 for Saudi Arabia (country code : 682)
173 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0014892 for Western Sahara (country code : 732)
174 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0014778 for Vanuatu (country code : 548)
175 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0014625 for Tajikistan (country code : 762)
176 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0014581 for Solomon Islands (country code : 90)
177 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0014417 for Papua New Guinea (country code : 598)
178 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0014349 for Maldives (country code : 462)
179 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0014318 for Sudan (country code : 729)
180 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0014293 for Namibia (country code : 516)
181 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0014212 for Gabon (country code : 266)
182 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0014122 for Eswatini (country code : 748)
183 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0013811 for Ghana (country code : 288)
184 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0013738 for Bahrain (country code : 48)
185 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0013664 for Iraq (country code : 368)
186 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0013626 for Liberia (country code : 430)
187 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0013589 for South Sudan (country code : 728)
188 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0013572 for Sao Tome and Principe (country code : 678)
189 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0013558 for Ethiopia (country code : 231)
190 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0013514 for Benin (country code : 204)
191 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0013497 for Mauritania (country code : 478)
192 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0013462 for State of Palestine (country code : 275)
193 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0013407 for Comoros (country code : 174)
194 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0013236 for Rwanda (country code : 646)
195 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0013141 for Madagascar (country code : 450)
196 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.001304 for Senegal (country code : 686)
197 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012963 for Democratic Republic of the Congo (country code : 180)
198 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012881 for Zimbabwe (country code : 716)
199 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012858 for Congo (country code : 178)
200 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012699 for Togo (country code : 768)
201 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012644 for Sierra Leone (country code : 694)
202 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012609 for Oman (country code : 512)
203 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012492 for Western Africa (country code : 914)
204 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012426 for Cote d'Ivoire (country code : 384)
205 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012408 for Yemen (country code : 887)
206 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.001239 for Nigeria (country code : 566)
207 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012367 for Guinea (country code : 324)
208 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012356 for Somalia (country code : 706)
209 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012353 for Middle Africa (country code : 911)
210 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012282 for Guinea-Bissau (country code : 624)
211 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012222 for Central African Republic (country code : 140)
212 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012191 for Mozambique (country code : 508)
213 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012116 for Cameroon (country code : 120)
214 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0012092 for United Republic of Tanzania (country code : 834)
215 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0011885 for Qatar (country code : 634)
216 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0011805 for Kenya (country code : 404)
217 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0011803 for Niger (country code : 562)
218 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0011793 for Afghanistan (country code : 4)
219 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0011762 for Malawi (country code : 454)
220 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.001166 for Gambia (country code : 270)
221 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0011517 for Burundi (country code : 108)
222 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0011503 for Burkina Faso (country code : 854)
223 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0011419 for Mali (country code : 466)
224 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.001139 for United Arab Emirates (country code : 784)
225 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0011335 for Chad (country code : 148)
226 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0011221 for Angola (country code : 24)
227 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0011169 for Equatorial Guinea (country code : 226)
228 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0010671 for Zambia (country code : 894)
229 - COVID-19 fatality risk (no lockdown) : 0.0010321 for Uganda (country code : 800)


1 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0014486 for Singapore (country code : 702)
2 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0014434 for China, Hong Kong SAR (country code : 344)
3 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0014401 for Republic of Korea (country code : 410)
4 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0014273 for Aruba (country code : 533)
5 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0014251 for China, Macao SAR (country code : 446)
6 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0014036 for Martinique (country code : 474)
7 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013917 for Bosnia and Herzegovina (country code : 70)
8 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013902 for Belarus (country code : 112)
9 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001382 for Taiwan (country code : 158)
10 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013643 for Thailand (country code : 764)
11 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013627 for Curaçao (country code : 531)
12 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013627 for Lithuania (country code : 440)
13 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013592 for Germany (country code : 276)
14 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001358 for Cuba (country code : 192)
15 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001342 for Russian Federation (country code : 643)
16 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013418 for Guadeloupe (country code : 312)
17 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013406 for Slovenia (country code : 705)
18 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013393 for China (country code : 156)
19 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013372 for Austria (country code : 40)
20 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013323 for Armenia (country code : 51)
21 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013309 for Puerto Rico (country code : 630)
22 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013288 for Eastern Asia (country code : 906)
23 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013282 for Ukraine (country code : 804)
24 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013269 for United States Virgin Islands (country code : 850)
25 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001322 for Dem. People's Republic of Korea (country code : 408)
26 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013205 for Eastern Europe (country code : 923)
27 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013201 for Italy (country code : 380)
28 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00132 for Latvia (country code : 428)
29 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001316 for Spain (country code : 724)
30 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013154 for Republic of Moldova (country code : 498)
31 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001315 for Croatia (country code : 191)
32 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013147 for Switzerland (country code : 756)
33 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013096 for Channel Islands (country code : 830)
34 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013095 for Southern Europe (country code : 925)
35 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013087 for Netherlands (country code : 528)
36 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013085 for Canada (country code : 124)
37 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013078 for Western Europe (country code : 926)
38 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0013064 for Georgia (country code : 268)
39 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001304 for EUROPE (country code : 917)
40 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001299 for North Macedonia (country code : 807)
41 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012989 for Barbados (country code : 52)
42 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012969 for Slovakia (country code : 703)
43 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012942 for Réunion (country code : 638)
44 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012917 for Albania (country code : 8)
45 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012903 for EUROPE AND NORTHERN AMERICA (country code : 1829)
46 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00129 for Romania (country code : 642)
47 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012895 for Seychelles (country code : 690)
48 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012891 for Bulgaria (country code : 100)
49 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012877 for Mauritius (country code : 480)
50 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012872 for Luxembourg (country code : 442)
51 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012861 for Poland (country code : 616)
52 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012846 for Belgium (country code : 56)
53 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012828 for Greece (country code : 300)
54 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012813 for Portugal (country code : 620)
55 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012803 for Azerbaijan (country code : 31)
56 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001277 for EASTERN AND SOUTH-EASTERN ASIA (country code : 1832)
57 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012716 for Montenegro (country code : 499)
58 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012619 for NORTHERN AMERICA (country code : 918)
59 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012592 for Kuwait (country code : 414)
60 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012577 for Trinidad and Tobago (country code : 780)
61 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012564 for United States of America (country code : 840)
62 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012537 for Estonia (country code : 233)
63 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012505 for New Zealand (country code : 554)
64 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012471 for Iceland (country code : 352)
65 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012455 for United Kingdom (country code : 826)
66 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012448 for Denmark (country code : 208)
67 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012432 for Northern Europe (country code : 924)
68 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012406 for Hungary (country code : 348)
69 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012397 for Antigua and Barbuda (country code : 28)
70 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012383 for Serbia (country code : 688)
71 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001238 for France (country code : 250)
72 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012363 for Finland (country code : 246)
73 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012343 for Malta (country code : 470)
74 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012327 for Norway (country code : 578)
75 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012285 for Czechia (country code : 203)
76 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012219 for Sri Lanka (country code : 144)
77 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012163 for AUSTRALIA/NEW ZEALAND (country code : 927)
78 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012144 for Chile (country code : 152)
79 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012106 for French Polynesia (country code : 258)
80 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012099 for Australia (country code : 36)
81 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012052 for Ireland (country code : 372)
82 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012041 for Kazakhstan (country code : 398)
83 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012034 for Sweden (country code : 752)
84 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0012003 for Bahamas (country code : 44)
85 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011998 for Tunisia (country code : 788)
86 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011984 for Saint Vincent and the Grenadines (country code : 670)
87 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011961 for Cyprus (country code : 196)
88 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011919 for Grenada (country code : 308)
89 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011912 for New Caledonia (country code : 540)
90 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011904 for Viet Nam (country code : 704)
91 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011894 for Costa Rica (country code : 188)
92 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011884 for Saint Lucia (country code : 662)
93 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011809 for Guam (country code : 316)
94 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011679 for Brunei Darussalam (country code : 96)
95 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011593 for Japan (country code : 392)
96 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011559 for Brazil (country code : 76)
97 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011515 for Uruguay (country code : 858)
98 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011499 for Caribbean (country code : 915)
99 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011458 for Venezuela (Bolivarian Republic of) (country code : 862)
100 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011356 for South-Eastern Asia (country code : 920)
101 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011347 for Morocco (country code : 504)
102 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011248 for Indonesia (country code : 360)
103 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011245 for South America (country code : 931)
104 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011231 for Fiji (country code : 242)
105 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011221 for Suriname (country code : 740)
106 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011206 for Jamaica (country code : 388)
107 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011152 for Turkey (country code : 792)
108 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001112 for Colombia (country code : 170)
109 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011119 for Polynesia (country code : 957)
110 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011112 for Micronesia (country code : 954)
111 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0011088 for Iran (Islamic Republic of) (country code : 364)
112 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001102 for LATIN AMERICA AND THE CARIBBEAN (country code : 1830)
113 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010968 for Lebanon (country code : 422)
114 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010947 for Myanmar (country code : 104)
115 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010943 for Central Asia (country code : 5500)
116 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010865 for Mongolia (country code : 496)
117 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010829 for Guyana (country code : 328)
118 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010819 for Peru (country code : 604)
119 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010775 for Panama (country code : 591)
120 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010771 for Kyrgyzstan (country code : 417)
121 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010765 for Uzbekistan (country code : 860)
122 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010755 for Argentina (country code : 32)
123 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010696 for Mexico (country code : 484)
124 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010696 for Malaysia (country code : 458)
125 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010668 for Turkmenistan (country code : 795)
126 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010481 for Dominican Republic (country code : 214)
127 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010479 for Israel (country code : 376)
128 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010458 for India (country code : 356)
129 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010387 for Algeria (country code : 12)
130 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010335 for Central America (country code : 916)
131 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010333 for Bahrain (country code : 48)
132 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010318 for Saudi Arabia (country code : 682)
133 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010302 for Western Sahara (country code : 732)
134 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010267 for French Guiana (country code : 254)
135 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010256 for CENTRAL AND SOUTHERN ASIA (country code : 921)
136 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001023 for Southern Asia (country code : 5501)
137 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010229 for Micronesia (Fed. States of) (country code : 583)
138 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010206 for Ecuador (country code : 218)
139 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010091 for Western Asia (country code : 922)
140 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001005 for NORTHERN AFRICA AND WESTERN ASIA (country code : 1833)
141 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001005 for Philippines (country code : 608)
142 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.001003 for South Africa (country code : 710)
143 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010003 for Cabo Verde (country code : 132)
144 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0010001 for Northern Africa (country code : 912)
145 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00099933 for Libya (country code : 434)
146 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00099557 for Qatar (country code : 634)
147 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00099449 for Bangladesh (country code : 50)
148 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00099398 for Samoa (country code : 882)
149 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.000992 for El Salvador (country code : 222)
150 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00098581 for Southern Africa (country code : 913)
151 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00098392 for United Arab Emirates (country code : 784)
152 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00098103 for Kiribati (country code : 296)
153 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00097915 for Cambodia (country code : 116)
154 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00097772 for Egypt (country code : 818)
155 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00096697 for Nicaragua (country code : 558)
156 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00096093 for Tonga (country code : 776)
157 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00095781 for Tajikistan (country code : 762)
158 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00095684 for Djibouti (country code : 262)
159 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00095294 for Paraguay (country code : 600)
160 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00094954 for OCEANIA (EXCLUDING AUSTRALIA AND NEW ZEALAND) (country code : 1835)
161 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00094082 for Belize (country code : 84)
162 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00093185 for Bhutan (country code : 64)
163 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00093092 for Syrian Arab Republic (country code : 760)
164 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00093043 for Melanesia (country code : 928)
165 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00092892 for Bolivia (Plurinational State of) (country code : 68)
166 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00092728 for Nepal (country code : 524)
167 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00092069 for Lao People's Democratic Republic (country code : 418)
168 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00091351 for Maldives (country code : 462)
169 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00090868 for Papua New Guinea (country code : 598)
170 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00090818 for Jordan (country code : 400)
171 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00090754 for Oman (country code : 512)
172 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00090249 for Haiti (country code : 332)
173 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0008914 for Pakistan (country code : 586)
174 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00089139 for Vanuatu (country code : 548)
175 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00089 for Ghana (country code : 288)
176 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00088995 for Botswana (country code : 72)
177 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00088332 for Lesotho (country code : 426)
178 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00087667 for Honduras (country code : 340)
179 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00085583 for Timor-Leste (country code : 626)
180 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00084695 for Gabon (country code : 266)
181 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00083999 for Namibia (country code : 516)
182 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00083736 for Comoros (country code : 174)
183 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00083191 for Sao Tome and Principe (country code : 678)
184 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00083055 for Solomon Islands (country code : 90)
185 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00082943 for Congo (country code : 178)
186 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00082534 for Mauritania (country code : 478)
187 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0008222 for Guatemala (country code : 320)
188 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00082195 for Rwanda (country code : 646)
189 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00082133 for Mayotte (country code : 175)
190 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00081735 for Sudan (country code : 729)
191 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00081244 for State of Palestine (country code : 275)
192 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00081041 for Liberia (country code : 430)
193 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00080724 for Iraq (country code : 368)
194 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00080308 for Madagascar (country code : 450)
195 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00080053 for Togo (country code : 768)
196 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00078901 for Benin (country code : 204)
197 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00078789 for Nigeria (country code : 566)
198 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00078449 for South Sudan (country code : 728)
199 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00078321 for Western Africa (country code : 914)
200 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00078306 for Eritrea (country code : 232)
201 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00078121 for Kenya (country code : 404)
202 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00077972 for Sierra Leone (country code : 694)
203 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0007728 for Cote d'Ivoire (country code : 384)
204 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00077268 for Senegal (country code : 686)
205 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00076372 for Yemen (country code : 887)
206 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0007597 for United Republic of Tanzania (country code : 834)
207 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00075923 for Zimbabwe (country code : 716)
208 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00075911 for Guinea-Bissau (country code : 624)
209 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00075798 for Cameroon (country code : 120)
210 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00075733 for Democratic Republic of the Congo (country code : 180)
211 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00075681 for Ethiopia (country code : 231)
212 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0007497 for Middle Africa (country code : 911)
213 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00074892 for Equatorial Guinea (country code : 226)
214 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00074271 for Guinea (country code : 324)
215 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00074198 for Burundi (country code : 108)
216 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00073934 for Eswatini (country code : 748)
217 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00073929 for Burkina Faso (country code : 854)
218 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00073863 for Central African Republic (country code : 140)
219 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00073596 for Afghanistan (country code : 4)
220 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00073413 for Gambia (country code : 270)
221 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00073103 for Angola (country code : 24)
222 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00072558 for Somalia (country code : 706)
223 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00072185 for Mozambique (country code : 508)
224 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00071966 for Malawi (country code : 454)
225 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0007113 for Niger (country code : 562)
226 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00070283 for Mali (country code : 466)
227 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.0006966 for Zambia (country code : 894)
228 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00068985 for Chad (country code : 148)
229 - COVID-19 fatality risk (strong lockdown age > 65 years) : 0.00068467 for Uganda (country code : 800)


Fermer

Liste des 50 villes du monde les plus susceptibles d'être touchées par le COVID-19. Attention, quelques erreurs peuvent s'être glissées quant à la population et la densité.

On peut estimer le nombre de décès à partir du risque épidémique avec un confinement modéré (cas tout le monde confiné) comme celui vécu au cours de ces deux derniers mois en France en prenant une surface d'interaction moyenne de S = 8 m2 entre individus. On a ainsi Ndeces = Npopulation*Fcovid*S ce qui donne pour Paris 2,200,000x8.7702e-05x8 = 1543 décès par exemple. Valable pour toutes les villes.

- COVID-19 fatality risk : 9.8658e-05 for Manhattan (United States of America), density : 26821.5321 h/km2, population : 1643734
- COVID-19 fatality risk : 8.7702e-05 for Paris (France), density : 20000 h/km2, population : 2148271
- COVID-19 fatality risk : 8.4796e-05 for Narayanganj (Bangladesh), density : 47000 h/km2, population : 1572386
- COVID-19 fatality risk : 8.479e-05 for Dhaka (Bangladesh), density : 46997 h/km2, population : 12797394
- COVID-19 fatality risk : 7.6425e-05 for Manila (Philippines), density : 41515 h/km2, population : 11100000
- COVID-19 fatality risk : 6.8955e-05 for Barcelona (Spain), density : 16000 h/km2, population : 4920000
- COVID-19 fatality risk : 5.976e-05 for Puch'on (Republic of Korea), density : 16660.78 h/km2, population : 866000
- COVID-19 fatality risk : 5.739e-05 for Seoul (Republic of Korea), density : 16000 h/km2, population : 9796000
- COVID-19 fatality risk : 5.6971e-05 for Colombo (Sri Lanka), density : 20182 h/km2, population : 752993
- COVID-19 fatality risk : 5.5227e-05 for Pasay City (Philippines), density : 30000 h/km2, population : 403064
- COVID-19 fatality risk : 5.3363e-05 for Geneva (Switzerland), density : 13000 h/km2, population : 1240000
- COVID-19 fatality risk : 5.0229e-05 for Brooklyn (United States of America), density : 13655.3037 h/km2, population : 2629150
- COVID-19 fatality risk : 4.8236e-05 for Lyon (France), density : 11000 h/km2, population : 1423000
- COVID-19 fatality risk : 4.7191e-05 for Port-au-Prince (Haiti), density : 27395 h/km2, population : 1998000
- COVID-19 fatality risk : 4.673e-05 for Bronx (United States of America), density : 12704.1417 h/km2, population : 1455720
- COVID-19 fatality risk : 4.5952e-05 for Santo Domingo (Dominican Republic), density : 20624.2819 h/km2, population : 2154000
- COVID-19 fatality risk : 4.5721e-05 for Yokohama (Japan), density : 8534.03 h/km2, population : 3697894
- COVID-19 fatality risk : 4.4652e-05 for Guadalajara (Spain), density : 10361 h/km2, population : 1460148
- COVID-19 fatality risk : 4.3798e-05 for Kolkata (India), density : 22000 h/km2, population : 14787000
- COVID-19 fatality risk : 4.3798e-05 for Haora (India), density : 22000 h/km2, population : 1370448
- COVID-19 fatality risk : 4.268e-05 for Piraeus (Greece), density : 9244.2033 h/km2, population : 466065
- COVID-19 fatality risk : 4.2325e-05 for Naha (Japan), density : 7900 h/km2, population : 317405
- COVID-19 fatality risk : 4.1807e-05 for Mumbai (India), density : 21000 h/km2, population : 18978000
- COVID-19 fatality risk : 4.1804e-05 for Cadiz (Spain), density : 9700 h/km2, population : 283157
- COVID-19 fatality risk : 4.0541e-05 for Cotonou (Benin), density : 30000 h/km2, population : 24010675
- COVID-19 fatality risk : 4.0306e-05 for Valletta (Malta), density : 9600 h/km2, population : 368250
- COVID-19 fatality risk : 3.8563e-05 for Naples (Italy), density : 8100 h/km2, population : 2250000
- COVID-19 fatality risk : 3.8531e-05 for Ardabil (Iran (Islamic Republic of)), density : 18857 h/km2, population : 564374
- COVID-19 fatality risk : 3.815e-05 for Grenoble (France), density : 8700 h/km2, population : 388574
- COVID-19 fatality risk : 3.8038e-05 for Kochi (Japan), density : 7100 h/km2, population : 335570
- COVID-19 fatality risk : 3.7802e-05 for Barcelona (Venezuela (Bolivarian Republic of)), density : 16000 h/km2, population : 600954
- COVID-19 fatality risk : 3.6785e-05 for Suwon (Republic of Korea), density : 10255.4 h/km2, population : 1078000
- COVID-19 fatality risk : 3.6697e-05 for Trincomalee (Sri Lanka), density : 13000 h/km2, population : 108420
- COVID-19 fatality risk : 3.6658e-05 for Milan (Italy), density : 7700 h/km2, population : 2945000
- COVID-19 fatality risk : 3.6632e-05 for Pamplona (Spain), density : 8500 h/km2, population : 274545
- COVID-19 fatality risk : 3.6605e-05 for Bahir Dar (Ethiopia), density : 27000 h/km2, population : 750991
- COVID-19 fatality risk : 3.584e-05 for Sylhet (Bangladesh), density : 19865 h/km2, population : 237000
- COVID-19 fatality risk : 3.5775e-05 for Arequipa (Peru), density : 15000 h/km2, population : 815000
- COVID-19 fatality risk : 3.577e-05 for Bilbao (Spain), density : 8300 h/km2, population : 875552
- COVID-19 fatality risk : 3.5722e-05 for Chittagong (Bangladesh), density : 19800 h/km2, population : 4529000
- COVID-19 fatality risk : 3.4069e-05 for Taipei (Taiwan), density : 9700 h/km2, population : 6900273
- COVID-19 fatality risk : 3.4015e-05 for Tokyo (Japan), density : 6349 h/km2, population : 35676000
- COVID-19 fatality risk : 3.3844e-05 for Chennai (India), density : 17000 h/km2, population : 7163000
- COVID-19 fatality risk : 3.3819e-05 for Baghdad (Iraq), density : 24750.2449 h/km2, population : 5054000
- COVID-19 fatality risk : 3.3277e-05 for Vijayawada (India), density : 16715 h/km2, population : 1137000
- COVID-19 fatality risk : 3.3136e-05 for Quezon City (Philippines), density : 18000 h/km2, population : 2761720
- COVID-19 fatality risk : 3.2755e-05 for Rajahmundry (India), density : 16453 h/km2, population : 304804
- COVID-19 fatality risk : 3.2614e-05 for Nazareth (Israel), density : 10724.2795 h/km2, population : 151459
- COVID-19 fatality risk : 3.1967e-05 for Bucharest (Romania), density : 8026 h/km2, population : 1942000
- COVID-19 fatality risk : 3.1897e-05 for Turin (Italy), density : 6700 h/km2, population : 1652000

Liste des 20 villes d'Europe les plus susceptibles d'être touchées par le COVID-19. Attention, quelques erreurs peuvent s'être glissées quant à la population et la densité

- COVID-19 fatality risk : 8.7702e-05 for Paris (France), density : 20000 h/km2, population : 2148271
- COVID-19 fatality risk : 6.8955e-05 for Barcelona (Spain), density : 16000 h/km2, population : 4920000
- COVID-19 fatality risk : 5.3363e-05 for Geneva (Switzerland), density : 13000 h/km2, population : 1240000
- COVID-19 fatality risk : 4.8236e-05 for Lyon (France), density : 11000 h/km2, population : 1423000
- COVID-19 fatality risk : 4.4652e-05 for Guadalajara (Spain), density : 10361 h/km2, population : 1460148
- COVID-19 fatality risk : 4.268e-05 for Piraeus (Greece), density : 9244.2033 h/km2, population : 466065
- COVID-19 fatality risk : 4.1804e-05 for Cadiz (Spain), density : 9700 h/km2, population : 283157
- COVID-19 fatality risk : 4.0306e-05 for Valletta (Malta), density : 9600 h/km2, population : 368250
- COVID-19 fatality risk : 3.8563e-05 for Naples (Italy), density : 8100 h/km2, population : 2250000
- COVID-19 fatality risk : 3.815e-05 for Grenoble (France), density : 8700 h/km2, population : 388574
- COVID-19 fatality risk : 3.6658e-05 for Milan (Italy), density : 7700 h/km2, population : 2945000
- COVID-19 fatality risk : 3.6632e-05 for Pamplona (Spain), density : 8500 h/km2, population : 274545
- COVID-19 fatality risk : 3.577e-05 for Bilbao (Spain), density : 8300 h/km2, population : 875552
- COVID-19 fatality risk : 3.1967e-05 for Bucharest (Romania), density : 8026 h/km2, population : 1942000
- COVID-19 fatality risk : 3.1897e-05 for Turin (Italy), density : 6700 h/km2, population : 1652000
- COVID-19 fatality risk : 3.156e-05 for Porto (Portugal), density : 6900 h/km2, population : 1337000
- COVID-19 fatality risk : 3.1019e-05 for Brussels (Belgium), density : 7442 h/km2, population : 1743000
- COVID-19 fatality risk : 3.0376e-05 for Basel (Switzerland), density : 7400 h/km2, population : 830000
- COVID-19 fatality risk : 3.0168e-05 for Melilla (Spain), density : 7000 h/km2, population : 141308
- COVID-19 fatality risk : 2.938e-05 for Lille (France), density : 6700 h/km2, population : 1044000

Liste des 10 villes de France les plus susceptibles d'être touchées par le COVID-19. Attention, quelques erreurs peuvent s'être glissées quant à la population et la densité

- COVID-19 fatality risk : 8.7702e-05 for Paris (France), density : 20000 h/km2, population : 2148271
- COVID-19 fatality risk : 4.8236e-05 for Lyon (France), density : 11000 h/km2, population : 1423000
- COVID-19 fatality risk : 3.815e-05 for Grenoble (France), density : 8700 h/km2, population : 388574
- COVID-19 fatality risk : 2.938e-05 for Lille (France), density : 6700 h/km2, population : 1044000
- COVID-19 fatality risk : 2.2803e-05 for Bordeaux (France), density : 5200 h/km2, population : 803000
- COVID-19 fatality risk : 2.2803e-05 for Rouen (France), density : 5200 h/km2, population : 532559
- COVID-19 fatality risk : 2.1925e-05 for Montpellier (France), density : 5000 h/km2, population : 285000
- COVID-19 fatality risk : 2.1925e-05 for Melun (France), density : 5000 h/km2, population : 40000
- COVID-19 fatality risk : 2.1487e-05 for Mulhouse (France), density : 4900 h/km2, population : 109443
- COVID-19 fatality risk : 2.061e-05 for Nice (France), density : 4700 h/km2, population : 340000
...
- COVID-19 fatality risk : 1.5786e-05 for Marseille (France), density : 3600 h/km2, population : 1400000

Liste des 10 villes du Brésil les plus susceptibles d'être touchées par le COVID-19. Attention, quelques erreurs peuvent s'être glissées quant à la population et la densité

- COVID-19 fatality risk : 2.1322e-05 for Fortaleza (Brazil), density : 8418 h/km2, population : 2643247
- COVID-19 fatality risk : 2.0277e-05 for Sao Paulo (Brazil), density : 8005.25 h/km2, population : 12176866
- COVID-19 fatality risk : 1.8068e-05 for Recife (Brazil), density : 7133.2 h/km2, population : 3651000
- COVID-19 fatality risk : 1.0289e-05 for Curitiba (Brazil), density : 4062 h/km2, population : 3084000
- COVID-19 fatality risk : 1.0132e-05 for Niteroi (Brazil), density : 4000 h/km2, population : 1500513
- COVID-19 fatality risk : 1.0132e-05 for Santo Andre (Brazil), density : 4000 h/km2, population : 662373
- COVID-19 fatality risk : 8.8652e-06 for Aracaju (Brazil), density : 3500 h/km2, population : 685356
- COVID-19 fatality risk : 7.6747e-06 for Porto Alegre (Brazil), density : 3030 h/km2, population : 3917000
- COVID-19 fatality risk : 6.8515e-06 for Rio de Janeiro (Brazil), density : 2705 h/km2, population : 11748000
- COVID-19 fatality risk : 6.8389e-06 for Jaboatao (Brazil), density : 2700 h/km2, population : 702621



Simulations numériques et application au cas de la France


Les simulations et la note à jour sont mises en ligne le matin pour le jour J. Les dates et heures entre crochets dans les titres des figures correspondent au moment où celle-ci a été produite. Les nouvelles peuvent être mises à jour dans la journée.

IMPORTANT: les données des pays suivants : Allemagne, Royaume-Uni, Etats-Unis, Pays-Bas, Liban,Québec, Suisse, Suède, Iran, France, Italie et Espagne sont obtenues de la base accessible ici, et qui donne les informations du jour J-1. Les informations consolidées du jour J sont obtenues depuis le site worldometers.info pour la Chine et la Corée du Sud grâce au décalage horaire. Toutes les données sont croisées et testées avec celles de l'OMS et des sources de certains pays. Elles sont cohérentes entre elles.

Qualité des données


La qualité des données est un élément central de toute simulation crédible, d'autant que les conclusions sont tirées de l'adéquation entre les observations et les résultats des calculs.

Il est courant d'entendre dire que les données sont faussées, tronquées, etc, rendant toute analyse numérique fausse par principe. Il est évident que ni le nombre des cas officiels de contamination, ni le nombre des décès est correct. Ce qui compte est que l'échantillonnage pris soit représentatif, c'est-à-dire, qu'il soit une image, certes partielle, mais crédible de la dynamique temporelle de l'épidémie. En d'autres termes, si l'on change les règles de comptage en cours de route, tout devient très compliqué.

De ce point de vue le nombre des cas confirmés de contamination transmis par chaque pays à l'OMS n'est pas fiable, et vu la rapidité d'extension de l'épidémie, et la fréquence des cas asymptomatiques, tous les pays ont "décroché" rapidement quand à la mesure de ce nombre. C'est la raison pour laquelle, le nombre de décès est considéré ici comme un proxy bien plus fiable de l'épidémie, et que c'est sur la base de celui-ci que les comparaisons sont effectuées.

Cependant, même pour ce dernier, il arrive qu'on rajoute brutalement des décès oubliés (France, Chine notamment). Dans ce cas, ils sont considérés comme une cause externe (ce qui n'est pas vrai dans la réalité) et ajouté au nombre de décès tels qu'ils ont été comptés par le passé (hôpitaux). Il est évident qu'on sous-estime les nombre de décès, mais il faut faire un choix quant à la méthode, et le choix fait ici est le plus simple, clair et solide pour une projection robuste avec les calculs.

Ceci-dit, une autre manière de comprendre les relations entre les données est de chercher les corrélations croisées. C'est ce qui est fait dans la figure ci-dessous, (et pour tous les pays étudiés aussi). C'est une mesure de similitude de deux séries temporelles en fonction du décalage de l'une par rapport à l'autre.

Si deux séries temporelles sont identiques (contaminations-décès ou contamination-réanimations par exemple), en les superposant, la corrélation croisée est maximum et vaut 1 est avec un décalage nul donc centrée en 0 (un minimum indiquerait une anti-correlation). La courbe serait aussi symétrique de part et d'autre de 0 (fonction paire pour les matheux). Si le pic correspond à un décalage temporel positif, comme dans la figure ci-cessous pour la France, cela veut dire que les décès sont correlés aux cas de contaminations avec un retard de quelques jours (5 jours pour la France). Si le décalage temporelle avait été négatif, cela aurait correspondu à une avance, mais ce n'est pas le cas.

Pour la France, d'après la figure ci-dessous, on voit que les cas de contaminations sont bien correlés avec les décès et le nombre de personnes en réanimation. Le maximum est élevé, ce qui indique une fiabilité raisonnable des données. Ce n'est pas une surprise ! Ce qui est plus étonnant c'est que le décalage pour les réanimations et les décès soit identique, ainsi que la forme globale des deux courbes de corrélation. Quand la corrélation devient négative, c'est une anti-correlation, c'est-à-dire une opposition. Comme ceci correspond à un décalage temporel très grand, il est difficile d'en tirer un enseignement valable, car la taille des séries temporelle n'est pas encore assez importante (elle est actualisée chaque jour). On constate aussi que le nombre de décès et de personnes en réanimation est très correlé, sans décalage temporel ! Pas une surprise non plus, la plupart des personnes décédées sont passées par la case réanimation...

Pour la Chine (voir les simulations pour ce pays en haut de page), la courbe de correlation présente un seul pic, mais il est de très faible amplitude ! Cela veut dire que les cas de contaminations et les décès annoncés à l'OMS ne sont pas bien correlés. Pour d'autres pays, on a des surprises intéressantes : l'Espagne présente une bonne corrélation cas-décès, mais aucun décalage temporel ! Est-ce un problème de comptage ? Pour le Québec, la situation est très instructive : les cas-décès sont bien correlés mais avec un décalage très étrange, et les cas-réanimation ne le sont presque pas... La corrélation décès-réanimation reste malgré tout bien visible. Le comptage est donc sujet à des interrogations, et il n'est pas étonnant dans ce cas qu'il soit difficile de simuler l'épidémie dans ce pays. Pour la Suisse, on a une comportement plus cohérent avec ce que l'on attendrait : une bonne corrélation cas-décès, avec un décalage plus grand que cas-réanimations, et une excellente corrélation décès-réanimations. Pour la Coréee du Sud enfin, la corrélation est bonne pour les cas-décès, mais très disymétrique. La traine pour un décalage positif est le reflet de la difficulté du pays pour contrôler l'épidémie.

Le calcul des corrélations croisées permet donc d'avoir une vision globale de la cohérence des données pour chaque pays et de tirer des enseignement précieux pour la modélisation. La plupart des pays fournissent des données fiables (corrélations croisées élevées).


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Description du modèle


Le modèle qui a été développé très rapidement est d'une grande simplicité. Il est basé sur deux caractéristiques d'une épidémie : un temps de croissance rapide en général, avec un facteur de reproduction de base dénommé R0 supérieur à un, où le temps de doublement des contaminations (décès) est de l'ordre de quelques jours au plus, et un temps bien plus long, qui correspond à l'évolution de la distanciation sociale (de l'ordre de la semaine ou plus). La dynamique générale de l'épidémie résulte principalement de la combinaison de ces deux temps. Les effets locaux ne sont pas pris en compte, considérant que la dynamique est identique partout en l'absence de mesure de confinement. C'est bien justifié a posteriori. C'est grâce à cela qu'on peut faire des comparaisons de pays à pays et même de région à région.

Pour décrire la dynamique lente (ici considérée comme le temps de distanciation sociale), on choisit une fonction test de type sigmoïde paramétrisable (fonction en forme de marche d'escalier) qui décrit un plateau haut (les conditions de développement de l'épidémie sans contrôle particulier ni prise de conscience de la population) et un plateau bas (épidémie bloquée par la distanciation sociale principalement forcée ou non). Il y a quatre paramètres : les niveaux haut (qc0) et bas (qc_inf), le temps moyen à partir duquel on passe d'un niveau à l'autre (t_ref) et enfin la vitesse autour de ce temps à laquelle on passe d'un niveau à l'autre (delta_tau). Avec ceux-ci, on peut reproduire presque tous les cas de figure, une croissance épidémique rapide et une décroissance lente, et évidemment un maximum épidémique pour lequel le nombre de cas de contamination par jour est le plus élevé. Les paramètres sont ajustés pour reproduire les observations

Pour simplifier les calculs, une seule équation différentielle pour les cas de contamination est résolue car incrément d'une journée, et toutes les autres quantités sont déduites par des effets "retard", et des coefficients de proportionnalité. Le taux de létalité est un paramètre libre, inconnu quand on ne peut avoir le nombre exact de personnes contaminées, ce qui est le cas avec le COVID-19, sauf pour le paquebot Diamond-Princess si intéressant. Avec cette approche, la dynamique des décès est identique à celle des cas de contaminations, mais avec un certain retard. Ainsi, il est possible de choisir comme référence temporelle l'évolution des décès, qui est un nombre fiable (avec registre). Quand on peut avoir les deux nombres disponibles simultanément et de manière fiable (contaminations et décès), on peut faire ainsi une analyse très fine de l'épidémie.

En l'absence de tout contrôle (distanciation sociale), l'épidémie atteint naturellement un pic, par immunité collective, jusqu'à ce qu'une fraction de la population soit naturellement immunisée: elle vaut 1-1/R0 où R0 facteur de reproduction de base. En se donnant le temps d'incubation Ti pendant lequel les malades sont contagieux sans présenter de symptômes, on a R0 = qc0*Ti. On calcule la probabilité de contamination en prenant une approche par compartiments, mais simplifiée: les personnes susceptibles (S) et les personnes infectées (I). Le modèle prend en compte les personnes immunisées (R) dans le calcul de l'incrément de personnes contaminées chaque jour. Il est proportionnel au nombre de personnes contaminantes donc infectées (I) moins les personnes guéries ou décédées (R). Donc le modèle est de catégorie SIR, selon la termonilogie des épidémiologistes, mais on ne résoud pas une équation par population (S), (I) et (R). Une seule pour la population (I), et les autres sont décrites par des retards. C'est justifié quand le processus épidémique est puissant, i.e. R0 élevé ce qui est le cas avec le COVID-19. Le modèle a avant tout été écrit pour suivre l'épidémie et voir l'efficacité des méthodes de confinement. On ajuste les paramètres lents, et on peut ainsi se projeter sur quelques jours ou quelques semaines. Sachant qu'aucun modèle n'est prédictif tant que le pic n'est pas passé (sauf immunité collective), pas plus celui-ci que les modèles pro. En effet, il n'est pas possible d'anticiper l'avenir sans disposer de l'information nécessaire. Donc tous les cas présentés sont des estimations, en supposant que les paramètres ne changent pas. Les modèles plus compliqués (avec plus d'équations différentielles à résoudre) ne sont pas toujours plus précis que les modèles simples, car il y a bien plus de paramètres et de combinaisons possibles entre eux pouvant donner le même résultat. Ces problèmes ne sont pas spécifiques aux modèles épidémiques, et on les retrouve en physique des ondes dans les plasmas chauds par exemple (même type d'équations différentielles couplées à résoudre).

L'avantage du modèle développé ici est sa simplicité qui permet de comparer avec peu de paramètres les évolutions dans des pays distincts, de calculer des quantités analytiquement et donc tester les résultats avec d'autres publications. Evidemment, la simplicité a un prix: on ne décrit pas tout parfaitement, mais on tire déjà beaucoup d'enseignements sur l'épidémie. A noter que le fameux coefficient R0 qui fait de vous un "spécialiste", est très sensible à pleins de paramètres cachés pour le profane. C'est une quantité théorique, qui permet juste d'évaluer le niveau de vaccination qu'une population doit atteindre pour que l'épidémie soit circonscrite, ou les efforts à faire pour bloquer une épidémie par distanciation sociale. Pour le COVID-19, le modèle permet d'estimer R0 = 2.9±1.2 très proche d'autres estimations publiées. C'est bien plus que la grippe et le virus d'Ebola (étudié aussi, R0 = 1.5) et bien moins que la rougeole (R0 = 12-18), cette dernière étant si contagieuse qu'il faut une couverture vaccinale de 95% pour que la maladie soit éradiquée ou que sa propagation reste très limitée. C'est l'intérêt même de la vaccination pour tous ceux qui doutent et voient derrière cette procédure une théorie (fumeuse) du complot... !

Voir le déroulement de l'épidémie avec la temps et la capacité de prédiction, c'est la force d'une petite vidéo. Ici le cas de la France jusqu'au 30 avril 2020. On observe bien les grandes fluctuations des prédictions au début de l'épidémie, conséquence des informations fluctuantes d'un jour à l'autre. Au début, la dynamique est dominée par le temps rapide (effet d'avalanche car R0 élevé) qui conduit à l'immunité collective rapidement si rien n'est fait, avec un grand nombre de décès à la clé malgré le cas étudié d'un bas taux de létalité (0.7%). L'effet du confinement est fort rapidement sur une estimation grossière du jour d'apparition du pic épidémique (ici indiqué en rose vers le 8 avril). Mais l'impact reste faible sur les autres quantités. Puis arrive le pic, et la situation se fige, car la dynamique épidémique est dominée par le temps long (R0 faible). Tous les paramètres deviennent très stables, et les projections sont donc bien meilleures, mais pour la fin de l'épidémie, comme celle-ci est encore encore très lointaine, l'incertitude reste élevée. A noter que le pic correspond bien au passage R0 = 1. Enfin, on peut voir le passage de la fin du confinement au 11 mai 2020. A noter que la dynamique change notablement avec le taux de létalité, mais pas les valeurs limites, et pour les mêmes données ajustées. Cela montre l'absence d'unicité des paramètres pour décrire une même série temporelle bruitée. Enfin, il est important de rappeler que les systèmes dynamiques ayant deux temps spécifiques bien séparés ont une faible capacité prédictive à long terme tant que le temps long ne domine pas la dynamique rapide, si les données que l'on cherche à comprendre sont bruitées. C'est un phénomène qui n'est pas spécifique à une épidémie, et on le retrouve en météo, en physique des plasmas etc... Plus le modèle à de paramètres pour ajuster les données, moins il a de chances d'être prédictif dans ces conditions. C'est pour cela qu'un modèle simple a été choisi.




Simulation dynamique du COVID-19 en France


Lien vers le site officiel du gouvernement français. Mise à jour quotidienne vers 20h environ.


Résultats des simulations


Prévisions pour la France sur la base de l'évolution épidémique actuelle. Simulations du 20 Septembre 2020

- Début de l'épidémie (jour 0 de référence des calculs) : 14-Janvier-2020
- Jour 250 de l'épidémie : 20 septembre 2020
- Fin du confinement le 11 Mai 2020

France, taux de létalité 0.33%

Scénario à taux de létalité 0.33% : l'évolution temporelle de la courbe des décès sert de référence, et le taux de létalité est celui déduit du cas du paquebot Diamond-Princess, soit 0.6-0.?%. Le taux de personnes en réanimation est estimé à 5.3% des personnes contaminées.

- Paramètres : qc_0 : 0.44, qc_inf : 0.054, tau_ref : 38, Dtau : 9 (jusqu'au jour #137)
- Paramètres : qc_0 : 0.09, qc_inf : 0.085, tau_ref : 1, Dtau : 2 (du jour #179 et après)
- Paramètres : qc_0 : 0.11, qc_inf : 0.11, tau_ref : 1, Dtau : 1 (du jour #180 et après)
- Coefficient de détermination statistique (R2) : 0.89757

(Note: R0 > 1 --> épidémie en croissance, R0 < 1 --> épidémie en décroissance)
- R0 initial (temps incubation de 13 jours) : 5.72, population devant être immunisée : 83%
- R0 actuel (temps incubation de 13 jours) : 1.43, population actuellement immunisée : 10.3%

- Nombre de jours pour atteindre le pic principal de l'épidémie : 88 (11-Avril-2020)
- Durée totale de l'épidémie supérieure à 310 jours (20-Novembre-2020)
- Nombre total de décès imputables à l'épidémie à la fin de celle-ci (jour #310) en milieu hospitalier seul : 40,924 (Attention, ce chiffre est imprécis car l'épidémie repart)

- Nombre total de décès imputables à l'épidémie à la fin de celle-ci (jour #310) avec les EHPAD et EMS : 51,325 (Attention, ce chiffre est imprécis car l'épidémie repart)

----> Seuil des 100 morts prévu le 13-Mars-2020, jour #59 (observé le 14 mars)
----> Seuil des 1000 morts prévu le 24-Mars-2020 jour #70 (observé le 23 mars)
----> Seuil des 10000 morts (hôpital seul) prévu le 15-Avril-2020, jour #92 (observé le 14 avril)
----> Seuil des 10000 morts (hôpital + EHPAD,EMS) prévu le 8-Avril-2020, jour #85 (observé le 7 avril)

----> Seuil des 20000 morts (hôpital seul) prévu le 05-Septembre-2020, jour #235 (observé le 22 août)
----> Seuil des 20000 morts (hôpital + EHPAD,EMS) prévu le 20-Avril-2020, jour #97 (observé le 19 avril)

----> Nombre de contaminations journalières estimé le jour de la fin du confinement (11 mai 2020, jour #117) : 6,811
----> Nombre de décès journaliers estimé le jour de la fin du confinement (11 mai 2020) : 138

----> Nombre de décès journaliers observé le jour de la fin du confinement (11 mai 2020) : 178

----> Nombre de décès journaliers estimés aujourd'hui (avec EHPAD et EMS) : 30,585 ----> Nombre de décès journaliers observés aujourd'hui (avec EHPAD et EMS) : 30,813

Sur les figures, Fatalities -> hôpital seul, Fatalities + Offset -> hôpital + EHPAD & EMS


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Détails de la simulation


Autres simulations et analyses


Je relaie avec plaisir le très joli travail effectué par un jeune chercheur passionné, Thomas Gerbaud, qui a abordé le problème en résolvant les équations différentielles couplées (modèle à compartiment de type SIR). Ceci montre que les chercheurs de tout bord sont passionnés par cette pandémie exceptionnelle, et souhaitent comprendre en profondeur les mécanismes de ce processus. La comparaison entre les modèles est un des fondements de la vie scientifique.


Etude de l'anomalie du nombre de décès dans les bouches du Rhône par un collègue de travail, Roland Sabot, physicien au CEA. Pour accéder au détail de l'analyse, veuillez cliquer ici.

Une étude intéressante accessible ici.

Un calculateur simulant l'épidémie de COVID-19. Cette appli est issue d'un modèle développé à l’Université de Montpellier (différent de l’Epidemic Calculator). L'application permet de visualiser les effets de plusieurs périodes de contrôle pouvant varier en durée et en intensité. Il y a une visualisation en incidence (nouveaux cas chaque jours), prévalence (nombre de cas en cours) et incidence cumulée (nombre de cas depuis le début de l'épidémie). Les données de Santé Publique France sont aussi représentées sur des graphes. Le but est triple : i) donner une intuition quant aux liens entre paramètres du modèle et les données, ii) visualiser les effets des mesures de contrôle (ou de leur asbence), iii) tenter de trouver des configurations optimales.

Une étude intéressante de l'INSERM accessible ici avec des infos intéressantes sur la sortie du confinement.

Un modèle de référence pour de nombreux pays dont ceux étudiés ici.

Un simulateur d'épidémie interactif bien fichu.

Un site très interactif permettant de comparer les données sous toutes leurs formes. Très intéressant.


Autres Liens


Liens intéressants sur la situation, sa gestion et les conséquences. Cliquez ici, ici, ici, ici et ici.


Remerciements


Un grand merci à toutes les personnes qui m'envoient leurs infos, les liens, leurs calculs et leurs soutiens ! Ils me permettent d'enrichir ce site et d'améliorer collectivement notre compréhension de cette pandémie exceptionnelle.

N'hésitez pas à poser des questions par mail en cliquant ici, et je m'efforcerai de vous répondre rapidement. J'ai créé cette page pour que personne ne reste dans le flou des experts, qui masquent (par peur ?) avec regret la réalité des simulations chiffrées sur cette pandémie tout en donnant des indications qualitatives exactes, alors qu'informer clairement est le premier des devoirs d'un scientifique.



Yves Peysson

  • Montagnes

    Tout sur mes parcours en montagne (randonnée, ski-alpinisme, alpinisme, escalade, via-ferrata,....) avec cartes et itinéraires.

  • Voyages

    Des infos pratiques, mais aussi des mots et des images pour évoquer la découverte de nouveaux horizons et de nouvelles cultures.

  • Portfolio

    Partagez mon regard avec des images qui me font toujours vibrer, saisies au cours de voyages mais aussi au quotidien.

  • Mémoires

    Ne pas perdre une miette du temps qui passe, pour mieux comprendre le présent et aborder l'avenir. Une source d'inspiration.

  • Publications

    Toutes mes publications dans les revues scientifiques, les revues alpines, les livres.

  • Blog

    Une petite tribune pour exprimer mon point de vue en toute liberté.

Yves Peysson, lyonnais de naissance mais dauphinois et savoyard par ses racines, a migré sur Aix-en-Provence en 1986 après avoir effectué des études d’ingénieur à l’Ecole Nationale Polytechnique de Grenoble et obtenu un doctorat d'état en physique des solides à l’Université Joseph Fourier. Il rejoint ensuite le programme français sur la fusion thermonucléaire par confinement magnétique à l’Institut de Recherches sur la Fusion Magnétique au sein du Commissariat à l'Energie Atomique. Il s'intéresse plus particulièrement à la propagation et à l'absorption des ondes radio-fréquences dans les plasmas chauds, turbulents et magnétisés, à la dynamique des électrons relativistes ainsi qu'au rayonnement X et gamma.

Il aime autant l'instrumentation, l'expérimentation, la théorie et la modélisation. La conjugaison de ces aspects permet de comprendre en profondeur les propriétés des plasmas de tokamak, pour mieux les contrôler et produire de l'énergie. Son métier de chercheur l'a amené à développer un système original de tomographie X de haute énergie basé sur l'emploi de semi-conducteurs à haute température permettant de déterminer avec précision les caractéristiques des électrons dans ce milieu ionisé. Cet appareil a été l'objet d'un vif intérêt de la communauté scientifique compte-tenu des informations auxquelles on peut accéder, et à ce titre il a été reproduit à plusieurs exemplaires à travers le monde (Etats-Unis, Inde, Chine, Suisse, Grande-Bretagne, Italie,...). Il a développé également de nombreux codes numériques pour interpréter les résultats observés, des outils de référence dans le monde de la simulation numérique. Il a par ailleurs dirigé plusieurs projets internationaux de recherche.

Enseignant depuis presque 30 ans et professeur à l’Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires (INSTN), il enseigne la théorie cinétique et les méthodes de chauffage et génération de courant dans un plasma magnétisé au master Physique des Plasmas de Fusion (PPF) à Paris, les techniques de modélisation et simulation numérique au master mathématiques et applications à l'université Paris-Saclay, et la fusion par confinement magnétique à l'école d'ingénieur PHELMA à Grenoble dans le cadre du master Recherche et Energétique Physique, et avec le master A2P, Physique spécialité Astrophysique, Plasmas et Planètes de l'Université Joseph Fourier.

Passionné depuis toujours par les pratiques sportives de montagne, il a pratiqué pendant plus de trente ans l'alpinisme et l'escalade à très haut niveau, mais également le ski-alpinisme, la randonnée ainsi que la via-ferrata. Membre du prestigieux Groupe de Haute Montagne (GHM), il en a assuré la vice-présidence pendant une année (1996) puis la présidence pendant les trois années suivantes (1997-2000). Durant cette période, il a initié le projet de livre "Grand Alpinisme" publié aux Editions Michel Guérin, réalisé avec la complicité de Robert Guinot aujourd'hui décédé et de Jean-Marie Choffat, écrivain et alpiniste. Il a également créé le site internet du GHM et refondé complètement la forme et le fond de la revue «Les Annales du GHM» avec l’aide du regretté Pierre Chapoutot, revue qui s'est appellée «Cîmes» et dont le dernier numéro est sorti en 2015.

Etant à la croisée des chemins entre les pratiques de la montagne et l'activité scientifique, il a été invité à rejoindre le Comité Scientifique de la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM) en 2000, puis est devenu président de cette prestigieuse et très ancienne institution de 2001 à 2008, dont il est toujours membre aujourd'hui.

En tant que président du comité scientifique, il a organisé deux colloques, le premier sur "l’évolution des Glaciers Alpins" en 2006 à Paris avec divers spécialistes mondiaux dans le domaine, le second en 2009 à Grenoble sur "l’influence des sciences et des techniques sur les pratiques sportives de la montagne". Des actes ont été publiés en relation avec ces événements, et ceux-ci sont en ligne sur le sute du Comité.

Il est par ailleurs membre de la Société Internationale de Glaciologie, section des Alpes occidentales, qu'il a présidé durant une année, en 2013.

Il a également joué un rôle important dans l'accès en ligne de la revue La Montagne du Club Alpin Français (1906-1946), de la revue Alpinisme (1926-1954), des Annales (1956-2001), des annuaires (1923-1955) et de la revue Cimes (2002-2015) du Groupe de Haute Montagne. Pour les revues La Montagne et Alpinisme ce travail a été effectué dans le cadre d'une collaboration entre l'Université Paris-Est de Marne-la-Vallée et le Comité Scientifique du Club Alpin Français. Ainsi, plusieurs dizaines de milliers de pages d'archives sont accessibles, et un moteur de recherche dédié à chacune des revues permet de retrouver des informations précieuses en quelques secondes. Un méta-moteur de recherche permet désormais d'effectuer une recherche globale dans toutes ces revues. Ces outils accessibles à tous sur demande, depuis le site internet du Groupe de Haute Montagne, sont particulièrement utilisés par les historiens, les sociologues, les étudiants dans le domaine des sports, les rédacteurs en chef des revues de montagne en France comme à l'étranger, mais aussi toute personne ayant un intérêt pour cet univers. Dans le même esprit, il a également rendu accessible en ligne les archives de Lucien Devies, qui permettent de connaître les détails de l'histoire alpine, par l'une des personnes les plus influentes de son époque. Ce travail de numérisation du patrimoine écrit de l'alpinisme se poursuit avec l'achat récent d'un scanner permettant de numériser des documents fragiles sans les déteriorer. De nouvelles archives sont en ligne, notamment la revue du CAF d'Annecy, et les archives de Félix Germain. Une interview a été donnée à TVmountain sur le sujet à l'occasion des Piolets d'Or 2016 se tenant à la Grave.

Il a toujours voyagé aux quatre coins du monde, que cela soit pour le travail ou les loisirs. Chacun est une expérience incomparable pour découvrir d'autres cultures et d'autres horizons. Du Yémen au Sahara, des pentes de l'Annapurna à la descente de la rivière glacée du Chadar au Cachemire indien, de l'altiplano bolivien aux volcans du Kamchatka, des Afars en Ethiopie aux volcans du Congo, des sommets de l'Ouganda aux steppes de Mongolie, en Casamance au Sénégal dans le cadre d'une action humanitaire, en Chine, notamment dans le Sichuan et le Yunnan près de la Birmanie, dans le grand Nord scandinave aux confins de la mer de Barents... Tout est source d'émerveillement. Bien d'autres projets sont en préparation aux quatre coins du monde !